You are currently browsing the category archive for the ‘ISLAMISME’ category.

 

Pourtant certains versets coraniques disent exactement le contraire ! Lisons les deux versets suivants :

Invoquerez-vous Baal et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs, [Coran: 37:125, Trad .Hamidoullah]

Ou leur demandes-tu une rétributio…n? Mais la rétribution de ton Seigneur est meilleure. Et c’est Lui, le Meilleur des pourvoyeurs. [Coran: 23:72, Trad. Hamidoullah]

Dans ces deux versets, Allah chante un autre refrain. “Le meilleur des créateurs” signifie un créateur qui est meilleur que d’autres créateurs. Le Coran affirme donc qu’il y a plusieurs créateurs et qu’Allah est le meilleur d’entre eux, celui que les musulmans doivent adorer.

De même, “le Meilleur des pourvoyeurs” signifie qu’Allah donne de plus beaux cadeaux que les autres Dieux. En d’autres termes, Allah peut procurer une meilleure nourriture ou une meilleure vie que les autres Dieux. Donc c’est lui et lui seul que les musulmans doivent adorer car il offre les plus beaux lots. Allah est comme un politicien qui promet de beaux jours aux électeurs s’ils l’élisent.

Dans ces deux versets du Coran Allah admet donc l’existence d’autres Dieux ; Il prétend juste qu’il est meilleur qu’Eux.

Dans l’Antiquité, à Babylone et tout le Moyen-Orient, le dieu principal était le dieu de la lune, représenté par un taureau, symbole de force et de fécondité, et plus simplement parfois par ses seules puissantes cornes en forme de croissant… de lune (1). C’est ainsi que l’on peut voir encore au Musée d’Alep (Syrie), le dieu de la Lune, Sîn, protecteur d’Ur, symbolisé par des hampes surmontées d’un croissant lunaire. Sous ses différents noms, le dieu de la lune fut très tôt adoré en Mésopotamie comme le « Père des dieux », l’équivalent de Zeus pour les Grecs ou de Jupiter pour les Romains. Les arabes païens adoraient eux-aussi ce dieu de la lune appelé Hubaal (41.37) (2). Hubaal avait eu trois filles : Al-lât, la déesse du soleil, Al-Manat la déesse du destin et de la mort, et Al-Uzza, l’étoile Vénus, les divinités priées par Mahomet dans les fameux versets sataniques (53.19-20). La Bible, quant à elle, stigmatisait ce super-dieu représenté par un taureau comme étant le faux-dieu par excellence (Ex 32), appelé Baal (1 Ro 12.28-32 ; Ps 106/105.19-20…).

Par souci de cohésion et de légitimité pour leur entreprise, les judéo-nazaréens ou juifs-messianiques, ces « faux-frères » comme les appelait S. Paul (Ga 2.4 ; 2 Co 11.13, 26 ; Ph 3.2), venus chercher auprès des tribus arabes du renfort pour reprendre Jérusalem, firent passer Hubaal du rang de plus puissant de leurs dieux (statut que conserve encore la célèbre formule «Allah akbar !», «Allah est le plus grand !») au rang de seul Dieu, et donc identique au Dieu juif. Et de même que les Romains disaient : « Ô Deus ! » (« Ô Dieu ! ») (Mi 4.5) pour s’adresser à Jupiter, de même chaque tribu arabe s’adressait à son dieu propre en le nommant « Le dieu », « Al-Ilâh », ce qui par contraction a donné « Allah » (3), « LE Dieu », unique, pour désigner Hubaal, le Dieu de la lune et le plus grand des dieux devenu le seul Dieu. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui encore Hubaal continue à couler des jours heureux, toujours représenté sur les drapeaux musulmans ou le toit des mosquées… souvent d’ailleurs accompagné de sa fille, la planète Vénus, la déesse Al-Uzzah…

Contrairement donc à ce que veut le faire croire l’islam, Allah n’est pas le Dieu biblique, même s’il est vrai qu’il n’y a bien qu’un seul Dieu (Jn 4.22), mais le produit de la rencontre entre l’idolâtrie de Hubaal, le dieu de la lune, le plus grand des dieux du panthéon arabe, et l’affirmation de l’unicité divine typique du judaïsme, en sorte que l’islam, à proprement parler, n’est rien d’autre qu’une idolâtrie du dieu juif.

Il est facile en effet de reconnaître encore d’autres sources païennes de l’islam, comme par exemple la vénération de la pierre noire à la Mecque, symbole féminin de la déesse Shaybah. Ainsi que cela se pratique encore d’autres religions, et comme autrefois le faisaient leurs ancêtres arabes païens aimant toucher la vulve de la déesse en gage de bénédictions, aujourd’hui encore les musulmans se font une joie de terminer leur pèlerinage à la Mecque en touchant et embrassant cet objet sacré…

Bref, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi, sous couvert de respect du caractère sacré de la religion, l’islam condamne comme blasphémateurs et souvent passibles de la peine de mort, ceux qui osent réfléchir sérieusement au bien-fondé de son discours officiel…

Je rappelle que le pape Calixte III, après la prise de Constantinople par les Turcs, à demandé que l’on prie l’Angélus, matin, midi et soir, pour obtenir de Dieu la conversion des musulmans et la paix.

(1) Au Musée du Louvre est conservé un poids du temple du dieu lune d’Ur. Il pèse 248 gr. et porte le croissant lunaire, emblème du dieu. (Antiquités orientales, Mésopotamie, ± 2350 à 2000 AJC, Salle 2, poids AO 22187). Dans la Bible, le signe du croissant de lune est associé aux Philistins et aux Madianites (Jg 8.26 ; Es 3.18), c’est-à-dire à des peuples païens et idolâtres. Si d’après le lexique arabe de Lane de 1893, Al-Ilah fait référence « au grand serpent », c’est peut-être parce qu’il est graphiquement facile de passer d’un croissant de lune à un serpent.

(2) Certains auteurs arabes modernes estiment que son nom vient de Baal, appellation des dieux cananéens et phéniciens, précédé de «hou », article défini dans un dialecte cananéen.

(3) La plupart des lexiques étymologiques arabes reconnaissent que le mot Allah tire son origine de Al-Ilâh par contraction. Dans ilâh, âh est un suffixe. Le terme originel est « Il », qui correspond dans la Bible au nom de la divinité « El » (Gn 17.1 ; 28.3 ; 33.20 ; 46.3 …).

 Des Palestiniens profanant le tombeau de Joseph, en octobre 2000.

Cette violence procède de la loi islamique, la charia, qui insiste sur le fait que l’Islam, et particulièrement le Coran, jouit d’un statut privilégié. L’Islam punit cruelleme…nt quiconque, musulman ou non-musulman, viole le caractère sacré de l’Islam. Les législations des pays à majorité musulmane présentent généralement des applications de ce privilège ; par exemple, la loi pakistanaise sur le blasphème, 295-C, punit de la peine capitale toute remarque désobligeante à l’égard de Mahomet.

Tout aussi important, la charia méprise le caractère sacré des autres religions. Cette pratique a été illustrée ces dernières années par la destruction des statues de Bamiyan – symbole bouddhiste – ainsi que par la profanation du tombeau de Joseph – symbole juif – et de l’église de la Nativité – symbole chrétien. Par un décret de 2003, il a été décidé que la Bible était appropriée à l’usage des musulmans pour le nettoyage après défécation. En mai, les autorités iraniennes auraient fait brûler des centaines d’exemplaires de la Bible. Cette situation de déséquilibre où l’islam jouit d’une immunité alors que les autres religions sont décriées, a longtemps prévalu dans les pays à majorité musulmane.

 Études sur l’islam
 
1. LE TERRORISME DES ISLAMISTES
CE QU’IL FAUT SAVOIR
POUR LE COMBATTRE EFFICACEMENT

par Fadlallah Boutros

1.  Introduction 

    Il faut identifier la véritable source du terrorisme des islamistes et trouver, en plus des moyens politiques, diplomatiques et militaires, un nouveau moyen de lui faire échec. 

On a l’habitude de distinguer l’islam (l’islam modéré des « gentils musulmans » nos frères et amis) de l’islamisme ou intégrisme qui serait responsable du terrorisme.   Les terroristes seraient alors des gens qui exploitent la religion à des fins politiques, de faux musulmans.  Cette dernière assertion est totalement fausse.  En réalité, les terroristes sont les vrais musulmans et le ‘prophète’ Muhammad est le père du terrorisme.  Les Tourabi, les Oussama ben Laden et autres chefs de file du terrorisme sont en réalité les vrais disciples de Muhammad. 

En voici la preuve : 

2.  Les deux Corans 

C’est un fait connu que la carrière ‘prophétique’ de Muhammad qui a duré près de 23 ans (610-632), s’est d’abord passée à la Mecque puis à Médine pour les dix dernières années.  Ces deux périodes sont très différentes l’une de l’autre.  Les surates données à la Mecque (que j’appellerai le Coran de la Mecque) diffèrent par le style et le contenu de celles données à Médine (le Coran de Médine). Le Coran actuel présente ses 114 surates en mêlant les deux sources mais le travail patient des savants musulmans et occidentaux permet de les distinguer. 

3.  Muhammad de la Mecque 

C’est aussi un fait connu que Muhammad, depuis sa plus tendre jeunesse était disciple de Waraqa ben Nofal, évêque chrétien de la Mecque (chrétien de la secte des ‘ébionites’).  Waraqa traduisait l’Évangile de S. Matthieu de l’araméen à l’arabe et stimulait Muhammad à prêcher le monothéisme aux Arabes idolâtres.  Le Coran de la Mecque contient des vérités bibliques : la foi au Dieu d’Abraham, de Moïse et de Jésus, l’annonce du Jugement dernier, l’exhortation morale à la vertu et l’appel aux trois moyens ascétiques classiques : la prière, le jeûne et l’aumône.  De plus, il reconnaît que Jésus est le Messie et oriente vers le mystère de sa personnalité en l’appelant Verbe de Dieu déposé en Marie et Esprit venant de Lui.  Enfin, par le fameux principe : « Pas de contrainte en religion » (Coran 2:256), il reconnaît le pluralisme religieux et la liberté de conscience.  En sorte que le Coran de la Mecque peut être considéré comme une Bible incomplète et l’on peut dire que l’Évangile est la source du Coran et que Muhammad et les musulmans, à ce stade-là, sont des chrétiens et cela, du simple point de vue historique. 

Waraqa est celui qui bénit le mariage de sa propre cousine Khadija avec Muhammad, mariage un et indissoluble selon les enseignements de l’Évangile.  Muhammad resta fidèle à cette unique épouse jusqu’à la mort de celle-ci.

4.  Muhammad de Médine 

Les historiens sont unanimes à reconnaître un profond changement dans la personnalité de Muhammad après l’hégire (émigration à Médine en 622) : le prédicateur de la Mecque, l’homme de la prière, le pauvre persécuté devient un homme d’État, orgueilleux, sensuel et violent. 

  1. Il se découvre un puissant appétit sexuel : il épouse plus de 14 femmes.  L’histoire a retenu, a part Khadija, le nom de 19 femmes dont une fillette de 7 ans, ‘Aisha (elle avait 9 ans et lui 53 quand le mariage fut consommé), et sa belle-fille Zaynab (femme de son fils adoptif Zayd) dont il était tombé amoureux.  Zayd la répudia et la ‘révélation’ la lui rendit licite.  Un hadith dit qu’il avait la puissance sexuelle de 30 (ou 40) hommes ! 
  2. Ensuite, il se livre à l’attaque des caravanes (razzias), coutume bédouine monstrueuse qu’il aurait dû, s’il avait été prophète, vigoureusement interdire : le bétail et les marchandises constituaient le butin ; dans les cas les plus graves, les hommes étaient tués, les femmes et les enfants, réduits à l’esclavage.  Muhammad encouragea ses disciples aux razzias et à la ‘guerre sainte’ pour propager l’islam, leur promettant de riches butins de la part de Dieu : « Allah vous a promis un abondant butin » (Coran 48:20). 
  3. Quand quelqu’un s’opposait à lui ou se moquait de lui, il le faisait assassiner par un de ses adeptes.  Tel un parrain de la mafia, entouré de ses tueurs à gage, il se salissait rarement les mains.  Il fit égorger en une nuit tous les hommes, près d’un millier, de la tribu juive des Qorayza accusée d’avoir eu l’intention de prendre le parti de ses ennemis durant la guerre des fossés. 
  4. Il établit le principe du ‘crois ou meurs’ : « Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les Infidèles où que vous les trouviez !  Prenez-les !  Assiégez-les !  Dressez pour eux des embuscades !  S’ils reviennent (de leur erreur), s’ils font la prière et donnent l’aumône, laissez-leur le champ libre. » (Coran 9:5).  Ce verset, appelé le verset de l’épée abroge tout enseignement contraire qui le précède.   Le Coran (9:29) commande aussi la violence à l’égard des juifs et des chrétiens.  Nombreux sont les versets qui donnent l’ordre de combattre/tuer.  Ainsi, le ‘pas de contrainte en religion’ est abrogé. Le principe de l’abrogation (Coran 2:106 ; 16:101), ou remplacement par Dieu d’un verset par un autre, est donné par le Coran de Médine pour justifier le changement survenu dans l’attitude de Muhammad.  L’islam qui était à la Mecque une religion respectueuse du cheminement spirituel de l’homme, devient, à Médine et pour toujours, une idéologie totalitaire qui utilise la terreur pour instaurer ce qui sera appelé la République islamique mondiale.   Totalitarisme qui met l’islam de Médine au même rang que le nazisme et le communisme. 

5.  Bou nousf ashahada : L’homme de la demi-profession de foi 

Bien des musulmans, découvrant la personnalité aberrante de l’homme de Médine, comprirent qu’il ne pouvait être considéré comme l’Envoyé de Dieu. Aussi, demeurant des monothéistes musulmans, ils se contentèrent de la première partie de la profession de foi (shahada) : Il n’y a pas de dieu en dehors de Dieu.  L’un d’entre eux, le célèbre Nigérian Mallam Ibrahim, fondateur de la secte des issawa, ou disciples de Issa (Jésus), fut exécuté comme hérétique en 1867. On retrouve chez bien d’autres cet entêtement à ne dire que la moitié de la shahada.  L’un d’entre eux, un Kabyle de la tribu des Mengallet, fut surnommé avec humour par la population : Bou nousf ashahada (l’homme de la demi-profession de foi).   D’autres musulmans, découvrant que le Coran de la Mecque n’était qu’une version tronquée de l’Évangile et que l’islam pouvait être considéré comme un christianisme incomplet, allèrent jusqu’au bout de leur découverte et adhérèrent au christianisme.   D’autres enfin, abandonnèrent tout simplement la religion. 

6.  Stratégie pour neutraliser le terrorisme 

L’islam connaît une tragédie interne qui atteint aujourd’hui son paroxysme.  Des musulmans tuent d’autres musulmans au Nom d’Allah, tous se prétendant de vrais musulmans.  Les premiers accusent leurs victimes d’être des renégats, et celles-ci voient dans leurs bourreaux des terroristes qui exploitent la religion à des fins politiques personnelles.  La guerre civile s’installe de plus en plus dans des États tels l’Algérie et l’Égypte qui prônent un islam modéré et qui sont ravagés par des groupes terroristes, tandis que d’autres États, tel le Soudan, se déclarent pour l’idéologie muhammadienne, la République islamique mondiale, c’est-à-dire le terrorisme. 

7.  Les étapes de la stratégie 

  1. Lire la situation à la lumière de la vérité historique : la naissance et la croissance de l’islam se sont opérées en deux étapes historiques, la première (à la Mecque) étant celle d’une religion d’inspiration chrétienne, la deuxième (à Médine) étant celle d’une idéologie totalitaire d’inspiration terroriste. 
  2. Nommer ces deux étapes du nom qui reflète leur véritable nature historique : la religion islamo-chrétienne et l’idéologie muhammadienne. 
  3. Réserver l’appellation de musulmans à ceux qui suivent le Coran de la Mecque et qui ne peuvent accepter que la demi-profession de foi musulmane,terroristes  à ceux qui suivent le Coran de Médine et sont les adeptes de Muhammad, le fondateur de l’idéologie muhammadienne de la République islamique mondiale.  
  4. Les deux groupes étant bien caractérisés et nommés, prendre le parti des musulmans modérés contre les terroristes.  
  5. Inviter ces musulmans à se désolidariser du Coran de Médine qui relève de la littérature haineuse.


Les Européens se sentent menacés par l’Islam

C’est en tout cas ce qu’indique un grand sondage de l’institut Gallup présenté brièvement ce soir par MonSondage:

(…) à l’heure actuelle, plus de 60% des Européens – dont 79% au Danemark, 67% en Italie et aux Pays-Bas ou 68% en Espagne- se sentent menacés par l’immigration en provenance de pays musulmans.

Tant les auteurs de l’étude (effectuée pour les dirigeants du World Economic Forum) que MonSondage semblent penser que les Européens ont juste un peu peur pour leur petite identité culturelle et qu’il faut bâtir des ponts pour que les gens se comprennent mieux.

Vraiment? Et si les Européens avaient tout simplement raison? Et si l’Islam lui-même, soit la pratique de la religion du djihad, la seule religion qui ordonne à ses adeptes, par la voix de Dieu, de répandre leur foi par la guerre, était bel et bien une menace? D’une part bien sûr en raison du penchant pour la confrontation en traître que l’exemple du prophète de l’Islam inspire (assassinats politiques, attentats pendant la trève, humilité en position de faiblesse et intolérance absolue en position de force, le tout justifié par la religion). Et d’autre part par l’indigence généralisée des sociétés qui se basent largement sur les règles islamiques.

Si c’était le cas, eh bien il faudrait se demander comment minimiser la pratique, et le crédit, de cette religion

mardi 19 février 2008

Ce que vous ne lirez pas dans la presse francophone


Ce que vous ne lirez pas dans la presse francophone

Miguel Garroté, Journaliste
http://www.monde-info.blogspot.com

Dans la presse francophone, le mensonge par omission complète avantageusement le mensonge tout court. Sur le terrorisme en terre dite d’islam, l’omission médiatique prend même des proportions qui confinent au grotesque. Les exemples ci-dessous en témoignent.

Le réseau irakien d’Al-Qaïda, offre son soutient, militaire et financier, aux Palestiniens, notamment dans la fabrication de roquettes. Des informations détaillées sur le sujet, ont été consignées, dans une étude, réalisée par le Middle East Media Research Institute (basé à Washington et c’est sans doute le prétexte utilisé par nos médias pour censurer cet institut). Dans une vidéo téléchargée sur le Site islamique Al-Hesbah, un certain Abu Omar Al-Baghdadi (baghdadi, baghdada, Maréchal, nous voilà), « commandant » de « l’Etat islamique d’Irak » (rien que ça), fondé par Al-Qaïda (évidemment), dans une vidéo ce commandant, écrivais-je, présente sa façon de « gagner la guerre contre les Juifs ». « Israël », explique-t-il, « est une tumeur maligne implantée au cœur de la Nation islamique qu’il faut éradiquer » (apparemment Charles Maurras a été traduit en arabe). Le commandant appelle les Palestiniens à « emboîter le pas du djihad (…) et à établir une organisation salafiste pour entraîner les enfants au djihad » (Les enfants ? Chez nous, il leur est proposé de parrainer un enfant juif victime de la Shoah. Du reste, c’est cela qui fait débat et non pas les enfants entraînés au djihad par Al-Qaïda). Enfin, le commandant offre aux Palestiniens une aide économique ainsi qu’une aide militaire à l’entraînement des combattants et à la fabrication de roquettes (en clair, le sunnite Al-Qaïda veut récupérer le terrain palestinien qu’il a perdu au profit du chiite Hezbollah ; ils se disputent ; pourvu que ça dure).

Uzi Mahnaimi, Hala Jaber et Jon Swain, dans le journal britannique Times, édition du 17 février, fournissent les détails de la récente liquidation de Imad Mughniyeh, chef terroriste du Hezbollah, en Syrie (par l’explosion d’une bombe dans sa voiture, à Damas, au Tanzim Kafr Susa, dans la nuit du 12 février 2008), liquidation salutaire que nous devons au Mossad israélien. Pour mémoire, Robert Baer, ancien agent de la CIA, considère que Mughniyeh était sans doute « l’opérationnel le plus intelligent et le plus capable que nous ayons croisé ». Terroriste organisateur d’attentats et de détournement d’avions au Moyen Orient et en Amérique du Sud, recherché par les USA, la tête de Mughniyeh était mise à prix pour 25 millions de dollars. Ce terroriste palestinien avait fini par rejoindre les rangs du Hezbollah. Mughniyeh fut notamment l’auteur de l’attentat contre l’ambassade américaine à Beyrouth qui causa 63 morts ; puis contre l’ambassade israélienne à Buenos Aires qui causa 29 morts ; et enfin l’attentat contre le centre de la communauté juive de Buenos Aires qui causa 85 morts (bref, un vrai héros, ce Mughniyeh, quel drôle de nom d’ailleurs). Depuis 2002, année où Meir Dagan a pris la direction du Mossad, celui-ci a liquidé : Abu Mohammed Al-Masri, membre d’Al-Qaïda, en 2003 ; Ali Hussein Saleh, spécialiste en explosifs du Hezbollah, en 2003 également ; Ghaleb Awali, officiel du Hezbollah en 2004 ; Izz el-Deen al-Sheikh Khalil, officiel du Hamas en 2004 également ; Mahmoud Majzoub, officiel du Islamic Jihad en 2006 ; et Mughniyeh en février 2008 (en somme, là où Ehud Olmert fiche la m… Meir Dagan fait le nettoyage, chacun son job quoi). Dans la foulée, signalons que selon le quotidien libanais A-Saphir, le mouvement terroriste Hezbollah a mobilisé 50’000 « combattants » le long de la frontière avec Israël. Le Hezbollah a également évacué divers de ses quartiers généraux politiques (va falloir qu’Olmert assume cette fois).

L’agence Associated Press, dans une dépêche du lundi 18 février, confirme que les USA ont désormais les preuves de l’aide apportée par la Corée du Nord communiste à la Syrie dans la construction d’un réacteur nucléaire souterrain. L’information a également été confirmée par le journal sud-coréen Hankook Ilbo (Israël a donc bien fait de bombarder cette construction à vocation génocidaire).

L’Arabie saoudite a menacé de faciliter les attaques terroristes contre la Grande Bretagne si l’enquête menée par la justice dans une affaire de corruption liée à des ventes d’armes n’était pas suspendue. Le journal britannique Guardian, édition du 15 février, s’appuie, pour affirmer cela, sur des documents rendus officiels par la justice le 14 février. Concrètement, les menaces saoudiennes ont été effectuées par le Prince Bandar, chef du Conseil National de Sécurité en Arabie saoudite. Bandar avait empoché un milliard de livres anglaises versé en Suisse dans le cadre d’une tractation avec la société d’armements BAE (certes, la vie est chère en Suisse, mais tout de même, un milliard de livres anglaises, ça en fait des montres et des chocolats).

Aujourd’hui mardi 19 février, Martin Birnbaum, pour LibertyVox, effectue une enquête approfondie sur le criminel Imad Mughniyeh. Martin Birnbaum écrit notamment : « Avant le 11 septembre 2001, il (ndlr Mughniyeh) était la bête noire des services français, américains et israéliens, le terroriste le plus recherché au monde. Après, il a dirigé les services de renseignement du Hezbollah, puis sa branche militaire pour être, enfin, le vrai numéro 1 de cette organisation utilisée par l’Iran et la Syrie pour faire du Liban une tête de pont pour des attaques contre Israël (…) Imad Fayez Mugnieh, commandant suprême du Hezbollah et planificateur des principales opérations terroristes contre Israël, les Etats-Unis et la France pendant les 25 dernières années a été tué dans l’explosion d’une bombe dans sa voiture, à Damas (…) Après de nombreuses tentatives pour le capturer, le FBI l’a inscrit en 2001 sur sa liste des 22 terroristes les plus recherchés et une prime de $25 millions, identique à celle pour Ben Laden, a été mise pour sa tête. Il figurait parmi les personnes les plus recherchées d’Interpol (…) Le Hamas (qui) est voué à la disparition d’Israël et (dont) le chef extérieur K. Mashaal avait rencontré l’assassin Mughniyeh à Téhéran, il y a moins d’un mois, pour coordonner la lutte à Gaza » (quant à la suite, espérons que Al-Qaïda et le Hezbollah se chamailleront à coup de roquettes pour le contrôle du Hamas et du Fatah ; ça fera toujours quelques roquettes en moins lancées sur le Néguev israélien ; et ça permettra à Meier Dagan de souffler un peu ; non mais oui ; c’est usant de faire le ménage si souvent ; à cause d’un premier ministre incompétent ; au fait, le FBI versera-t-il les 25 millions de dollars au Mossad ; c’est bien joli de bosser gratos ; mais faudrait pas pousser non plus).

Imad Moughnieh ou la palme du terrorisme…

Jean-Marie Allafort


Le nom de Imad Moughnieh était inconnu du grand public en Israël et dans le monde. C’est seulement hier, après l’annonce de son assassinat, que le personnage responsable de la mort de centaines de personnes, est sorti de l’ombre. Il était recherché par la FBI, par le Mossad et d’autres services de Renseignements étrangers. Les américains avaient même promis un prix de 5 millions de dollars pour celui qui permettrait son arrestation.

Pour les milieux islamistes, et particulièrement pour le Hezbollah, la nouvelle de la liquidation de Imad Moughnieh est un choc pas moins important que celui qui avait secoué l’organisation chiite en 1992, lorsque leur leader spirituel d’alors, Abbas al-Musawi, avait été tué dans sa voiture par un missile israélien. Il fut remplacé par Hassan Nasrallah, plus extrémiste et plus cynique. Moins de deux mois après la mort de Abbas al-Musawi, Imad Moughnieh orchestrait l’attentat contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, où 29 personnes furent tuées.

En Israël, l’annonce de l’assassinat d’un des plus grands terroristes du Moyen Orient depuis 25 ans été accueillie avec retenue. Les services de Sécurité craignent un acte de vengeance de la part du Hezbollah ou d’une autre organisation islamiste aussi bien dans le pays qu’à l’étranger. Quand l’on sait que toutes les liquidations d’hommes clés d’organisations palestiniennes ou du Hezbollah ont toujours été le fait des Israéliens ces vingt dernières années, depuis Abou Jihad en passant par Yehia Ayache (dit « l’ingénieur) et en finissant pas le Cheikh Yassine, les démentis du bureau du Premier ministre ne sont pas pris au sérieux.

Le « martyr » Imad Moughnieh est le maître d’œuvre de la branche armée du Hezbollah et le cerveau de nombreux attentats et prises d’otages. Il fut l’un des plus grands terroristes de notre région qui trouva refuge, comme de nombreux autres, à Damas. Voici, en quelques lignes, un résumé de son triste palmarès :

Avril 1983 : Il est impliqué dans l’explosion d’une voiture piégée contre l’ambassade américaine à Beyrouth. 63 personnes sont tuées.

Octobre 1983 : Attentats contre les bases américaines et françaises à Beyrouth. 241 marines américains et 58 soldats français trouvent la mort.

De 1984 à 1986, il orchestre les prises d’otages de plusieurs ressortissants français et américains, comme celles des Français Michel Seurat (qui sera tué en mars1986), Marcel Fontaine, Marcel Carton et Jean-Paul Kaufman. Il est également soupçonné d’avoir ordonné l’enlèvement, puis l’assassinat en 1984 de William Buckley, chef de l’antenne de la CIA à Beyrouth.

Juin 1985 : Il organise le détournement d’un vol de la TWA sur le tarmac de l’aéroport de Beyrouth. Un officier de la marine américaine est tué.

Mars 1992 : Il est le cerveau qui organise l’attentat contre l’ambassade d’Israël en Argentine. 29 personnes sont tuées dans l’explosion.

Juillet 1994 : Moughnieh est derrière l’attentat suicide contre l’Association mutuelle israélite argentine, où 85 personnes trouvent la mort. Il est alors recherché par Interpol.

Octobre 2000 : Il orchestre l’enlèvement de trois soldats israéliens à Har Dov à la frontière libanaise, soldats qui seront tués lors de l’attaque.

Mars 2002 : Il est impliqué dans un attentat au nord d’Israël. Six israéliens sont tués et sept autres blessés par des terroristes qui ouvrent le feu sur des voitures près de la frontière avec le Liban.

Juillet 2006 : Il est également impliqué dans l’enlèvement de deux soldats israéliens à la frontière nord qui conduira à la deuxième guerre du Liban.

Mis en ligne le 15 février 08

un echo d’israel

un teroriste est mort dieu merci

Posté le 28.01.2008 par israelsionisme

lundi 28 janvier 2008
GEORGES HABACHE : UN CRIMINEL EST MORT

Georges Habache :
un criminel est mort.

Miguel Garroté
http://www.monde-info.blogspot.com

Le fondateur du mouvement communiste et terroriste ‘Front populaire de libération de la Palestine’ (FPLP), Georges Habache, est décédé, d’une attaque cardiaque, à l’âge de 82 ans, samedi 26 janvier, à Amman, capitale de la Jordanie, annonce l’agence de presse palestinienne Maan (1). Le chef de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a décrété trois jours de ‘deuil national’ pour ‘honorer’ le terroriste Habache, qualifié par Abbas de ‘dirigeant historique de la révolution palestinienne’. Une fois de plus, Abbas démontre sa capacité de tenir un double langage. Modéré dans la presse occidentale. Pro-terroriste dans la presse palestinienne.

Habache est né dans la ville israélienne de Lod, en 1925, dans une famille de grecs orthodoxes. Il obtint son titre de médecin à l’Université Américaine de Beyrouth en 1951. Habache voulait que les palestiniens adoptent la révolution marxiste-léniniste. De ce fait, Habache fut un acteur clé de la transformation de la ‘cause palestinienne’ en ‘révolution palestinienne’, transformation voulue et orchestrée, à l’époque, par l’URSS. Ainsi, Habache fonda le mouvement communiste et terroriste FPLP en 1967.

Pierre Haski, sur Rue89 (2) rappelle qu’avec la mort de Habache, c’est une page d’histoire palestinienne qui s’est tournée mais aussi une page de l’histoire politique française, « avec le scandale qui avait accompagné l’accueil du chef palestinien dans un hôpital parisien en 1992, faisant valser quelques têtes au sommet de l’Etat ».

« En 1992 », poursuit Pierre Haski, « victime d’une attaque cérébrale, Georges Habache avait été accueilli et soigné en urgence en France, ce qui avait provoqué un tollé. Israël avait protesté contre l’accueil d’un chef terroriste aussi cruel, et la droite française s’en était prise à Roland Dumas, alors ministre des Affaires étrangères, qui avait organisé l’accueil de Georges Habache sans prévenir François Mitterrand alors en déplacement à l’étranger. Le chef de la diplomatie, un proche de Mitterrand, avait sauvé sa tête, mais avait sacrifié le Secrétaire général du Quai d’Orsay, François Scheer, et plusieurs autres hauts fonctionnaires, tandis que Georgina Dufoix, directrice de la Croix Rouge française qui avait organisé le transfert sanitaire, démissionnait, elle aussi, dans la foulée » ajoute Pierre Haski.

« Il (ndlr Habache) se fait connaître en lançant (…) la stratégie des détournements d’avion, notamment du vol d’Air France détourné en 1976 sur Entebbe, en Ouganda, épisode célèbre de la guerre larvée israélo-palestinienne (…) Longtemps, les palestiniens des territoires se partageaient entre cette ‘gauche’ incarnée par Habache, portant le keffieh (écharpe) rouge, et le Fatah de Yasser Arafat, au keffieh à damier noir et blanc. L’éventail politique palestinien très morcelé comptait alors de nombreuses autres ‘chapelles’, comme le FDPLP, lui aussi marxiste (…) ou le FPLP-Commandement Général d’Ahmed Jibril, scission du mouvement de Georges Habache » conclut Pierre Haski.

J’aimerais, quant à moi, résumer ici l’histoire incroyable du vol d’Air France détourné en 1976 sur Entebbe, en Ouganda. En 1976, un vol Air France, en provenance de Tel-Aviv, transportant 244 passagers, décolle d’Athènes, pour rejoindre Paris. Peu après le décollage, le vol est détourné par des terroristes, notamment palestiniens. Les preneurs d’otages, notamment deux palestiniens du Front populaire de Libération de la Palestine de Georges Habache et deux Allemands de la Fraction armée rouge (Bande à Baader), prennent le commandement de l’avion et le détournent vers Benghazi en Libye, puis font décoller l’avion qui arrive à l’aéroport d’Entebbe en Ouganda.

Le gouvernement israélien décide d’entreprendre une opération de secours pour libérer les otages. Quatre avions de transport Hercules C-130 de l’armée de l’air israélienne décollent d’Israël et atterrissent à l’aéroport d’Entebbe sans être repérés par le contrôle aérien ougandais. Une centaine de soldats israéliens sont ainsi envoyés à Entebbe. Une Mercedes noire et une Land Rover, des modèles identiques à celles utilisés par le président ougandais Amin Dada et ses gardes du corps lorsqu’ils venaient rendre visite aux otages sont employées pour détourner les soupçons. Les responsables ougandais de la tour de contrôle sont confondus par ce stratagème, si bien qu’ils laissent la Mercedes et la Land Rover approcher du terminal. Les otages sont assis dans le hall principal du bâtiment.

Les Israéliens sautent alors de leurs véhicules et jaillissent brusquement dans le terminal. Trois pirates de l’air dans le bâtiment visent les troupes israéliennes avec leurs armes et sont abattus. Les soldats israéliens dégoupillent leurs grenades à main, défoncent la porte et lancent les grenades à l’intérieur de la pièce. Après les explosions, des soldats israéliens entrent dans la pièce et tuent les trois autres preneurs d’otages, assommés par l’explosion. Les Israéliens retournent à leurs avions et embarquent les otages à bord. Le monde entier découvre ce que cela veut dire, ne pas céder au terrorisme, à la terreur meurtrière. Samedi 26 janvier, un ‘dirigeant historique de la révolution palestinienne’, un criminel, est mort. Et les détournements d’avion révolutionnaires cèdent aujourd’hui la place aux kamikazes islamiques…

(1) http://www.maannews.net/en/index.php?opr=ShowDetails&ID=27448

(2) http://www.rue89.com/2008/01/26/la-mort-en-exil-de-georges-habache-eternel-rival-darafat

Publié par Miguel Garroté à l’adresse 12:39

barbarie arabomusulmane

Posté le 19.01.2008 par israelsionisme

VOILA COMMENT ILS TRAITENT LES PRISIONNIERS ILS NE RESPECTENT MEME PAS LES ACCORDS INTERNATIONAUX A CE SUJET

LIBAN
Le Hezbollah affirme détenir des restes de soldats israéliens
NOUVELOBS.COM | 19.01.2008 | 14:11

« Nous avons des têtes, des mains, des pieds et nous avons un cadavre presque complet de la tête jusqu’au bassin », assure Hassan Nasrallah, le secrétaire général du mouvement islamiste. Les soldats auraient été tués lors du conflit avec l’Etat Hébreu à l’été 2006.

Hassan Nasrallah (AP)

Hassan Nasrallah (AP)
Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a affirmé samedi 19 janvier que son mouvement avait en sa possession « des têtes, des mains et des jambes de soldats israéliens », tués en 2006 durant le conflit avec Israël. « L’armée israélienne a laissé derrière elle les restes de corps d’un grand nombre de soldats », a déclaré fièrement Hassan Nasrallah, lors des commémorations de l’Achoura chiite dans la banlieue sud de Beyrouth, en allusion à la guerre dévastatrice de juillet-août 2006 entre le parti chiite et Israël. »Nous avons des têtes, des mains, des pieds et nous avons un cadavre presque complet de la tête jusqu’au bassin. Qu’a dit l’armée israélienne à la famille de ce soldat ? », a ajouté le chef chiite.

1360 morts en 2006

Le conflit entre Israël et le Hezbollah, déclenché le 12 juillet 2006 après la capture par les combattants chiites de deux soldats israéliens à la frontière israélo-libanaise, s’était achevé le 14 août après 34 jours de combats, par une trêve négociée sous les auspices de l’ONU. Le conflit a fait plus de 1.200 morts au Liban, en majorité des civils, et 160 en Israël, pour la plupart des soldats. Durant le conflit, le Hezbollah a tiré quelque 4.000 roquettes qui ont contraint un million d’Israéliens à se réfugier dans des abris ou à fuir vers le sud du pays.

Menaces d’un nouveau conflit

« Si Israël lance une nouvelle guerre contre le Liban, nous lui promettons une guerre qui changera la face de toute la région, avec l’aide de Dieu », a mis en garde le chef du Hezbollah. « Les Israéliens n’ont pas un commandement politique et militaire (efficace) pour lancer une guerre contre le Liban, mais s’ils le font, la résistance est prête » à y faire face, a-t-il ajouté.En octobre 2007, Israël avait remis un prisonnier et les dépouilles de deux militants du mouvement chiite libanais contre les restes d’un Israélien et des informations sur le pilote israélien disparu au Liban en 1986, Ron Arad. Le discours de cheikh Nasrallah intervient également alors que l’armée israélienne a intensifié ses raids meurtriers dans la bande de Gaza.

Première sortie publique depuis 1 an

Hassan Nasrallah assistait samedi matin aux commémorations de l’Achoura, dans la banlieue sud de Beyrouth, pour sa première sortie publique depuis plus d’un an.
Menacé de mort par l’Etat hébreu, il avait évité jusque là de participer à des commémorations religieuses ou des rassemblements politiques, préférant prononcer ses discours à la télévision d’un lieu tenu secret. Il est apparu samedi au milieu de mesures de sécurité renforcées et a pris la tête de la procession rassemblant des dizaines de milliers de fidèles qui sillonnaient les rues de la banlieue sud, fief du puissant parti chiite. Cette apparition du chef chiite intervient alors que le Liban est plongé dans une grave crise politique opposant la majorité parlementaire, soutenue par l’Occident, à l’opposition menée par le Hezbollah et appuyée par Damas et Téhéran.

Le vent des illusions

C’est du cœur même d’Israël que Roland Dajoux porte son regard lucide sur la palestinophrénie de nos élites.

Conférence des donateurs pour les Palestiniens : Ou comment redorer son blason sur le dos d’Israël.

«Ceux qui parlent encore de paix et de fraternité dans un monde empli de mensonges et d’hypocrisie, n’agitent que du vent». Abraham Livni.(1)

Depuis des décennies, le conflit palestino israélien demeure au centre de l’actualité. Pourtant d’autres conflits plus meurtriers existent sur le reste de la planète et dont l’issue est indifférente au reste du monde. Ces guerres oubliées (2) font des millions de victimes et de réfugiés que l’on appelle pudiquement des personnes déplacées dans l’indifférence et à l’abri des caméras. L’Angola, le Sri Lanka, l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, la Corée du nord, la Colombie, le Soudan, le Darfour (3) n’intéressent les médias que par intermittence.

Toutes affaires cessantes, le 17 décembre 2007, Paris a pris l’initiative de réunir quelque 90 délégations venues de 70 pays à la conférence des donateurs en faveur des Palestiniens. Dans son discours de bienvenue, Nicolas Sarkozy s’est engagé à œuvrer à la création, avant la fin de l’année 2008, d’un Etat palestinien indépendant, démocratique, viable, vivant en paix et en sécurité au côté d’Israël.
Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité palestinienne et son premier ministre Salam Fayed réclamaient une aide de 5,6 milliards de dollars, ils en ont obtenu 7,4. L’Union Européenne vient en tête des donateurs avec une somme de 630 millions de dollars, les Etats-Unis, 555 millions de dollars et l’Arabie Saoudite 500 millions de dollars. Pour sa part, la France a annoncé la somme de 300 millions de dollars. Par contre, les ministres des affaires étrangères des autres pays arabes n’ont pas prévu, jusqu’à présent d’assistance financière pour les Palestiniens !

Comment comprendre cet assaut de générosité de l’Occident en faveur exclusivement des Palestiniens ?

Les Palestiniens seraient-ils les seuls martyrs du monde ?
La paix au Moyen-Orient se résume-t-elle à une question d’argent ?
Depuis 1993, la communauté internationale a déjà versé à l’Autorité Palestinienne une manne financière de quelque 10 milliards de dollars ! La situation socio-économique des Palestiniens s’est-elle améliorée pour autant ? La corruption, le terrorisme, l’enseignement de la haine d’Israël, la propagande anti-israélienne ont-ils disparus?
Est-il juste que l’Autorité Palestinienne reçoive de l’argent et qu’Israël doive payer le prix de la paix ?

Nicolas Sarkozy a défini trois objectifs :

1- «La paix ne se fera pas sans Gaza, partie intégrante du futur Etat palestinien. La paix ne se fera pas sous la houlette de groupes qui refusent l’existence d’Israël -ce n’est pas acceptable– et imposent leur contrôle par la violence». Pour Nicolas Sarkozy, la paix est donc conditionnée au renoncement du Hamas à Gaza et à l’abandon du terrorisme ! En l’état actuel de la situation, ces deux conditions sont absolument irréalistes.

2- «Le deuxième objectif c’est le soutien à l’économie palestinienne. Elle ne peut se développer sans un changement radical sur le terrain. Le gel complet et immédiat de la colonisation est une priorité… les institutions palestiniennes de Jérusalem-Est, notamment la chambre de commerce, doivent rouvrir leurs portes». Dans ce deuxième objectif, Nicolas Sarkozy conditionne cette fois-ci, l’engagement des Palestiniens à Israël, il exonère ainsi Mahmoud Abbas de toute responsabilité en cas d’échec et préjuge de la division de Jérusalem, rejetée par la grande majorité des Israéliens.

3- «L’Autorité palestinienne s’est engagée à assurer le respect de la loi et de l’ordre… Israël doit se retirer de la Cisjordanie». Nicolas Sarkozy ajoute : «Le temps est venu de mettre fin à l’occupation qui a commencé en 1967». En utilisant l’argumentation contestable des Palestiniens qui parlent de colonisation et d’occupation au lieu de parler de territoires «contestés». Nicolas Sarkozy ne prend-t-il pas fait et cause pour les Palestiniens ?
En effet, les Palestiniens et les anti-israéliens omettent toujours de dire que jusqu’en 1967, la bande de Gaza était sous domination égyptienne et qu’en 1950, la Jordanie avait annexé la Judée et la Samarie, sous le nom de Cisjordanie. On oublie de dire que c’est à l’occasion d’une attaque jordanienne, assistée de forces irakiennes, qu’Israël remporta la victoire dans cette guerre défensive en juin 1967. En 1948 Israël ne contrôlait ni la Cisjordanie ni la bande de Gaza et pendant les vingt premières années du conflit israélo-arabe, il n’y a jamais eu de revendication palestinienne sur ces territoires.

Quelles sont donc les motivations de l’Occident ?

Voudrait-il se racheter une bonne conduite sur le dos d’Israël ? La «cause palestinienne» ne serait-elle pas tout simplement la mauvaise conscience de l’Occident et un bon prétexte pour l’Islam ?

Pourquoi le monde tourne-t-il ses regards vers ce petit lopin de terre situé au confluent de trois continents : Eretz Israël : la Terre d’Israël ? Considérée par toutes les religions monothéistes comme la «Terre Sainte» elle est appelée, plus précisément en hébreu Eretz hakodech, littéralement la «Terre de la sainteté». Débaptisée par les Romains, elle fut pendant des siècles affublée du nom de Palestine, Jérusalem devint Aélia Capitolina et les Juifs du Royaume d’Israël furent contraints à l’exil. Cependant une présence juive s’est maintenue au fil des siècles malgré bien des difficultés, notamment au moment des Croisades et des conquêtes de Mahomet puis des Califes.
Le peuple juif, en retournant sur sa terre, ne revendique que le pays qui lui appartient. Il n’a aucune visée expansionniste comme certains voudraient le faire croire. Le retour d’Israël sur son territoire historique n’est en rien comparable aux conquêtes de l’Islam par Mahomet puis par ses successeurs qui ont envahi et annexé par la guerre, l’Asie jusqu’à l’Inde, les rives de la Méditerranée et de l’Afrique, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Espagne.
Au moment de la création d’Israël, alors que ses dirigeants annonçaient le caractère juif de leur pays, ils s’empressaient d’y associer les principes de liberté universaliste attachés au judaïsme: liberté de culte, accès aux lieux saints, égalité des habitants, proposition de paix aux pays voisins. De leur côté, les Etats arabes minés par leurs dissensions internes n’étaient capables de retrouver leur unité que sur le terrain de l’exclusion et de la destruction de l’Etat d’Israël.

Certains médias, la majorité des auteurs musulmans et certains autoproclamés «nouveaux historiens», tels Ilan Pappé, Tom Segev ou Benny Morris, voulant défendre «la cause palestinienne», ont mis un point d’honneur à désinformer en plaçant constamment Israël dans la situation d’occupants et en les accusant d’avoir expulsé les Palestiniens. (4)
A voir et à entendre ces auteurs, Israël est l’oppresseur d’un peuple sans défense. Ces fils de déportés ont pris la défroque de leurs bourreaux pour le devenir à leur tour. Ils n’hésitent pas à affamer leurs semblables et à les chasser de leurs terres. Bref, ces Juifs se comportent en vrais nazis ! Le choix d’expressions telles que colons, Jérusalem occupée, implantations juives, apartheid… témoigne de la volonté d’attacher aux fils d’Israël une image d’étrangers sur leur propre terre. Cette constante anti-israélienne est dangereuse car elle répond à un double objectif : celui de porter préjudice à un peuple qui revient sur sa terre après deux mille ans d’exil et, dans un avenir plus lointain, celui de nier l’existence et l’identité du peuple juif en réécrivant son histoire.

Monsieur Sarkozy, la recherche de la paix est noble lorsqu’elle associe un impératif moral, comme celui de la recherche de la justice et de la vérité. Mais cette démarche pour la paix nécessite courage, force et détermination, contrairement aux pacifistes naïfs qui vivent dans le confort et qui sont prêts à accepter toutes les compromissions. Au Moyen-Orient, tous les processus, dits de paix, ont échoué parce que l’Islam ne renonce pas à la moindre parcelle de terre qui a été islamisée par le djihad au cours de l’Histoire. Selon l’Islam, la paix ne sera possible que lorsque toute la terre sera islamisée! (5)
Pour tous les musulmans, l’Islam est l’unique religion véridique, définitive et universelle. Selon sa doctrine, un jour viendra où toute l’humanité fera de l’Islam sa religion! Il ne faut jamais oublier que l’Islam englobe, dans une même entité, religion, politique et expansion territoriale. Dans les États arabes qu’on dit laïques, l’Islam est toujours la religion officielle. Il n’existe pas de séparation entre l’Église et l’État comme chez les Chrétiens, ou de la Royauté et de la Sainteté comme dans le Judaïsme.

Pourquoi le monde veut-il nier que le combat d’Israël pour retrouver sa terre et sa capitale Jérusalem comporte justement cet impératif moral dont parle si bien Saint Thomas d’Aquin qui trouve une légitimité à la guerre, si la cause est juste et si la paix en est la finalité.

Pourquoi ne pas reconnaître que c’est exactement ce combat que mène aujourd’hui Israël contre un terrorisme islamique qui n’accepte aucun compromis ? Ce terrorisme ne se contente pas de supprimer Israël des cartes de géographie dans ses manuels d’écoles, il prône l’élimination physique de l’État hébreu et dispense, dès le berceau, un enseignement de la haine des Juifs.
« La paix, qui donc l’a inventée si ce ne sont les prophètes de la Bible, il y a trois millénaires ? En contradiction flagrante avec l’ensemble des conceptions culturelles, morales et métaphysiques de leur époque et celles qui les ont précédées, les prophètes bibliques sont les seuls à n’avoir pas voulu croire que l’âge d’or, berceau de l’humanité, était définitivement englouti dans le passé, et que l’avenir de l’histoire ne pouvait plus constituer qu’un courant, sans issue ni fin, de luttes, de catastrophes, de guerres. » André Neher. (6)

Les conférences pour la paix peuvent donner l’illusion dangereuse que l’ennemi pourrait devenir un partenaire de paix. Israël n’en n’est pas dupe et en aucun cas il ne négociera sa survie.

Roland Y. Dajoux  pour Libertyvox

Notes:
1- Le retour d’Israël et l’espérance du monde. Éditions du Rocher.
2- Réflexions sur la Guerre, le Mal et la fin de l’Histoire.
B.H. Lévy. Grasset.
3- Le Darfour est la scène d’affrontements meurtriers entre des rebelles africains et des milices arabes appuyées par l’Etat qui veut réduire ces soulèvements. En trois ans, plus de 400 000 personnes ont déjà péri et 2 millions ont dû quitter leurs villages. Pendant les six dernières années, le conflit israélo-palestinien a entraîné la mort de 4.300 Palestiniens et de 1.100 israéliens.
4- Dominique Vidal avec Sébastien Boussois. Comment Israël expulsa les Palestiniens. (1947-1949) Les Editions de l’Atelier.
5- On retrouve explicitement cette conception islamique de la paix dans l’article 31 de la Charte du Hamas (cf. annexe 3). « Cette paix n’est possible que sous la bannière de l’Islam »
6- André Néher, Jérusalem vécu juif et message, Éditions du Rocher. Collection Hatsour. 1984.

terreur islamique en israel

Terreur islamiste : les photos de l’horreur

10/04/2005

Je suis conscient de ce que les clichés de l’horreur ici exposés vont choquer – tout spécialement nos coreligionnaires qui respectent particulièrement l’image de Dieu dans l’homme (betselem haShem nivra ha’adam). Et je me fais violence en passant outre à cette règle éthique que je respecte du mieux que je peux à longueur d’année. Mais la coupe est pleine. Un tribunal international a osé rendre l’injustice la plus flagrante qui soit : condamner un peuple qu’on assassine à abattre le mur derrière lequel il se réfugie. Alors, puisque les juges de La Haye, ont fait bon marché de nos morts et de nos mutilés, je jette dans leur prétoire hypocrite ces clichés d’une barbarie dont ceux qui la perpètrent osent, en s’en targuant, profaner le titre de ’martyr’. Je sais que ces pièces sont irrecevables dans ce genre de procès, mais, au tribunal de notre D.ieu – elles seront des témoins à charge, lorsque le Seigneur jugera ces juges de la terre pour leur lâcheté et leur hypocrysie. Menahem Macina

Mon nom était Gal j’avais 5 ans

Gal Eisenman, 5 ans, assassinée, avec six autres personnes, dont sa grand-mère, Noa
dans l’explosion d’un bus à Giva haTsarfatit (au nord de Jérusalem).

« Mon nom était Gal et j’avais 5 ans.
Je ne savais même pas épeler le mot « occupation ».
Shalom ! » *

* Mot hébreu qui signifie à la fois : ’bonjour’, ’au revoir’, et ’paix’.

attentat
attentat
attentat haifa 5 mars
attentat Haifa
attentat Ashdod 14 avril 2004
attentat
attentat Netanya Pâques
attentat Jerusalem 21 nov. 2002
attentat Haifa mars 2003
attentat de Jerusalem 29 janv. 2004
blessé attentat de Tel Aviv
blessée attentat de Haifa
attentat de Jerusalem
attentat de Jerusalem
attentat cafe de Jerusalem
attentat cafe de Jerusalem
tete du terroriste a terre attentat Jerusalem
attentat Jerusalem
attentat
attentat
attentat
attentat
attentat
attentat toit de bus souffle
couple age mort dans un bus attentat
cadavre pendant d’un bus explose Jerusalem
serie de photos attentat de masse

————————————

medaillon fillette Noam Leibowitz 7 ans victime attentat

 » Je m’appelle Noam Leibowitz. J’avais 7 ans quand j’ai été assassinée,
parce que je serais un colon *. C’est même pas vrai !  » **

* C’est ainsi que la nommait le présentateur de la « Voix de la Palestine », Nizar al-Ghul, le 18 juin 2003, dans son bulletin d’information de 7h 30 : «…mort par balles d’un colon israélien de sexe féminin » (en arabe: « Maqtal ’ala rasass mustawtinna isra’iliyya »). Voir notre article.

** La famille de Noam – Z’L – vit dans le village religieux pour la jeunesse, Yamin Ord, situé dans le nord d’Israël, près de Haïfa, région qui est tout sauf une colonie.

——————————————–

Victims of Palestinian Violence and Terrorism since September 2000

983 people have been killed by Palestinian violence and terrorism since September 2000.

Between September 29, 2000 and June 1, 2004, Magen David Adom treated a total of 6,362 casualties as follows:

860 killed, 554 severely injured, 790 moderately and 4,158 lightly injured, among them 11 MDA staff members.

(IDF casualties treated by IDF medical personnel are not included in these figures.)

Note: This list also includes 6 Israelis killed abroad in terror attacks directed specifically against Israeli targets, and 3 American diplomatic personnel killed in Gaza.

List of victims by date:

Sept 27, 2000 – Sgt. David Biri, 19, of Jerusalem, was fatally wounded in a bombing near Netzarim in the Gaza Strip.

Sept 29, 2000 – Border Police Supt. Yosef Tabeja, 27, of Ramle was shot to death by his Palestinian counterpart on a joint patrol near Kalkilya.

Oct 1, 2000 – Border Police Cpl. Madhat Yusuf, 19, of Beit Jann, died of gunshot wounds sustained in a gun battle with Palestinians at Joseph’s Tomb in Nablus.

Oct 2, 2000 – Wichlav Zalsevsky, 24, of Ashdod, was shot in the head in the village of Masha on the trans-Samaria highway.
Sgt. Max Hazan, 20, of Dimona, died of gunshot injuries sustained near Beit Sahur.

Oct 8, 2000 – The bullet-riddled body of Hillel Lieberman, 36, of Elon Moreh was found at the southern entrance to Nablus.

Oct 12, 2000 – First Cpl. Yosef Avrahami and First Sgt. Vadim Novesche, 33, two reserve IDF soldiers, were lynched by a Palestinian mob at the police building in Ramallah.

Oct 19, 2000 – Rabbi Binyamin Herling, 64, of Kedumim, was killed when Fatah members and Palestinian security forces opened fire on a group of Israeli men, women, and children on a trip at Mount Ebal near Nablus.

Oct 28, 2000 – The body of Marik Gavrilov, 25, of Bnei Aysh was found inside his burned-out car, between the village of Bitunia and Ramallah.

Oct 30, 2000 – Eish-Kodesh Gilmor, 25, of Mevo Modi’in, was shot and killed while on duty as a security guard at the National Insurance Institute’s East Jerusalem branch. Another guard was injured.
Amos Machlouf, 30, of the Gilo neighborhood in Jerusalem, was found murdered in a ravine near Beit Jala.

Nov 1, 2000 – Lt. David-Hen Cohen, 21, of Karmiel and Sgt. Shlomo Adshina, 20, of Kibbutz Ze’elim were killed in a shooting incident in the Al-Hader area, near Bethlehem.

Nov 1, 2000 – Maj. (res.) Amir Zohar, 34, of Jerusalem was killed in the Nahal Elisha settlement in the Jordan Valley while on active reserve duty.

Nov 2, 2000 – Ayelet Shahar Levy, 28, and Hanan Levy, 33, were killed in a car bomb explosion near the Mahane Yehuda market in Jerusalem. 10 people were injured in the blast. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Nov 8, 2000 – Noa Dahan, 25, of Moshav Mivtahim in the south, was shot to death while driving to her job at the Rafah border crossing in Gaza.

Nov 10, 2000 – Sgt. Shahar Vekret, 20, of Lod was fatally shot by a Palestinian sniper near Rachel’s Tomb at the entrance to Bethlehem.

Nov 11, 2000 – Sgt. 1st Class Avner Shalom, 28, of Eilat, was killed in a shooting attack at the Gush Katif junction in the Gaza Strip.

Nov 13, 2000 – Sarah Leisha, 42, of Neveh Tzuf was killed by gunfire from a passing car while travelling near Ofra, north of Ramallah.
Cpl. Elad Wallenstein, 18, of Ashkelon, and Cpl. Amit Zanna, 19, of Netanya were killed by gunfire from a car passing the military bus carrying them near Ofra.

Nov 13, 2000 – Gabi Zaghouri, 36, of Netivot was killed by gunfire directed at the truck he was driving near the Kissufim junction in the southern part of the Gaza Strip.

Nov 18, 2000 – St.-Sgt. Baruch (Snir) Flum, 21, of Tel-Aviv was shot and killed by a senior Palestinian Preventive Security Service officer who infiltrated the Kfar Darom greenhouses in the Gaza Strip.
St.-Sgt. Sharon Shitoubi, 21, of Ramle, wounded in the Palestinan shooting attack in Kfar Darom, died of his wounds on Nov 20.

Nov 20, 2000 – Miriam Amitai, 35, and Gavriel Biton, 34, both of Kfar Darom, were killed when a roadside bomb exploded alongside a bus carrying children from Kfar Darom to school in Gush Katif. Nine others, including 5 children, were injured.

Nov 21, 2000 – Itamar Yefet, 18, of Netzer Hazani died from a gunshot wound to the head by Palestinian sniper fire at the Gush Katif junction.

Nov 22, 2000 – Shoshana Reis, 21, of Hadera, and Meir Bahrame, 35, of Givat Olga, were killed, and 60 wounded when a powerful car bomb was denotated alongside a passing bus on Hadera’s main street, when the area was packed with shoppers and people driving home from work. 60 were wounded in the blast.

Nov 23, 2000 – Lt. Edward Matchnik, 21, of Beersheba, was killed in an explosion at the District Coordination Office near Gush Katif in the Gaza Strip. (The joint DCOs were established at the borders of Palestinian-ruled areas under the interim peace accords and were responsible for coordinating security and humanitarian cooperation.)

Nov 23, 2000 – Sgt. Samar Hussein, 19, of Hurfeish, was killed when Palestinian snipers opened fire at soldiers patrolling the border fence near the Erez crossing.

Nov 24, 2000 – Maj. Sharon Arameh, 25, of Ashkelon was killed by Palestinian sniper fire in fighting near Neve Dekalim in the Gaza Strip.

Nov 24, 2000 – Ariel Jeraffi, 40, of Petah Tikva, a civilian employed by the IDF, was killed by Palestinian fire as he travelled near Otzarin in the West Bank.

Dec 8, 2000 – Rina Didovsky, 39, a Beit Hagai school teacher on her way to work, and Eliyahu Ben-Ami, 41, of Otniel, the driver of the van, were killed when a car full of gunmen opened fire on the van near Kiryat Arba.

Dec 8, 2000 – Sgt. Tal Gordon, 19, was killed when gunmen in a passing car opened fire on an Egged bus traveling south from Tiberias to Jerusalem on the Jericho bypass road.

Dec 21, 2000 – Eliahu Cohen, 29, of Modi’in was shot and killed tonight by Palestinian terrorists waiting in ambush on the road between Givat Ze’ev and Beit Horon.

Dec 28, 2000 – Capt. Gad Marasha, 30, of Kiryat Arba and Border Police Sgt.-Maj. Yonatan Vermullen, 29, of Ben-Shemen, were killed when called to dismantle a road-side bomb near the Sufa crossing in the Gaza Strip. The bomb was dismantled, but another bomb exploded, killing both and injuring two other soldiers. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Dec 31, 2000 – Binyamin Zeev Kahane, the son of the late right-wing leader Meir Kahane, and his wife, Talia, were killed when Palestinian snipers opened fire while they were driving on the Ramallah bypass road. Five of their children, aged two months to 10 years, were injured.

Jan 5, 2001 – The body of Mordechai Cohen, 34, of Hadera was found in the Caesarea industrial area.

Jan 14, 2001 – The bullet-ridden body of Ron Tzalah, 32, of Kfar Yam in Gush Katif, apparently killed on Sunday night (Jan 14), was found the following morning near the Kfar Yam hothouses.

Jan 17, 2001 – Ofir Rahum, 16, of Ashkelon, traveled to Jerusalem to meet a young woman with whom he had conducted a relationship over the Internet. She then drove him toward Ramallah. At a prearranged location, another vehicle drove up and three Palestinian gunmen inside shot Rahum more than 15 times. One terrorist drove off with Rahum’s body and dumped it, while the others fled in the second vehicle.

Jan 23, 2001 – Motti Dayan, 27, and Etgar Zeituny, 34, cousins from Tel Aviv, were abducted from a restaurant in Tulkarem by masked Palestinian gunmen and executed.

Jan 25, 2001 – Akiva Pashkos, 45, of Jerusalem, was shot dead in a terror attack near the Atarot industrial zone north of Jerusalem.

Jan 29, 2001 – Arye Hershkowitz, 55, of Ofra, was killed by shots fired from a passing car near the Rama junction north of Jerusalem.

Feb 1, 2001 – Dr. Shmuel Gillis, 42, of Carmei Tzur, was killed by Palestinian gunmen who fired at his car near the Aroub refugee camp on the Jerusalem-Hebron highway.

Feb 1, 2001 – Lior Attiah, 23, of Afula was shot to death by terrorists while traveling near Jenin.

Feb 5, 2001 – St.-Sgt. Rujayah Salameh, 23, was killed by sniper fire near Rafah.

Feb 11, 2001 – Tzachi Sasson, 35, of Kibbutz Rosh Tzurim in Gush Etzion, was shot and killed by Palestinian gunmen as he drove home from Jerusalem.

Feb 14, 2001 – Simcha Shitrit, 30, of Rishon Lezion; Staff-Sgt. Ofir Magidish, 20, of Kiryat Malachi; Sgt. David Iluz, 21, of Kiryat Malachi; Sgt. Julie Weiner, 21, of Jerusalem; Sgt. Rachel Levi, 19, of Ashkelon; Sgt. Kochava Polanski, 19, of Ashkelon; Cpl. Alexander Manevich, 18, of Ashkelon; and Cpl. Yasmin Karisi, 18, of Ashkelon were killed when a bus driven by a Palestinian terrorist plowed into a group of soldiers and civilians waiting at a bus stop near Holon, south of Tel-Aviv. In addition, 25 people were injured in the attack.

Feb 26, 2001 – The body of Mordechai Shefer, 55, of Kfar Sava, was found in an olive grove near Moshav Hagor. An autopsy revealed that he was murdered. Investigators suspect terrorist motives.

Mar 1, 2001 – Claude Knap, 29, of Tiberias was killed and 9 people injured when a terrorist detonated a bomb in a Tel Aviv to Tiberias service taxi at the Mei Ami junction in Wadi Ara.

Mar 4, 2001 – Naftali Dean, 85, of Tel Mond; his niece, Shlomit Ziv, 58, of Netanya; and Yevgenya Malchin, 70, of Netanya were killed in a suicide bombing in downtown Netanya; 60 people were injured. The Hamas claimed responsibility for the attack.

Mar 19, 2001 – Baruch Cohen, 59, of Efrat, was killed by shots fired at his car while driving to work in Jerusalem from his home in the Gush Etzion area. After being hit by bullets, he lost control of the car and collided with an oncoming truck.

Mar 26, 2001 – Shalhevet Pass, age 10 months, was killed by sniper fire at the entrance to the Avraham Avinu neighborhood in Hebron.

Mar 28, 2001 – Eliran Rosenberg-Zayat, 15, of Givat Shmuel and Naftali Lanzkorn, 13, of Petah Tikva were killed in a suicide bombing at the Mifgash Hashalom (« peace stop ») gas station several hundred meters from an IDF roadblock near the entrance to Kalkilya, east of Kfar Saba. Four people were injured. Hamas claimed responsibility for the attack.

Apr 1, 2001 – Staff Sgt. Ya’akov Krenschel, 23, of Nahariya, an IDF reserve soldier, was killed in a firefight between army and Palestinian forces southeast of Nablus.

Apr 1, 2001 – Dina Guetta, 42, of Haifa, was stabbed to death on Ha’atzmaut Street. Her murder was the initiation rite into a terrorist cell apprehended in July.

Apr 2, 2001 – Sgt. Danny Darai, 20, of Arad, was killed by a Palestinian sniper after completing guard duty at Rachel’s Tomb at the entrance to Bethlehem.

Apr 21, 2001 – The mutilated body of Stanislav Sandomirsky, 38, of Beit Shemesh, was found in the trunk of his car near a village north of Ramallah late last night. Terrorist motives are suspected.

Apr 22, 2001 – Dr. Mario Goldin, 53, of Kfar Sava, was killed when a terrorist detonated a powerful bomb he was carrying near a group of people waiting at a bus stop on the corner of Weizman and Tchernichovsky streets. About 60 people were injured in the blast. Hamas claimed responsibility.

Apr 28, 2001 – Sgt. Shlomo Elmakias, 20, of Netanya, was killed and four women passengers wounded in a drive-by terrorist shooting attack on the Wadi Ara highway in the Galilee.

Apr 28, 2001 – Simcha Ron, 60, of Nahariya, was found stabbed to death in Kfar Ba’aneh, near Carmiel in the Galilee. The terrorists responsible for the attack were apprehended in July.

May 1, 2001 – Assaf Hershkowitz, 30, of Ofra, was killed when his vehicle was fired upon and overturned at a junction between Ofra and Beit El.

May 8, 2001 – Arnaldo Agranionic, 48, was murdered by terrorists as he guarded the Binyamin Farm, a lonely outpost where he lived, on an isolated hilltop east of Itamar in Samaria.

May 9, 2001 – Yossi Ish-Ran, 14, and Kobi Mandell, 14, both of Tekoa, were found stoned to death in a cave about 200 meters from the small community south of Jerusalem where they lived.

May 10, 2001 – Constantin Straturula, 52, and Virgil Martinesc, 29, two Romanian citizens employed by an Israeli contractor, were killed in a bomb attack while repairing a vandalized fence at the Kissufim Crossing into the Gaza District.

May 15, 2001 – Idit Mizrahi, 20, of Rimonim, was fatally shot in a terrorist ambush as she drove with her father and brother on the Alon Highway to attend a family wedding. Terrorists fired 30 bullets, 19 of which hit the family’s car.

May 18, 2001 – Tirza Polonsky, 66, of Moshav Kfar Haim; Miriam Waxman, 51, of Hadera; David Yarkoni, 53, of Netanya; Yulia Tratiakova, 21, of Netanya; and Vladislav Sorokin, 34, of Netanya were killed in a suicide bombing at Hasharon Mall in the seaside city of Netanya, in which over 100 were wounded. Hamas claimed responsibility for the attack.

May 18, 2001 – Lt. Yair Nebenzahl, 22, of Neve Tzuf (Halamish), was killed and his mother seriously wounded, in a Palestinian roadside ambush north of Jerusalem.

May 23, 2001 – Asher Iluz, 33, of Modi’in was killed outside Ariel en route to supervise a road paving in the area, when Palestinian gunmen opened fire in an ambush.

May 25, 2001 – The burnt body of Yosef Alfasi, 50, of Rishon Letzion, was discovered near the West Bank city of Tulkarem.

May 29, 2001 – Gilad Zar, 41, of Itamar, was shot dead in a terrorist ambush while driving in the West Bank between Kedumim and Yizhar. The Fatah Tanzim claimed responsibility for the attack.

May 29, 2001 – Sara Blaustein, 53, and Esther Alvan, 20, of Efrat, were killed in a drive-by shooting near Neve Daniel in the Gush Etzion bloc south of Jerusalem. The Fatah Tanzim claimed responsibility for the attack.

May 31, 2001 – Zvi Shelef, 63, of Mevo Dotan, was killed in a drive-by shooting attack in northern Samaria north of Tulkarem. He was shot in the head and died en route to hospital.

June 1, 2001 – Marina Berkovizki, 17, of Tel Aviv; Roman Dezanshvili, 21, of Bat Yam; Ilya Gutman, 19, of Bat Yam; Anya Kazachkov, 16, of Holon; Katherine Kastaniyada-Talkir, 15, of Ramat Gan; Aleksei Lupalu, 16, of the Ukraine; Mariana Medvedenko, 16, of Tel Aviv; Irina Nepomneschi, 16, of Bat Yam; Yelena Nelimov, 18, of Tel Aviv; Yulia Nelimov, 16, of Tel Aviv; Raisa Nimrovsky, 15, of Netanya; Pvt. Diez (Dani) Normanov, 21, of Tel Aviv; Simona Rodin, 18, of Holon; Ori Shahar, 32, of Ramat Gan; Liana Sakiyan, 16, of Tel Aviv; Maria Tagilchev, 14, of Netanya; and Irena Usdachi, 18, of Holon were killed when a suicide bomber blew himself outside a disco near Tel Aviv’s Dolphinarium along the seafront promenade just before midnight on Friday. Sergei Pancheskov, 20, of the Ukraine; Yael-Yulia Sklianik, 15, of Holon; Jan Bloom, 25, of Ramat Gan; and Yevgenia Dorfman, 15, of Bat Yam died subsequently from their injuries. 120 people were wounded in the bombing.

June 11, 2001 – Yehuda Shoham, aged 5 months, of Shilo, died of injuries incurred in a fatal stoning on June 5. He was critically injured by a rock thrown at the family’s car near Shilo in Samaria.

June 12, 2001 – Father Georgios Tsibouktzakis, 34, a Greek Orthodox monk from the St. George Monastery in Wadi Kelt in the Judean desert, was shot and killed while driving on the Jerusalem-Ma’ale Adumim road.

June 14, 2001 – Lt.Col. Yehuda Edri, 45, of Ma’ale Adumim was killed by a Palestinian informant for Israeli intelligence in a shooting attack on the Bethlehem bypass tunnel road connecting the Gush Etzion bloc with Jerusalem. One of his security guards was seriously injured.

June 18, 2001 – Dan Yehuda, 35, of Homesh was killed in a drive-by shooting attack between Homesh and Shavei Shomron, near Nablus. Alex Briskin, 17, was moderately injured.

June 18, 2001 – Doron Zisserman, 38, of Einav, was shot and killed in his car by sniper fire near the entrance to Einav, east of Tulkarem. Fatah claimed responsibility for the attack.

June 20, 2001 – Ilya Krivitz, 62, of Homesh in Samaria was shot and killed at close range in an ambush late Wednesday afternoon in the nearby Palestinian town of Silat a-Dahar.

June 22, 2001 – Sgt. Aviv Iszak, 19, of Kfar Saba, and Sgt. Ofir Kit, 19, of Jerusalem, were killed in a suicide bombing near Dugit in the Gaza Strip as a jeep with yellow Israeli license plates, supposedly stuck in the sand, blew up as they approached.

June 28, 2001 – Ekaterina (Katya) Weintraub, 27, of Ganim in northern Samaria was killed and another woman injured late Thursday afternoon by shots fired at the two-car convoy on the Jenin bypass road.

July 2, 2001 – Aharon Obadyan, 41, of Zichron Ya’akov was shot and killed near Baka a-Sharkia, north of the West Bank city of Tulkarem and close to the 1967 Green Line border, after shopping at the local market.

July 2, 2001 – The body of Yair Har Sinai, 51, of Susiya in the Hebron hills, missing since Monday (July 2) was found early Tuesday morning shot in the head and chest.

July 4, 2001 – Eliahu Na’aman, 32, of Petah Tikva, was shot at point-blank range just inside the Green Line at Sueika, near Tulkarem.

July 9, 2001 – Capt. Shai Shalom Cohen, 22, of Pardes Hanna, was killed and another soldier was wounded when an explosive charge detonated beneath their jeep after leaving the Adoraim IDF base south of Hebron.

July 13, 2001 – Yehezkel (Hezi) Mualem, 49, father of four from Kiryat Arba, was shot and killed between Kiryat Arba and Hebron while protesting a shooting attack in the area the previous day.

July 14, 2001 – David Cohen, 28, of Betar Illit, died of injuries sustained in a drive-by shooting in Kiryat Arba on July 12.

July 16, 2001 – Cpl. Hanit Arami, 19, and St.Sgt. Avi Ben Harush, 20, both of Zichron Yaakov, were killed and 11 wounded – 3 seriously – when a bomb exploded in a suicide terrorist attack at a bus stop near the train station in Binyamina, halfway between Netanya and Haifa, at about 19:30 Monday evening. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

July 24, 2001 – The body of Yuri Gushchin, 18, of Jerusalem, brutally murdered, bearing stab and gunfire wounds, was found in Ramallah.

July 26, 2001 – Ronen Landau, 17, of Givat Ze’ev, was shot and killed by Palestinian terrorists while returning home from Jerusalem with his father.

Aug 5, 2001 – Tehiya Bloomberg, 40, of Karnei Shomron, mother of five and 5 months pregnant, was killed when Palestinian gunmen opened fire on the family vehicle between Alfei Menashe and Karnei Shomron. Three people were seriously wounded, including her husband, Shimon, and daughter, Tzippi, 14.

Aug 6, 2001 – Yitzhak Snir, 51, of Ra’anana, an Israeli diamond merchant, was shot dead in Amman, in the yard of the building where he kept a flat. His body was found the following morning.

Aug 7, 2001 – Wael Ghanem, 32, an Arab Israeli resident of Taibeh, was shot and killed by Palestinian assailants on the road near Kalkilya. Police believe he was murdered because of suspected collaboration with Israeli authorities.
Zohar Shurgi, 40, of Moshav Yafit in the Jordan Valley, was shot and killed by terrorists while driving home at night on the Trans-Samaria Highway.

Aug 9, 2001 – Giora Balash, 60, of Brazil; Zvika Golombek, 26, of Carmiel; Shoshana Yehudit Greenbaum, 31, of the U.S.; Tehila Maoz, 18, of Jerusalem; Frieda Mendelsohn, 62, of Jerusalem; Michal Raziel, 16, of Jerusalem; Malka Roth, 15, of Jerusalem; Mordechai Schijveschuurder, 43, of Neria; Tzira Schijveschuurder, 41, of Neria; Ra’aya Schijveschuurder, 14, of Neria; Avraham Yitzhak Schijveschuurder, 4, of Neria; Hemda Schijveschuurder, 2, of Neria; Lily Shimashvili, 33, of Jerusalem; Tamara Shimashvili, 8, of Jerusalem; and Yocheved Shoshan, 10, of Jerusalem were killed and about 130 injured in a suicide bombing at the Sbarro pizzeria on the corner of King George Street and Jaffa Road in the center of Jerusalem. Hamas and the Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Aug 9, 2001 – Aliza Malka, 17, a boarding student at Kibbutz Merav, was killed by terrorists in a drive-by shooting at the entrance to the kibbutz in the Gilboa region, west of Beit She’an. Three teenage girls who were with her in the car were injured, one seriously.

Aug 25, 2001 – Maj. Gil Oz, 30, of Kfar Sava; St.-Sgt. Kobi Nir, 21, of Kfar Sava; and Sgt. Tzahi Grabli, 19 of Holon were killed and seven soldiers wounded when two Palestinian terrorists infiltrated an IDF base in Gush Katif in the Gaza Strip at about 3:00 AM Saturday morning. The attackers, members of the PLO Fatah faction and of the Palestinian security forces, were killed by IDF soldiers. The Democratic Front claimed responsibility for the attack.

Aug 25, 2001 – Sharon, 26, and Yaniv Ben-Shalom, 27, of Ofarim, were killed when Palestinian gunmen opened fire on their car as they were returning home on the Jerusalem-Modi’in on road Saturday night. Their children, aged one and two, were lightly wounded. Sharon’s brother, Doron Sviri, 20, of Jerusalem was fatally wounded and died the following day.

Aug 26, 2001 – Dov Rosman, 58, of Netanya was killed in a shooting attack shortly before 17:00 on Sunday afternoon near the entrance to the village of Zaita, opposite Kibbutz Magal. Fatah claimed responsibility for the attack.

Aug 27, 2001 – Meir Lixenberg, 38, of Itamar, father of five, was shot and killed by Palestinian terrorists from a roadside ambush while traveling between the communities of Har Bracha and Itamar, south of Nablus.

Aug 29, 2001 – Oleg Sotnikov, 35, of Ashdod, a truck driver employed by Dor Energy, was killed in a terrorist shooting attack outside the Palestinian village of Kutchin, west of Nablus.

Aug 30, 2001 – Amos Tajouri, 60, of Modi’in, was shot in the head at point-blank range by a masked gunman in the Arab village of Na’alin, while dining at a restaurant owned by close friends.

Sept 6, 2001 – Lt. Erez Merhavi, 23, of Moshav Tarum was killed in an ambush shooting near Kibbutz Bahan, east of Hadera, while driving to a wedding. A female officer with him in the car was seriously injured. Fatah-Tanzim claimed responsibility for the attack.

Sept 9, 2001 – Ya’akov Hatzav, 42, of Hamra in the Jordan Valley, the driver, and Sima Franko, 24, of Beit She’an, a kindergarten teacher, were killed in a shooting attack 300 meters south of the Adam Junction in the Jordan Valley. A minibus transporting teachers to the regional school was attacked by Palestinian terrorists.

Sept 9, 2001 – Dr. Yigal Goldstein, 47, of Jerusalem; Morel Derfler, 45, of Mevasseret Zion; and Sgt. Daniel Yifrah, 19, of Jerusalem were killed and some 90 injured, most lightly, in a suicide bombing near the Nahariya train station in northern Israel.

Sept 11, 2001 – Border Policemen Sgt. Tzachi David, 19, of Tel-Aviv, and St.-Sgt. Andrei Zledkin, 26, of Carmiel, were killed just after midnight when Palestinian gunmen opened fire on the Ivtan Border Police base near Kibbutz Bachan in central Israel. A Fatah group claimed responsibility for the attack.

Sept 12, 2001 – Ruth Shua’i, 46, of Alfei Menashe, was traveling home around 19:30 PM when shots were fired from a passing vehicle near the village of Habla near Kalkilya. She sustained injuries to her head and stomach and died en route to Meir Hospital in Kfar Saba.

Sept 15, 2001 – Meir Weisshaus, 23, of Jerusalem, was fatally shot late Saturday night in a drive-by shooting on the Ramot-French Hill road in northern Jerusalem.

Sept 16, 2001 – Sgt. David Gordukal, 23, of Upper Nazareth, was killed in the exchange of fire on Saturday night in the south of Ramallah, during which five senior Palestinian terrorists were arrested and a number of Palestinian positions and a Force 17 camp were attacked.

Sept 20, 2001 – Sarit Amrani, 26, of Nokdim, was killed Thursday morning and her husband Shai was seriously wounded in a shooting attack near Tekoa, south of Bethlehem. The couple’s three children who were traveling in the vehicle were not injured. Fatah claimed responsibility for the attack.

Sept 24, 2001 – Salit Sheetrit, 28, of Kibbutz Sde Eliyahu was killed by gunfire shortly after 6:30 near Shadmot Mehola on the Jordan Valley road. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Sept 26, 2001 – Zvia Pinhas, 64, of Moshav Maor was stabbed to death in her home. The terrorist who carried out the attack, from Jenin, was arrested.

Oct 2, 2001 – Cpl. Liron Harpaz, 19, of Alei Sinai, and Assaf Yitzhaki, 20, of Lod, were killed when a Palestinian terrorist cell infiltrated the northern Gaza District community of Alei Sinai, opening fire on residents and hurling grenades into homes. 15 others were wounded in the attack.

Oct 4, 2001 – Sgt. Tali Ben-Armon, 19, an off-duty woman soldier from Pardesia, Haim Ben-Ezra, 76, of Givat Hamoreh, and Sergei Freidin, 20, of Afula were killed when a Palestinian terrorist, dressed as an Israeli paratrooper, opened fire on Israeli civilians waiting at the central bus station in Afula. 13 other Israelis were wounded in the attack. Fatah claimed responsibility for the attack.

Oct 5, 2001 – Hananya Ben-Avraham, 46, of Elad was killed by Palestinian terrorists in a machine gun ambush near Avnei Hefetz in central Israel.

Oct 7, 2001 – Yair Mordechai, 43, of Kibbutz Sheluhot was killed when a Palestinian suicide terrorist detonated a large bomb strapped to his body near the entrance of the kibbutz in the Beit She’an Valley.

Oct 17, 2001 – Tourism Minister Rechavam Ze’evy, 75, was assassinated by two shots to the head outside his room at the Jerusalem Hyatt Hotel. The Popular Front for the Liberation of Palestine claimed responsibility for the attack.

Oct 18, 2001 – Lior Kaufman, 30, of Ramat Sharon was killed and two injured, one seriously, by shots fired by terrorists at their jeep in the Judean desert, near the Mar Saba monastery.

Oct 28, 2001 – St.-Sgt. Yaniv Levy, 22, of Zichron Yaakov was killed by Palestinian terrorists in a drive-by machine-gun ambush near Kibbutz Metzer in northern Israel. The Tanzim wing of Arafat’s Fatah faction claimed responsibility for the murder.

Oct 28, 2001 – Ayala Levy, 39, of Elyachin; Smadar Levy, 23, of Hadera; Lydia Marko, 63, of Givat Ada; and Sima Menahem, 30, of Zichron Yaakov were killed when two Palestinian terrorists, members of the Palestinian police, armed with assault rifles and expanding bullets, opened fire from a vehicle on Israeli pedestrians at a crowded bus-stop in downtown Hadera. About 40 were wounded, three critically. The Islamic Jihad claimed responsiblity for the attack.

Nov 2, 2001 – St.-Sgt. Raz Mintz, 19, of Kiryat Motzkin was killed by Palestinian gunmen 5:45 P.M. on Friday at an IDF roadblock at near Ofra, north of Ramallah. The Fatah-affiliated Al-Aksa Brigade claimed responsibility for the attack.

Nov 4, 2001 – Shoshana Ben Ishai, 16, of Betar Illit and Menashe (Meni) Regev, 14, of Jerusalem were killed when a Palestinian terrorist opened fire with a sub-machine gun shortly before 16:00 at a No. 25 Egged bus at the French Hill junction in northern Jerusalem. 45 people were injured in the attack.

Nov 6, 2001 – Capt. (Res.) Eyal Sela, 39, of Moshav Nir Banim, was shot dead in an ambush by three Palestinian terrorists on the southern Nablus bypass road.

Nov 9, 2001 – Hadas Abutbul, 39, of Mevo Dotan in northern Samaria was shot and killed by Palestinian terrorists on Friday afternoon as she drove from work in nearby Shaked.

Nov 11, 2001 – Aharon Ussishkin, 50, head of security at Moshav Kfar Hess, east of Netanya, was shot and killed at the entrance to the moshav on Sunday evening, after being summoned to investigate a suspicious person.

Nov 24, 2001 – St.-Sgt. Barak Madmon, 26, of Holon, an IDF reservist, was killed by a mortar shell that landed in the soccer field of Kfar Darom in Gush Katif, while on his way to take up guard duty. Hamas claimed responsibility for the attack.

Nov 27, 2001 – Noam Gozovsky, 23, of Moshav Ramat Zvi, and Michal Mor, 25, of Afula were killed when two Palestinian terrorists from the Jenin area opened fire with Kalashnikov assault rifles on a crowd of people near the central bus station in Afula. Police officers and a reserve soldier confronted them, killing the terrorists in the ensuing firefight. Another 50 people were injured, 10 of them moderately to seriously. Fatah and the Islamic Jihad claimed joint responsibility.

Nov 27, 2001 – Etty Fahima, 45, of Netzer Hazani was killed three others were injured when a Palestinian terrorist threw grenades and opened fire at a convoy on the road between the Kissufim crossing and Gush Katif in the Gaza Strip on Tuesday evening. Hamas claimed responsibility for the attack.

Nov 29, 2001 – 1st Sgt. Yaron Pikholtz, 20, of Ramat Gan, was killed and a second soldier was injured in a drive-by shooting incident on the Green Line, near the West Bank village of Baka el-Sharkiya.

Nov 29, 2001 – Inbal Weiss, 22, of Zichron Ya’akov; Yehiav Elshad, 28, of Tel-Aviv; and Samuel Milshevsky, 45, of Kfar Sava were killed and nine wounded in a suicide bombing on an Egged 823 bus en route from Nazereth to Tel Aviv near the city of Hadera. The Islamic Jihad and Fatah claimed responsibility for the attack.

Dec 1, 2001 – Assaf Avitan, 15, of Jerusalem; Michael Moshe Dahan, 21, of Jerusalem; Israel Ya’akov Danino, 17, of Jerusalem; Yosef El-Ezra, 18, of Jerusalem; Sgt. Nir Haftzadi, 19, of Jerusalem; Yuri (Yoni) Korganov, 20, of Ma’alei Adumim; Golan Turgeman, 15, of Jerusalem; Guy Vaknin, 19, of Jerusalem; Adam Weinstein, 14, of Givon Hahadasha, and Moshe Yedid-Levy, 19, of Jerusalem were killed and about 180 injured – 17 seriously – when explosive devices were detonated by two suicide bombers close to 11:30 P.M. Saturday night on Ben Yehuda Street, the pedestrian mall in the center of Jerusalem. A car bomb exploded nearby 20 minutes later. Hamas claimed responsibility for the attack.
Ido Cohen, 17, of Jerusalem, fatally injured in the attack, died of his wounds on December 8.

Dec 2, 2001 – Prof. Baruch Singer, 51, of Gedera was killed when Palestinian gunmen opened fire on his car near the northern Gaza settlement of Elei Sinai. Hamas claimed responsibility for the attack.

Dec 2, 2001 – Tatiana Borovik, 23, of Haifa; Mara Fishman, 51, of Haifa; Ina Frenkel, 60, of Haifa; Riki Hadad, 30, of Yokne’am; Ronen Kahalon, 30, of Haifa; Samion Kalik, 64, of Haifa; Mark Khotimliansky, 75, of Haifa; Cecilia Kozamin, 76, of Haifa; Yelena Lomakin, 62, of Haifa; Rosaria Reyes, 42, of the Philippines; Yitzhak Ringel, 41, of Haifa; Rassim Safulin, 78, of Haifa; Leah Strick, 73, of Haifa; Faina Zabiogailu, 64, of Haifa; Mikhail Zaraisky, 71, of Haifa were killed and 40 injured in a suicide bombing on an Egged bus No. 16 in Haifa shortly after 12:00. Hamas claimed responsibility for the attack.

Dec 12, 2001 – Yair Amar, 13, of Emmanuel; Esther Avraham, 42, of Emmanuel; Border Police Chief Warrant Officer Yoel Bienenfeld, 35, of Moshav Tel Shahar; Moshe Gutman, 40, of Emmanuel; Avraham Nahman Nitzani, 17, of Betar Illit; Yirmiyahu Salem, 48, of Emmanuel; Israel Sternberg, 46, of Emmanuel; David Tzarfati, 38, of Ginot Shomron; Hananya Tzarfati, 32, of Kfar Saba; Ya’akov Tzarfati, 64, of Kfar Saba were killed when three terrorists attacked a No. 189 Dan bus and several passenger cars with a roadside bomb, anti-tank grenades, and light arms fire near the entrance to Emmanuel in Samaria at 18:00 P.M. About 30 others were injured. Both Fatah and Hamas claimed responsibility for the attack.
Haim Chiprot, 52, of Emmanuel, injured in the attack, died of his wounds on March 25, 2002.

Dec 17, 2001 – Zion Ohana, 45, of Adam was brutally murdered by three residents of Jaba in Samaria.

Dec 25, 2001 – Sgt. Michael Sitbon, 23, of Beit Shemesh, an IDF reserve soldier, was killed, and four other soldiers were injured, in a shooting attack Tuesday morning near the Jordanian border north of Beit She’an.

Jan 9, 2002 – Maj. Ashraf Hawash, 28, of Beit Zarzir; Sgt.-Maj. Ibrahim Hamadieh, 23, of Rehaniya; Sgt.-Maj. Hana (Eli) Abu-Ghanem, 25, of Haifa; and St.-Sgt. Mofid Sawaid, 25, of Abu Snan, four IDF soldiers of the Bedouin desert patrol unit, were killed and two injured when two armed Palestinian terrorists from the southern Gaza Strip, carrying explosive belts, assault rifles, grenades, and dressed in Palestinian Authority police uniforms, infiltrated into Israel at 04:30 this morning and attacked an IDF post near Kerem Shalom. The terrorists, one a member of the Palestinian Authority’s naval force, and the second a Hamas operative, were killed. Hamas claimed responsibility for the attack.

Jan 14, 2002 – Sgt. Elad Abu-Gani, 19, of Tiberias, was killed and an officer sustained gunshot wounds in a terrorist ambush near Kuchin, between Nablus and Tulkarm. Fatah claimed responsibility for the attack.

Jan 15, 2002 – Avraham (Avi) Boaz, 71, of Ma’aleh Adumim, an American citizen, was kidnapped at a PA security checkpoint in Beit Jala. His bullet-riddled body was found in a car in Beit Sahur, in the Bethlehem area. The Fatah’s Al-Aksa Brigade claimed responsibility for the murder.

Jan 15, 2002 – Yoela Chen, 45, of Givat Ze’ev, was shot and killed by Palestinian terrorists near the gas station at the entrance to Givat Ze’ev shortly before 20:00. Her aunt who was with her in the car was injured. The Fatah’s Al-Aqsa Brigade claimed responsibility for the murder.

Jan 16, 2002 – Shahada Dadis, 30, an Arab resident of Beit Hanina in East Jerusalem, was killed in a drive-by terrorist shooting. He was found dead in a car bearing Israeli license plates south of Jenin in the West Bank.

Jan 17, 2002 – Edward Bakshayev, 48, of Or Akiva; Anatoly Bakshayev, 63, of Or Akiva; Aharon Ben Yisrael-Ellis, 32, of Ra’anana; Dina Binayev, 48, of Ashkelon; Boris Melikhov, 56, of Sderot; and Avi Yazdi, 25, of Hadera were killed and 35 injured, several seriously, when a terrorist burst into a bat mitzva reception in a banquet hall in Hadera shortly before 23:00, opening fire with an M-16 assault rifle. The Fatah Al-Aqsa Brigades claimed responsibility for the attack.

Jan 22, 2002 – Sarah Hamburger, 79, and Svetlana Sandler, 56, both of Jerusalem, were killed and 40 were injured when a Palestinian terrorist opened fire with an M-16 assault rifle near a bus stop in downtown Jerusalem. The Fatah Al-Aqsa Brigades claimed responsibility for the attack.

Jan 27, 2002 – Pinhas Tokatli, 81, of Jerusalem was killed and over 150 people were wounded, four seriously, in a suicide bombing on Jaffa Road, in the center of Jerusalem, shortly before 12:30. The female terrorist, identified as a Fatah member, was armed with more than 10 kilos of explosives.

Feb 6, 2002 – Miri Ohana, 45, and her daughter Yael, 11, were murdered in their home when an armed terrorist infiltrated Moshav Hamra, halfway between Jericho and Beit She’an in the Jordan Valley on Wednesday evening, opening fire. IDF reserve soldier, St.-Sgt. Maj.(res.) Moshe Majos Meconen, 33, of Beit She’an, was also killed in the attack. The terrorist, who entered the Ohana home disguised in IDF uniform, was killed by IDF forces. Both Fatah and Hamas claimed responsibility.

Feb 8, 2002 – Moranne Amit, 25, of Kibbutz Kfar Hanasi was stabbed to death by four Palestinians, aged 14 to 16, while strolling on the Sherover Promenade in Jerusalem’s Armon Hanatziv neighborhood Friday afternoon.

Feb 9, 2002 – Atala Lipobsky, 78, of Ma’ale Ephraim was shot dead on Saturday night while driving on the Trans-Samaria Highway with her son. Palestinian gunmen opened fire on the car, apparently from an ambush, between Ariel and the Tapuah Junction.

Feb 10, 2002 – Lt. Keren Rothstein, 20, of Ashkelon and Cpl. Aya Malachi, 18, of Moshav Ein Habesor were killed in a drive-by terrorist shooting at the entrance to the IDF Southern Command base in Be’er Sheva. Four others were wounded, one critically. One of the terrorists was killed at the scene; the second, wearing an explosives belt, fled in the direction of a nearby school when he was shot and killed by a soldier and police officer. Hamas claimed responsibility for the attack.

Feb 14, 2002 – St.-Sgt. Ron Lavie, 20, of Katzrin, St.-Sgt. Moshe Peled, 20, of Rehovot, and St.-Sgt. Asher Zaguri, 21, of Shlomi were killed and four soldiers injured when a powerful mine exploded under a IDF tank on the Karni-Netzarim road in the Gaza Strip Thursday night, following the detonation of a roadside bomb at a civilian convoy of cars and a bus.

Feb 15, 2002 – St.-Sgt. Lee Nahman Akunis, 20, of Holon, was shot and killed by gunmen on Friday night at a roadblock north of Ramallah. The Fatah’s Al-Aksa Brigade claimed responsibility for the attack.

Feb 16, 2002 – Nehemia Amar, 15, and Keren Shatsky, 15, both of Ginot Shomron were killed and about 30 people were wounded, six seriously, when a suicide bomber blew himself up on Saturday night at a pizzeria in the shopping mall in Karnei Shomron in Samaria. Rachel Thaler, 16, of Ginot Shomron died of her wounds on February 27. The Popular Front for the Liberation of Palestine claimed responsibility for the attack.

Feb 18, 2002 – Policeman Ahmed Mazarib, 32, of the Bedouin village Beit Zarzir in the Galilee, was killed by a suicide bomber whom he had stopped for questioning on the Ma’ale Adumim-Jerusalem road. The terrorist succeeded in detonating the bomb in his car. The Fatah al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility for the attack.

Feb 18, 2002 – Ahuva Amergi, 30, of Ganei Tal in Gush Katif was killed and a 60-year old man was injured when a Palestinian terrorist opened fire on her car. Maj. Mor Elraz, 25, of Kiryat Ata and St.-Sgt. Amir Mansouri, 21, of Kiryat Arba, who came to their assistance, were killed while trying to intercept the terrorist. The terrorist was killed when the explosives he was carrying were detonated. The Fatah al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility for the attack.

Feb 19, 2002 – Lt. Moshe Eini, 21, of Petah Tikva; St.-Sgt. Benny Kikis, 20, of Carmiel; St.-Sgt. Mark Podolsky, 20, of Tel Aviv; St.-Sgt. Erez Turgeman, 20, of Jerusalem; St.-Sgt. Tamir Atsmi, 21, of Kiryat Ono; and St.-Sgt. Michael Oxsman, 21, of Haifa were killed and one wounded in an attack near a roadblock west of Ramallah. Several terrorists opened fire at soldiers at the roadblock, including three off-duty soldiers inside a structure at the roadblock, killing them at point-blank range. The Fatah al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility for the attack.

Feb 21, 2002 – Minhal Dragma, 22, of Baka al-Garbiya, was killed when a terrorist opened fire at IDF soldiers at the entrance to Baka al-Sharkiya.

Feb 22, 2002 – Valery Ahmir, 59, of Beit Shemesh was killed by terrorists in a drive-by shooting on the Atarot-Givat Ze’ev road north of Jerusalem as he returned home from work. Fatah claimed responsibility for the attack.

Feb 25, 2002 – Avraham Fish, 65, and Aharon Gorov, 46, both of Nokdim, were killed in a terrorist shooting attack between Tekoa and Nokdim, south of Bethlehem. Fish’s daughter, 9 months pregnant, was seriously injured but delivered a baby girl. The Fatah al-Aksa Brigades claimed responsibility for the attack.

Feb 25, 2002 – Police officer 1st Sgt. Galit Arbiv, 21, of Nesher, died after being fatally shot, when a terrorist opened fire at a bus stop in the Neve Ya’akov residential neighbhorhood in northern Jerusalem. Eight others were injured, two seriously. The Fatah al-Aksa Brigades claimed responsibility for the attack.

Feb 27, 2002 – Gad Rejwan, 34, of Jerusalem, was shot and killed early Wednesday morning by one of his Palestinian employees in a factory in the Atarot industrial area, north of Jerusalem. Two Fatah groups issued a joint statement taking responsibility for the murder.

Feb 28, 2002 – IDF soldier St.-Sgt. Haim Bachar, 20, of Tel Aviv was killed during clashes with Palestinians in the Balata refugee camp near Nablus. IDF forces entered the camp to search for wanted terrorists.

Mar 1, 2002 – IDF soldier Sgt. Ya’acov Avni, 20, of Kiryat Ata was killed by Palestinian sniper fire in the Jenin refugee camp.

Mar 2, 2002 – The bullet-ridden body of Jerusalem police detective Chief-Supt. Moshe Dayan, 46, of Ma’aleh Adumim, was discovered next to his trail motorcycle, near the Mar Saba Monastery in the Judean Desert. Tanzim claimed responsibility for the attack.

Mar 2, 2002 – Eleven people were killed and over 50 were injured, 4 critically, in a suicide bombing at 19:15 on Saturday evening near a yeshiva in the ultra-Orthodox Beit Yisrael neighborhood in the center of Jerusalem where people had gathered for a bar-mitzva celebration. The terrorist detonated the bomb next to a group of women waiting with their baby carriages for their husbands to leave the nearby synagogue. The victims: Shlomo Nehmad (40), his wife Gafnit (32), and their daughters Shiraz (7) and Liran (3), of Rishon Lezion; Shaul Nehmad (15), of Rishon Lezion; Lidor Ilan (12) and his sister Oriah (18 months), of Rishon Lezion; Tzofia Ya’arit Eliyahu (23) and her son Ya’akov Avraham (7 months), of Jerusalem. Avi Hazan, 37, of Moshav Adora, died of his injuries on Monday morning (Mar 4). Avraham Eliahu Nehmad, 7, of Rishon Lezion, died of his injuries on June 20. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigade took responsibility for the attack.

Mar 3, 2002 – Ten Israelis – 7 soldiers and 3 civilians – were killed and 6 injured when a terrorist opened fire at an IDF roadblock near Ofra in Samaria: Capt. Ariel Hovav, 25, of Eli; Lt.(res.) David Damelin, 29, of Kibbutz Metzar; 1st Sgt.(res.) Rafael Levy, 42, of Rishon Lezion; Sgt.-Maj.(res.) Avraham Ezra, 38, of Kiryat Bialik; Sgt.-Maj.(res.) Eran Gad, 24, of Rishon Letzion; Sgt.-Maj.(res.) Yochai Porat, 26, of Kfar Sava; Sgt.-Maj.(res.) Kfir Weiss, 24, of Beit Shemesh; Sergei Birmov, 33, of Ariel; Vadim Balagula, 32, of Ariel; and Didi Yitzhak, 66, of Eli. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigade claimed responsibility for the attack.

Mar 3, 2002 – Sgt. Steven Kenigsberg, 19, of Hod Hasharon was killed and 4 soldiers injured when a Palestinian gunman opened fire near the Kissufim crossing in the Gaza Strip. The Islamic Jihad and Tanzim claimed responsibility for the attack.

Mar 5, 2002 – Police officer FSM Salim Barakat, 33, of Yarka; Yosef Habi, 52, of Herzliya; and Eli Dahan, 53, of Lod were killed and over 30 people were wounded in Tel-Aviv when a Palestinian terrorist opened fire on two adjacent restaurants shortly after 2:00 AM. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigade claimed responsibility for the attack.

Mar 5, 2002 – Devorah Friedman, 45, of Efrat, was killed and her husband injured in shooting attack on the Bethlehem bypass « tunnel road », south of Jerusalem. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigade claimed responsibility for the attack.

Mar 5, 2002 – Maharatu Tagana, 85, of Upper Nazareth was killed and a large number of people injured, most lightly, when a suicide bomber exploded in an Egged No. 823 bus as it entered the Afula central bus station. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Mar 6, 2002 – 1st Lt. Pinhas Cohen, 23, of Jerusalem, was killed overnight near the southern Gaza town of Khan Yunis, in the course of anti-terrorist activity. Cpl.(res.) Alexander Nastarenko, 37, of Netanya was killed when Palestinian gunmen crossed the border fence and ambushed an army jeep on the patrol road near Kibbutz Nir Oz.

Mar 7, 2002 – Arik Krogliak of Beit El, Tal Kurtzweil of Bnei Brak, Asher Marcus of Jerusalem, Eran Picard of Jerusalem, and Ariel Zana of Jerusalem, all aged 18, were killed and 23 people were injured, four seriously, when a Palestinian gunman penetrated the pre-military training academy in the Gush Katif settlement of Atzmona. Hamas claimed responsibility for the attack.

Mar 8, 2002 – St.-Sgt. Edward Korol, 20, of Ashdod, was killed by a Palestinian sniper in Tulkarem.

Mar 9, 2002 – Avia Malka, 9 months, of South Africa, and Israel Yihye, 27, of Bnei Brak were killed and about 50 people were injured, several seriously, when two Palestinians opened fire and threw grenades at cars and pedestrians in the coastal city of Netanya on Saturday evening, close to the city’s boardwalk and hotels. The terrorists were killed by Israeli border police. The Fatah Al Aqsa Brigades claimed responsibility for the attack.

Mar 9, 2002 – Limor Ben-Shoham, 27, of Jerusalem; Nir Borochov, 22, of Givat Ze’ev; Danit Dagan, 25, of Tel-Aviv; Livnat Dvash, 28, of Jerusalem; Tali Eliyahu, 26, of Jerusalem; Uri Felix, 25, of Givat Ze’ev; Dan Imani, 23, of Jerusalem; Natanel Kochavi, 31, of Kiryat Ata; Baruch Lerner, 29, of Eli; Orit Ozerov, 28, of Jerusalem; Avraham Haim Rahamim, 28, of Jerusalem were killed and 54 injured, 10 of them seriously, when a suicide bomber exploded at 22:30 PM Saturday night in a crowded cafe at the corner of Aza and Ben-Maimon streets in the Rehavia neighborhood in the center of Jerusalem. Hamas claimed responsibility for the attack.

Mar 10, 2002 – St.-Sgt. Kobi Eichelboim, 21, of Givatayim died Sunday afternoon from wounds suffered in the morning when a Palestinian gunman disguised as a worker opened fire at the entrance to Netzarim in the Gaza Strip.

Mar 12, 2002 – Eyal Lieberman, 42, of Tzoran was killed and another person was wounded in a shooting attack at the Kiryat Sefer checkpoint, east of Modi’in.

Mar 12, 2002 – Yehudit Cohen, 33, of Shlomi; Ofer Kanarick, 44, of Moshav Betzet; Alexei Kotman, 29, of Kibbutz Beit Hashita; Lynne Livne, 49, and her daughter Atara, 15, of Kibbutz Hanita; and Lt. German Rozhkov, 25, of Kiryat Shmona were killed when two terrorists opened fire from an ambush on Israeli vehicles traveling between Shlomi and Kibbutz Metzuba near the northern border with Lebanon. Seven others were injured. Israeli forces killed the two gunmen, who were dressed in IDF uniforms, and carried out wide-scale searches for additional terrorists.

Mar 13, 2002 – Lt. Gil Badihi, 21, of Nataf died of injuries suffered Wednesday morning in Ramallah. He was shot in the head by a Palestinian gunman as he stood next to his tank.

Mar 14, 2002 – St.-Sgt. Matan Biderman, 21, of Carmiel, St.-Sgt. Ala Hubeishi, 21, of Julis, and Sgt. Rotem Shani, 19, of Hod Hasharon were killed and two soldiers were injured early Thursday morning when a tank escorting a civilian convoy drove over a land mine exploded on the Karni-Netzarim road in the Gaza Strip. Terrorists hiding in a nearby mosque detonated the remote-controlled explosive charge beneath the armored vehicle. The Democratic Front for the Liberation of Palestine and the Fatah’s al-Aksa Martyrs Brigade both claimed responsibility.

Mar 17, 2002 – Noa Auerbach, 18, of Kfar Sava was killed and 16 people were injured when a terrorist opened fire on passersby in the center of Kfar Sava. The gunman was shot and killed by police.

Mar 19, 2002 – 1st Lt. Tal Zemach, 20, of Kibbutz Hulda, was killed and three soldiers were injured when Palestinian terrorists opened fire on them in the Jordan Valley. Hamas claimed responsibility for the attack.

Mar 20, 2002 – Sgt. Michael Altfiro, 19, of Pardes Hanna; St.-Sgt. Shimon Edri, 20, of Pardes Hanna; SWO Meir Fahima, 40, of Hadera; Cpl. Aharon Revivo, 19, of Afula; Alon Goldenberg, 28, of Tel Aviv; Mogus Mahento, 75, of Holon; and Bella Schneider, 53, of Hadera were killed and about 30 people were wounded, several seriously, in a suicide bombing of an Egged bus No. 823 traveling from Tel Aviv to Nazareth at the Musmus junction on Highway 65 (Wadi Ara) near Afula. The Islamic Jihad claimed responsibility for the attack.

Mar 21, 2002 – Gadi (34) and Tzipi (29) Shemesh, of Jerusalem and Yitzhak Cohen, 48, of Modi’in were killed and 86 people injured, 3 of them seriously, in a suicide bombing on King George Street in the center of Jerusalem. The terrorist detonated the bomb, packed with metal spikes and nails, in the center of a crowd of shoppers. The Fatah al-Aqsa Brigades claimed responsibility for the attack.

Mar 24, 2002 – Esther Kleiman, 23, of Neve Tzuf, was killed in a shooting attack northwest of Ramallah, while traveling to work in a reinforced Egged bus.

Mar 24, 2002 – Avi Sabag, 24, of Otniel was killed in a terrorist shooting south of Hebron.

Mar 26, 2002 – Major Cengiz Soytunc of Turkey and Catherine Berruex of Switzerland, members of the TIPH observer force in Hebron, were killed in an ambush shooting by a Palestinian gunman near Halhul.

Mar 27, 2002 – 30 people were killed and 140 injured – 20 seriously – in a suicide bombing in the Park Hotel in the coastal city of Netanya, in the midst of the Passover holiday seder with 250 guests. Hamas claimed responsibility for the attack.
The victims: Shula Abramovitch, 63, of Holon; David Anichovitch, 70, of Netanya; Sgt.-Maj. Avraham Beckerman, 25, of Ashdod; Shimon Ben-Aroya, 42, of Netanya; Andre Fried, 47, of Netanya; Idit Fried, 47, of Netanya; Miriam Gutenzgan, 82, Ramat Gan; Ami Hamami, 44, of Netanya; Perla Hermele, 79, of Sweden; Dvora Karim, 73, of Netanya; Michael Karim, 78, of Netanya; Yehudit Korman, 70, of Ramat Hasharon; Marianne Myriam Lehmann Zaoui, 77, of Netanya; Lola Levkovitch, 85, of Jerusalem; Furuk Na’imi, 62, of Netanya; Eliahu Nakash, 85, of Tel-Aviv; Irit Rashel, 45, of Moshav Herev La’et; Yulia Talmi, 87, of Tel-Aviv; St.-Sgt. Sivan Vider, 20, of Bekaot; Ernest Weiss, 79, of Petah Tikva; Eva Weiss, 75, of Petah Tikva; Meir (George) Yakobovitch, 76, of Holon.
Chanah Rogan, 92, of Netanya; Zee’v Vider, 50, of Moshav Bekaot; Alter Britvich, 88, and his wife Frieda, 86, of Netanya died of their injuries on April 2-3, 2002.
Sarah Levy-Hoffman, 89, of Tel-Aviv died of her injuries on April 7, 2002.
Anna Yakobovitch, 78, of Holon died of her injuries on April 11, 2002.
Eliezer Korman, 74, of Ramat Hasharon died of his wounds on May 5, 2002.
Clara Rosenberger, 77, of Jerusalem died of her wounds on June 25, 2003.

Mar 28, 2002 – Rachel and David Gavish, 50, their son Avraham Gavish, 20, and Rachel’s father Yitzhak Kanner, 83, were killed when a terrorist infiltrated the community of Elon Moreh in Samaria, entered their home and opened fire on its inhabitants. Hamas claimed responsibility for the attack.

Mar 29, 2002 – Tuvia Wisner, 79, of Petah Tikva and Michael Orlansky, 70, of Tel-Aviv were killed Friday morning, when a Palestinian terrorist infiltrated the Neztarim settlement in the Gaza Strip.

Mar 29, 2002 – Lt. Boaz Pomerantz, 22, of Kiryat Shmona and St.-Sgt. Roman Shliapstein, 22, of Ma’ale Efraim were killed in the course of the IDF anti-terrorist action in Ramallah (Operation Defensive Shield).

Mar 29, 2002 – Rachel Levy, 17, and Haim Smadar, 55, the security guard, both of Jerusalem, were killed and 28 people were injured, two seriously, when a female suicide bomber blew herself up in the Kiryat Yovel supermarket in Jerusalem. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility for the attack.

Mar 30, 2002 – Border Policeman Sgt.-Maj. Constantine Danilov, 23, of Or Akiva was shot and killed in Baka al-Garbiyeh, during an exchange of fire with two Palestinians trying to cross into Israel to carry out a suicide attack. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility.

Mar 31, 2002 – 15 people were killed and over 40 injured in a suicide bombing in Haifa, in the Matza restaurant of the gas station near the Grand Canyon shopping mall. Hamas claimed responsibility for the attack.
The victims: Suheil Adawi, 32, of Turan; Dov Chernobroda, 67, of Haifa; Shimon Koren, 55; his sons Ran, 18, and Gal, 15, of Haifa; Moshe Levin, 52, of Haifa; Danielle Manchell, 22, of Haifa; Orly Ofir, 16, of Haifa; Aviel Ron, 54; his son Ofer, 18, and daughter Anat, 21, of Haifa; Ya’akov Shani, 53, of Haifa; Adi Shiran, 17, of Haifa; Daniel Carlos Wegman, 50, of Haifa.
Carlos Yerushalmi, 52, of Karkur, died on April 1 of wounds sustained in the attack.

Apr 1, 2002 – Sgt.-Maj. Ofir Roth, 22, of Gan Yoshiya, an IDF reserve soldier, was killed at a roadblock near Jerusalem’s Har Homa neighborhood by a Palestinian sniper firing from Beit Sahur, near Bethlehem.

Apr 1, 2002 – Tomer Mordechai, 19, of Tel-Aviv, a policeman, was killed in Jerusalem, when a Palestinian suicide bomber driving toward the city center blew himself after being stopped at a roadblock. The Fatah al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility for the attack.

Apr 3, 2002 – IDF reservist Maj. Moshe Gerstner, 29, of Rishon Lezion was killed in Jenin during anti-terrorist action (Operation Defensive Shield).

Apr 4, 2002 – Rachel Charhi, 36, of Bat-Yam, critically injured in a suicide bombing in a cafe on the corner of Allenby and Bialik streets in Tel-Aviv on March 30, died of her wounds. Some 30 others were injured in the attack. The Fatah Al-Aqsa Martyrs Brigades claimed responsibility.

Apr 4, 2002 – Border Police Supt. Patrick Pereg, 30, of Rosh Ha’ayin, head of operations in an undercover unit, was killed Thursday while attempting to arrest a wanted member of Fatah’s al-Aqsa Martyrs Brigade.

Apr 4, 2002 – Sgt.-Maj.(res.) Einan Sharabi, 32, of Rehovot; Lt. Nissim Ben-David, 22, of Ashdod; and St.-Sgt. Gad Ezra, 23, of Bat-Yam were killed during the IDF anti-terrorist action in Jenin (Operation Defensive Shield).

Apr 5, 2002 – Sgt. Marom Moshe Fisher, 19, of Moshav Avigdor; Sgt. Ro’i Tal, 21, of Ma’alot; and Sgt. Oded Kornfein, 20, of Kibbutz Ha’on – were killed in exchanges of fire between IDF troops and Palestinian gunmen in Jenin (Operation Defensive Shield).

Apr 6, 2002 – St.-Sgt. Nisan Avraham, 26, of Lod was killed and five other soldiers were lightly injured when two Palestinian gunmen opened fire and threw grenades at the entrance to Rafiah Yam in the Gaza Strip. The Palestinians, members of the Islamic Jihad, were killed.

Apr 8, 2002 – St.-Sgt. Matanya Robinson, 21, of Kibbutz Tirat Zvi, and Sgt. Shmuel Weiss, 19, of Kiryat Arba were killed in an ambush by Palestinian gunfire in the Jenin refugee camp (Operation Defensive Shield).

Apr 9, 2002 – 13 IDF soldiers were killed and 7 injured in the Jenin refugee camp by Palestinian terrorists. An IDF patrol by reserve soldiers was ambushed during operations in the refugee camp. Explosive devices were detonated against them, as well as gunfire directed against the soldiers from the rooftops of the surrounding buildings.
The soldiers killed: Maj.(res.) Oded Golomb, 22, of Kibbutz Nir David; Capt.(res.) Ya’akov Azoulai, 30, of Migdal Ha’emek; Lt.(res.) Dror Bar, 28, of Kibbutz Einat; Lt.(res.) Eyal Yoel, 28, of Kibbutz Ramat Rachel; 1st Sgt.(res.) Tiran Arazi, 33, of Hadera; 1st Sgt.(res.) Yoram Levy, 33, of Elad; 1st Sgt.(res.) Avner Yaskov, 34, of Be’er Sheva; Sgt. 1st Class (res.) Ronen Alshochat, 27, of Ramle; gt. 1st Class (res.) Eyal Eliyahu Azouri, 27, of Ramat Gan; Sgt. 1st Class (res.) Amit Busidan, 22, of Bat Yam; Sgt. 1st Class (res.) Menashe Hava, 23, of Kfar Sava; Sgt. 1st Class (res.) Shmuel Dani May

 

Accueil Qui sommes-nous ? Bibliothèque Library L’Institut Newsletter Liens Nous contacter
עברית English Русский Français Deutsch العربية
Recherche Recherche avancée

Articles

Industrie de la haine

Centre d’Etudes du Terrorisme

 
Autorité Palestinienne, Hamas
19/09/2007
Arrestation d’un Palestinien soupçonné d’avoir fomenté une fusillade contre des touristes israéliens à Amman en 2005
Le 31 juillet 2007, les forces de sécurité israéliennes et Tsahal ont arrêté Hisham Hader Shakr, 25 ans, membre du Hamas habitant le village ‘Ein Arik (à l’Ouest de Ramallah). L’interrogatoire des services de sécurité générale a permis de révéler qu’en 2005, alors qu’il se trouvait en Jordanie, Shakr et Shadi Daba’a, tous deux membres des Frères …
PDF Français
 
 
Jihad Islamique Palestinien
12/09/2007
Une roquette tirée sur le Nord du Néguev s’est abattue sur la base de Zikim, …
Le 11 septembre, peu avant 2h00 du matin, une roquette a été tirée de la région de Beit Lahiya au Nord de la bande de Gaza. L’engin s’est abattu au centre de la base de Zikim, blessant 50 soldats.
 
PDF Français
 
Jihad Islamique Palestinien
10/09/2007
Nouvelle tentative d’infiltration en Israël depuis la bande de Gaza
Le 6 septembre 2007, des soldats de Tsahal ont une nouvelle fois déjoué une tentative d’infiltration d’une cellule du Jihad Islamique Palestinien (JIP) et du Fatah. L’attaque contrecarrée a été menée par un groupe de six terroristes répartis en deux voitures et découverts à une distance d’environ 250 mètres de la …
 
PDF Français
 
 
Autorité Palestinienne
05/09/2007
Endoctrinement à l’occasion de la rentrée scolaire : une émission diffusée par …
Chaque lundi, Al-Aqsa, le principal vecteur de l’empire médiatique du Hamas, diffuse un programme pour enfants appelé « Premiers de la classe, » dans lequel des enfants compétents dans divers domaines sont interviewés. Le 3 septembre dernier, une émission spéciale à l’occasion de la rentrée scolaire a été consacrée à un …
 
PDF Français
 
Activités du Centre
04/09/2007
Bulletins d’information publiés par le Centre d’Information sur les …
Au mois d’Août 2007, 39 bulletins d’information en différentes langues ont été publiés par le Centre d’Information sur les Renseignements et le Terrorisme
 
PDF Français
 
 

© Centre d’Etudes du Terrorisme à l’Institut du Renseignement Conditions d’utilisation Plan du site Webmaster

Tournant important dans l’Affaire Al-Dura : Tsahal réclame la vidéo des rushes

Tournant important dans l’affaire al-Dura: Tsahal réclame la vidéo intégrale de la scène, C. Glick

Nul doute qu’il s’agit là d’une décision qui pourrait s’avérer déterminante pour l’issue de cette affaire et la reconnaissance du tort considérable qu’elle a causée à l’image d’Israël. Le fait que C. Glick, la célèbre éditorialiste du « Jerusalem Post », couvre ce développement, et prenne fait et cause pour Karsenty, ajoute à l’espoir que nous sommes très nombreux à caresser, à savoir, que la justice française prenne enfin au sérieux les preuves indéniables, précisément contenues dans la vidéo détenue par France 2, montrant plusieurs mises en scène, moins dramatiques que celle d’al-Dura, mais curieusement similaires, si l’on en croit le témoignage de ceux qui ont pu visionner le document filmé. Souhaitons que cette nouvelle conjoncture, plus favorable que les précédentes, voie l’aboutissement favorable des efforts et de la ténacité dont Philippe Karsenty a fait preuve dans son combat pour qu’apparaisse enfin la vérité en cette affaire. C’est ce que je lui souhaite personnellement. (Menahem Macina).

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-13111-109-1-tournant-important-affaire-al-dura-tsahal-reclame-video-integrale-scene-glick.html

17/09/07

Original anglais : « IDF demands uncut al-Dura tape ».

Traduction française : Menahem Macina

Al-Dura et son père (2000), pris sous quels tirs ?

L’armée israélienne de défense (Tsahal) est sortie de son silence officiel sur une affaire qui remonte à sept ans, et qui a été considérée comme une calomnie meurtrière [1] à l’encontre de Tsahal et de l’Etat d’Israël.

Le 10 septembre, le commandant de Police adjoint du Bureau du Porte-parole de Tsahal, le colonel Shlomi-Shalom, a adressé une lettre au correspondant permanent en Israël de la chaîne de télévision France 2, Charles Enderlin, à propos du reportage réalisé par Enderlin, le 30 septembre 2000, dont une séquence de 55 secondes a été diffusée sur ce qui s’est passé au carrefour de Netsarim au centre de la bande de Gaza, censée démontrer que Tsahal aurait pris sous son tir l’enfant al-Dura, alors âgé de 12 ans, et l’aurait tué.

Après sa diffusion exclusive, le même jour, France 2 offrit gracieusement la vidéo à tous les médias. Le film, et le récit de la mort d’al-Dura prétendument attribué à Tsahal furent rapidement rediffusés dans le monde entier.

En quelques jours, al-Dura devint un symbole de la guerre palestinienne contre Israël. A plusieurs reprises, des terroristes et leurs partisans ont évoqué son patronage pour justifier leurs assassinats d’Israéliens, de Juifs et de leurs défenseurs occidentaux.

Dans sa lettre, le colonel Am-Shalom, demande l’entièreté du film de 27 minutes, tourné ce jour-là par le caméraman de France 2, Talal Abu-Rahma, ainsi que la séquence filmée par le même le 1er octobre 2000. Am-Shalom a demandé que les films, de qualité diffusable, soient envoyés à son bureau, avant le 15 septembre, dernier délai. Jusqu’ici, France 2 n’a pas encore déféré à cette demande.

La démarche de Tsahal a pour toile de fond la bataille juridique menée contre France 2 par l’observateur des médias français, Philippe Karsenty, concernant la couverture médiatique de l’affaire al-Dura.

L’année dernière, France 2 et Enderlin ont assigné en justice Karsenty, qui dirige le site Web d’observation de la presse, Media Ratings, sous le chef d’inculpation de diffamation, pour une lettre, diffusée en 2004, accusant France 2 d’avoir mis en scène le reportage sur al-Dura.

Karsenty exigeait également la démission d’Enderlin et de la responsable de l’information, Arlette Chabot, pour leur rôle dans la diffusion de ce bobard médiatique supposé.

En octobre 2006, un tribunal français donna raison à France 2 et à Enderlin contre Karsenty.

Le tribunal reconnaissait que Karsenty avait fourni des preuves importantes indiquant que l’événement avait été mis en scène. Toutefois, dans son jugement, favorable aux plaignants, les juges dirent que les accusations de Karsenty manquaient de crédibilité parce que, affirmaient-ils à tort, ses accusations reposaient sur une seule source.

Le tribunal soulignait aussi qu’aucune autorité israélienne, ni l’armée – qui est pourtant la plus concernée -, ni le [ministère] de la Justice, n’avaient accordé le plus infime crédit aux allégations [de Karsenty] concernant l’authenticité du reportage de France 2.

Dans sa lettre à Enderlin, Am-Shalom conteste l’assertion des juges, en ces termes :

« Je dois faire remarquer [que leur affirmation] ne correspond ni aux tentatives répétées, faites par Tsahal, pour recevoir le matériel filmé, ni aux conclusions de la commission d’enquête de l’armée [sur les prétendus tirs], qui ont été largement diffusées dans les médias internationaux et français. »

Am-Shalom donne le détail les résultats de l’investigation de Tsahal concernant l’incident. Cette enquête fut ordonnée par le Major-général Yom Tov Samia, qui était alors Commandant en chef de la zone sud.

Citant Samia, Am-Shalom écrit :

« Le général a clairement établi que, d’après l’analyse de tous les éléments recueillis sur les lieux, y compris l’emplacement de la position de Tsahal, la trajectoire des balles, l’endroit où se trouvaient le père [Jamal al-Dura], et son fils, derrière un obstacle, la cadence des tirs, l’angle de pénétration des balles dans le mur derrière le père et son enfant, et l’heure des événements, nous pouvons exclure, avec la plus grande certitude, la possibilité que les tirs, qui ont apparemment atteint l’enfant et son père, aient pu être le fait des soldats de Tsahal, qui, à ce moment-là, se trouvaient à l’intérieur de leur position fixe [au carrefour]. »

Am-Shalom note en outre que :

« Le général Samia a insisté auprès de moi sur le fait que toutes ses tentatives en vue de recevoir les matériaux filmés, pour les besoins de son enquête, ont été rejetées. »

Tsahal a un besoin urgent de cette séquence filmée, affirme Am-Shalom, car

« elle a été réclamée pour le commentaire du jugement du 19 octobre 2006 [contre Karsenty], sur cette question, qui doit venir en discussion devant une cour d’appel française le 19 septembre. »

Et d’ajouter :

« Ayant eu connaissance de ce qu’il y a eu des tentatives de mise en scène médiatique d’événements [le même jour], et comme un doute a été soulevé dans ce sens concernant le récit disputé, nous avons demandé à recevoir les matériaux susmentionnés afin d’en finir avec cet épisode et de parvenir à la vérité. »

Dans le passé, Tsahal a hésité à prendre une position ferme dans l’affaire al-Dura. A l’époque de l’incident, le lieutenant-général Shaül Mofaz, alors chef d’état-major, ainsi qu’Ehud Barak, alors Premier ministre et ministre de la Défense, n’ont pas ouvertement soutenu l’enquête de Samia, ni ses résultats.

A une date aussi récente que le 23 juin 2006, le Brigadier-général Miri Regev, alors porte-parole de Tsahal, déclarait encore au Haaretz :

« Je ne suis pas en mesure de décider si Tsahal est responsable ou non de la mort d’al-Dura. »

Au lendemain du procès au civil de Karsenty, l’an dernier, Tsahal a été l’objet d’une critique considérable, tant en Israël, que de la part de groupes juifs à l’étranger, pour son silence sur cette question.

Tandis que Tsahal gardait un silence officiel, des enquêtes privées, réalisées au cours des années écoulées par divers organismes de presse et des militants sur le Web, ont gravement mis en cause la véracité du reportage de France 2.

Ces investigations ont démontré que les prétendues « attaques » de Tsahal contre des civils palestiniens ont été ouvertement mises en scène par des caméramen et des habitants palestiniens du lieu, durant toute la journée où al-Dura aurait prétendument été abattu, au carrefour de Netsarim.

Am Shalom a adressé des copies de sa lettre au général Samia, au Major-général Dan Harel, qui prend ses fonctions comme chef d’état-major, au représentant de France 2 en Israël, au président de la chaîne France 2, et à Philippe Karsenty.

Caroline Glick

© Jerusalem Post

—————–

Note du traducteur

[1] L’expression anglaise, « blood libel », souvent traduite, à tort, par accusation de ‘crime rituel’, connote une fausse histoire de meurtre inventée pour faire sensation et provoquer la haine.

—————–

[Texte anglais aimablement signalé par IMRA – Independent Media Review and Analysis – Website: http://www.imra.org.il.]

Mis en ligne le 17 septembre 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

———————————-

26/01/2007
Media-Ratings: Mise au point nécessaire suite aux contrevérités diffusées, de façon répétitive, par la MENA

26/01/2007
Chronologie de l’affaire al-Dura (en anglais)

21/01/2007
Communiqué du responsable de Desinfos.com suite à la condamnation mitigée dont il a été l’objet

18/01/2007
Jugement mitigé pour Desinfos.com qui avait publié un communiqué de Menapress (Al-Dura)

11/01/2007
Les déclarations d’officiels israéliens contribueront-elles à faire éclater la vérité dans l’affaire Enderlin-France 2 ?

11/01/2007
Deux hauts fonctionnaires de l’Etat d’Israël : la vidéo Al-Dura est un montage de propagande

28/12/2006
Interview de Raanan Gissin et de Philippe Karsenty à la Conférence de Herzliya (InfoLiveTV)

28/12/2006
Des officiels israéliens soutiennent enfin Media-Ratings dans l’affaire Enderlin – France 2

28/12/2006
Heads meet hearts in a rekindling of Zionism, Ellen Horowitz

14/12/2006
Procès Al-Dura : La relaxe requise pour le responsable du site desinfos.com, D. Vavinsky

01/12/2006
Affaire Al Doura : première défaite pour la paire Enderlin-France 2, qui ne sera probablement pas la dernière…

29/11/2006
France 2 Loses The Second al-Dura Trial

29/11/2006
Le Liban au bord de la guerre civile, H. Varulkar

28/11/2006
France 2 et Enderlin déboutés dans leur plainte contre Pierre Lurçat

05/11/2006
Panégyrique de Charles Enderlin rédigé par le journaliste belge, Bernard Meeus

05/11/2006
France: The Al-Dura Defamation Case and the End of Free Speech, John Rosenthal

05/11/2006
Les procès Al-Durah, acte II : Portrait d’une culture de l’honneur en crise

05/11/2006
Between Art and News, Part III: Ellen Horowitz on Enderlin as False Journalist

03/11/2006
Le webmaster du site voxdei jugé le 15 novembre pour ‘antisémitisme’, N. Ciarapica

03/11/2006
Certaines interventions politiques dans l’affaire Enderlin-France 2 (Media-Ratings)

03/11/2006
Are French media covering an hoax? No says a French judge before appeal

03/11/2006
« Second Time as Farce: ‘The Al-Dura Verdict on the Morning After' »

30/10/2006
Al Durah Update from Ellen Horowitz

29/10/2006
Judgment against Philippe Karsenty: What Can Explain Such a Reversal?

29/10/2006
Hizbollywood back in 2000: Al Durah Libel Makes the Rounds

29/10/2006
Affaire Al-Dura : Épilogue judiciaire, Jacques Bertoin

27/10/2006
Accusations de meurtre aux heures de grande écoute, Caroline Glick

27/10/2006
I’m off to the Palais de Justice, and I’m not just sightseeing

27/10/2006
Procès France 2/ Enderlin contre détracteurs: Un chrétien dans l’engrenage judiciaire, M. Macina

26/10/2006
Pierre Lurçat condamné pour diffamation – Et pourquoi pas moi ?

26/10/2006
Condamnation de Media-Ratings : peut-on encore faire confiance à la justice française ?

25/10/2006
French Injustice (Honest Reporting)

25/10/2006
Revue de presse du jugement du 19 octobre 2006, par Media-Ratings

24/10/2006
Entre art et information : les journalistes et l’affaire Al-Dura, E.W. Horowitz (anglais)

24/10/2006
La France… Vit-elle? Reflections on the Latest Judgment, R. Landes

24/10/2006
Prime-time blood libels, C. Glick [à propos de la condamnation de Ph. Karsenty]

24/10/2006
A Scent of Dreyfus : A Trail of Jihad, Ellen W. Horowitz

22/10/2006
La justice reconnaît qu’Enderlin a été diffamé

22/10/2006
Charles Enderlin, n’a pas truqué d’images

20/10/2006
French Court Rules in Favor of French TV in Al Durah Affair, Ezra HaLevi

20/10/2006
Al-Dura: The Verdict (Part Four), Nidra Poller

20/10/2006
Mohammed Al Dura, or Anatomy of a French Media Scandal

20/10/2006
Affaire Al-Dura dans la presse anglophone

20/10/2006
France 2 blanchie pour l’image choc de l’intifada, Stéphane Durand-Souffland

19/10/2006
Image choc de l’Intifada: Media Ratings condamné pour avoir diffamé Charles Enderlin

19/10/2006
Affaire Al-Dura: L’image-choc de l’Intafada n’est pas un montage, dit la justice

19/10/2006
The mythical martyr [Mohammed Al-Dura], Stéphane Juffa

19/10/2006
Al-Dura affair, Kafka in Wonderland: L’Express weighs in, R. Landes

19/10/2006
Image-choc de l’Intifada: Philippe Karsenty condamné pour avoir diffamé Charles Enderlin

05/10/2006
Grande soirée Media-Ratings le mardi 24 octobre / Procès Media-Ratings : une première victime

04/10/2006
Dans une interview àTélérama, Enderlin fait allusion au procès intenté par France2

04/10/2006
Affaire Al Dura : France2 avait manipulé ses images, G. Millière

01/10/2006
Al-Durah Chronologie des événements (anglais)

25/09/2006
Editorial de Jacques Tarnero sur le procès qu’Enderlin et France 2 font à Media-Ratings

25/09/2006
Tract de la CFE-CGC sur le procès que Fr2 et Ch. Enderlin ont intenté à Media-Ratings

25/09/2006
French TV Network Sues Over Palestinian Shooting Controversy, By Eva Cahen

20/09/2006
Les coûts cachés des erreurs des médias: Mohammed al Dura et l’intifada française

20/09/2006
Pallywood disponible avec sous-titrage français

20/09/2006
Chronologie de l’affaire al-Dura (en anglais)

19/09/2006
L’image choc de l’intifada en procès, Stéphane Durand-Souffland

19/09/2006
Affaire Al Dura : procès France 2 / Media Ratings

19/09/2006
Can Internet criticism of Mideast news footage be slander ? Doreen Carvajal

19/09/2006
AC-Medias : Suivi de la presse

19/09/2006
La justice française se prononcera sur les images controversées de la mort de Mohamed al-Dura

18/09/2006
Compte rendu de l’audience du procès contre France 2 (Media Ratings)

17/09/2006
Al-dura à Paris [Procès Karsenty]

16/09/2006
Conversations avec Charles Enderlin: Aux origines de mon témoignage, R. Landes

15/09/2006
Vive la France républicaine : Elle vit toujours ! (Version française), R. Landes

14/09/2006
Vive la France républicaine : elle vit toujours ! (Original anglais) Richard Landes

14/09/2006
French TV sues over al-Dura killing, Michel Zlotowski

14/09/2006
Al-Dura : le procès (1ère Partie), Nidra Poller

14/09/2006
Al-Dura : Le procès (2ème partie), Nidra Poller

13/09/2006
Procès Al-Durah : état d’esprit de la France du début du XXIe siècle

11/09/2006
Alain Genestar (Paris Match) & Maurice Szafran (Marianne) : le divorce du naïf et du donneur de leçons

11/09/2006
2 vidéos et 2 sites pour comprendre l’affaire al-Dura

11/09/2006
Le Figaro pris en flagrant délit de mensonge

11/09/2006
International Herald Tribune et New York Times consacrent un article à la mise en scène de France 2

11/09/2006
The Israeli Crime That Wasn’t, By Alyssa A. Lappen

08/09/2006
Les Rushes de Talal abu Rahmeh et l’affaire al Durah

20/06/2006
Nouvelle manipulation de Ch. Enderlin, dévoilée par Metula News Agency, Menahem Macina

19/06/2006
Transcription intégrale de l’Hebdo du médiateur de France 2 du 17 juin 2006

18/05/2006
Israel-Hate: France’s National Sport, Jamie Glazov

19/03/2006
France 2 dans la tourmente, Victor Perez

04/01/2006
Fox News donne une leçon de journalisme aux médias (Media-Ratings)

21/12/2005
Affaire Al-Dura: la bonne et la mauvaise presse selon AcMedias, Menahem Macina

21/12/2005
Myth, Fact, and the al-Dura Affair, Nidra Poller

19/12/2005
Un dossier troublant : l’invention du meurtre de Mohamed A Dura, Gérard Huber

08/12/2005
Nomenklatura française en danger : Mohamed Al Doura aurait été vu au marché de Gaza

17/11/2005
A-Dura : la revue de presse d’ACMédias

16/10/2005
Interview de Charles Enderlin, par Elisabeth Schemla

14/10/2005
Presse française, prends garde de ne pas perdre ton âme ! Menahem Macina

26/09/2005
Contrived image, Mona Charen

14/09/2005
France 2 : Arlette Chabot et Charles Enderlin doivent être démis de leurs fonctions immédiatement

14/09/2005
Mise en scène d’Enderlin : Arlette Chabot devrait lâcher son falsificateur

14/09/2005
Daniel Schneidermann : texte, mensonges et vidéos

14/09/2005
Nouveaux éléments accablants dans la mise en scène de France Télévisions

14/09/2005
Le Wall Street Journal accable France 2 et Charles Enderlin tout en citant Media-Ratings

14/09/2005
Affaire Enderlin : France Culture défie France Télévisions

14/09/2005
Désinformation : Les mystères d´un montage d´icône vidéo

14/09/2005
Pourquoi il faut revenir sur l’affaire Al Dura, Jean-Pierre Bensimon

14/09/2005
La blanche probité de Fr2. Quelques constats sur l’art de désinformer l’Occident et de persister

13/09/2005
Ces images qui nous mentent [retour sur l’affaire Al-Dura], D. Gelertner

02/07/2005
Affaire France 2 – Enderlin : le CSA remplira-t-il enfin sa mission ?

01/07/2005
Affaire France 2 – Enderlin : le CSA remplira-t-il enfin sa mission ? (Media-Ratings)

10/05/2005
Affaire Enderlin – France 2 : information exclusive et bientôt l’épilogue (Media-Ratings)

08/03/2005
Jihad, Apocalypse et Antisémitisme, Richard Landes (interview)

15/02/2005
Finkielkraut sur l’affaire Al-Dura/Enderlin/Fr2 (« Qui vive! »)

09/02/2005
10.02, Ch. Enderlin invité du Forum de nouvelobs.com

08/02/2005
Al-Dura/Fr2: coupable d’intelligence avec l’ennemi (II)

08/02/2005
Al-Dura/Fr2: Coupable d’intelligence avec l’ennemi (III)

08/02/2005
Ne tirez pas sur le webmestre !

07/02/2005
Al-Dura: Guet-apens dans la guerre des images, Jeambar/Leconte

07/02/2005
Al-Dura/Fr2: coupable d’intelligence avec l’ennemi (I)

07/02/2005
The mysteries of an iconic video frame, D. Carvajal (IHT)

07/02/2005
Mystères de la mise en scène d’une vidéo-culte, D. Carvajal

05/02/2005
Al-Dura/Fr2 Interview D. Jeambar- D. Leconte (RCJ)

04/02/2005
5 poses du film de la mort d’Al-Dura: Tir palestinien

04/02/2005
Al-Dura: médias et carences du porte-parole de Tsahal, T. Segev

03/02/2005
Affaire Al-Dura, pseudo-enquête sur une mort énigmatique, D. Zomersztajn

01/02/2005
Al-Dura Ghetto de Verre, P. Foster 20 sept. 2001

01/02/2005
Texte précis de l’interview de Denis Jeambar et Daniel Leconte diffusée sur RCJ le 1er février 2005

31/01/2005
« Jeune Afrique-L’intelligent » et l’affaire Al-Dura

31/01/2005
ACMEDIAS rejoint le camp des accusateurs de France 2

30/01/2005
Al-Dura/Fr2: Pas de nouvelle affaire Dreyfus ! M. Macina

30/01/2005
Al-Dura/Fr2: Pas de nouvelle affaire Dreyfus ! M. Macina

27/01/2005
Non à la censure à la source, Charles Enderlin

26/01/2005
Les journalistes-combattants [affaire Al-Dura], L. Monnerat

25/01/2005
Fr2/Ména, 2 journalistes français: on nous a instrumentalisés

13/01/2005
L’Association Mondiale des Journaux s’étonne du traitement de l’affaire Enderlin dans les principaux médias français

13/01/2005
CSNnews.com consacre un article ravageur à l’affaire Endelin et cite Media-Ratings

29/12/2004
Mise en scène d’Enderlin : Arlette Chabot devrait lâcher son falsificateur (Medias-Ratings)

28/12/2004
The Israeli Crime That Wasn’t, By Alyssa A. Lappen

22/12/2004
Les troubles de l’affaire Enderlin, Paul-François Paoli

02/12/2004
Les ravages du «meyssanisme» juif (Fr2/Al-Dura), M. Macina

02/12/2004
France 2 accusée dans la presse/sur les sites (Suite)

30/11/2004
France 2 accusée: échos dans la presse et sur les sites

27/11/2004
‘A. Chabot et C. Enderlin (Fr2) doivent être démis de leurs fonctions’

27/11/2004
L’âge d’or de l’«hénaurme», Daniel Schneidermann

27/11/2004
Al-Dura victime de Palestiniens, pas d’un complot journalistique

27/11/2004
Al-Durah (mise au point)

25/11/2004
Question écrite du député Blum (polémique Fr2 affaire Al-Dura)

25/11/2004
A-Dura/Fr2: Un syndicat de l’Audiovisuel soutient S. Farnel

25/11/2004
La controverse de Netzarim [A-Dura/France 2], N. Delesalle, M. Belpois

25/11/2004
Qui a tué A-Dura ? Enquête de Pierre Rehov (Rappel)

24/11/2004
Un Israélien: Ména, Al-Dura, combats inutiles. Mieux à faire

22/11/2004
Al-Dura victime de Palestiniens, pas d’un complot journalistique

21/11/2004
(Al-Dura) Mise au point sur les faits imputés à France 2, M. Macina

21/11/2004
(Al-Dura) Dépêche AFP suite à la conférence d’A. Chabot

21/11/2004
Affaire al-Dura: Plainte en justice de France Télévision (JTA)

18/11/2004
Affaire Al-Dura: cesser de se marcher sur les pieds ! M. Macina

18/11/2004
Affaire Al-Dura : France 2 se rebiffe !

16/11/2004
[Al-Dura] réaction à l’interview d’Arlette Chabot sur Radio J

08/11/2004
Affaire Al-Dura: Saisine du Conseil d’Etat, où en est-on ?

08/11/2004
Affaire Al-Dura: Interpellation du Ministre de la Culture

25/10/2004
Plainte contre le CSA: L’affaire Al-Dura revient à la une

25/10/2004
L’affaire A-Dura revient à la une de deux sites

01/10/2004
« Qui a tué Mohamed Al-Dura ? » (‘Contre-Champs’) dans les kiosques

14/08/2004
Bras de fer entre la Mena et le ‘Nouvel Obs’, I. & J. Tsadik, S. Juffa

02/03/2004
Saisine du Conseil d’Etat (Fr2 et affaire Al Dura)

02/03/2004
Pétition nationale à l’encontre du CSA (affaire Al Dura)

02/03/2004
Le Conseil d’Etat saisi sur l’affaire Al Dura (communiqué de presse)

17/02/2004
FR2 dans le collimateur pour l’affaire al-Dura

17/02/2004
Primo envoie un huissier à FR2 pour l’affaire Al Dura

12/02/2004
Rebondissement dans l’affaire Al Dura? Par Julius

25/12/2003
Affaire Al-Dura : l’autopsie d’un mensonge, J.-P. Ney (Ména)

25/12/2003
Affaire Al-Dura : l’autopsie d’un mensonge, J.-P. Ney (Ména)

27/04/2003
Lettre ouverte à Charles Enderlin, Par Eytan Ellenberg

24/04/2003
Le général Y.T. Samia s’exprime sur l’affaire Al-Dura, Amnon Lord

21/01/2003
« Contre-expertise d’une mise en scène » (affaire Al Dura), de G. Huber

16/01/2003
Requête d’honnêteté intellectuelle, V. Perez

15/01/2003
Affaire Al-Dura …

21/12/2002
Al-Dura/Fr2: C’était sans Goebbels, menteurs !

05/11/2002
FR2 et Enderlin : Meir Rosen a fait face, mais l’a-t-on entendu?

03/11/2002
La responsabilité d’Enderlin et de FR 2 engagée? Capino

03/11/2002
Réactions à l’émission « Arrêt sur l’image » à propos d’Enderlin

03/11/2002
Affaire Enderlin: N. Lipzyc écrit au réalisateur d' »Arrêt sur Images »

03/11/2002
Enquête sur la mort de Mohamed Al Dura: la vidéo enfin accessible

03/11/2002
La responsabilité d’Enderlin et de FR 2 engagée? Capino

03/11/2002
Réactions à l’émission « Arrêt sur l’image » à propos d’Enderlin

02/11/2002
«Magnéto, Serge!»… débats TV Enderlin, Shapira, Trigano (3-4/11)

01/11/2002
Self-service: FR 5 à la rescousse d’Enderlin, J.-P. Chemla

07/10/2002
Mazerolle : « Enderlin, on est avec toi! »

05/10/2002
Une manifestation calme… Prix de la désinformation, V. Chemla

03/10/2002
Manifestation contre la désinformation: les pour

03/10/2002
Manifestation contre la désinformation: les contre

03/10/2002
Compte rendu manifestation 2 octobre, H. Lind

01/10/2002
La Ména se fâche… pour rien. On lui répond… pour quelque chose, Macina

01/10/2002
Dernières précisions sur la manifestation du 2 octobre

29/09/2002
Détails concernant la manifestation du 2 octobre (France 2 et Enderlin)

28/09/2002
Demandez à Zola… par Menahem Macina

25/09/2002
Who really killed Mohammed al Dura

25/09/2002
Doriel’s Report on the killing of M. al Dura

25/09/2002
The Intifada Incident at Netzarim [Mohammed Al Dura]

25/09/2002
Who caused the televised death of 12-year-old M. al-Dura?

23/09/2002
France 2 et Enderlin : prix de la désinformation

23/09/2002
Prix de la désinformation à France 2 et à Charles Enderlin

18/09/2002
Qui a tué M. al-Dura? Calomnie meurtrière médiévale version 2000, Amnon Lord *

17/09/2002
L’affaire Al Dura serait-elle une manipulation médiatique sans précédent?

05/09/2002
Who killed M. al-Dura? 12-year-old Palestinian boy likely martyred by his own people

05/09/2002
Un timbre tunisien à l’effigie de Mohammed al-Dura

05/09/2002
Rabbins hostiles à Israël entérinent l’assassinat de M. Al-Dura

26/08/2002
Le petit Mohammed al Dura exécuté par les siens

15/08/2002
Who killed Muhammad al-Dura ? Blood Libel – model 2000, By Amnon Lord

29/04/2002
L’affaire Mohammed al-Dura revisitée, Menahem Macina

15/04/2002
Halte au lynchage médiatique d’Israël ! Luc Rosenzweig

13/04/2002
Affaire Al Dura, A2 fait de la rétention de preuves, Capino

21/03/2002
Mohammed Al-Dura a été tué par des Palestiniens

21/03/2002
Qui a tué Mohammed al-Doura ? La controverse est relancée (Baudouin Loos)

21/03/2002
Pourquoi je ne manifesterai pas le 23 mars, par Gérard Huber

08/12/2001
Al-Dura Ghetto de Verre, P. Foster 20 sept. 2001

06/12/2001
Al-Dura: médias et carences du porte-parole de Tsahal, T. Segev

04/12/2001
L’enquête sur l’affaire Al-Dura ne convainc pas la presse, A. Cygielman

04/12/2000
Who killed Mohammed al=Dura

israel infos

  A LA UNE

   
Un soldat de Tsahal tué à Shekhem

 
Au cours d’échange de tirs dans le camp de réfugiés de Beit Ilma, un sergent chef israélien a été  mortellement atteint par des balles palestiniennes.

 
Bentzion Henman, 22 ans, a succombé mardi à ses blessures suite à des affrontements entre soldats israéliens et  Palestiniens à proximité de Naplouse. Le premier ministre Ehud Olmert a téléphoné au député Effi Eitam (PNR-Ihoud Leoumi), qui est l’oncle du défunt et qui habite le même village de Nov que la famille du soldat tué, pour lui présenter ses condoléances.
Dans la nuit de lundi à mardi des forces de parachutistes de Tsahal ont pénétré dans le camp de Beit Ilma pour y arrêter des terroristes, suite à des informations sur la programmation d’attentats en Israël par le Hamas et le Front populaire de libération de la Palestine, pendant les prochaines fêtes.  Durant l’opération, des échanges de tirs intensifs se sont déroulés, entraînant la mort du jeune soldat, qui devait terminer son service le mois prochain.
Le palestinien responsable du tir fatal,  Mouhammad Khaled, un adolescent de 17 ans membre du FPLP, a été tué par la riposte des militaires, qui ont par ailleurs interpellé plusieurs suspects, et découvert des caches d’armes et d’explosifs.
Dans cette même région, Tsahal avait appréhendé il y a une dizaine de jours un jeune garçon en possession de trois charges explosives, évitant ainsi un attentat devant se dérouler à Tel-Aviv, alors qu’il y a deux semaines, un autre soldat israélien avait été blessé suite à l’explosion de la jeep dans laquelle il circulait, qui avait sauté sur une bombe à Naplouse.

 

  Sécurité

Cours €, $ au 18.09.07
 Euro +0,17% 5,6894Nis
 Dollar

+0,24%

4,103 Nis
Météorologie 19.09.07
 Jérusalem

17-27°C
 Paris

7-17°C
 
 
Holyland Park : Une résidence privée pour des gens comme vous
      ;;

 
 
 

 

 

 

 

Pour vos départs en Israël
Réservez
 votre Taxi Shérut

 
 

Des contacts  en 1 click !
Campagnes médiatiques d’emailing
auprès de 100.000 abonnés

Israelemails.com

 

Contactez nous  pour être
présent sur la revue de presse Israélienne diffusée quotidiennement à plus de 100000 abonnés.
Tél. France : 01.72.38.66.08
Israël : 054.495.62.24
   email

 
 

    Le ministre de la défense, Ehud Barak, a assuré qu’il ferait le maximum pour faciliter la circulation des palestiniens en Judée-Samarie, affirmant cependant que des barrages militaires ne  seraient retirés qu’en fonction de critères de sécurité.

 

  Diplomatie

 
–   La secrétaire d’état américaine, Condoleezza Rice, s’est envolée pour Israël où elle doit notamment rencontrer son homologue israélienne Tzipi Livni, et le Premier ministre Ehud Olmert, afin de mettre au point le programme de la Conférence internationale pour la paix qui se tiendra  à Washington en novembre prochain sous l’égide des Etats-Unis.
 
–   Le président de l’Etat a affirmé mardi à des journalistes étrangers que la période de tension dans les relations avec la Syrie était terminée. « Israël est sincère dans ses efforts de paix, et il n’y a pas lieu de revenir sur des rumeurs et des spéculations », a ajouté Shimon Peres. Il a par ailleurs affirmé qu’Israël était prêt à négocier directement avec les Syriens pour parvenir à la paix.

 

  Politique

 
Selon un sondage publié mardi, la cote de popularité d’Ehud Olmert a bondi de 10% en deux semaines pour atteindre 35%, apparemment suite aux informations diffusées dans la presse étrangère sur un raid aérien au dessus de la Syrie, au début du mois de septembre.

 

  Justice

 
–   Un Palestinien soupçonné d’avoir voulu perpétrer un attentat contre des israéliens en Jordanie, a été inculpé mardi par un tribunal militaire. Khader Shkeir, 25 ans, membre du Hamas, est accusé d’avoir planifié en 2005 une attaque suicide contre des touristes israéliens dans un grand hôtel de la capitale jordanienne. Le terroriste avait pu être intercepté à temps par les services de sécurité jordaniens qui l’avaient extradé vers Israël.
 
–   La demande du Premier ministre Ehud Olmert d’obtenir le remboursement par l’Etat des frais engagés pour sa défense devant la commission Winograd,  a été accordée par le conseiller juridique du gouvernement, Meny Mazouz. Tous les employés de la fonction publique qui sont obligés de se défendre devant un tribunal peuvent, d’après la loi israélienne, demander le remboursement de leurs frais de justice, si l’affaire dans laquelle ils comparaissent est directement liée à leur fonction.
 
–   Le tribunal de district de Petah Tikva a condamné à une amende de 2.700 shekels un shohet (sacrificateur rituel) qui a égorgé en 2004, 150 poulets pour les kapparot (coutume ancestrale pratiquée la veille de Kippour) en dehors de tout contrôle vétérinaire, comme l’exige la loi. C’est la première fois que la justice israélienne se penche sur la question controversée de cette coutume traditionnelle.

 

  Economie

 
Le ministre des Finances, Roni Bar-On, a annoncé avoir nommé au poste de trésorier général de l’Etat, le directeur général de la banque Leumi en Suisse. Shouki Oren, 48 ans, doit succéder à Yaron Zelika dont le mandat n’a pas été renouvelé, alors que ce dernier a fait appel devant la Cour suprême contre cette décision. Le contrôleur de l’Etat, Micha Lindenstrauss, avait pour sa part demandé au ministre des Finances de suspendre le licenciement de Zelika.

 

  Tourisme

 
Selon les chiffres publiés par le ministère du Tourisme, le nombre de visiteurs en Israël entre janvier et août 2007 est  en augmentation de 9% par rapport à la même période de l’année précédente. Un million quatre cent soixante mille touristes sont ainsi entrés en Israël pendant les huit premiers mois de cette année, la grande majorité par la voie des airs.

 

  Sport

 
La joueuse de tennis israélienne Tzipi Obziler (112éme mondiale) s’est qualifiée pour le second tour du tournoi de Calcutta, en battant la russe Yaroslova Shedova (88éme mondiale) en deux sets.

 

  Divers

 
–   Collaboration israélo-iranienne en Thaïlande : Les équipes israéliennes dépêchées sur les lieux du crash aérien de Phuket, ont accepté d’aider les iraniens à  l’identification des corps des ressortissants de leur pays. Six victimes israéliennes ont été formellement identifiées sur les huit  portées disparues après l’accident.
 
–   Des milliers de personnes ont participé mardi soir au Kotel à une prière collective pour le rétablissement de l’ancien Grand rabbin d’Israël, Avraham Elkana Shapira, 96 ans, dont l’état de santé s’est détérioré durant Rosh Hashana. Le rabbin Shapira, directeur spirituel de la Yeshivat Mercaz Harav à Jérusalem, est l’une des autorités les plus respectées du monde sioniste religieux.

 
 
  

Israelinfos.net vous souhaite une agréable journée.

 

 


 

Lundi 17 septembre 2007

 

haine palestinienne des l’enfance

Fond de haine chez les Palestiniens (cliquer deux fois ici pour voir la video)
envoyé par davidgolani

 

Daniel
Pipes

 

Liste de diffusion de Daniel Pipes
16 septembre 2007

 
  Page d’accueil | Articles | Annulation  
 

Cours d’Islam accéléré pour l’Amérique

par Daniel Pipes
New York Sun
11 septembre 2007
http://fr.danielpipes.org/article/4912

Version originale anglaise: America’s Crash Course On Islam
Adaptation française: Alain Jean-Mairet

Comment va la «guerre contre le terrorisme»? On pourrait trouver réjouissante l’absence d’opération terroriste réussie de grande envergure contre des Occidentaux depuis les attentats à la bombe de Londres, en juillet 2005. Mais la morosité domine. Par exemple lors d’un récent sondage réalisé par le magazine Foreign Policy auprès de 108 experts américains (dont moi-même), seuls 6% des spécialistes estimèrent que «les États-Unis sont en train de gagner la guerre contre la terreur», contre une écrasante majorité de 84%.

Ce négativisme reflète une double réalité: l’islamisme progresse partout (hors d’Iran), alors que le monde civilisé reste empêtré dans de profondes erreurs – il se fait des reproches pour la haine des Musulmans, il sous-estime et il apaise son ennemi. Plusieurs tendances se font jour:

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles, notamment l’approfondissement des connaissances et la propagation de la prise de conscience, par un nombre croissant d’Occidentaux, surtout à droite, de la nature de la guerre et de l’ennemi. Les Américains lisent des livres, regardent des documentaires, suivent l’évolution de l’actualité et s’impliquent activement.

Ainsi, l’expression «guerre contre la terreur», largement acceptée il y a six ans, est maintenant généralement considérée comme obsolète, car elle confond une tactique avec un ennemi (néanmoins, elle reste d’usage faute d’un consensus sur son remplacement).

Et aucun officier supérieur américain ne dirait plus rien aujourd’hui qui ressemble à l’analyse émise par Colin Powell au lendemain du 11 septembre 2001, selon laquelle les attentats terroristes «ne doivent pas être considérés comme l’œuvre des Arabes ou des Musulmans; ce sont des actes de terroristes».

Au lieu de réfuter ces sornettes, les conservateurs débattent d’une question encore pratiquement inexistante avant le 11 septembre et qui mérite une attention particulière en raison de ses implications politiques. Certains considèrent que le monde musulman traverse une crise temporaire et cherchent des moyens de l’aider à moderniser sa religion, afin que les Musulmans puissent s’épanouir. D’autres veulent voir l’Islam comme un culte mortifère irrécupérable et cherchent à interdire l’Islam et à se séparer des Musulmans.

D’une manière plus générale, le débat public constant et intense sur l’Islam a permis aux citoyens d’être beaucoup mieux informés. Avant le 11 septembre, peu d’Américains connaissaient des termes tels que djihad et fatwa, sans parler d’ijtihad, de dhimmitude ou de burqa. Plus rares encore étaient ceux qui pouvaient discuter des versets abrogés du coran ou émettre une opinion sur la nature islamique des crimes d’«honneur». Aujourd’hui, ces thèmes sont abordés avec maîtrise par des blogueurs, des animateurs de tables rondes et même des responsables de la police.

 

Le rapport du NYPD.

   

Le mois dernier, par exemple, le New York Police Department (NYPD) publia un rapport impressionnant, intitulé «Radicalization in the West: The Homegrown Threat (Radicalisation en Occident: la menace intérieure), montrant que le terrorisme trouve ses origines dans la pensée d’intellectuels islamiques. D’où vient le processus de radicalisation selon le NYPD? «L’idéologie djihadiste ou salafiste-djihadiste est le moteur qui motive» de jeunes Musulmans nés occidentaux à s’adonner au terrorisme contre leur propre pays.Il y a six ans, un rapport de police n’aurait pas contenu une telle affirmation et surtout n’aurait pas fait usage de termes tels que «l’idéologie salafiste-djihadiste». Il vaut la peine de relever que le NYPD admet lui-même qu’il a eu besoin de temps pour atteindre ce niveau de sophistication: «Alors qu’auparavant nous aurions situé l’élément initial de la menace au point où un terroriste ou un groupe terroriste aurait projeté un attentat, nous portons maintenant notre attention plus en aval de ce point», au début du processus de radicalisation.

 

Rabbin Eric H. Yoffie, président de l’Union for Reform Judaism.

   

En dépit de ces nombreux progrès, les commentateurs libéraux en restent à des déclarations inexactes aux termes desquelles «tous les Américains» seraient affligés d’une «énorme et profonde ignorance de l’Islam» (pour citer le mot tout récent du rabbin Eric H. Yoffie, le président de l’Union for Reform Judaism, s’exprimant de surcroît lors d’une convention islamiste).L’issue de la «guerre contre le terrorisme», à mon avis, dépendra moins de nouvelles percées en avionique ou de réussites des services de renseignement que du degré de compréhension de la nature de leur ennemi que pourront atteindre les populations civilisées et de leur capacité à s’unir contre lui. Il faut pour cela que les libéraux se souviennent, comme le dit Salim Mansur au Canada, que «la démocratie libérale n’est pas une idéologie moins armée que l’idéologie islamiste». Que nous réserve l’avenir – plutôt le «United We Stand» de 2001 ou plutôt les profondes divisions actuelles?

La réponse à cette question pourrait se révéler décisive. L’histoire me donne des raisons d’être optimiste, car jusqu’à présent les démocraties occidentales se sont toujours imposées. Pour qu’il en soit ainsi une fois de plus, les préparatifs devront inclure l’étude de l’Islam et des Musulmans.

LES SAOUDIENS CONTINUENT A REMPLIR LES COFFRES 
Imaginez ma surprise de découvrir que nos alliés dans le Royaume de l’apartheid religieux continuent encore à jouer un double jeu, nous souriant et prenant notre argent, puis se retournant et donnant cet argent à nos ennemis pour qu’ils mènent le jihad contre nous…!

Bryan Ross

LES SAOUDIENS CONTINUENT A REMPLIR LES COFFRES

D’AL QAEDA

Par Bryan Ross, avec l’aide de Rhonda Schwartz et Maddy Sauer

ABC News- 11 Septembre 2007

Traduit par Albert Soued, dernier livre – Quand le Moyen-Orient verra-t-il la lumière ?

D’après des sources officielles, en dépit de 6 ans de promesses, l’Arabie Saoudite détourne son regard des riches citoyens Saoudiens qui continuent à envoyer des millions $ à Al Qaeda.

« Si je pouvais d’une baguette magique couper les vivres à un pays, je le ferais à l’Arabie » dit Stuart Levey, le Sous Secrétaire d’état au Trésor, chargé de repérer le financement du terrorisme, à ABC News.

Comme allié des Etats-Unis, en dépit de quelques efforts dans la guerre contre la terreur, Levey dit que l’Arabie saoudite a laissé tomber. Aucun des Saoudiens identifiés comme financiers de la terreur n’a été poursuivi. « Alors que la preuve est évidente, ces gens qui financent des organisations terroristes devraient être arrêtés et poursuivis comme terroristes » poursuit-il. D’après des sources officielles, aussi bien la liste des Etats-Unis que celle de l’Onu comprend Yasin al Qadi, un riche homme d’affaires, qui nie les faits et reste libre comme personnalité en vue dans son pays. Son avocat de Londres Guy Martin du cabinet Carter-Ruck dit que les Etats-Unis n’ont jamais produit de preuves à leurs allégations. Martin dit « Il n’a jamais été jugé, ni même inculpé dans aucune juridiction dans le monde. Malgré les allégations, il n’y a jamais eu de poursuite criminelle. C’est un Guantanamo financier pour mon client qui est victime d’une grosse manipulation juridique qui se poursuit, situation à la Kafka, où des gens sont mis sur une liste sans raison »

L’Ambassade Saoudienne ne commente pas les allégations particulières de Levey, alors qu’après les attaques du 11/9, un porte-parole a annoncé que son pays avait pris des mesures immédiates pour « que les banques identifient et gèlent les avoirs liés aux terroristes et aux personnes identifiées dans une liste par le gouvernement américain ». Il disait que les banques Saoudiennes s’étaient pliées à l’exigence de gel et avaient commencé des recherches sur les transactions passées des suspects liés à al Qaeda.

Ces mêmes officiels américains se disent également frustrés par les promesses vides du Pakistan en relation avec la poursuite des sanctuaires d’al Qaeda dans ce pays, disant qu’il leur fallait des détails. L’ambassadeur pakistanais à l’Onu, Mounir Akram dit à ABC News « S’ils ont des infos, ils devraient les partager avec nous et nous les attaquerons ». Interrogé sur la confiance qu’on pouvait avoir dans son pays, l’ambassadeur poursuit « Bien, si les Etats-Unis n’ont pas confiance dans le Pakistan, comment le Pakistan peut-il être un allié des Etats-Unis? »

Question qui a eu des échos aux Etats-Unis.

Ainsi avec de l’argent frais et des sanctuaires, Al Qaeda a été capable de recruter et d’entraîner une nouvelle génération de terroristes, et de diffuser un torrent de vidéos d’une propagande nouvelle.

Osama ben Laden vient justement d’apparaître sur 2 vidéos, avec le testament d’un des terroristes du 11/9. Et ben Laden dit « et il nous appartient à chacun de nous de faire notre part », comme conclusion de la présentation exemplaire de ce Walid al Shehri. « Et je le dis devant chaque jeune Musulman, c’est ton devoir de rejoindre la caravane jusqu’à son terme, la marche pour aider le Très Haut et l’Omnipotent continue! »

Suite à cet appel, on s’attend maintenant à la venue de terroristes du Pakistan.

« Il y a un sanctuaire dans le Nord-Ouest du Pakistan, qui a remplacé l’Afghanistan » dit Richard Clarke, l’ex-responsable du contre-terrorisme à la Maison Blanche et aujourd’hui consultant chez ABC News.

Note de la traduction

Il faut savoir ici que nombre de citoyens américains dans les affaires et dans l’administration, notamment la défense, sont liés financièrement à l’Arabie qui distribue largement ses prébendes depuis maintenant plus de 70 ans. Et ceci expliquerait cela.

Quant au Pakistan, il s’agit d’une poudrière que les Etats-Unis sont obligés de manier avec précaution. Le pays n’est pas à l’abri de graves attentats et l’arsenal nucléaire n’est protégé que grâce à la fidélité actuelle de l’armée pakistanaise, qui semble s’islamiser de plus en plus.

Imagine my surprise to discover that our allies in the religious apartheid kingdom of Saudi Arabia are still playing a double game, smiling in our faces and taking our money, then turning around and giving that money to our enemies to wage jihad:

U.S.: Saudis Still Filling Al Qaeda’s Coffers

By Brian Ross

Rhonda Schwartz and Maddy Sauer contributed to this report.

ABC News – September 11, 2007

Despite six years of promises, U.S. officials say Saudi Arabia continues to look the other way at wealthy individuals identified as sending millions of dollars to al Qaeda.

« If I could somehow snap my fingers and cut off the funding from one country, it would be Saudi Arabia, » Stuart Levey, the under secretary of the Treasury in charge of tracking terror financing, told ABC News.

Despite some efforts as a U.S. ally in the war on terror, Levey says Saudi Arabia has dropped the ball. Not one person identified by the United States and the United Nations as a terror financier has been prosecuted by the Saudis, Levey says.

« When the evidence is clear that these individuals have funded terrorist organizations, and knowingly done so, then that should be prosecuted and treated as real terrorism because it is, » Levey says.

Among those on the donor list, according to U.S. officials, is Yasin al Qadi, a wealthy businessman named on both the U.S. and U.N. lists of al Qaeda financiers one month after the 9/11 attacks.

Al Qadi, who has repeatedly denied the allegations, remains free, still a prominent figure in Saudi Arabia.

Al Qadi’s London-based attorney, Guy Martin of Carter-Ruck law firm, said the United States has never produced any evidence in support of the allegations against his client.

« He hasn’t been tried, let alone convicted, anywhere in any jurisdiction in the world, » said Martin. « While allegations have been made, there have been no formal criminal proceedings. »

« This is a financial Guantanamo to my client who is the victim of a gross and on-going miscarriage of justice, » said Martin. « This is a Kafka situation where people are put on this list with no due process. »

While the Saudi embassy had no comment regarding Levey’s specific allegations, a spokesman did note that after the Sept. 11 attacks, the country took prompt action and « required Saudi banks to identify and freeze all assets relating to terrorist suspects and entities per the list issued by the United States government. » The statement went on to say that « Saudi banks have complied with the freeze requirements and have initiated investigations of transactions that suspects linked to Al Qaeda may have undertaken in the past. »

U.S. officials say they are equally frustrated with what they call the empty promises of Pakistan to go after al Qaeda’s sanctuaries in their country.

Pakistan says it is willing to take action if the U.S. provides details.

« If they had specific information, they should share it with us, and we would go after them, » Pakistani Ambassador to the U.N. Munir Akram told ABC News.

When asked whether the U.S. can trust his country, Ambassador Akram said, « Well, if the U.S. doesn’t trust Pakistan, how can Pakistan be an ally of the U.S.? »

A question echoed by many in the U.S.

With fresh funds and a safe haven, al Qaeda has been able to recruit and train a new class of terrorists as well as send out a stream of new propaganda tapes.

Just today, al Qaeda’s leader Osama bin Laden was seen on a second video this week, introducing the video will of one of the 9/11 hijackers.

« And it remains for us to do our part, » bin Laden said as he held up 9/11 hijacker Waleed al Shehri’s life as an example. « So I tell every young man among the youth of Islam: it is your duty to join the caravan until the sufficiency is complete and the march to aid the High and Omnipotent continues. »

U.S. officials fear there are more like al Shehri heeding bin Laden’s call and coming now from Pakistan.

« The consequence is that there is in effect a sanctuary in the northwest part of Pakistan, just like the sanctuary that used to exist before we invaded Afghanistan, » Richard Clarke, the former White House counterterrorism official and now ABC News consultant, said.
_________________

Monde / Moyen & Proche Orient

The Associated Press – 15/09/07 à 12:12:01 – 461 mots
Monde
Al-Qaïda propose une récompense pour le meurtre d’un caricaturiste suédois

Le chef de l’organisation Al-Qaïda en Irak propose une récompense pour le meurtre d’un caricaturiste suédois dont des dessins ont été jugés insultants par la communauté musulmane. Il menace de s’en prendre aux grandes entreprises suédoises.

« Nous appelons à l’assassinat du caricaturiste Lars Vilks qui a osé insulter notre Prophète » et « nous annonçons une récompense pendant ce généreux mois du Ramadan de 100.000 dollars (72.000 euros) pour quiconque tuera ce criminel », déclare Abou Omar al-Baghdadi, dans un enregistrement audio diffusé samedi sur un site Internet islamique.

Il a porté cette récompense à 150.000 dollars (108.000 euros) si l’artiste est « égorgé comme un mouton » et proposé 50.000 dollars (36.000 euros) pour la tête du rédacteur en chef du journal suédois, « Nerikes Allehanda », qui avait publié la série de dessins de Lars Vilks le 19 août dernier. Le caricaturiste avait notamment dessiné la tête du prophète sur un corps de chien.

Contrairement aux caricatures du prophète de Mahomet qui avaient déclenché de violentes manifestations dans les pays musulmans l’an dernier, il y a eu peu de réactions aux dessins de Lars Vilks.

Réagissant samedi à ces menaces, l’artiste suédois a reconnu qu’il y avait là un « véritable problème ». « Nous pouvons seulement espérer que les musulmans en Europe et dans le monde occidental choisiront de prendre leurs distances avec ceci et de soutenir le principe de la liberté d’expression », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

Le rédacteur en chef du quotidien, Ulf Johansson, a expliqué qu’il prenait cette récompense « plus au sérieux » que d’autres menaces déjà reçues. « C’est plus explicite. Le fait qu’on mette votre tête à prix n’est pas quelque chose de fréquent ». Il a pris contact avec la police.

Dans l’espoir de désamorcer les tensions provoquées par la publication de ces dessins, le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt a invité la semaine dernière 22 ambassadeurs originaires de pays musulmans et basés en Suède. Il a fait part de ses regrets pour la peine causée par les dessins, tout en rappelant qu’il n’appartenait pas au monde politique de sanctionner la liberté de la presse.

Dans son message, Abou Omar al-Baghdadi explique qu’en l’absence d’excuses de « l’Etat croisé de Suède », Al-Qaïda en Irak attaquera des compagnies suédoises. « Nous savons comment vous contraindre à faire marche arrière et présenter vos excuses et, si vous ne le faites pas, attendez-vous à ce que nous frappions l’économie de vos grandes entreprises, comme Ericsson, Scania, Volvo, Ikea, et Electrolux », a mis en garde le chef de l’organisation terroriste. AP

ir/v140/v145/v172

Copyright 2007 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

 

From:
Dr. Reuven Erlich
Director
The Intelligence and Terrorism Information Center
at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at
the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Dear hashomeret hashomeret

Lettre dinformation du Centre d‘Information sur les Renseignements et le Terrorisme

Veuillez trouver ci-joint des informations sur :

 

Endoctrinement à l‘occasion de la rentrée scolaire : une émission diffusée par la chaîne Al-Aqsa du Hamas a montré un enfant expert dans le domaine du jihad

Télécharger le dossier PDF (103KB)

http://www.terrorism-info.org.il

Goovideo.com compte:  571 Vidéos   2795 Commentaires

Koutoubia.com, Téléchargez les vidéos Youtube et Dailymotion.
 GooVideo   |   Imilchil   |   Jeux   |   Blog Gratuit   |   SMS Gratuit   |     Mahjoob 
tva      LCN       Itele       Deejay       2M Maroc       France 24 


 

Pour mieux surfer, téléchargez Firefox muni de la barre d’outils Google.

Attentat kamikaze raté au Maroc!

Réagissez sur le forum de Goovideo, exprimez vous !

Un jeune kamikaze marocain s’est grièvement blessé dans la cité impériale de Meknès ce lundi quand la bonbonne de gaz qu’il voulait faire exploser dans un autocar de touristes a explosé à quelques mètres de là. L’attentat, qui s’est produit place Lahdim, un des lieux les plus fréquentés par les étrangers qui visitent la médina de la ville, n’a fait aucune victime.
« Il se dirigeait vers le bus mais n’a pu atteindre son objectif grâce à la vigilance du conducteur », selon l’agence marocaine MAP. Selon un responsable de la police qui ciait des témoins, le jeune homme était en discussion avec deux autres personnes avant de commettre son acte. Ses deux compagnons, qui ont pris la fuite, sont activement recherchées. « Les touristes, de différentes nationalités, notamment française, italienne et américaine, sont allés ensuite déjeuner et ont poursuivi leur périple au Maroc », a ajouté ce responsable. L’agence MAP a assuré qu’il s’agit « d’une tentative isolée et désespérée, face au renforcement des mesures de sécurité et aux campagnes d’assainissement ayant ciblé les milieux extrémistes, notamment ceux de la Salafia Jihadia ».

« Menace terroriste avérée »

Selon une source policière, le jeune homme, âgé de 23 ans et ingénieur de travaux publics, fonctionnaire à Meknès, a eu un bras arraché et a été atteint au foie. Il a été évacué vers l’hôpital militaire Mohammed V de Meknès, où son état est jugé critique.
Le 6 juillet dernier, le royaume avait mis toutes ses forces de sécurité en état d’alerte maximum pour contrer une « menace terroriste avérée » qui, selon les experts, émanerait de la branche maghrébine d’Al-Qaïda. La police antiterroriste a aurait ainsi arrêté des dizaines de suspects depuis six mois, selon une source policière. « Cette campagne a mis les terroristes sur la défensive et a déstabilisé leurs complots, les poussant à commettre des actes de désespoir comme celui-ci », a avancé une autre source. Cet attentat manqué présenterait des similarités avec les attentats suicide de Casablanca, en mars et avril de cette année, au cours desquels sept kamikazes se sont fait exploser, tuant aussi un policier, dit-on dans l’entourage de la police.

dimanche 19 août 2007   –  5 Elul 5767

Inscription – Connexion  

MESSAGE AUX MUSULMANS : LA FOI ET LA RAISON !
Xiang CHEN
samedi 18 août 2007 – 21:34
ajaxpage2(‘/ajax/media.aspx?id=39539’, ‘Media’)

Les analyses successives du Pape Benoît XVI sur la Foi et la Raison et du Philosophe R. Redeker sur l’Islam n’ont apporté aucune solution aux menaces de guerres permanentes d’islamistes fanatiques.

Ce problème ne pouvant rester en l’état, il apparaît nécessaire de le disséquer en profondeur en utilisant une technique différente, celle du bouddhisme.

Comme chacun sait, le bouddhisme n’est pas une religion, mais un travail constant sur soi-même afin d’atteindre un jour « la perfection » (ou l’idée que l’on s’en fait suivant son évolution), ce qui met fin à l’ignorance et brise le cycle des réincarnations.

Pour un bouddhiste, le spirituel, le matériel, le passé et le présent forment une seule et même dimension. Il faut bien entendu croire en la réincarnation qui est une chance à chaque fois de s’améliorer davantage.

Ainsi des imperfections d’il y a 3000 ans réapparaissent de siècles en siècles tant qu’elles n’ont pas été effacées.

Il en découle que les Islamistes ont un travail de perfectionnement à accomplir qui leur a été imposé depuis des millénaires. Que l’on ne s’y trompe pas, le but n’est pas qu’ils deviennent la risée de tous mais qu’ils découvrent le chemin qui était le leur et les points sur lesquels ils doivent travailler d’urgence afin de rattraper le temps perdu.

Dans le cas qui nous occupe, les bases du Coran reposent sur la Torah (Bilble Hébraïque) où il est dit qu’Ismaël est fils d’Abraham.

La Torah rapporte que Saraï âgée et se croyant stérile présenta Agar sa servante égyptienne à son époux afin d’avoir par elle des enfants d’Abraham. La servante Agar devenue enceinte regarda avec mépris Saraï et celle-ci la chassa. (Genese Chap. 16)

Ainsi chassée, l’ange de l’Éternel trouva Agar près d’une source dans le désert et lui dit :

– Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d’Ismaël,

Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui; et il habitera en face de tous ses frères.

Cette prédiction a été faite il y a 3800 ans !

Il semblerait que les islamistes répondent parfaitement à ce critère. Al Qaïda, Hezbollah, Hamas, Fatah, Fatah Al-Islam, Sunnites, Chiites, Talibans,. etc… l’Islam, toujours l’Islam, bombes humaines, attentats, terrorisme, on ne peut s’y tromper !

Et tant que le Coran préconisera la Guerre Sainte, tout musulman, même le plus pacifique est un homme potentiellement dangereux.

Le problème est ainsi posé : Il y a d’une part des ânes sauvages levant la main contre tous (avec triple portion et régime spécial pour Israël) et d’autre part le Coran.

Les deux réunis ne peuvent assurément qu’être explosifs.

En effet, le Coran préconise de tuer tous les impies (les non musulmans) au nom d’Allah. Ce qui fait beaucoup de monde et aucun pays n’est à l’abri.

Bizarrement, parmi toutes les religions connues sur cette terre, il n’y a pas un seul Dieu qui ordonne de tuer en son Nom, SAUF ALLAH ! La question se pose :

  • Soit Allah n’a créé que les musulmans et il serait un Créateur de deuxième catégorie,
  • Soit il a créé les impies rien que pour être tués par les musulmans et là cela devient franchement crétin.
  • Soit le Prophète a mal entendu,
  • Soit le Coran a été remanié après la mort du Prophète à une époque où la majorité du peuple était analphabète et dans l’incapacité de contrôler les Ecrits.

Il n’en reste pas moins que l’Humanité court un réel danger et doit s’apprêter à PERIR.

Le dressage ! C’est la solution qui vient immédiatement à l’esprit. Toutefois la prophétie est formelle, il s’agit d’ANES et non de chevaux et l’expérience de professionnels indique que l’un peu comprendre, mais l’autre….????

A moins que les ânes sauvages décident de leur plein gré d’échanger leurs peaux de bêtes contre celles d’érudits afin d’illuminer le monde. Cette prophétie n’est pas une malédiction mais davantage un poteau indicateur montrant la direction à suivre et le travail à effectuer qui pourrait se résumer ainsi : L’âne doit apprendre à écouter, réfléchir, prendre le temps de peser le pour et le contre et s’il s’apprête à donner des coups de sabots c’est qu’il n’a rien compris, qu’il réfléchisse davantage.

Premiers pas sur cette voie :

Le Coran présente une erreur fondamentale, Allah n’a jamais pu demander de tuer en son Nom. Dans la Torah il y a 3 niveaux où il faut faire un choix entre le Bien et le Mal.

Alors que veut vraiment Allah ?

L’Histoire offre une belle piste dans la généalogie du Prophète Mahomet qui indique qu’il aurait pour lointain ancêtre Hachim fondateur de la dynastie Hachémite qui désigne traditionnellement un clan de la tribu des Quraychites (Qorayshites ou Koraïchites descendants de Quraych). La famille royale de Jordanie revendique également cette ascendance.

Cette généalogie est en réalité un petit caillou blanc laissé par un ancêtre, un condensé d’une histoire magnifique :

– Hachém (Hachim) est le nom du Dieu du Peuple Juif,

– Quraych est le nom de Cyrus II le Grand (Kurash en vieux persan) fondateur de l’Empire Perse Achéménide (Hachem).

Cyrus II le Grand fut un grand Roi mais sa particularité est d’avoir été le seul Messie patenté et reconnu officiellement par Hachém (prophéties d’Isaïe chapitres 44 et 45). Une petite preuve pour les sceptiques : le Cylindre de Cyrus (exposé au British Muséum) qui est considéré comme la « première charte des droits de l’homme »

– Prise de Babylone sans faits de guerre,

– Interdiction aux soldats de semer la terreur,

– Suppression du joug des Babyloniens,

– Rois des pays conquis maintenus dans leurs fonctions,

– Reconstruction du pays,

– Libération du peuple Juif et reconstruction du Temple de Jérusalem

Cela se passait il y a 2500 ans !

Il ressort de cette histoire merveilleuse dont l’étude doit être approfondie, que Allah, Hachim, Hachem, Marduk et bien d’autres, sont un seul et même Dieu souhaitant le bien de tous. Par son pouvoir il évite même à Cyrus de combattre, n’est-ce pas la preuve formelle qu’Allah est contre toutes tueries ?

Il y a maintenant pour les musulmans une grave décision à prendre :

– Soit rester dans l’ignorance et obéir aveuglément au Prophète,

– Soit obéir à Allah et lui faire plaisir.

Il y a par ailleurs des plaies millénaires à panser :

Dans la Torah (Genese § 22) Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai ».

Il est certain que cette petite phrase vue par le petit bout de la lorgnette par Ismaël l’a fait souffrir outre mesure durant plusieurs millénaires au point que le Coran prétend que c’est Ismaël le fils unique qui aurait été offert en holocauste, preuve formelle d’une dualité encore présente 2433 ans après la naissance d’Ismaël. Autre preuve, Abraham, le propre père d’Ismaël est brûlé mais par intervention Divine il ne se consume jamais. On peut ainsi mesurer par ces coups de canifs à l’histoire l’ampleur, de la haine d’Ismaël.

Pour en trouver les causes, il faut reprendre l’histoire d’Agar depuis le début et pour cela imaginons un véhicule :

La carrosserie abrite la tribu d’Abraham, Abraham au volant, Dieu dans le moteur et quatre roues représentant Saraï.

Une grosse panne arrive, Saraï est stérile et on fait alors appel à Agar. La roue de secours une fois installée, regarde avec mépris les trois autres, à la suite de quoi elle se fait éjecter.

Ce qu’il fallait comprendre, c’est que si l’on enlève les trois roues principales, la roue de secours ne sert plus à rien et la bonne attitude aurait été d’avancer tous ensemble vers un but que seuls Abraham, Sarah et Dieu connaissaient.

Il est vrai que personne n’a envie d’être une roue de secours, c’est pourquoi cette petite roue de nos jours doit faire l’effort de se hausser au niveau d’une roue principale pour comprendre le danger qu’Agar représentait pour toute la tribu. Ce n’était pas tout d’enfanter, il fallait aussi d’autres qualités.

Bien entendu Ismaël bercé par Agar a grandi dans l’idée de rejet, d’être le mal aimé d’Abraham et de Dieu et toute sa descendance a été bercée de la même manière.

Il suffit de reprendre la Torah pour voir que ce mode de pensée est totalement erroné.

Abraham dit à Dieu: Oh ! qu’Ismaël vive devant ta face !

Et Dieu répondit : A l’égard d’Ismaël, je t’ai exaucé. Voici, je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l’infini; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une Grande Nation.

– 12 Princes pour Ismaël – 12 tribus pour Israël (branche d’Isaac)

– Une Grande Nation pour Ismaël (réalisable de nos jours sur le modèle de l’Empire Perse de Cyrus) – Une petite nation pour Israël.

– Des territoires immenses riches en pétrole pour le monde Arabe – Un mouchoir de poche pour Israël.

– Si l’on compare la descendance d’Ismaël à celle d’Isaac, il en manque beaucoup d’un côté.

Qui a été le mieux servi sur le plan matériel ?

La balance de Hachém est terriblement précise : Si Ismaël a reçu d’immenses territoires, Isaac a également droit à une petite terre pour faire vivre sa descendance. Le déséquilibre apparent étant compensé par des biens spirituels suivant les mérites de chacun.

L’Etat d’Israël y compris Gaza, la Cisjordanie et le Golan, selon la Torah est la part d’héritage d’Isaac pour sa descendance, au Peuple Juif seulement.

La Torah est là pour attester de cette volonté Divine et de cette justice que tout être humain a la faculté de comprendre.

Les Palestiniens ont déjà eu leur part dans les terres d’Ismaël (Monde Arabe) où ils peuvent participer à la construction d’un Empire.

En conséquence, le territoire d’Israël doit être libéré de toute présence musulmane d’une part parce qu’il s’agit de l’héritage d’Isaac, d’autre part parce qu’il faut faire la preuve aux yeux du Monde et d’Allah des nouvelles intentions des musulmans afin d’obtenir la libération des territoires d’Ismaël actuellement sous le joug US (une fois le dépôt des armes et l’absence de toutes velléités contre quiconque de la part des musulmans, on pourra constater qu’il existe un terrorisme non musulman qui profite des circonstances pour envenimer la situation et y trouver des avantages).

Ainsi libérés, la construction d’un Empire devient possible rapidement pour le Bien de tous en éliminant les travers du passé (aides financières extérieures car il y a une nécessité à être libres et autonomes afin d’éviter tous les pièges qu’elles comportent) dans le respect des Droits de l’Homme et de la Femme, l’érudition et un niveau de vie des populations largement supérieurs au strict minimum. En bref, l’inverse des modes de pensées actuels.

La Torah apporte un complément d’informations sur la ligne de conduite à adopter dorénavant par Ismaël (Genese Chapitre 4) pour la construction de son Empire.

1°) « Dieu ne porta pas un regard favorable sur l’offrande de Caïn ». D.ieu étant par définition parfaitement juste c’est que l’offrande de Caïn n’était pas conforme aux souhaits de D.ieu.

2°) «Tu ne convoiteras pas le bien d’autrui».

La ligne de conduite est de faire plaisir à Hachém ou Allah EN LIEN DIRECT AVEC LUI, sans essayer de surpasser Abel ou Isaac ou épater la galerie afin d’obtenir un sourire plus large de D.ieu (sinon l’offrande devient détestable car elle est entachée des sentiments les plus bas)

La Jalousie, la Haine et le meurtre existent depuis Caïn, il serait peut-être temps de les bannir définitivement !

Vendredi 17 août 2007

a ramallah on appelle au califat

A RAMALLAH ON APPELLE AU CALIFAT

 

Par Nissan Ratzlav-Katz

Israel News – Aroutz Shewaa‘ tire de www.IsraelNN.com  – 14/08/2007

Traduit par Albert Soued pour www.nuitdorient.com

 

Samedi dernier, le 11 août 2007, un mouvement international dont le fonds de commerce est d’appeler au Califat mondial a tenu un colloque à Ramallah, à quelques encablures de Jérusalem. Avec ce colloque, H’izb al Tahrir Al Islami ou « Parti de la libération de l’Islam » a formellement établi une branche de l’empire global musulman dans l’Autorité palestinienne (AP), seul moyen de libérer les Musulmans pour lui. Les médias de l’AP ont rapporté que l’événement a réuni des milliers de participants sous la bannière « Le Califat, la force qui monte« .

Le mouvement a confirmé que l’installation d’un califat, ou empire global musulman, était le seul moyen de libérer les Musulmans du « racisme », de la « dégradation » et de l' »occupation »… Le chef du parti Ata Khalil Abu Al-Rashtha a dit que le rassemblement de Ramallah était le 1er du genre en AP. Cet homme est un ingénieur civil de la région de Hébron.

Selon l’agence de presse Maa’n, basée en AP, une 1ère conférence a traité des nombreux conflits du monde où des Musulmans sont concernés. Le conférencier a rappelé que le califat était la seule solution pour sauver ces Musulmans des situations difficiles où ils se trouvaient. La 2ème conférence intitulée « les médias et le califat » suggère que les Musulmans doivent faire en sorte que la priorité des médias soit de favoriser l’installation de ce califat mondial et global. Le califat est un impératif de l’unité musulmane.

Selon le site web de H’izb al Tahrir Al Islami, « Hizb Ut-Tahrir est un parti politique dont l’idéologie est l’Islam. Son objectif est de réinstaller le mode de vie islamique, en fondant un état islamique qui applique les règles de l’Islam, et de le clamer à travers le monde entier« . Cette organisation a été créée en 1952 à Jérusalem.

Au bout du compte, H’izb al Tahrir Al Islami veut voir le Califat accepté par les masses musulmanes, un empire qui s’étendrait sur le monde entier par la daa’wa (persuasion) et le jihad (lutte armée). Ce parti veut diffuser ses objectifs auprès des Musulmans et il cherche à déstabiliser les pays où ceux-ci vivent. De ce fait, certains pays arabes considèrent ce mouvement comme une menace, puisque son idéologie précise que « toutes les terres islamiques sont aujourd’hui des zones d’infidélité, puisque l’Islam n’y gouverne plus« . Ainsi H’izb al Tahrir Al Islami veut transformer les maisons d’infidélité en maisons d’Islam. Et pour savoir si un foyer est islamique ou non, cela ne dépend pas du fait que ses habitants soient musulmans ou non, mais plutôt comment la sharia’ y est appliquée et si la protection de cette maison est assurée par des musulmans ou des infidèles.

En Irak, en Jordanie, en Syrie, en Egypte, en Tunisie, en Lybie les régimes locaux ont tué ou emprisonné des douzaines de membres de H’izb al Tahrir Al Islami. Ce mouvement est soit totalement banni ou partiellement comme des certains pays d’Asie Centrale, en Russie et en Allemagne. Au Royaume Uni, l’interdiction a été proposée du fait de l’enseignement antisémite qu’il prodigue.

Actif dans le monde entier, H’izb al Tahrir Al Islami a aujourd’hui son implantation principale en Europe Occidentale, avec des cellules importantes. Le califat est promu aussi par d’autres groupes islamiques et par des individus en Israël, en Asie Centrale et en Chine, dans la province de Xinjiang. En Israël ce message de califat global a déjà été entendu dans le passé. En mars 2007, alors qu’il s’adressait à un rallye de masse, un chef du Hamas ex-officiel de l’AP, Mahmoud A-Zahar a réitéré la position fondamentale de son organisation, c’est-à-dire l’éradication d’Israël et l’installation du gouvernement de l’Islam dans le monde entier.

En février 2006, Ibrahim Sarsour, le président des partis unifiés Liste arabe et Taa’l à la Knesset, disait: « La loi sur terre, du moins en terre arabe et musulmane devrait être dictée par un caliphe. Nous croyons dans l’Islam et dans le Califat, et pas dans la séparation de la religion et de l’état« . En septembre de la même année, le chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël a déclaré qu’un nouveau califat allait bientôt renaître, avec comme capitale Jérusalem.

 

Calling for a Global Califate in Ramallah


by Nissan Ratzlav-Katz

Israel News – Arutz Sheva from www.IsraelNN.com  – August 14th, 2007

 

An international movement that has made the Islamic call for a worldwide Califate its trademark held a conference in Ramallah on Saturday. With this conference, Hizb Ut-Tahrir Al-Islami (the Islamic Liberation Party) has formally established a Palestinian Authority branch in the Global Muslim empire which is the only way to liberate Muslims. PA media reported that the event was attended by thousands of participants under the banner, « Califate: The Coming Force« .

The movement said that the establishment of a Califate, a global Muslim empire, is the only way to liberate Muslims from « racism, » « degradation, » and « occupation. » Hizb Ut-Tahrir leader Ata Khalil Abu Al-Rashtha said that the Ramallah gathering was the first of its kind in the PA. Al-Rashta is a civil engineer from Hevron region.

According to the PA-based Ma’an news agency, the first of two lectures delivered at the conference addressed the many conflicts around the world that involve Muslims. The speaker set forth the idea that Califate is the only solution to « rescue » Muslims from their various local predicaments.

The second lecture, titled « Media and the Issue of Califate » suggested that Muslims should make sure the Califate and discussion of global Islamic rule is the first priority of the media. The Califate, the speaker argued, was imperative to Muslim unity.

According to the Hizb Ut-Tahrir website, « Hizb Ut-Tahrir is a political party whose ideology is Islam. Its objective is to resume the Islamic way of life by establishing an Islamic State that executes the systems of Islam and carries its call to the world« . The organization was founded in 1952 in Jerusalem.

 

Ultimately, Hizb Ut-Tahrir wants to see a Califate, accepted by the Muslim masses, that spreads Islam in the world through daa’wa (persuasion) and jihad. Until that point, the group focuses on educating Muslims about its goals, spreading these views among others in their countries and causing un-Islamic governments to disintegrate.

Arab regimes thus consider Hizb Ut-Tahrir a particular threat, as the group’s ideology states that « the reality is that all the Islamic lands are currently a House of Faithlessness, for Islam is no longer implemented over them; thus, Hizb-ut-Tahrir adopted the transformation of this House into a House of Islam. With regard to determining whether a household is Islamic or not, this is not dependent on whether its inhabitants are Muslims or not, but rather on what is implemented in terms of rules and on whether the security of the House is in the hands of the Muslims or the infidels« .

 

In Iraq, Jordan, Syria, Egypt, Tunisia and Libya, the regimes have killed or imprisoned dozens of Hizb Ut-Tahrir members. The group is banned completely or partially in several Arab and Central Asian countries, as well as in Russia and Germany. In the United Kingdom, a ban has been proposed due to Hizb Ut-Tahrir’s anti-Semitic teachings from Islamic sources.

Hizb ut-Tahrir, active worldwide, now has its main base in Western Europe with large Califate has been promoted by other Islamic groups and individuals in Israel, contingents operating in central Asian Muslim countries and in China’s Xinjiang province.

The message of a global Califate has been promoted by other Islamic groups and individuals in Israel in the past. In March of 2007, while addressing a mass rally, senior Hamas leader and former PA official Mahmoud A-Zahar reiterated his organization’s fundamental position advocating the complete obliteration of Israel and the worldwide rule of Islam.

In February 2006, chairman of the combined United Arab List and the Ta’al parties in the Knesset, Ibrahim Sarsour, said, « Rule on earth, at least in Arab and Muslim land, should be implemented by the Caliph. We believe in Islam and in the Califate and not in separation between state and religion » In September of the same year, the leader of the northern branch of the Islamic Movement in Israel declared that a new Califate will soon arise, with its capital in Jerusalem.

 

 


Dix-huit homosexuels poursuivis au nom de la charia

 

Un juge d’une cour islamique d’un Etat du nord du Nigeria a ordonné jeudi le maintien en détention jusqu’au 21 août de dix-huit homosexuels interpellés pour avoir participé à un mariage gay et poursuivis pour sodomie, a annoncé l’agence de presse nigériane NAN.

Ils risquent jusqu’à la peine de mort, selon la charia.

Arrêtés mercredi, les 18 hommes sont accusés d’avoir participé le 5 août à Bauchi, une ville du nord du pays dans l’Etat du même nom qui applique la loi islamique (charia), à une fête organisée à l’occasion du mariage de deux de leurs amis homosexuels dans un hôtel de la ville.

Tadius Boboi, chef des enquêteurs de la police, a déclaré jeudi à la Cour devant laquelle comparaissaient les accusés que ceux-i portaient des atours féminins, dont des soutiens-gorge, des boucles d’oreille et des colliers.

M. Boboi a estimé qu’ils avaient contrevenu à la loi islamique.

Le juge Malam Tanimu Abubakar a ajourné le procès au 21 août.

La charia a été introduite dans de nombreux Etats du nord du Nigeria après la fin de la dictature militaire il y a huit ans.

 

source : top infos 

Mercredi 8 août 2007

IICC

From:
Dr. Reuven Erlich
Director
The Intelligence and Terrorism Information Center
at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at
the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Lettre dinformation du Centre d‘Information sur les Renseignements et le Terrorisme

Veuillez trouver ci-joint des informations sur :

Incitation à l‘idéologie islamique radicale et à la culture du terrorisme anti-israélien auprès des enfants de maternelle de la bande de Gaza

Télécharger le dossier PDF (171KB)

http://www.terrorism-info.org.il

From:
Dr. Reuven Erlich
Director
The Intelligence and Terrorism Information Center
at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at
the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Lettre dinformation du Centre d‘Information sur les Renseignements et le Terrorisme

Veuillez trouver ci-joint des informations sur :

Le rôle des renseignements dans la bataille des cœurs et des esprits

Télécharger le dossier PDF (362KB)

http://www.terrorism-info.org.il

Jeudi 2 août 2007

l’orient le jour

NOUVELLES DU LIBAN  
   
 
 

Les combats ont repris en fin de matinée

Deux soldats tués à Nahr el-Bared

 

En dépit de la fête de l’Armée célébrée hier, les combats se sont poursuivis à Nahr el-Bared. Ainsi, deux soldats ont été tués dans le camp palestinien où des combats intermittents opposaient la troupe aux islamistes de Fateh el-Islam, a annoncé un porte-parole de l’armée. Au total, 125 soldats ont été tués depuis le 20 mai dernier.
« Deux soldats ont été tués dans les combats », a déclaré un porte-parole, précisant que les échanges de tirs étaient « très intermittents » mercredi.
Selon le porte-parole militaire, les islamistes de Fateh el-Islam, qui sont assiégés dans un petit secteur d’environ 15 000 mètres carrés dans le sud du camp de réfugiés, « ont tiré à l’arme automatique sur les positions de l’armée qui a riposté ».
Dans l’après-midi, un incendie a éclaté dans le camp, dégageant un nuage de fumée noire. Deux hélicoptères de combat Gazelle ont également survolé le camp à basse altitude.
Ces hélicoptères ont ratissé les zones limitrophes de Minié et de Mhammara.
En fin de matinée, les accrochages à Nahr el-Bared sont devenus plus violents.
En raison des combats à Nahr el-Bared et de la crise politique, une partie des cérémonies marquant la traditionnelle fête de l’Armée a été annulée, dont le défilé annuel et la cérémonie de promotions d’officiers qui l’accompagne en temps normal.
Les 31 000 réfugiés de Nahr el-Bared ont fui par vagues depuis le début des combats.
Les seuls civils restés dans le camp, devenu un champ de ruines, sont les femmes et les enfants des combattants de Fateh el-Islam, qui seraient au moins une soixantaine. L’armée avait accusé les islamistes de les utiliser comme boucliers humains.

le danger de l’islam (video : cliquer ici)

Delcambre : Du danger de l’islam
envoyé par Stoyanova

PRENEZ GARDE AUX ISLAMISTES DE TURQUIE

Par Barry Rubin, directeur de « Global Research in International Affairs Center » à l’IDC, Herzliya. Il publie « les études turques »

Paru dans le Jerusalem Post du 29 Juillet 2007

Traduit par Albert Soued pour www.nuitdorient.com 

A Istanboul, les Turcs de tout bord m’ont raconté la même histoire pour expliquer la situation politique. « Le homard cuit vivant, ne doit cuire pas cuire dans une flamme vive. On le met dans une marmite d’eau froide et on augmente lentement la température ». Suite à la victoire du parti islamique de la Justice et du Développement (AK), lors des élections parlementaires du 22 Juillet, c’est ce qu’on craint pour la société turque.

Les médias internationaux répètent incessamment que le parti AK est aujourd’hui réellement modéré. En dépit de ses racines islamistes, il serait maintenant un parti du centre, préoccupé surtout par l’entrée de la Turquie dans l’UE (Union Européenne) et par la prospérité de l’économie. En fait c’est l’image que ce parti a essayé de projeter pendant ces 5 dernières années au pouvoir, et vu les résultats, on pourrait accepter cette conclusion. La moitié de ceux qui ont voté pour l’AK l’ont fait précisément parce qu’ils étaient convaincus que ce parti n’avait aucune intention islamiste. L’économie va bien et la Turquie bénéficie d’un système plus équilibré à l’égard de la religion. Pourtant, en même temps, il n’y a aucune preuve que le parti AK restera aussi bienveillant. Et même si le parti est relativement modéré, il n’y a pas de quoi s’en réjouir, car les perspectives à long terme sont inquiétantes. Personne ne sait ce qui arrivera, mais conclure que la Turquie montrera les vertus de transformation d’un islamiste en modéré se situe quelque part entre « prématuré et naïf ». Si le monde n’est pas encore conscient du danger, un scénario pessimiste serait plus probable. Sans exagérer le problème, il y a lieu de ne pas l’ignorer non plus.

Examinons la politique étrangère. Serait-il exagéré de dire que le gouvernement de l’AK est plus à l’aise avec l’Iran islamique qu’avec les Etats-Unis? Réellement pas. Si le sujet de préoccupation principal au Moyen Orient et dans le monde est la dissémination de l’islamisme radical, est-ce que le gouvernement de l’AK désire-t-il voir cette tendance défaite en Irak, au Liban, en Egypte et parmi les Palestiniens? Certainement pas. Même si le gouvernement de l’AK ne veut pas imposer chez lui l’islamisme radical, il n’est pas l’ennemi de cette tendance à l’étranger. La Turquie fut pro-occidentale, mais aujourd’hui elle est neutre, au mieux. L’alliance Turquie-Amérique qui a duré depuis 1946 est morte, mais cela ne signifie pas que les deux pays soient des ennemis et ils ont encore de bonnes relations. Les forces armées sont dans le même esprit, comme par le passé, mais les gouvernements ne sont plus réellement des alliés. Les Turcs semblent attribuer ces problèmes à la guerre d’Irak et à ce qu’ils perçoivent comme une sympathie à l’égard du PKK, le groupe terroriste kurde qui essaye de s’emparer du sud-est de la Turquie. En fait les 2 gouvernements ne sont pas en accord en ce qui concerne la plus importante préoccupation du moment, l’islamisme.

A long terme les perspectives sont également inquiétantes. Il est possible que dans quelques années, ce gouvernement soit renversé par une scission, un scandale ou un retournement économique. En effet, une partie du succès économique est due à une manipulation: de très hauts taux d’intérêt sont offerts artificiellement aux capitaux étrangers qui affluent. Cela peut-il continuer longtemps? Les experts pensent inévitable une prochaine faillite.

Et si l’AK restait au pouvoir très longtemps? Une large majorité au Parlement et un nouveau président du même bord lui donnerait des pouvoirs immenses, nommer les juges qui redessineront les lois du pays, nommer les commandants des forces armées qui permettront l’entrée dans l’armée d’officiers islamiques et neutraliseront les possibilités d’intervention de l’armée dans la vie politique, remplir l’administration par des fidèles soutiens à l’AK qui prendront progressivement des mesures proches de l’islamisme.

En Turquie centrale et orientale, les villes s’orientent vers une foi et une conduite islamique soutenues par les élus islamistes. Un énorme changement est en cours du fait de l’introduction de ce qu’on peut appeler « l’Islam de compétition », ou l’alignement sur le mieux-disant. En Islam, il était interdit de critiquer tout croyant musulman. Aujourd’hui on trouve toujours quelqu’un qui vous dit que votre niveau de pratique religieuse est insuffisant et qu’il faut faire plus. Il y a donc aujourd’hui en Turquie une escalade de la norme.

Ceux qui ne souhaitent pas voir la menace d’un Islam radical, s’empressent de dire que tout va bien en Turquie, que les élections étaient une victoire de la démocratie et de la modération et qu’il est bon d’avoir un exemple d’un gouvernement islamique modéré dans le pays. Pourtant la victoire de l’AK, même si elle peut être contrôlée, ne doit pas être célébrée. Il faut admettre d’abord qu’il a des risques et que les décisions et les actions de ce gouvernement doivent être surveillées de près. D’autant plus qu’ayant amélioré son score électoral, passant des 30% aux 40%, l’AK pourrait être tenté de faire ce que bon lui semble. Pour éviter cette éventualité et s’assurer qu’il reste modéré et centré, ce régime doit rester sous pression. Cela signifie que l’armée doit continuer à garantir la démocratie et que les médias ne doivent pas être intimidés, car l’érosion de ces moyens de contrôle peut mener au désastre.

Pau de gens à l’extérieur comprennent qu’une des raisons de l’attrait du parti AK – et aussi la raison des critiques antioccidentaux – est qu’il clame qu’il est soutenu par les Etats-Unis, l’Europe et Israël. Le désir de coopérer avec le  gouvernement turc même s’il est dominé par le parti AK, ne signifie pas qu’on aime l’AK au pouvoir.

Les institutions et organismes occidentaux, leurs médias et même leurs gouvernements devraient signifier par les moyens appropriés que l’AK n’est pas leur « tasse de thé » et qu’ils sont prêts à critiquer aussi bien sa politique que son comportement.

Beware of Turkey’s Islamists

In Istanbul, Turks of every political position told me the same story to explain their situation: To cook a live frog you don’t put it in a pot on a high flame. You put it in cool water and raise the temperature very slowly. This is what they fear is happening in Turkey following the victory of the Islamic-oriented Justice and Development (AK) party in the July 22 parliamentary election.

International media coverage repeats endlessly that the AK party is really moderate now. Despite Islamist roots, they say, it is now a centrist party mainly concerned with Turkey becoming a European Union (EU) member and having a prosperous economy.

Certainly, such is the image the party has projected over its five years in power, and there is some evidence to accept this conclusion. Half of Turkey’s voters supported AK precisely because they became convinced that it had no Islamist intentions. The economy is doing well. Turkey might benefit from having a system more balanced regarding religion.

At the same time, though, there is also evidence to doubt that AK is going to be so benign. And even if the party is relatively moderate, it is still nothing to rejoice about. The long-term prospects of AK rule are disturbing. No one knows what will happen, but to conclude that Turkey will prove the virtues of Islamists-gone-moderate is somewhere between premature and naïve.

If the world is unaware of the danger, a bad-case scenario is far more likely. Let’s not exaggerate the problem; but let’s not ignore it, either.

CONSIDER FOREIGN policy. Is it an exaggeration to say that the AK government feels more comfortable with Islamic Iran than with the United States? Not really. If the key issue in the Middle East, perhaps the world, is the spread of radical Islamism, does the AK government want to see this movement defeated in Iraq, Lebanon, Egypt or among the Palestinians? No.

Even if the AK government does not want to impose radical Islamism at home, it is certainly not the enemy of radical Islamism abroad. Once pro-Western, Turkey is now neutral, at best. The US-Turkish alliance, a mainstay since 1946, is dead.

This does not mean the two countries are enemies. They still have good relations. The armed forces may still think the same way as they did in the past. But the two governments are not really allies any more.

Turks tend to attribute the problems to the Iraq war and to what they see as American indulgence of the PKK, the Kurdish terrorist group trying to seize southeastern Turkey. But this is only part of the problem. The real issue is that the two governments are on different sides regarding the most important struggle of our time.

AN EQUALLY worrisome issue is the long-run trend. It might well be that AK falls due to a split, scandal, or economic downturn in a few years. At least part of the economy’s good situation is due to government manipulation. Extremely high interest rates pour out money to foreign investors. How long can this continue? Experts think that a crash is inevitable.

Yet what if AK stays in power for a long time? The combination of a large parliamentary majority and choosing Turkey’s next president gives it tremendous powers. By naming the judges it can shape the country’s laws; by choosing the armed forces’ commander it can reverse the traditional bar on Islamic-oriented officers and neutralize the military’s ability to intervene. Filling the bureaucracy with its supporters will move policies and their implementation closer to an Islamist agenda.

In eastern and central Turkey, cities are moving toward the kind of Islamic forms of belief and behavior supported by political Islamists. A huge change – in Turkey as elsewhere among Muslims – is the introduction of what I call « competitive Islam. »

Historically, in the pre-Islamist era, it was impermissible to criticize any professing Muslim. Now, however, there is always someone to say that any given level of observance is insufficient and must be raised. This approach has now spread to Turkey, bringing an escalation of what constitutes the norm.

THOSE WHO do not want to face the threat of radical Islam generally are eager to say that all is fine in Turkey, that the election was a victory for moderation and democracy, and that it is good to have a model of moderate Islamic-oriented politics governing that country. Again, one should not exaggerate what has happened there. But the victory of AK is not exactly something to be celebrated, even if it can be managed.

The first step is to admit that there are real dangers and monitor very carefully what the AK government does. Now that it has moved from the low 30- to the high 40-percent level of voter support, the party is being tempted to conclude it can do anything it wants. This is bad for all concerned, even for AK itself, whose success is based on caution.

To avoid the danger of AK going too far, to ensure it stays moderate whether or not it wishes to do so, the regime must continue to feel under pressure to stay in the center. This means continuation of the army’s power as guarantor of Turkish democracy; that the media not be intimidated; that courts remain independent. An erosion of these control mechanisms could bring disaster.

Few outsiders understand that one of AK’s sources of appeal – and, ironically, also a cause of anti-Western feeling among domestic critics – is its claim to enjoy support from the US, Europe and Israel. Willingness to work with Turkey’s government, even if it is an AK one, is not the same as wanting AK to be in power.

Western institutions, media and even governments should indicate in appropriate ways that the AK is not their client and be ready to criticize its policies or behavior.

The writer is director of the Global Research in International Affairs Center at IDC Herzliya and editor of Turkish Studies.

Le mouvement islamiste doit rendre Gaza et s’excuser avant tout dialogue, affirme le président palestinien

À Moscou, Abbas s’assure le soutien ferme de la Russie qui prend ses distances avec le Hamas

La Russie a apporté hier son soutien ferme au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, engagé dans une épreuve de force avec ses rivaux du Hamas qui ont pris le pouvoir à Gaza, et indiqué qu’elle prenait ses distances avec le mouvement islamiste.
Recevant le président de l’Autorité palestinienne au Kremlin pour sa première visite en Russie depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, le président russe Vladimir Poutine a signifié l’importance qu’il accordait à M. Abbas. « Je veux vous assurer que nous allons vous soutenir en tant que dirigeant légitime du peuple palestinien. Nous sommes certains que vous ferez tout pour rétablir l’unité », a déclaré M. Poutine. De son côté, M. Abbas a assuré qu’il travaillait « toujours à obtenir l’unité du peuple » palestinien afin d’atteindre l’objectif « d’un État indépendant ».
En venant à Moscou, le leader palestinien entendait obtenir le soutien de la Russie dans le bras de fer engagé avec le mouvement islamiste depuis le 15 juin. Un enjeu de taille compte tenu des contacts privilégiés que la diplomatie russe entretient depuis longtemps avec le mouvement islamiste, malgré son refus de reconnaître Israël. De fait, la diplomatie russe a montré un infléchissement, exprimé par la voix d’un vice-ministre des Affaires étrangères. « Nous maintenons les contacts avec eux (le Hamas) dans un but pratique, pragmatique afin de trouver un moyen d’agir sur eux, directement ou indirectement, pour établir le dialogue entre les Palestiniens. C’est notre but », a déclaré le vice-ministre Andreï Denissov. « Nous avons quelque peu réduit récemment nos relations avec le Hamas », a cependant dit M. Denissov, qui était interrogé sur l’état des contacts entre Moscou et le mouvement islamiste. Un autre responsable russe a expliqué à l’AFP que la Russie avait vu d’un mauvais œil la politique menée en juin à Gaza par le Hamas et qu’elle avait décidé de rappeler qui était le véritable leader palestinien.
Auparavant, Moscou mettait au même plan Mahmoud Abbas et le chef du Hamas en exil. Mais après la prise de pouvoir sur la bande de Gaza, la Russie a décidé de donner la prépondérance au président de l’Autorité palestinienne tout en continuant à dialoguer avec le mouvement islamiste, a ajouté ce responsable sous le couvert de l’anonymat.
La veille, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait appelé M. Abbas (également chef du Fateh) au « dialogue » avec le Hamas. Le ministre russe des Affaires étrangères, qui s’est encore entretenu jeudi dernier avec M. Mechaal, avait « insisté sur la nécessité de rétablir l’unité palestinienne par un dialogue entre toutes les forces politiques », faisant référence aux tensions entre le Fateh et le Hamas.
Après sa rencontre au Kremlin, le président de l’Autorité palestinienne a maintenu sa ligne de conduite, déclarant qu’il ne dialoguerait avec le Hamas que si le mouvement islamiste rendait le pouvoir à Gaza et présentait des excuses pour « ses crimes ». « La normalisation passe avant tout par le retour à la situation qui prévalait avant le coup d’État », a dit M. Abbas. « Le Hamas doit reconnaître sa culpabilité et présenter des excuses pour les crimes qu’il a commis », a-t-il ajouté.
Mi-juin, le dirigeant palestinien a limogé le gouvernement dominé par le Hamas, décrété l’état d’urgence et mis en place un cabinet d’urgence. Il s’apprête à convoquer des élections présidentielle et législatives anticipées. « Les élections doivent se dérouler au plus vite, mais les conditions (de son organisation) doivent être telles qu’elles puissent être organisées dans le secteur de Gaza et en Cisjordanie », a dit M. Abbas. Répondant à une question sur son éventuelle candidature, il a estimé qu’il était « prématuré » de se prononcer.
Mahmoud Abbas a quitté en soirée la capitale russe après une visite de trois jours.

source: orient le jour

L’islam persécute les chrétiens

samedi 28 juillet 2007

Augmenter policeDiminuer police Enregistrer au format PDF /* Open Centered Popup Window Script- DHTMLShock (www.dhtmlshock.com) To add more shock to your site, visit http://www.DHTMLShock.com */ function centrarVentana(theURL,winName,features, myWidth, myHeight, isCenter) { //v3.0 if(window.screen)if(isCenter)if(isCenter== »true »){ var myLeft = (screen.width-myWidth)/2; var myTop = (screen.height-myHeight)/2; features+=(features!= »)?’,’: »; features+=’,left=’+myLeft+’,top=’+myTop; } window.open(theURL,winName,features+((features!= »)?’,’: »)+’width=’+myWidth+’,height=’+myHeight); }Version imprimable de cet article Version imprimable 4 réactions

« Si nous considérons l’actualité, nous voyons que nous sommes tous les jours confrontés à de graves épisodes d’intolérance contre les soi-disant « infidèles » qui vivent en situation de minorité parmi les musulmans. L’exode continu des chrétiens de l’Irak risque d’entraîner la disparition définitive de certaines communautés très anciennes comme la communauté assyrienne…


 

L’Œuvre internationale catholique de droit pontifical Aide à l’Eglise en Détresse publie chaque année un « Rapport sur la liberté religieuse dans le monde », qui passe en revue les violations de la liberté religieuse et les persécutions à travers le monde. Pour des raisons économiques, l’édition 2007 ne sera sans doute pas publiée. Zenit a interrogé Andrea Morigi, coordinateur du Rapport de l’AED depuis 1998. Extraits :

« Si nous considérons l’actualité, nous voyons que nous sommes tous les jours confrontés à de graves épisodes d’intolérance contre les soi-disant « infidèles » qui vivent en situation de minorité parmi les musulmans. L’exode continu des chrétiens de l’Irak risque d’entraîner la disparition définitive de certaines communautés très anciennes comme la communauté assyrienne. […] Aucun pays n’échappe à cela, ni même les plus « libéraux », comme la Tunisie où les femmes musulmanes ont, malgré tout, interdiction d’épouser un non-musulman.

En Arabie Saoudite, il existe une police religieuse, la Muttawa, qui veille sur le comportement correct (conforme à la loi islamique) de la population, et entre de force dans les habitations d’immigrés philippins ou indiens, réunis pour réciter le chapelet ou lire la bible, une activité considérée, sur le territoire ‘sacré’ de l’islam, comme un très grave délit, passible de prison, de confiscation des biens et de rapatriement immédiat. […] Ceux qui abandonnent l’islam risquent la peine de mort en Iran, au Soudan, en Mauritanie, alors qu’au Pakistan ils risquent de perdre la garde de leurs enfants et le droit d’hériter des biens de leurs parents musulmans. Ceci constitue un problème de violation de la liberté religieuse par les musulmans eux-mêmes. Un problème complètement ignoré au nom du relativisme culturel, selon lequel les us et coutumes doivent être respectés si l’on ne veut pas être accusé de vouloir imposer, dans un esprit colonial, les règles de la civilisation occidentale. […]

Même chez nous, dans notre propre pays, où nous sommes nés et avons grandi, les espaces de liberté se resserrent de plus en plus, comme si la cohabitation civile et les institutions démocratiques cédaient peu à peu le pas à des zones franches, où la souveraineté nationale serait remplacée par la loi du Coran. »

Michel JanvaCopyright © Chretiente.info

  •  

    Iran : La Femme dans la Constitution du régime des mollahs
    10.05.2007

    Actuellement, le régime des mollahs a entrepris des mesures de restrictions vestimentaires avec un souci permanent de les mettre en application devant des caméras. Le régime a des objectifs médiatiques très précis et nous les avons évoqués : montrer visiblement la dureté du gouvernement Ahmadinejad et ce afin de réhabiliter les soi-disant modérés (qui seraient également favorables au dialogue dans le dossier nucléaire)…

    Une fois au pouvoir, ces derniers promettront la reprise des négociations contre une pause dans les sanctions économiques et ainsi ils tenteront de désorganiser le consensus fragile qui règne au Conseil de Sécurité contre le programme nucléaire des mollahs.

    Mais ces mesures restrictives délibérément médiatiques ont une autre particularité : elles sont entièrement constitutionnelles. Que les mollahs soient modérés ou immodérés, ils peuvent en toute quiétude imposer de telles mesures au nom de l’alinéa 1 de l’article 3 de Constitution de la République Islamique d’Iran.

    WWW.IRAN-RESIST.ORG

    Troisième Principe | Le gouvernement de la République Islamique d’Iran est tenu, pour atteindre les objectifs précités dans le deuxième Principe, de mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition pour les tâches ci-dessous :
    -  Alinéa 1. Instaurer un climat propice au développement des vertus basées sur la foi, la probité et la lutte contre toute manifestation du vice et de la perversion.

    WWW.IRAN-RESIST.ORG

    Evidemment une fois revenus aux affaires, les soi-disant modérés diront que les lois ont été mal interprétées et qu’il faudra revenir à la douceur initiale telle que définie par les fondateurs de la république islamique. Au passage, ils relanceront le débat quant à l’existence d’une constitution démocratique sous le régime des mollahs.

    Afin que les choses soient claires nous publions certains articles de cette constitution fondée sur la charia et l’arbitraire d’une libre interprétation selon les mollahs. Il n’y a aucune place dans cette constitution pour les non croyants ou la dissidence religieuse, l’interprétation de la loi islamique offre le choix sur les détails de l’application des peines et non sur leur essence qui est immuable puisque dictée par Dieu en personne.

    WWW.IRAN-RESIST.ORG

    Premier Principe | Le gouvernement de l’Iran est une République Islamique que le peuple iranien, sur la base de sa foi séculaire dans le règne du droit et de la justice du Coran, a adopté à la suite de sa révolution victorieuse sous la direction de la Haute Autorité Spirituelle du Grand Ayatollah Imam Khomeiny lors du référendum du 30 et 31 mars 1979, à une majorité de 98,2% de l’ensemble des personnes ayant le droit de vote.

    Quatrième Principe | L’ensemble des Lois et règlements civils, pénaux, financiers, économiques, administratifs, culturels, militaires, politiques et autres doit être basé sur les préceptes islamiques. Ce principe prime sur le caractère général et absolu de tous les principes de la Loi constitutionnelle et des autres Lois et règlements, l’appréciation de cette prescription incombe aux jurisconsultes religieux du Conseil de Surveillance.

    WWW.IRAN-RESIST.ORG

    De même c’est constitutionnellement que la femme est réduite à son rôle de reproductrice !

    WWW.IRAN-RESIST.ORG

    Préambule de la Constitution de la République Islamique

    La Femme dans la Constitution

    Dans l’établissement des fondements sociaux islamiques, les forces humaines qui étaient jusqu’à présent au service de l’exploitation étrangère de toute part, retrouvent leur véritable identité et leurs droits humains, et dans cette retrouvailles, il est naturel que les femmes, qui avaient jusque là subi plus d’injustice de la part du régime despotique, doivent être davantage protégées dans leurs droits.

    La famille est l’unité de base de la société et le foyer principal de la croissance et de l’élévation de l’homme ; et l’entente idéologique dans la recherche de l’idéal est un principe fondamental dans la fondation de la famille, qui est le principal facteur constructif du mouvement évolutif et progressif de l’homme ; fournir des moyens destinés à atteindre cet objectif fait partie des tâches du gouvernement islamique.

    La femme, dans cette conception de l’unité familiale, quitte son état « d’objet » ou « d’instrument de travail » au service du développement de la consommation et de l’exploitation, et tout en retrouvant son devoir précieux et estimable de mère dans l’éducation des êtres pieux d’avant garde, elle combat aux côtés des hommes dans les domaines actifs de l’existence ; en conséquence, elle assumera une responsabilité plus noble et une valeur et une munificence plus grande lui seront reconnues du point de vue islamique.

Vendredi 27 juillet 2007

crif en action

Le Crif en action
 

Solidarité avec les victimes des actes antisémites
27/07/07

  imprimer cet article envoyer à un ami    

 – Thème: Antisémitisme

 

 

L’agression dont ont été victimes un père de famille et ses deux fils alors qu’ils se rendaient à la synagogue de Garges-lès-Gonesse le soir de l’office de Tisha beAv est d’une accablante simplicité.

Ce chef de famille a décrit l’agression au Président du CRIF qui a tenu à le rencontrer.

Sur le point d’entrer à la synagogue, ils sont insultés par un jeune, rejoint par un groupe de six autres habitants de la cité qui avoisine la synagogue. Ils se mettent à frapper violemment l’homme et ses deux fils jusqu’à ce que la police, prévenue de l’intérieur de la synagogue, arrive sur les lieux. L’auteur des insultes, appréhendé, a menacé de représailles l’un des enfants au cours même de la confrontation. Le  père de l’agresseur, venu voir le père de famille pour lui demander de retirer sa plainte, n’a pas non plus jugé nécessaire d’exprimer le moindre regret. Le père de famille juif est profondément bouleversé par cette agression. Faut-il maintenir la plainte malgré les menaces, faut-il, pour lui ou ses enfants, continuer de se déplacer dans un quartier où ils sont maintenant connus et en danger, faut-il changer de ville ?

Au-delà des chiffres, les agressions sont des histoires humaines ; au delà des conséquences physiques, il y a la trace mentale, le sentiment de peur et la blessure profonde de la remémoration de ces instants terribles où les victimes ont cru qu’elles allaient mourir, totalement impuissantes devant un déballage de haine et de force physique. Au delà des faits, il y a ce terrible envers du décor dont ils témoignent : la gangrène de l’antisémitisme brutal, sans fard et sans explication, comme allant de soi, qui ici bouleverse une vie, qui demain peut conduire à un drame et qui remet brutalement en cause le pacte citoyen.

Un autre membre de la communauté, avec lequel le Président du CRIF s’est également entretenu, avait été les mêmes jours violemment  frappé, dans le 19e arrondissement de Paris, par un agresseur qui l’avait insulté comme juif puis devant la police avait prétendu qu’il ne s’agissait que d’un moment d’irresponsabilité et qu’il n’était pas antisémite. La victime a exprimé le même bouleversement, la même incompréhension et la même inquiétude que le père de famille de Garges-lès-Gonesse.

A tous deux, le CRIF exprime évidemment sa solidarité et son entière disponibilité. Nous mettons en garde contre l’idée que l’antisémitisme est en voie d’être vaincu : dans certains secteurs il n’est que trop banalisé.

Richard Prasquier

 

Vendredi 27 juillet 2007

islam en videos

Salle 1
L’Islam en France et en Belgique :(cliquer ici)
Le documentaire diffusé à la télévision belge dont aucune chaîne française n’a voulu ! Oubliez les déclarations délirantes de Malek Chebel : tout le reste est à frémir (1h30)

Voir la suite

Salle 2
Les Mosquées de Londres (cliquer ici)
Tout, tout, tout, vous saurez tout sur l’islam modéré (copyright Tony Blair) tel qu’il se pratique en Angleterre (50′)

Voir la suite

Salle3
Festival Tazda du court métrage
Le Coran au tribunal
La dernière vidéo courte en date proposée par Tazda sur Daily Motion (3′)

Le festival Tazda se poursuit ici 

merci au blog le cochon hallal

LES MUSULMANS SONT-ILS LIBRES DE LEUR FOI ?

Ces derniers jours, le mufti Ali Gomaa, le même original qui louait les vertus des excrétions du prophète, fait tourner les médias en bourriques avec ses déclarations en tire-bouchon sur l’apostasie. D’abord, on a appris que

“La question essentielle qui nous est posée est: est-ce qu’un musulman peut choisir une autre religion que l’islam? La réponse est oui”, écrit le Grand Mufti d’Egypte. “L’acte d’abandonner sa religion est un péché punissable par Dieu le jour du Jugement dernier. Dans l’affaire en question de quelqu’un qui rejette simplement sa foi, aucun châtiment n’est littéralement prévu”, poursuit-il.

Le lendemain, le bureau du mufti faisait savoir que

Ces propos “n’ont pas été prononcés par le mufti”, affirme Dar al-Iftaa, organisme dirigé par le mufti, dans un communiqué publié en fin de journée. “Le mufti a affirmé au contraire que l’islam interdit aux musulmans de renoncer à leur religion ou d’arrêter d’y croire et que si un musulman renonçait à l’islam et se dirigeait vers une autre religion il commettrait alors un grand péché au regard de l’islam”, poursuit le communiqué. “Cheikh Ali Gomaa a déclaré que l’apostasie est une sorte de subversion et une forme de crime qui nécessite un châtiment”, souligne Dar al-Iftaa.  

Et le surlendemain, aujourd’hui, le bonhomme émet un communiqué pour expliquer que

“Certains membres de la presse et du public ont entendu que ce communiqué signifiait que je me rétractais de ma position affirmant que l’islam garantissait la liberté de foi. J’ai toujours maintenu la légitimité de cette liberté et je continue à le faire”, réaffirme le mufti jeudi. “J’ai discuté du fait qu’à travers l’histoire, le châtiment pour apostasie ici bas n’a été appliqué qu’à ceux qui, en plus de leur apostasie, s’étaient activement engagés dans la subversion de la société”, a-t-il ajouté. La différence est de taille car un grand nombre d’oulémas (dignitaires religieux) proclament que l’apostasie doit être automatiquement passible de la peine de mort, même si elle ne constitue pas de menace pour la société.

Le mufti a farpaitement! raison. Lorsqu’on considère la parole du prophète dans son ensemble, en ce qui concerne la peine de mort pour apostasie (voir la collection de Bukhari), il faut considérer, notamment, l’impact social. Ainsi, Mahomet n’a pas simplement dit de tuer celui qui abandonne sa foi islamique, bien que ce soit naturellement toujours la phrase (présente ici par exemple) mentionnée par les juristes pour justifier de la peine elle-même.

Ainsi, les ouvrages de jurisprudence (fiqh) donnent de longues listes d’exemples de ce qui constitue une apostasie qualifiée et bien entendu, le simple rejet de la religion en conscience, sans manifestation visible d’aucune sorte, n’y figure pas (ou seulement pour une forme spéciale, le zindïq, qui concerne un Musulman respectant les apparences de la foi mais dont on a des raisons de douter de la sincérité). On y trouve par exemple l’acte de s’asseoir sur le Coran ou de le piétiner, ou encore de prononcer la bismillah (au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux) en levant un verre d’alcool, et bien sûr les insultes au prophète, le tout devant un public.

Avant que le mufti Gomaa ne soit parvenu à décourager tout le monde de parvenir jamais à comprendre, je copie ici une version française des principaux extraits du Coran et des hadiths qui nourrissent la réflexion des juristes musulmans en matière d’apostasie. Le texte original en a été élaboré par un apostat qui explique son choix (ce ne sont que des exemples, je recommande de lire le tout). Après tout, ne dit-on pas souvent que chacun est libre de se forger sa propre interprétation? C’est si vrai. Il faut juste disposer du matériel:

Coran 3-5
“Mais ceux qui rejettent la Foi après l’avoir acceptée et qui continuent à se défier de la Foi, leur repentir ne sera jamais accepté, car ils sont ceux qui se sont égarés.”

Coran 16-106
“Qui que ce soit qui, après avoir accepté la foi en Allah, exprime la Non-Croyance – sauf sous la contrainte, son coeur demeurant ferme dans la Foi – sur ceux de tels hommes qui ouvrent leur coeur à la Non-Croyance, sur eux est la Colère d’Allah, et une peine terrible sera la leur.”

Sahih Bukhari Volume 6, volume 61, numéro 577
J’ai entendu le Prophète dire: “Aux derniers jours (du monde), des jeunes apparaîtront qui auront des pensées et des idées folles. Ils feront de bons discours, mais ils sortiront de l’Islam comme une flèche sort de son jeu; leur foi ne dépassera pas leur gorge. Aussi, où que vous les trouviez, tuez-les, car au jour de la Résurrection il y aura une récompense pour ceux qui les auront tués.”

Sahih Bukhari Volume 4, volume 63, numéro 260
Ali brûla quelques personnes et cette nouvelle parvint à Ibn ‘Abbas, qui dit: Si j’avais été à sa place je ne les aurais pas brûlés, car le Prophète a dit: ‘Ne punissez pas (quelqu’un) par la punition d’Allah’. Sans aucun dout je les aurais tués, car le Prophète a dit : “Si quelqu’un (un musulman) abandonne sa religion, tuez-le.”

Sunan Abu-Dawud, volume 38, numéro 4339
Aisha, Ummul Mu’minin:
L’Apôtre d’Allah (la paix soit sur lui) dit : “Le sang d’un musulman qui témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et que Muhammad est l’Apôtre d’Allah (la paix soit sur lui) ne doit pas être versé si ce n’est pour l’une de ces trois raisons : un homme qui a forniqué après le mariage, dans ce cas il doit être lapidé; celui qui va jusqu’à combattre Allah et Son Apôtre, dans ce cas il doit être tué ou crucifié ou exilé du pays; ou celui qui commet un meurtre, ce pourquoi il est mis à mort.

Sunan Abu-Dawud, volume 38, numéro 4348
Raconté par Abdullah Ibn Abbas:
Un aveugle avait une mère-esclave qui avait l’habitude d’injurier le Prophète (la paix soit sur lui) et de le dénigrer. Il lui interdit mais elle ne s’arrêta pas. Il la réprimanda mais elle n’abandonna pas son habitude. Une nuit, elle commença à calomnier le Prophète (la paix soit sur lui) et à l’injurier. Il prit alors un poignard, le mit sur son ventre, appuya dessus et la tua. Un enfant vint entre ses jambes et fut maculé du sang qui s’y trouvait. Lorsqu’arriva le matin, le Prophète (la paix soit sur lui) fut informé de cela. Il rassembla les gens et dit: “Par Allah, j’adjure l’homme qui a fait cet acte, et je l’adjure par mon droit sur lui de se lever.” L’homme se leva en sautant sur les cous des gens et en tremblant. Il s’assit devant le Prophète (la paix soit sur lui) et dit: “Apôtre d’Allah ! Je suis son maître; elle avait l’habitude de t’injurier et de te dénigrer. Je lui avais interdit, mais elle ne s’est pas arrêtée; je l’ai réprimandée mais elle n’a pas abandonné son habitude. J’ai d’elle deux fils qui sont comme des perles, et elle était ma compagne. La nuit dernière, elle a commencé à t’injurier et à te dénigrer. Alors j’ai pris un poignard, l’ai mis sur son ventre, ai appuyé jusqu’à la tuer. ” Là-dessus le Prophète (la paix soit sur lui) dit: “Oh sois témoin, il n’y aura aucune représailles pour son sang.”

Sunan Abu-Dawud, volume 38, numéro 4349
Raconté par Ali ibn Abu Talib:
Une Juive avait l’habitude d’injurier le Prophète (la paix soit sur lui) et de le dénigrer. Un homme l’étrangla jusqu’à ce qu’elle meure. L’Apôtre d’Allah (la paix soit sur lui) déclara qu’aucune compensation n’était payable pour son sang.

En guise de complément, voici quelques adresses de sites d’ex-Musulmans (mes excuses à ceux que je néglige):

http://www.secularislam.org
http://www.faithfreedom.org
http://www.middleastwomen.org
http://www.apostatesofislam.com
http://www.exmuslim.com
http://www.futureofmuslimworld.com
http://www.geocities.com/freethoughtmecca/home.htm
http://www.homa.org
http://www.murtadd.org/index.html?fa740e80
http://www.mukto-mona.com
http://www.ex-muslime.de

crime d’honneur

source: Le Blog du Cochon Hallal

Crime d’honneur dans la Bande de Gaza : trois soeurs poignardées.

par The Jerusalem Post Trois soeurs ont été retrouvées poignardées dans la Bande de Gaza dimanche dernier. Selon une organisation humanitaire, il y a de fortes chances pour qu’elles aient été tués sur suspicion de « comportement immoral ». Mes trois soeurs, Nahed Hija, âgée de 16 ans et ses soeurs, Suha (19 ans) et Lina (22 ans) ont été trouvé assassinées portant de multiples traces de blessures à

Lien : http://grouik-grouik.blogspot.com/2007/07/crime-dhonneur-dans-la-bande-de-gaza.html

Dictionnaire Israël ? Palestine (Suite)

Il y a 2 heures

Liban : pays que la France aime tellement qu’elle l’a laissé aux tendres soins de la Syrie et de l’Iran (« responsabilités historiques’ liens affectifs’ communauté culturelle’ francophonie. »).   Massacre : au cas où un attentat a (temporairement, inexplicablement) retenu l’attention de la « communauté internationale » à cause du trop grand nombre de bébés israéliens tués, expliquer que le massacre « ne sert pas l’image [ou : les intérêts] de la cause palestinienne ». Suggérer, de plus, que le Mossad ou le Shabak (Le Service de Sécurité Général. Ndlr.) étaient impliqués.   Massignon (Louis) : islamologue, inspirateur intellectuel de la « politique arabe de la France ». L’avait lui-même lancée dans les bordels homosexuels du Caire.   Mazen (Abou, dit Mahmoud Abbas), auteur d’une thèse de doctorat remarquée à l’Université Patrice Lumumba de Moscou ; y analysait le document qui prouvait l’existence d’un maléfique complot juif à travers les âges (Cf. Protocoles des Sages de Sion). Depuis, s’est mué en modéré.   Mein Kampf : Excellente pédagogie quant à la nocivité des Juifs. En vente dans toutes les bonnes librairies arabes. Les nouvelles éditions moyen-orientales intitulent la traduction : Djihad.   Mossad : a monté la destruction des Tours Jumelles en manipulant des Musulmans qui n’en étaient pas et étaient d’ailleurs incapables de monter un coup de ce genre, la Gloire d’Allah soit sur eux, puisque aucun vrai Musulman’. De plus, la CIA et Cheney étaient dans le coup.   MRAP : organisation communiste consacrée à la délégitimation d’Israël et à la paix entre les autres peuples.   Mur : à Berlin, servait à empêcher les Allemands de l’Est de fuir la RDA ; en Israël, sert à empêcher les assassins extérieurs de tuer ceux qui sont à l’intérieur. La totale ressemblance saute aux yeux.   Nasrallah (Cheikh) : a instamment émis le v’u qu’un grand nombre de Juifs s’installent en Israël afin qu’un plus grand nombre soit exterminé d’un coup à l’heure du grand règlement de compte. Omettre cette rhétorique de détail, somme toute bien compréhensible de la part des Opprimés. Homme politique qu’il convient d’intégrer au jeu parlementaire et de ne pas isoler (d’après un ancien premier ministre français à la chevelure abondante).   Nazis : amis des Arabes, devenus malheureusement moins efficaces après 1945.   Occupation : la raison pour laquelle ce Palestinien vient de se coincer le doigt dans la porte. Qui ne voit pas la causalité est islamophobe.   ONG : organisation auto-chargée d’avaliser la moindre baliverne émise par les organisations palestiniennes. N’ont jamais rencontré de dictateur arabe dont elles ne croient à la bonne foi, ni de tueur qui n’ait de circonstances atténuantes.   ONU : « machin ». Embryon de Droit international qui justifie à lui seul toutes les campagnes pour l’avortement. Jack l’éventreur y mène l’enquête, Pierrot le Fou y rend la justice, le prêtre y est un assassin récidiviste. Le pot-de-vin n’y est pas accepté à moins d’un hectolitre.   Pacifiste : Agneau qui adore dîner avec le loup, pourvu qu’Israël soit dans l’assiette (voir « idiot utile »).   Papon (Maurice) : Expéditeur spécialisé en futurs morts, et qui leur en veut. Figure moderne de Jean Valjean. N’a jamais rien fait dont son chef de service ait eu à rougir.   Palestine : petit bout de papier collé sur les cartes et atlas arabes pour cacher Israël.   Palestinien : (1) bébé phoque de la Gauche européenne et de la Droite bien-pensante. (2) Espèce de victime largement préférée au Tibétain, au Darfourien, à l’Indio et autres. A l’avantage sur les autres d’être corrélatif de la haine du Juif. (3) D’apparition récente, inventé par le Colonel Nasser et fort prisé des régimes arabes et musulmans les jours de sommets diplomatiques. (4) N’est jamais responsable des conséquences de ses actions : c’est toujours la faute des autres.   Pierre (Abbé) : si l’on ne peut même plus chercher la vérité historique auprès des révisionnistes, où va la charité ?   Plan de paix : projet de « règlement » du conflit où la subtilité des détails proposés n’a pour but que de masquer les réalités. Il faut faire semblant d’y croire et s’agiter pour y faire croire. Il est impossible d’être Secrétaire d’Etat américain sans pondre un tel Plan qui portera son nom. Au fil des années l’activité s’est démocratisée : tout un chacun peut désormais y aller de son plan à lui.   Politique arabe (de la France) : reconstitution velléitaire d’empire dissous ; reniement post-daté de la bataille de Poitiers ; lancée au compte du général de Gaulle par le nazi Jacques Benoist-Méchin ; l’art de faire financer par le contribuable français le don de crédits bonifiés, jamais remboursés, à certains pays, dans le but de leur faire soutenir le rôle soi-disant prééminent de la France dans le monde, tout en leur donnant des armes dont ils sont incapables de se servir. Voir aussi : financement des partis politiques français. Voir enfin : Jacques Chirac (financement des campagnes électorales de).   Porte (doigt dans la) : instrument du complot juif ? c’est l’endroit où le comploteur voulait introduire le doigt palestinien pour lui faire du mal.   Presse arabe : est à la politique arabe ce que les égouts sont aux cloaques.   Prisonnier : (a) palestinien : a droit à un avocat ; (b) sioniste : à droit à la torture.   Processus de paix : beaucoup de processus, aucune paix. Permet à de nombreux diplomates de voyager en première classe pour y participer, à beaucoup de journalistes de secouer leurs micros, aux experts de pontifier. Il ne s’y passe jamais rien, mais quelle poudre aux yeux !   Production (terme économique) pratique peu usitée et nuisible à la cause palestinienne, qui a, avant tout, besoin d’armes.   Proportionnalité : absence de réaction israélienne à une sanglante attaque arabe.   Protocoles des Sages de Sion : best-seller, source toujours republiée de la Vérité historique. Voir Al-Ahram, et la quasi-totalité de la presse arabe et iranienne. Ne pas faire attention, de toutes façons, c’est juste de la propagande.   Quai d’Orsay : bâtiment de belle allure sis sur les rives de la Seine. Peuplé de personnages à particules qui ne voient que ce qu’ils veulent croire. Rempli de praticiens horizontaux de la politique arabe de la France.   Rage : voir frustration. Terme censé tout expliquer : résultat naturel de la condition victimaire. Accepté comme raison suffisante de l’action terroriste « qui a la rage a tous les droits, en particulier celui d’assassiner ».   Réfugié : s’il est palestinien, caste héréditaire : on est réfugié de père en fils et de mère en fille, comme certains sont cordonniers ou serfs. Exception géopolitique unique : nul ne parle de « réfugiés » allemands (12 millions d’expulsés en 1945) ni de leurs enfants, petits-enfants et arrières petits enfants. Entretenu depuis 1948 par le contribuable occidental (UNWRA), ce qui permet de maudire ce dernier du matin au soir.   Résistance : terme mésusé depuis longtemps pour valoriser l’assassinat des civils en Israël, en excipant d’une parenté avec le mouvement français du même nom qui, de 1940 à 1944, n’assassinait jamais de civils allemands, encore moins de femmes et d’enfants. On voit tout à fait Jean Moulin torturer les enfants de Klaus Barbie (au cas où il n’y arriverait pas, Jacques Vergès accourrait à la rescousse).   Reuters : agence de fabrication et d’usage de faux photographiques et autres. Sa bonne foi a été moult fois surprise depuis 30 ans.   Rice (Condoleezza) : n’en a jamais fini d’apprendre que les roues sont rondes ; c’est qu’elle n’en avait auparavant aucune idée. Grande universitaire spécialiste de la Russie, qui n’a jamais publié le moindre papier sur la question.   Rue arabe : en anglais, rent-a-crowd (« louer une foule ». Ndlr.). Population urbaine oisive, toujours disponible pour accourir où les services de police appropriés lui remettent les slogans du jour (Israël, Etats-Unis). Par miracle, la BBC et CNN sont toujours sur place là où les manifestations spontanées vont avoir lieu (ne pas oublier les banderoles en anglais, SVP).   Rushdie (Salman) : fatwa à exécuter.   Saramago (José) : prix Nobel de littérature, mais très faible en calcul : confond en effet le chiffre 52 avec le chiffre 1,5 millions (voir Jenine-Auschwitz). Prouve que la réalité dépasse la fiction.   Sermon (khutbah) : appel au meurtre pour des raisons que Le Monde et l’AFP trouvent toujours compréhensibles (voir : occupation). Ne jamais en citer, cela pourrait ternir l’ « image » du peuple palestinien.   Sharon (Ariel, dit Arik) : a personnellement égorgé avec sadisme plus de mille Palestiniens dans les « camps » de « réfugiés » de Sabra et Chatila. A également personnellement torturé 879 321 Palestiniens, gazé sept millions d’entre eux, érigé un mur pour empêcher les victimes de ses nombreux crimes de venir légitimement tuer des civils israéliens. A, de plus, écrasé un bon nombre d’armées arabes au combat’   Sioniste (entité) : physiologiquement, le larynx arabe n’est pas apte à prononcer les syllabes is-ra-ël, ce qui est un drame anatomique. Ce mot-substitut, inventé par les phonologistes arabes, permet donc de nommer la chose sans émettre le son approprié. Bel exemple de compensation culturelle d’un défaut physique. Qui a médit de la science des Arabes ?   Sommet arabe : groupe d’individus bedonnants et barbus qui crient très fort sans se soucier du contenu, pourvu qu’à la fin, Israël  soit condamné, ainsi que les Etats-Unis. S’embrassent de temps en temps sans se soucier des conséquences épidémiologiques.   Suez : grande victoire panarabe (1956), sous la direction des grands chefs de guerre arabes Eisenhower et Boulganine.   Syrie : pays dont les dirigeants sont des parangons d’honnêteté, d’intégrité et de bonne foi. Les prisons y sont vides, les salles de torture propres, les usines flambant neuves, les policiers sans reproche, et la croissance économique énorme. Favorite du Quai d’Orsay.   Terrorisme : arme du faible contre le fort (300 millions d’Arabes, 1,2 milliards de musulmans, 6,5 millions d’Israéliens).   Tolérance : notion inusitée.   Torture : continuation de la politique arabe par d’autres moyens.   Turc : occupant, exploiteur et tyran pendant neuf siècles environ. N’a pas suscité de résistance à l’impérialisme, au colonialisme et à l’exploitation.   Union soviétique (aussi : Russie poutinienne) : meilleure amie des arabes (jusqu’à 1991). L’extermination des Musulmans chez elle lui est rarement reprochée.   Unité arabe : fétiche brandi à tout bout de champs pendant qu’on s’entre-égorge ; ne jamais oublier la crécelle !   Unité palestinienne : (voir : unité arabe). Scander le slogan, si vous êtes un tueur du Hamas, pendant que vous poussez un tueur du Fatah du haut du toit d’un immeuble élevé : ça donne une dignité politique très chic à votre action.   Utérus : arme secrète des « Palestiniens » – voir le slogan « Avec nos utérus, nous libérerons la Palestine » qui se réfère à l’ « arme démographique ». Lieu saint du féminisme arabo-musulman. Curieusement ignoré par les féministes occidentales, qui ne veulent la contraception que pour elles-mêmes, et, à la rigueur, le tiers-monde qui n’a pas pour devoir l’extermination d’Israël.   Verger (voir aussi oliveraie) : lieu sacré du culte journalistique de l’innocence paysanne bafouée par la soldatesque : « Les troupes israéliennes ont coupé les arbres des vergers ».   Victime : état natif, permanent et éternel du Palestinien.   Villepin : postiche qui a eu naguère le désir de devenir perruque. Le fameux auteur de science-fiction Bossuet avait consacré un sermon à l’anticiper : « vanitas vanitatum et omnia vanitas. ».   Violence : « Nous n’avons pas d’autre choix que celui de la violence » : mode d’action glorieux et sacré auquel les autres forcent le Musulman radical dans tous les cas de figure ; le pauvre, comme si ce n’était pas le choix qu’il avait fait au départ.   Virginité : état favori de la femme ; multipliée par 72. Récompense offerte dans l’au-delà. Auto-régénération permanente de certaines parties du corps, dont l’absence ici-bas provoque immanquablement le meurtre de la porteuse d’absence. Preuve du caractère progressiste des révolutionnaires arabes.   Voltaire (Réseau) : groupement opposé au principe de non-contradiction.   Washington : ville qui souffle le chaud et le froid.   Z : lettre qui s’applique à peine au monde musulman.   Laurent Murawiec à Washington sur Metula News Agency

Lien : http://www.surlautrerive.com/article-11523577.html

Petit dictionnaire moyen-oriental des idées reçues par Laurent Murawiec pour Mena

Il y a 6 heures

AFP : agence de presse chargée de la propagande extérieure de l’Autorité palestinienne. (Voir aussi Reuters).
Aide (arabe) : en additionnant les annonces officielles arabes annoncées à l’occasion des sommets arabes et islamiques, l’aide versée aux Palestiniens depuis 1948 se monte à 794 milliards de dollars.
Aide internationale : voir dans la Bible la manne envoyée du Ciel. Ici, le Ciel est remplacé par les ONG et organisations internationales, et permet de ne jamais se soucier des contraintes imposées par la réalité (budgets, déficits, etc.).
Al-Andalus : Paradis terrestre. Démonstration irréfutable que l’impérialisme islamique est une bénédiction pour tous, et que tout le monde l’adore. Ne jamais mentionner les pogromes commis par les Almohades et les autres, contre des Juifs et des chrétiens, ni l’infériorité constitutive qui les frappait.
Ambulance : camionnette revêtue des insignes du Croissant rouge. Elle a pour fonctions principales : (1) le transport de terroristes vers les lieux d’un attentat, (2) le transport d’armes, (3) l’exhibition télévisée (voir : CNN, BBC, France 2, etc.) au cas où elle a été atteinte par un projectile, et (4), le cas échéant, le transport des blessés (s’en procurer de faux si on n’en a pas de vrais sous la main et arriver à l’hôpital dans un vrai show son et lumière, après avoir prévenu les media susnommées). A ne jamais oublier, plus généralement, dans les mises en scène de douleur palestinienne.
Amnesty International : un Palestinien tue un Juif : quelles bonnes raisons le Juif a-t-il donné au Palestinien pour justifier son acte ? Cf. rapport d’Amnesty International no. 943/b/5 « 43 bonnes raisons » !
Amour de la vie : faiblesse méprisable des Juifs et des chrétiens.
Arabe : victime incarnée de l’impérialisme, du colonialisme et de l’exploitation (voir aussi : comptes en Suisse).
Arafat (Yasser) : Personnage de cirque au remarquable talent de ventriloque, d’illusionniste et de prestidigitateur. Tueur sans scrupules. Grand talent de papier tue-mouche sur lequel s’engluaient les idiots utiles.
Armée arabe : corps militaire aux fonctions variées : (1) se faire écraser par les armées adverses, (2) massacrer la population civile de son pays, (3) absorber un tel niveau du PNB qu’il ne reste plus rien pour le reste des besoins, sauf pour les kleptocrates au pouvoir.
Assassinat : (1) acte israélien ignoble ; (2) nom inadapté donné par la presse sous domination des Juifs à l’élimination d’un bourreau sioniste.
Auschwitz : « Les Allemands ne pardonneront jamais Auschwitz aux Juifs » a dit le psychiatre Zvi Rex. De même, les élites françaises ne pardonneront jamais Vichy aux Juifs.
Barre (Raymond) : Français innocent. Fonctionnaire pour qui la défense du parti du fonctionnariat passe toujours avant toute autre considération.
Barrière de sécurité (« mur ») : good walls make good neighbors, (« les bons murs font les bons voisins ». Ndlr.) sauf au Moyen Orient. Empêche regrettablement le libre accès palestinien aux Juifs à exterminer. (« Shocking ! » – une journaliste de la BBC).
Barrière israélienne : crime suprême – coupe en deux des vergers – qui justifie à lui seul la re-convocation du Tribunal de Nuremberg.
BBC : « Mais évidemment, vous ne pouvez pas soutenir sérieusement qu’Israël ne se conduit pas comme un Etat nazi’ ? ». Question objective posée par une présentatrice équilibrée de la BBC au cours d’un débat télévisé courtois.
Bébé : futur sioniste. Cible légitime.
Bet’ selem : organisation qui se consacre à tendre l’autre joue des autres.
Blonde : chez la femme, couleur de cheveux favorite des jihadis candidats au meurtre, pour l’heure de la gratitude d’Allah.
Bôle-Richard (Michel) : Victime incurable de troubles oculaires : témoin d’un crime qui identifie catégoriquement l’assassin comme la victime. A le nerf optique si endommagé qu’il a été embauché comme photographe par Le Monde mais pourrait tout autant faire l’affaire à l’Agence Reuters (voir plus haut).
Bombe : expression anxieuse de griefs et de frustrations diverses.
Bourreau : caractère héréditaire, état natif de l’Israélien ; voir les Protocoles des Sages de Sion et lire Edgar Morin.
Bousquet (René) : tueur de Juifs méthodique, mais il ne leur en voulait pas pour autant.
Budget : de quoi ? Vous rigolez ? On est à Ramallah (Gaza) ici ?
Camp (palestinien) : Partout ailleurs, un « camp de réfugiés » est une ville de toile faite de tentes et plantée sur la boue ou la poussière. Un « camp » de « réfugiés » palestiniens n’est pas un camp, n’a pas de tentes et n’abrite pas de réfugiés : c’est une ville en dur, avec des rues, des immeubles élevés, etc. Il abrite des Palestiniens parqués de force par leurs « frères arabes » et arnaqués par les « leaders » palestiniens. N’invoquer que le misérabilisme victimaire. Cameraman, SVP, pas trop de plans sur ces immeubles ? il faut faire dans le style bidonville.
Capitulations : à partir du XVIème siècle, immunités et privilèges concédés à la France, puis à d’autres nations « franques » par le Sultan d’Istanbul dans ses domaines (au pluriel). Plus récemment, état normal des relations euro-arabes (au singulier).
Caricatures : voir émeutes.
Chabot (Arlette) : personnalité télévisuelle (France 2) ; comme l’état-major de l’Affaire Dreyfus, est en possession de toutes les preuves qu’il faut mais n’en montrera aucune, ce qui contribue, évidemment, à asseoir sa crédibilité (référence : Mohammed al-Dura).
Chirac (Jacques) : patient victime d’une maladie honteuse (arabophilie galopante avec morpions islamophiles) ; vient de perdre son immunité. Ancien propagateur d’odeurs devenu lui-même odoriférant. Transformateur de l’adage : « L’argent n’a pas d’odeur. »
Communauté internationale : entité amorphe dont la fonction principale est de condamner Israël et accessoirement les Etats-Unis. Mot-mélasse dans lequel la pensée s’englue.
Complot : sécrétion naturelle du monde non-arabe et non-musulman, qui n’ont qu’une seule passion : les détruire par les moyens les plus tordus.
Crime de guerre : activité de routine des Israéliens (voir : doigt palestinien coincé dans la porte et vociférations ultérieures).
Crime de guerre : notion a priori totalement et radicalement inapplicable à quiconque est palestinien ou même arabe.
Dhimmi : statut passionnément convoité par les chrétiens, les Juifs, les zoroastriens et autres Sabéens, en terre conquise par l’Islam. Comprend l’humiliation systématique, de nombreuses interdictions, empêchements et infériorités. Il faut être non-Musulman pour adorer ce statut (« Ils sont fous, ces Roumis’ »).
Diplomate : confectionneur de plats moyen-orientaux dont toutes les recettes commencent par : « jeter: Israël dans l’eau bouillante » (var. : « dans le four. »)
Djihad : combat spirituel et intérieur qui consiste principalement à massacrer Juifs, chrétiens, hindouistes et musulmans dont la tête ne revient pas au Djihadiste.
Enderlin (Charles) : Scénariste et producteur de fictions. Capable de transformer le vivant en mort ; de faire apparaître et disparaître les cicatrices ; d’empêcher les blessures par balles de guerre de saigner. Journaliste à l’objectivité sans faille. Modèle professionnel de Jacques Chirac et des journalistes français. Détenteur de rushes invisibles, mais néanmoins accablants. Les montrera le jour suivant la Saint-GlinGlin 2019, à cause d’une clause signée avec les acteurs, MM. Al-Dura père et fils.
Enfants : futurs suicidés s’ils sont « palestiniens ».
Envoyé spécial : toujours disponible au bar du grand hôtel pour partager ses tuyaux avec ses collègues, qui les ont reçus des mêmes sources. Aurait pu écrire son papier avant d’arriver, sauf le prénom (Ahmed) du chauffeur de taxi, qui permet de donner un visage humain à la souffrance palestinienne.
Etats-Unis : l’impérialisme incarné ; toujours exiger plus de subventions de leur part, et qu’ils traitent sur un pied d’égalité leurs amis et leurs ennemis.
Fatah : organisation modérée dont le credo (Brigades des Martyrs d’al-Aqsa) est de tuer beaucoup de Juifs. On notera la différence radicale avec le Hamas, dont l’objectif est de tuer beaucoup de Juifs.
Finkielkraut : (Alain) : Coupable. Le faire taire.
Frères musulmans : matrice du Hamas ; l’extermination des Juifs est à son programme. Ne pas faire attention, c’est un artifice purement rhétorique pour mobiliser les masses.
Frustration (souvent usité en ajoutant « et colère ») : condition infantilisante attribuée au Palestinien par les victimologues. Ailleurs, les êtres humains agissent sur une base politique, ils font des choix plus ou moins rationnels. Dans les territoires, ce sont les émotions primitives qui sont censées devoir tout déterminer.
Garaudy (Robert) : spécialiste du grand écart : rien de ce qui est antisémite ne lui aura été étranger.
Gauche : a enfin pu, pour l’essentiel, se débarrasser de cette aberration temporaire que fut sa brève sympathie pour Israël. On respire.
Gauchiste : s’est pris pour un Juif allemand pendant cinq minutes, il y a fort longtemps. Cela n’a heureusement pas duré. S’est rattrapé depuis.
Gaza : a la « densité démographique la plus élevée du monde ». Cliché journalistique inepte mais fréquent. Les chiffres officiels : Gaza, 3 823 habitants par kilomètre carré, Paris XIème arrondissement : 41 053 hab./km2, Kowloon (Hongkong) : 1,9 millions/km2.
Genet (Jean) : la trajectoire la plus courte du SS au Palestinien : le sur-place.
Guerre des Six Jours : grande victoire syro-égyptienne, durant laquelle les chars israéliens furent lamentablement incapables de couvrir les derniers 50 kilomètres qui les séparaient de Damas et du Caire.
Hamas : organisation charitable ; pourvoyeur de services sociaux pour les Palestiniens ; vecteur de La Rage et de La Frustration. Partisan irréductible de l’extermination des Juifs et d’Israël. Ne traiter le fait que comme exagération rhétorique bien compréhensible de la part des Victimes.
Hitler : n’en a pas fait assez. Mais ce qu’il a fait, mazette ! Objet d’admiration éperdue dans le monde arabo-musulman, lequel n’est pas anti-Sémite « puisque les Arabes sont des Sémites. ». Allez, encore une rafale !
Holocauste : n’a jamais eu lieu. A eu lieu mais de façon bien moindre que ne le prétendent les Juifs. Grand mensonge inventé par les Juifs pour dominer le monde. Cf. le grand historien Ahmadinejad et le très grand historien David Irving. Voir Sigmund Freud : vous ne m’avez jamais prêté ce chaudron, d’ailleurs je vous l’ai rendu, et il était percé.
Honneur : (voir aussi dignité), valeur absolue qui détermine le comportement au détriment de tout le reste. « L’honneur des Arabes », « l’honneur de l’Islam ». Exige, en particulier, le meurtre des filles, sans parler du meurtre des autres. Comportement toujours respectable parce que culturellement « authentique ».
Houri : 1/72ème de la récompense spirituelle des combattants. Virginité garantie, grâces rendues à Allah !.
Human Rights Watch : a beau mentir qui vient de loin.
Impérialisme : action magique menée à distance et secrètement, qui permet d’expliquer le tohu-bohu et l’arriération qui règnent au Moyen Orient et la totalité des turpitudes commises par les classes dirigeantes. « C’est à cause de l’impérialisme que’ ».
Innocent : catégorie inexistante hors le monde musulman.
Irving (David) : grand historien anglais, persécuté par les Juifs.
Islam : religion de Paix, sauf tout le temps et partout, pour des raisons hautement justifiées.
Islamophobie : ne pas se prosterner devant la moindre manifestation de l’Islam. Suggérer, même à mots couverts, la moindre relation entre Islam et terreur est « islamophobe ». Insinuer, même prudemment, un lien entre émeutes de banlieues et religion d’origine ou de souche des perpétrateurs est ultra-islamophobe.
Jeningrad : Grenouille que les media objectifs (BBC, AFP, Reuters, Le Monde) avaient essayé de faire aussi grosse qu’un b’uf. La grenouille a explosé, non sans avoir, auparavant, fidèlement servi la Cause pendant quelques semaines. Les bovins n’en sont pas encore revenus : la farce dure d’habitude plus longtemps.
Jérusalem : troisième lieu saint de l’Islam, premier lieu saint du Cliché journalistique. Comme le disaient feu Yasser Arafat et feu le roi Fayçal d’Arabie, il n’y a jamais eu de présence juive dans la ville. Curieuse manie des Juifs d’y voir leur unique lieu saint.
Juifs : toupet infernal de dhimmis, qui, au lieu de se prosterner humblement prétendent résister à la Nation d’Allah. Du jamais vu ! Le châtiment devrait être exemplaire.
Lelong (Père) : prêtre d’une bonté si angélique qu’il sourit béatiquement sous la torture infligée aux autres.
Le Monde : journal clérical pratiquant de confession laïco-islamique. Bêtisier permanent de la génuflexion islamophile.
Liban : pays que la France aime tellement qu’elle l’a laissé aux tendres soins de la Syrie et de l’Iran (« responsabilités historiques’ liens affectifs’ communauté culturelle’ francophonie. »).
Massacre : au cas où un attentat a (temporairement, inexplicablement) retenu l’attention de la « communauté internationale » à cause du trop grand nombre de bébés israéliens tués, expliquer que le massacre « ne sert pas l’image [ou : les intérêts] de la cause palestinienne ». Suggérer, de plus, que le Mossad ou le Shabak (Le Service de Sécurité Général. Ndlr.) étaient impliqués.
Massignon (Louis) : islamologue, inspirateur intellectuel de la « politique arabe de la France ». L’avait lui-même lancée dans les bordels homosexuels du Caire.
Mazen (Abou, dit Mahmoud Abbas), auteur d’une thèse de doctorat remarquée à l’Université Patrice Lumumba de Moscou ; y analysait le document qui prouvait l’existence d’un maléfique complot juif à travers les âges (Cf. Protocoles des Sages de Sion). Depuis, s’est mué en modéré.
Mein Kampf : Excellente pédagogie quant à la nocivité des Juifs. En vente dans toutes les bonnes librairies arabes. Les nouvelles éditions moyen-orientales intitulent la traduction : Djihad.
Mossad : a monté la destruction des Tours Jumelles en manipulant des Musulmans qui n’en étaient pas et étaient d’ailleurs incapables de monter un coup de ce genre, la Gloire d’Allah soit sur eux, puisque aucun vrai Musulman’. De plus, la CIA et Cheney étaient dans le coup.
MRAP : organisation communiste consacrée à la délégitimation d’Israël et à la paix entre les autres peuples.
Mur : à Berlin, servait à empêcher les Allemands de l’Est de fuir la RDA ; en Israël, sert à empêcher les assassins extérieurs de tuer ceux qui sont à l’intérieur. La totale ressemblance saute aux yeux.
Nasrallah (Cheikh) : a instamment émis le v’u qu’un grand nombre de Juifs s’installent en Israël afin qu’un plus grand nombre soit exterminé d’un coup à l’heure du grand règlement de compte. Omettre cette rhétorique de détail, somme toute bien compréhensible de la part des Opprimés. Homme politique qu’il convient d’intégrer au jeu parlementaire et de ne pas isoler (d’après un ancien premier ministre français à la chevelure abondante).
Nazis : amis des Arabes, devenus malheureusement moins efficaces après 1945.
Occupation : la raison pour laquelle ce Palestinien vient de se coincer le doigt dans la porte. Qui ne voit pas la causalité est islamophobe.
ONG : organisation auto-chargée d’avaliser la moindre baliverne émise par les organisations palestiniennes. N’ont jamais rencontré de dictateur arabe dont elles ne croient à la bonne foi, ni de tueur qui n’ait de circonstances atténuantes.
ONU : « machin ». Embryon de Droit international qui justifie à lui seul toutes les campagnes pour l’avortement. Jack l’éventreur y mène l’enquête, Pierrot le Fou y rend la justice, le prêtre y est un assassin récidiviste. Le pot-de-vin n’y est pas accepté à moins d’un hectolitre.
Pacifiste : Agneau qui adore dîner avec le loup, pourvu qu’Israël soit dans l’assiette (voir « idiot utile »).
Papon (Maurice) : Expéditeur spécialisé en futurs morts, et qui leur en veut. Figure moderne de Jean Valjean. N’a jamais rien fait dont son chef de service ait eu à rougir.
Palestine : petit bout de papier collé sur les cartes et atlas arabes pour cacher Israël
Palestinien : (1) bébé phoque de la Gauche européenne et de la Droite bien-pensante. (2) Espèce de victime largement préférée au Tibétain, au Darfourien, à l’Indio et autres. A l’avantage sur les autres d’être corrélatif de la haine du Juif. (3) D’apparition récente, inventé par le Colonel Nasser et fort prisé des régimes arabes et musulmans les jours de sommets diplomatiques. (4) N’est jamais responsable des conséquences de ses actions : c’est toujours la faute des autres.
Pierre (Abbé) : si l’on ne peut même plus chercher la vérité historique auprès des révisionnistes, où va la charité ?
Plan de paix : projet de « règlement » du conflit où la subtilité des détails proposés n’a pour but que de masquer les réalités. Il faut faire semblant d’y croire et s’agiter pour y faire croire. Il est impossible d’être Secrétaire d’Etat américain sans pondre un tel Plan qui portera son nom. Au fil des années l’activité s’est démocratisée : tout un chacun peut désormais y aller de son plan à lui.
Politique arabe (de la France) : reconstitution velléitaire d’empire dissous ; reniement post-daté de la bataille de Poitiers ; lancée au compte du général de Gaulle par le nazi Jacques Benoist-Méchin ; l’art de faire financer par le contribuable français le don de crédits bonifiés, jamais remboursés, à certains pays, dans le but de leur faire soutenir le rôle soi-disant prééminent de la France dans le monde, tout en leur donnant des armes dont ils sont incapables de se servir. Voir aussi : financement des partis politiques français. Voir enfin : Jacques Chirac (financement des campagnes électorales de).
Porte (doigt dans la) : instrument du complot juif ? c’est l’endroit où le comploteur voulait introduire le doigt palestinien pour lui faire du mal.
Presse arabe : est à la politique arabe ce que les égouts sont aux cloaques.
Prisonnier : (a) palestinien : a droit à un avocat ; (b) sioniste : à droit à la torture.
Processus de paix : beaucoup de processus, aucune paix. Permet à de nombreux diplomates de voyager en première classe pour y participer, à beaucoup de journalistes de secouer leurs micros, aux experts de pontifier. Il ne s’y passe jamais rien, mais quelle poudre aux yeux !
Production(terme économique) : pratique peu usitée et nuisible à la cause palestinienne, qui a, avant tout, besoin d’armes.
Proportionnalité : absence de réaction israélienne à une sanglante attaque arabe.
Protocoles des Sages de Sion : best-seller, source toujours republiée de la Vérité historique. Voir Al-Ahram, et la quasi-totalité de la presse arabe et iranienne. Ne pas faire attention, de toutes façons, c’est juste de la propagande.
Quai d’Orsay : bâtiment de belle allure sis sur les rives de la Seine. Peuplé de personnages à particules qui ne voient que ce qu’ils veulent croire. Rempli de praticiens horizontaux de la politique arabe de la France.
Rage : voir frustration. Terme censé tout expliquer : résultat naturel de la condition victimaire. Accepté comme raison suffisante de l’action terroriste « qui a la rage a tous les droits, en particulier celui d’assassiner ».
Réfugié : s’il est palestinien, caste héréditaire : on est réfugié de père en fils et de mère en fille, comme certains sont cordonniers ou serfs. Exception géopolitique unique : nul ne parle de « réfugiés » allemands (12 millions d’expulsés en 1945) ni de leurs enfants, petits-enfants et arrières petits enfants. Entretenu depuis 1948 par le contribuable occidental (UNWRA), ce qui permet de maudire ce dernier du matin au soir.
Résistance : terme mésusé depuis longtemps pour valoriser l’assassinat des civils en Israël, en excipant d’une parenté avec le mouvement français du même nom qui, de 1940 à 1944, n’assassinait jamais de civils allemands, encore moins de femmes et d’enfants. On voit tout à fait Jean Moulin torturer les enfants de Klaus Barbie (au cas où il n’y arriverait pas, Jacques Vergès accourrait à la rescousse).
Reuters : agence de fabrication et d’usage de faux photographiques et autres. Sa bonne foi a été moult fois surprise depuis 30 ans.
Rice (Condoleezza) : n’en a jamais fini d’apprendre que les roues sont rondes ; c’est qu’elle n’en avait auparavant aucune idée. Grande universitaire spécialiste de la Russie, qui n’a jamais publié le moindre papier sur la question.
Rue arabe : en anglais, rent-a-crowd (« louer une foule ». Ndlr.). Population urbaine oisive, toujours disponible pour accourir où les services de police appropriés lui remettent les slogans du jour (Israël, Etats-Unis). Par miracle, la BBC et CNN sont toujours sur place là où les manifestations spontanées vont avoir lieu (ne pas oublier les banderoles en anglais, SVP).
Rushdie (Salman) : fatwa à exécuter.
Saramago (José) : prix Nobel de littérature, mais très faible en calcul : confond en effet le chiffre 52 avec le chiffre 1,5 millions (voir Jenine-Auschwitz). Prouve que la réalité dépasse la fiction.
Sermon (khutbah) : appel au meurtre pour des raisons que Le Monde et l’AFP trouvent toujours compréhensibles (voir : occupation). Ne jamais en citer, cela pourrait ternir l’ « image » du peuple palestinien.
Sharon (Ariel, dit Arik) : a personnellement égorgé avec sadisme plus de mille Palestiniens dans les « camps » de « réfugiés » de Sabra et Chatila. A également personnellement torturé 879,321 Palestiniens, gazé sept millions d’entre eux, érigé un mur pour empêcher les victimes de ses nombreux crimes de venir légitimement tuer des civils israéliens. A, de plus, écrasé un bon nombre d’armées arabes au combat..
Sioniste (entité) : physiologiquement, le larynx arabe n’est pas apte à prononcer les syllabes is-ra-ël, ce qui est un drame anatomique. Ce mot-substitut, inventé par les phonologistes arabes, permet donc de nommer la chose sans émettre le son approprié. Bel exemple de compensation culturelle d’un défaut physique. Qui a médit de la science des Arabes ?
Sommet arabe : groupe d’individus bedonnants et barbus qui crient très fort sans se soucier du contenu, pourvu qu’à la fin, Israël soit condamné, ainsi que les Etats-Unis. S’embrassent de temps en temps sans se soucier des conséquences épidémiologiques.
Suez : grande victoire panarabe (1956), sous la direction des grands chefs de guerre arabes Eisenhower et Boulganine.
Syrie : pays dont les dirigeants sont des parangons d’honnêteté, d’intégrité et de bonne foi. Les prisons y sont vides, les salles de torture propres, les usines flambant neuves, les policiers sans reproche, et la croissance économique énorme. Favorite du Quai d’Orsay.
Terrorisme : arme du faible contre le fort (300 millions d’Arabes, 1,2 milliards de musulmans, 6,5 millions d’Israéliens).
Tolérance : notion inusitée.
Torture : continuation de la politique arabe par d’autres moyens.
Turc : occupant, exploiteur et tyran pendant neuf siècles environ. N’a pas suscité de résistance à l’impérialisme, au colonialisme et à l’exploitation.
Union soviétique (aussi : Russie poutinienne) : meilleure amie des arabes (jusqu’à 1991). L’extermination des Musulmans chez elle lui est rarement reprochée
Unité arabe : fétiche brandi à tout bout de champs pendant qu’on s’entre-égorge ; ne jamais oublier la crécelle !
Unité palestinienne : (voir : unité arabe). Scander le slogan, si vous êtes un tueur du Hamas, pendant que vous poussez un tueur du Fatah du haut du toit d’un immeuble élevé : ça donne une dignité politique très chic à votre action.
Utérus : arme secrète des « Palestiniens » – voir le slogan « Avec nos utérus, nous libérerons la Palestine » qui se réfère à l’ « arme démographique ». Lieu saint du féminisme arabo-musulman. Curieusement ignoré par les féministes occidentales, qui ne veulent la contraception que pour elles-mêmes, et, à la rigueur, le tiers-monde qui n’a pas pour devoir l’extermination d’Israël.
Verger (voir aussi oliveraie) : lieu sacré du culte journalistique de l’innocence paysanne bafouée par la soldatesque : « Les troupes israéliennes ont coupé les arbres des vergers ».
Victime : état natif, permanent et éternel du Palestinien.
Villepin : postiche qui a eu naguère le désir de devenir perruque. Le fameux auteur de science-fiction Bossuet avait consacré un sermon à l’anticiper : « vanitas vanitatum et omnia vanitas. ».
Violence : « Nous n’avons pas d’autre choix que celui de la violence » : mode d’action glorieux et sacré auquel les autres forcent le Musulman radical dans tous les cas de figure ; le pauvre, comme si ce n’était pas le choix qu’il avait fait au départ.
Virginité : état favori de la femme ; multipliée par 72. Récompense offerte dans l’au-delà. Auto-régénération permanente de certaines parties du corps, dont l’absence ici-bas provoque immanquablement le meurtre de la porteuse d’absence. Preuve du caractère progressiste des révolutionnaires arabes.
Voltaire (Réseau) : groupement opposé au principe de non-contradiction.
Washington : ville qui souffle le chaud et le froid
Z : lettre qui s’applique à peine au monde musulman.
Lien : http://balaganv2.blogspot.com/2007/07/petit-dictionnaire-moyen-oriental-des.html

‘Nasrallah n’est qu’un pantin de Téhéran’
David Geller
mardi 24 juillet 2007 – 13:55

 

ajaxpage2(‘/ajax/media.aspx?id=38263’, ‘Media’)

 

 

Le leader terroriste du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’intéresse de très près à la vie israélienne et ce n’est sûrement pas par hasard s’il a choisi d’accorder une interview à la chaîne Al-Jazeera le soir du jeûne de Ticha Beav. « Nous avons réussi à torpiller le programme visant à créer un Grand Israël mais il reste encore beaucoup à faire », a notamment proclamé Nasrallah.

 

Poursuivant ses propos, le chef du Hezbollah a affirmé que son mouvement n’a pas été affaibli par la guerre de l’été dernier et détient toujours la capacité de « projeter des missiles sur n’importe quelle cible en Israël ». D’après Hassan Nasrallah, le chef d’état-major Dan Haloutz aurait menti en affirmant que Tsahal avait éliminé tous les missiles longue-portée du Hezbollah dès les premiers jours du conflit. Le leader terroriste s’est ensuite vanté des capacités technologiques de son mouvement en évoquant le tir réussi d’un missile contre le navire de guerre israélien Achi Chanit, qui avait particulièrement surpris Tsahal.

 

« Je n’ai certainement pas l’intention de divulguer gratuitement des informations sur le sort des soldats Goldwasser et Reguev  » a poursuivi Nasrallah, précisant que ses représentants n’avait rien révélé de nouveau au chef de la diplomatie française. « Le ministre Bernard Kouchner a simplement fait part de son impression personnelle », a-t-il fait remarquer. Le dirigeant du Hezbollah a ensuite confié qu’il avait personnellement suivi durant trois mois les préparatifs précédant l’enlèvement des deux militaires israéliens à la frontière Nord.

 

Le leader terroriste a ensuite prétendu que le Hezbollah n’avait pas compté sur l’aide de la Syrie ou de l’Iran durant la dernière guerre. « Nous savions que nous étions capable de vaincre seuls l’ennemi sioniste », a-t-il déclaré fièrement. « La Syrie était prête à entrer en guerre si Israël tenterait de conquérir certaines zones mais les Israéliens ont évité d’approcher ces régions », a toutefois révélé Nasrallah.

 

« Hassan Nasrallah ferait mieux de faire preuve de modestie car il n’est qu’un agent orgueilleux de Téhéran », a commenté ce mardi le leader de l’opposition Binyamin Netanyahou. « Le Hezbollah ne tiendrait pas deux jours sans l’aide de l’Iran », a ajouté le chef du Likoud qui s’exprimait dans le cadre d’une conférence de presse à l’issue de sa rencontre à Jérusalem avec l’émissaire du Quartette Tony Blair.

 

« Le programme nucléaire de Téhéran constitue une menace pour le Moyen-Orient et le monde entier », a ensuite souligné Netanyahou. « Tony Blair est d’accord avec ce point de vue mais il souhaite des progrès dans les négociations israélo-palestiniennes car ceci faciliterait la formation d’un front modéré uni contre Téhéran » a précisé l’ancien Premier ministre, avant de présenter ses projets économiques régionaux qui sont selon lui la « clef pour faire avancer la paix au Moyen-Orient ».

les organisations terroristes

source un echo d’israel

Organisations palestiniennes : les brigades des Martyrs d’El-Aqsa

Franck Olivier


Les brigades des Martyrs d’El Aqsa (Jérusalem en arabe) ont été créées en octobre, quelques jours après le début de la seconde Intifada, appelée également Intifada d’El-Aqsa. Cette milice armée est proche du Fatah et il ne faut pas la confondre avec les Bataillons d’El-Aqsa, un sous-groupe du Jihad islamique.

Ce groupe armé, fortement bien organisé et hiérarchisé, témoigne d’une islamisation d’un certain courant du Fatah. Décidé à mener une guerre totale contre « l’ennemi sioniste », il se flatte d’avoir signé des attentats avec le Jihad islamique, même s’il ne partage pas les mêmes visions religieuses. Les premiers membres des Brigades venaient des rangs des Tanzim. À la suite de la mort de Yasser Arafat, le 11 novembre 2004, le mouvement fit savoir qu’il signera désormais ses actions du nom de Brigades de Yasser Arafat le Martyr.

Ces brigades revendiquèrent des attentats particulièrement sanglants qui furent perpétrés en Israël depuis février 2002.
En mars 2002, après un attentat suicide des Brigades ayant fait 11 morts à Jérusalem, dont des enfants, celles-ci furent inscrites sur la liste américaine des organisations terroristes bien qu’elles n’aient commis aucun crime sur le territoire américain.

C’est sous l’impulsion des brigades que les femmes ont pu entrer dans la légende des « martyrs de la cause palestinienne » en commettant des attentats suicides jusque-là réservés uniquement aux hommes. Dans les années 2003-2004, de nombreuses candidates se sont présentées aux portes des brigades, y compris des femmes mariées avec enfants. Entre 2000 et 2006, l’unité a procédé à sept attentats suicides, causant la mort de 37 personnes et blessant plus de 200 autres.

La question ouverte depuis la création de ces brigades reste celle de leur autonomie par rapport au leadership du Fatah et aux dirigeants de l’Autorité Palestinienne. Le 18 décembre 2003, le Fatah décida de demander aux chefs des brigades des Martyrs d’El-Aqsa de siéger au conseil du parti, reconnaissant ainsi ouvertement leur appartenance au mouvement. Israël publia alors des documents trouvés dans les dossiers d’Arafat qui prouvaient que celui-ci avait tacitement approuvé les attentats perpétrés par les brigades. En juin 2004, Mahmoud Abbas, alors Premier ministre, annonça officiellement que les brigades faisaient partie du Fatah. Israël protesta à plusieurs reprises sur le fait que ni le Fatah, ni l’Autorité palestinienne n’avaient fait d’effort pour stopper les attaques terroristes du mouvement.

Avec l’arrivée du Hamas au pouvoir, les brigades des Martyrs d’El-Aqsa cessèrent les attentats contre Israël et entamèrent une lutte sans merci contre les nouveaux dirigeants. Elles participèrent activement aux combats de rue contre les milices du Hamas dans la Bande de Gaza. Au lendemain de la prise de Gaza par le Hamas, les brigades des Martyrs d’El-Aqsa ont entrepris des opérations de représailles contre les chefs du Hamas en Cisjordanie.

Mis en ligne le 25 juillet 07

Pour tous ceux et celles qui pensent que les terroristes se font exploser parce qu’ils sont pauvres et désespérés…24 novembre 2006

«Salut, je m’appelle Ahmed et je veux devenir une bombe humaine»

Un candidat à l’attentat-suicide d’un groupe terroriste parle de «faire exploser les non croyants pour servir Allah».

Par Aaron Klein
© 2006 
WorldNetDaily.com
Traduction : http://ajm.ch/wordpress/?p=374

JÉNINE &endash; World Net Daily (WND) a eu l’occasion, par l’intermédiaire du groupe terroriste du Djihad islamique, d’approcher un Palestinien de 23 ans qui s’est porté volontaire pour devenir une bombe humaine et dont l’organisation dit qu’il possède un «grand potentiel» et participera donc probablement aux prochaines tentatives d’attentats-suicide contre des civils israéliens.

Selon les dirigeants du Djihad islamique, cet auteur d’attentat-suicide potentiel est l’un parmi «des centaines» de jeunes Palestiniens du nord de la Cisjordanie qui ont passé avec succès les stages de recrutement et sont prêts à s’infiltrer parmi la population juive des centres urbains avec une ceinture d’explosifs dans le but d’y tuer autant d’Israéliens que possible.

L’entrevue s’est déroulée dans un immeuble isolé de Jénine, un ville située au nord de la Cisjordanie fameuse pour servir de bastion au Djihad islamique et d’où proviennent la majeure partie des auteurs des récents attentats-suicide à la bombe.

Le Djihad islamique a revendiqué chacun des attentats-suicide perpétrés dans Israël ces deux dernières années, y compris un attentat à la bombe à Tel-Aviv qui coûta la vie à un adolescent américain, Daniel Wultz, et à neuf Israéliens. Le Djihad islamique a également effectué quantités d’attaques armées et de lancements de roquettes contre Israël. Les dirigeants du Djihad islamique permirent à WND d’interviewer le candidat à l’attentat-suicide en compagnie de son recruteur, un membre chevronné du groupe terroriste.

Tant le recruteur que l’auteur potentiel d’attentat-suicide savaient que le reporter de WND est juif. À plusieurs reprises pendant l’interview, réalisée grâce à l’assistance d’un interprète anglais-arabe, le recruteur ordonna au candidat de ne pas répondre à certaines questions. Le visage du candidat à l’attentat-suicide n’était pas dissimulé pendant l’interview, mais il avait reçu pour consigne du recruteur du Djihad islamique de ne divulguer ni son nom, ni des informations étendues sur sa biographie.

WND: Parlez-moi de votre vie et de ce que vous faites pendant vos loisirs.

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: J’étudie à l’université de Cisjordanie et j’espère me marier au cours des deux prochains mois. Ma vie est très normale. Je regarde la télévision, surtout les actualités et les émissions historiques et religieuses. De temps en temps, je joue au football et de fais de la musculation.

WND: Votre famille est-elle pauvre?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Non. Nous sommes dans la moyenne, mais loin d’être aisés. Je partage ma chambre avec mes frères, mais les choses vont mieux maintenant car l’un de mes frères s’est marié et a quitté la maison l’été passé.

WND: Pourquoi voulez-vous devenir une bombe humaine?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: J’ai d’abord décidé de devenir un martyr quand j’ai vu ce que l’armée israélienne a fait dans le camp de réfugiés de Jénine pendant la grande campagne militaire d’avril 2002.

Mais cette idée a pris de l’envergure quand j’ai compris quel statut j’aurais au paradis si je me sacrifiais pour Allah. Chaque fois que quelqu’un meurt en martyr dans un attentat-suicide à la bombe, je prie pour lui, mais je me sens envieux. Je voudrais être là où il est et je prie Allah de me donner un jour une telle occasion et un tel honneur.

[NdE: Le terroriste suicidaire fait référence à un raid anti-terroriste dans sa ville natale de Jénine, en 2002, que les leaders palestiniens qualifient de «massacre» perpétré par l’État juif et au cours duquel les Forces de défense israéliennes auraient tué plus de 500 civils palestiniens, dont un grand nombre de femmes et d’enfants. Plus tard, il a été avéré que 56 Palestiniens, essentiellement des combattants armés, ont perdu la vie dans le raid, lequel faisait suite à une série d’attentats-suicides meurtriers en Israël préparés et dirigés depuis les infrastructures terroristes de Jénine. Vingt-trois soldats israéliens ont été tués dans la bataille de Jénine, que les troupes des FDI conduisirent de maison en maison, afin de minimiser le nombre de victimes civiles en évitant les bombardements aériens.]

WND: Votre principale motivation à devenir une bombe humaine est de servir Allah?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Oui, bien sûr. Allah a donné aux Musulmans la possibilité de mériter leur récompense et leur rétribution de différentes manières. Il y a ceux qui prient, qui jeunent et qui respectent les ordres d’Allah, et il y a ceux qui aspirent à une plus haute récompense. Et la plus grand récompense est donnée à ceux qui sacrifient leur vie, leur corps et tous les biens de ce monde.

WND: Ce que vous dites est intéressant car de nombreux universitaires des États-Unis et plusieurs de mes collègues des médias affirment que les Palestiniens deviennent des terroristes suicidaires parce qu’ils sont pauvres et désespérés et à cause de l’occupation israélienne. Diriez-vous que ce ne sont pas les raisons qui vous poussent à vous faire exploser parmi les Israéliens?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: La volonté de me sacrifier pour Allah est la première et la plus importante raison. Il est vrai que les Sionistes occupent nos terres et qu’il est de notre devoir religieux de les combattre, y compris par des attentats-suicide. Cependant, l’objectif n’est pas de tuer des Juifs, mais de rejoindre Allah.

L’objectif est de satisfaire Allah et de suivre ses instructions. Pas d’intérêt financier, rien. Pas de lavage de cerveau, pas de pression. C’est ma propre décision. Tout les autres mensonges proviennent de la propagande israélienne pathétique.

Je prie Allah pour qu’il m’accorde l’honneur de mourir dans une opération. Car c’est le moyen suprême, le plus noble, de rejoindre Allah. Ces martyrs ont un statut particulier dans l’au-delà et ont de meilleures chances de pouvoir contempler le visage d’Allah et de jouir des fantastiques plaisirs qu’il nous offre.

WND: J’ai bien entendu? Vous avez dit que votre objectif n’est pas de tuer des Juifs? Mais n’est-ce pas précisément ce que vous faites en tant que bombe humaine?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Peut-être que le fait d’être né ici a aiguisé ma conscience religieuse, mais je crois que si je vivais en Tchétchénie, en Irak, en Afghanistan ou ailleurs, j’aspirerais aussi au martyre.

Ce qui compte pour moi est la satisfaction d’Allah, peu importe où je vis. Mais comme nous vivons dans cette partie du monde, la voie vers Allah passe par le combat contre l’ennemi sioniste. C’est le djihad, le sacrifice, le plus important.

WND: Ces clichés sont impressionnants, mais êtes-vous conscient de parler à un Juif en ce moment? Peut-être dites-vous ce que je souhaite entendre. Dites-moi la vérité. Vous voulez tuer les Juifs, n’est-ce pas?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Nous n’avons jamais appris à haïr les Juifs, mais à haïr l’occupation par les Sionistes de notre terre islamique que l’entité sioniste a volée et occupée avec l’aide de la conspiration mondiale. Les Juifs peuvent avoir leur État, mais pas sur nos terres et aussi longtemps que cette condition n’est pas remplie, tous les Musulmans doivent combattre cette entité. Les Juifs ont volé cette terre sainte islamique et nous devons les combattre, mais ce à quoi j’aspire, c’est de rejoindre ce qui m’attend dans l’au-delà.

WND: Vous parlez de combattre les Juifs. Je suis un Juif américain. Voulez-vous me tuer?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Vous êtes ici et personne ne vous fait de mal et personne ne pense à vous faire du mal. Mais si, par malchance pour vous, vous vous trouvez à l’endroit auquel mon opération (suicide) aura lieu, je n’en serai pas attristé. Vous autres Juifs américains avez partie liée avec les Sionistes, et vous êtes encore plus dangereux que les Israéliens à cause du soutien international que vous leur fournissez pour massacrer notre peuple et perpétuer l’occupation.

WND: Donc, si vous me voyez un jour prochain dans un café à Jérusalem alors que vous êtes en mission, vous n’hésiteriez pas à vous faire exploser?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: À cet instant, il n’y aura aucune place pour l’émotion et les hésitations. Si je vais en opération, c’est que j’ai décidé de laisser mes proches derrière moi &endash; ma mère, mon père, mes frères et soeurs, toute ma famille et mes amis. Et si je suis capable de cela, je ne vous épargnerai pas juste parce que nous nous sommes rencontrés une fois.

Pour l’instant, avant que je ne vous envoie en enfer pendant une opération, profitez de votre thé et de notre hospitalité (rires).

WND: De nombreuses émissions de la télévision palestinienne ont prétendu que les Juifs sont les descendants de singes et de porcs et que nous utilisons le sang de Palestiniens et de Chrétiens pour préparer notre pain azyme de Pesah. Croyez-vous cela?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Je sais pourquoi vous posez cette question. Vous pensez que nous sommes tous naïfs ou mauvais de naissance, ou que nous subissons des lavages de cerveau. Nous ne faisons que suivre les ordres du Coran car si nous ne le faisons pas, nous serons attaqués, occupés, contrôlés et tués par les ennemis de l’Islam.

WND: Vous n’avez pas répondu à ma question. Croyez-vous que je descende de porcs et de singes?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Le Coran nous dit qu’Allah s’est mis en colère contre les Juifs à cause de leur mauvais comportement envers Moïse et les commandements d’Allah et qu’Allah cria alors aux Juifs: «Soyez des porcs et des singes!»

Je ne sais pas si Allah a transformé les Juifs en porcs et en singes physiquement, ou si c’est une manière de nous dire qu’ils sont aussi horribles que des porcs et des singes. Le principal est que c’est là ce qu’Allah, qu’il soit béni, pense que les Juifs méritent d’être.

Je ne sais pas ce qu’il en est du pain azyme de la Pesah, mais je sais que les Juifs sont la nation connue pour avoir tué les prophètes d’Allah et qui, de nos jours, veut contrôler le monde ou du moins cette partie du monde, entre le Nil et l’Euphrate. Ils (les Juifs) contrôlent déjà les États-Unis, ses médias, son système financier et son administration.

WND: Auparavant, vous avez mentionné les plaisirs qui vous attendent après votre attentat-suicide. Je suppose que vous parliez des 72 vierges aux yeux noirs dont vous croyez qu’elles vous attendent au paradis?

(le candidat terroriste hoche la tête pour dire oui.)

WND: Vous présentez le martyre comme une action divine. Vous parlez de récompense dans l’au-delà, de niveaux spirituels suprêmes pour rétribution de ce que vous considérer comme un don à Allah. Mais vous me dites aussi que votre opération suicide sera suivie par une éternité de sexe avec des vierges. Or c’est là le plaisir physique le plus primaire qui se puisse imaginer. Est-ce là votre vision religieuse du paradis?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Laissez-moi vous expliquer quelque chose. Le monde, le bas monde dans lequel nous nous trouvons maintenant, est temporaire. Allah examine la loyauté des êtres humains, il vous demande d’éviter ici-bas tout ce qui peut vous tenter, tout ce qui vous fait plaisir sur cette terre, et de vous dédier à Allah.

Cela ne signifie pas qu’Allah ne pense pas qu’il soit bon de satisfaire ces besoins sexuels, de prendre plaisir à l’alcool, à la nature et aux autres choses. L’élément crucial est que les non-Musulmans font ces choses dans ce monde et ignorent Allah, et toutes les règles morales, alors que les Musulmans doivent fournir un énorme effort spirituel sur terre afin de mériter ces plaisirs (physiques) dans l’au-delà.

Je ne sais pas comment vous autres Juifs voyez ces plaisirs physiques, notamment après que la Torah qu’Allah vous a confiée ait été falsifiée, mais dans notre religion, tous les efforts spirituels sont exigés de nous sur terre, et cela est beaucoup plus difficile. Ainsi, la question du sexe est incomplète comme vous la présentez. Vous vous adonnez librement au sexe maintenant, moi pas.

Mais vous irez en enfer après avoir vécu 50, 60, 70, 80 ans, et moi, je prie pour qu’Allah l’accepte, j’irai au paradis et j’y prendrai tous les plaisirs dont vous avez profité pendant ces 80 années. La différence est qu’après ces années, vous brûlerez en enfer pour toujours tandis que moi, après mes années dans ce monde de foi, de retenue et de patience, je jouirai des plaisirs d’Allah pour l’éternité.

WND: Admettons que votre conception du paradis soit correcte. Vous êtes récompensé par 72 vierges aux yeux noirs pour avoir vécu la vie que vous décrivez. Pensez-vous vraiment que vous irez au paradis pour avoir tué des civils innocents dans une opération suicide?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Vous voulez ridiculiser cette question, mais tout cela est dans le Coran. Allez et demandez à Allah ce qu’il en est. Le Coran nous promet les vierges aux yeux noirs et voilà tout. Le Coran est plain de versets glorifiant le shahid, le martyr.

WND: Montrez-moi où, exactement, le Coran dit que vous aurez 72 vierges aux yeux noirs pour vous faire exploser parmi des civils.

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Vous et moi, nous ne discutons pas d’Allah et du Coran. Je vous en dirai plus au moment où j’exploserai et qu’une vierge aux yeux noirs emportera mon âme vers le ciel.

C’est l’important, dans notre mission &endash; exécuter les ordres d’Allah et espérer recevoir la récompense qui nous est promise dans le Coran.

WND: Que pensez-vous des États-Unis?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: La culture américaine ne m’intéresse absolument pas. C’est une culture vide, sans valeurs, pleine d’immoralité et d’éléments interdits par Allah comme la liberté sexuelle et la violence.

WND: Donc je suppose que vous n’écoutez pas la musique américaine et que vous ne regardez pas les films américains?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Je ne regarde pas les films américains et j’ai des remords en pensant à l’époque de l’avant-intifada (la campagne terroriste lancée en 2000), quand je regardais des films américains comme «Platoon» ou ce film réalisé sous l’eau. Ce sont des stupidités et je prie Allah de me pardonner toutes ces heures passées à regarder ces absurdités. À mon avis, l’Amérique est le grand ennemi, qui dirige la guerre contre l’Islam, les Musulmans, les Palestiniens et contre tout ce qui menace l’ennemi sioniste.

WND: Lors du dernier attentat-suicide à la bombe, à Tel-Aviv cette année, un adolescent américain nommé Daniel Wultz a été gravement blessé et est décédé depuis de ces blessures. Visez-vous les Américains d’une manière générale?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: L’Amérique détruit et exploite le monde arabe et islamique dans le cadre du plan des sionistes et des croisés. Nous disons que les Juifs américains sont les parrains de l’entité sioniste en Amérique. Donc, je suis sûr que ce Daniel participait à l’activité armée. Sinon, il collectait de l’argent pour l’entité sioniste. Sinon, il aurait décidé un jour de venir vivre ici comme colon. Il n’y a donc aucune raison de le définir comme un innocent.

WND: Si vous devenez une bombe humaine, pensez-vous que les membres de votre famille vous regretteront, ou plutôt que le fait que vous vous fassiez exploser parmi des hommes, des femmes et des enfants israéliens les rendra fiers de vous?

CANDIDAT À L’ATTENTAT-SUICIDE: Les membres de ma famille, et surtout ma mère, ont le sentiment qu’ils entendront un jour dire que j’ai effectué une opération. Je ne pense pas qu’ils seront tristes en apprenant que je me suis tué dans une opération. Car c’est l’effet de la volonté de satisfaire Allah.

Je ne pense pas qu’ils seront surpris si je le fais, mais je ne leur dirai jamais rien, pour éviter les pressions. Toute notre idéologie est basée sur le fait d’éviter les pressions et les tentations qui nous lient à ce bas monde. C’est l’autre monde que j’aspire à rejoindre avec tout l’amour de ma mère et de ma famille. Aujourd’hui, ils m’aiment et j’espère qu’à l’avenir ils m’aimeront toujours, mais qu’ils seront aussi fiers de moi.

Accueil
Nouveautés sur le site

http://www.amitiesquebec-israel.org/textes/ahmed.htm

From:
Dr. Reuven Erlich
Director
The Intelligence and Terrorism Information Center
at the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Intelligence and Terrorism Information Center at
the Israel Intelligence Heritage & Commemoration Center (IICC)

Lettre dinformation du Centre d‘Information sur les Renseignements et le Terrorisme

Veuillez trouver ci-joint des informations sur :

L‘industrie de la haine : le Hamas recourt à Internet pour diffuser des caricatures antisémites au public russophone

Télécharger le dossier PDF (355KB)

http://www.terrorism-info.org.il

AFP – samedi 21 juillet 2007, 11h45

Pakistan: une bombe désamorcée avant la vente du dernier Harry Potter

De jeunes Pakistanais dans une librairie d'Islamabad, le 21 juillet 2007, à l'occasion de la sortie du tome 7 d'Harry Potter

 

Une bombe a été désamorcée dans la nuit de vendredi à samedi dans une voiture garée près d’un centre commercial de Karachi, dans le sud du Pakistan, où devait se presser la foule dès l’aube pour la vente du dernier tome de la saga Harry Potter, a indiqué la police.

Pris de remords, le poseur de bombe a appelé la police pour l’avertir de l’imminence du danger en réalisant que des enfants pourraient mourir, a déclaré à l’AFP le chef de la police judiciaire de la ville, Manzoor Mughal.

« Un interlocuteur anonyme a appelé la police vers 21h00 (16h00 GMT), assurant qu’il avait déposé une bombe dans une voiture devant le centre commercial Pak Towers, mais qu’il avait soudain réalisé qu’il y aurait des enfants et que c’est pour cela qu’il nous appelait », a-t-il raconté.

Sur le parking de l’un des plus grands centre commerciaux de la capitale économique du Pakistan, les enquêteurs ont découvert, dans une petite voiture, deux bidons contenant au total 10 kg d’une poudre explosive encore non identifiée et reliés à un détonateur électronique. « Toutefois, ils n’ont pas trouvé de mécanisme de déclenchement » de la bombe, a indiqué un officier de la police locale, Mohammed Javed.

« Cela ressemble à une tentative d’attentat qui n’a pas été mûrement organisée, ou à une menace », a-t-il ajouté, précisant: « d’autant plus que la voiture était garée sur un parking ouvert à un peu moins de 200 m du lieu de la vente du livre ».

Les policiers ont aussitôt bouclé le quartier, où les jeunes commençaient à se presser pour ne pas rater les premiers exemplaires du 7e tome de la saga de l’apprenti-sorcier, et ont annulé la manifestation. L’ouverture du magasin, qui devait avoir lieu à 4h00 locales (23h00 GMT vendredi), a été reportée à samedi après-midi, a précisé M. Javed.

Le Pakistan vit depuis neuf jours une vague sans précédent d’attentats qui a tué plus de 200 personnes, après que les islamistes pakistanais, soutenus par Al-Qaïda, eurent juré de venger la centaine de leurs militants qui ont péri dans le siège puis l’assaut de la Mosquée rouge d’Islamabad il y a 10 jours.

Nahoul l’abeille remplace Farfour, le clone de Mickey mort en martyr.
21 juillet 2007

Sur la chaîne télévisée du Hamas, Al-Aqsa, Nahoul l’abeille remplace Farfour, le clone de Mickey mort en martyr, et s’engage à suivre la voie du martyre empruntée par Farfour. Suite au « martyre » du personnage de Farfour (clone de Mickey), tué par un soldat israélien dans l’émission pour enfants Pionniers de demain, un nouveau personnage entre en scène, Nahoul l’abeille. Nahoul s’engage à suivre Farfour sur la voie de « l’islam, l’héroïsme, le martyre et les moudjahidine ».

Voici un extrait de l’émission Pionniers de demain mettant en scène Nahoul l’abeille, diffusée sur Al-Aqsa le 13 juillet 2007.

Voir les extraits-vidéo sur : http://www.memritv.org/search.asp ?ACT=S9&P1=1510# .

Saraa, l’animatrice : Qui es-tu et d’où viens-tu ?

Nahoul l’abeille : Je suis Nahoul, le cousin de Farfour.

Saraa : Qu’est-ce que tu veux ?

Nahoul : Je veux suivre la voie de mon cousin Farfour.

Saraa : Et comment veux-tu faire ?

Nahoul : Je veux me trouver avec toi dans toutes les émissions des Pionniers de demain, comme Farfour. Je veux suivre la voie de Farfour – la voie de l’islam, de l’héroïsme, du martyre et des moudjahidine. Mes amis et moi irons dans les pas de Farfour. Nous allons nous venger des ennemis d’Allah, de l’assassin des prophètes et des enfants innocents jusqu’à ce que nous libérions Al-Aqsa de leur impureté. Nous plaçons notre confiance en Allah.

Saraa : Bienvenue, Nahoul.

rappel septembre noir (video)

(Septembre noir 1970) 3 500 morts et 11 000 blessés
envoyé par davidgolani

comment ils s’entretuent (VIDEO: CLIQUER ICI)

AMES SENSIBLES NE PAS REGARDER

LE FATHAH ET LE HAMAS

Joyeux voisins
envoyé par HoumousNet

Le Hezbollah a utilisé des femmes lors de la 2e guerre du Liban
Claire Dana Picard
mercredi 18 juillet 2007 – 09:04
ajaxpage2(‘/ajax/media.aspx?id=37951’, ‘Media’)
Les femmes palestiniennes bénéficient généralement de l’indulgence des forces de sécurité israéliennes qui lors des contrôles, ne les considèrent pas comme aussi dangereuses que les hommes. Mais ces mesures devraient être modifiées à la lumière des dernières révélations du journal arabe Al Shark al Awsat, paraissant à Londres, qui indique que des femmes ont participé activement aux combats du Hezbollah lors de la seconde guerre du Liban.Il est précisé, dans l’article cité par Aroutz Sheva en hébreu, que le rôle des « combattantes » consistait essentiellement à faire passer des armes et des renseignements aux terroristes, à aider les familles touchées par les affrontements et à renforcer la motivation de la communauté locale.

L’endoctrinement fait partie de la formation des terroristes, comme on le sait, et il n’est donc pas surprenant de voir par exemple que les sœurs d’un « chahid » aient manifesté leur joie à la mort de leur frère « martyr » en soulignant que contrairement aux idées reçues, les jeunes dans son cas n’étaient ni « complexés » ni  »malheureux » et étaient souvent instruits et même universitaires. Une autre a souligné : « Ils se trompent sur notre société : ils pensent que les femmes chez nous sont lésées mais c’est faux ».

Une autre soeur a raconté que lors de la seconde guerre du Liban, les femmes de la famille avaient demandé au Hezbollah de leur permettre de porter les armes et de combattre. Mais vu la « réserve » dont elles doivent faire preuve, leur rôle a été limité à la préparation des repas des terroristes. Toutefois, elle a souligné que si la loi islamique leur donnait l’ordre de combattre, elles n’hésiteraient pas un instant et seraient toutes prêtes à prendre les armes.

Monde-arabe-et-Islam : Exterminons les Juifs !
PMW

Exterminons les Juifs

Le Hamas, qui fait partie du gouvernement palestinien, est selon les adversaires d’Israël, injustement accusé d’antisémitisme. Durant la récente campagne présidentielle, certains partis réclamaient de procéder à sa reconnaissance officielle. Nul doute qu’ils trouveront matière à réflexion dans un article relevé par Itamar Markus, de l’organisation Palestinian Medias Watch.

L’extermination des juifs est la volonté d’Allah et profite à toute l’humanité, selon un article du journal du Hamas, Al-Risalah.

L’auteur de l’article, Kan’an Ubayd, explique que les opérations suicide effectuées par le Hamas sont commises seulement pour accomplir les souhaits d’Allah.

En outre, Allah aurait exigé cette action, parce que « l’extermination des juifs est bonne pour les habitants du monde (des mondes). » Le massacre des civils juifs innocents par des attaques terroriste est dépeint comme la volonté d’Allah au profit de l’humanité.

Il convient de noter que la justification du Hamas pour l’extermination des juifs, tous deux dépeints comme volonté de Dieu et profitable à l’humanité, trouvent un écho dans les paroles d’Hitler dans Mein Kampf : « Dans ce cas-ci, le seul salut restant était la guerre… Si le juif avec l’aide de sa foi marxiste est victorieux au-dessus des peuples de ce monde, alors sa couronne sera la guirlande funèbre de l’humanité… Ainsi je crois aujourd’hui que j’agis selon la volonté du créateur tout-puissant : quand je me défends contre le juif, je combats pour le travail du seigneur. » (Mein Kampf)

Dans quelques autres citations appelant au génocide des Juifs, l’auteur dit qu’il veut être sûr que « chacun saura » que ces actions meurtrières ne sont « pas de son propre chef ». Il reprend l’argumentaire de criminels de guerre nazis, justifiant de leurs actions avec, comme argument, qu’ils ne faisaient que suivre les ordres.

Le fait que ces ordres soient de nature divine rend bien plus sinistre la justification du Hamas.

Suit l’extrait de l’article du Hamas : « Nous trouvons plus d’une fois condamnation et dénonciation des opérations de résistance et des attaques-suicide, effectués par le Hamas et les branches palestiniennes de résistance. Mais il n’y a aucun autre choix. Ils peuvent employer la contrainte et la condamnation, ils peuvent nous attribuer l’étiquette de terroristes. Ils peuvent faire des conférences et se réunir pour condamner ces attaques.

Il faut que chacun sache : nous avons fait ceci seulement parce que notre seigneur l’a commandé ainsi, « que je l’ai pas fait de mon propre chef » de sorte que les gens sachent que l’extermination des juifs est bonne pour les habitants des mondes sur une terre, à laquelle Allah a donné sa bénédiction » (Journal Al-Risalah, 23 avril 2007)

Palestinian Medias Watch – Itamar Markus et Barbara Crook

Trad : Primo

les fous d’allah

Faute d’arriver à apprendre le Coran par coeur, il se suicide
 

Un Nigérian de 25 ans, Abdullahi Maidawa, qui n’arrivait pas à apprendre le Coran par coeur, s’est immolé par le feu dans un village du nord-ouest du Nigeria, a-t-on appris samedi de source policière.

Le jeune homme, qui avait passé huit ans à étudier le Livre saint des musulmans, s’est aspergé d’essence dans sa chambre, dans le village de Mamawa, avant de mettre le feu, a indiqué le chef de la police de l’Etat de Kebbi, Alhaji Muktari Ibrahim.

Transporté dans un hôpital de la région, il y est décédé des suites de ses brûlures.

Le Nigeria, 130 millions d’habitants, compte quelque 60 millions de musulmans et autant de chrétiens. Le nord du pays est très majoritairement musulman mais d’importantes minorités chrétiennes sont installées dans les principales villes. Depuis 1999 et le retour à un régime civil, une dizaine d’Etats du Nord, dont celui de Kebbi, ont instauré la charia (loi islamique). 

source top infos

Canal Infos Des islamistes infiltrés dans la police britannique
source :
http://www.7sur7.com

Le service du renseignement intérieur a rédigé un document secret répertoriant les noms de ces islamistes présumés qui travailleraient notamment pour Scotland Yard.
Jusqu’à huit personnes ayant des liens présumés avec des extrémistes islamistes, dont le réseau Al-Qaïda, travaillent au sein de la police britannique, affirme le quotidien Daily Mail ce samedi, citant un rapport des services du renseignement.

Scotland Yard
Selon le quotidien, le service du renseignement intérieur (MI5) a rédigé un document secret répertoriant les noms de ces islamistes présumés qui travailleraient notamment pour Scotland Yard. Certains seraient passés par des camps d’entraînement ou des madrassas au Pakistan ou en Afghanistan, tandis que d’autres ont consulté des sites appelant au jihad ou sont liés à des imams radicaux, selon le Daily Mail, qui souligne qu’aucun d’entre eux n’a été limogé à ce jour. Ces informations sont publiées alors que l’enquête sur les récents attentats manqués de Londres et Glasgow a montré que plusieurs suspects sont des médecins qui travaillaient pour le service de santé publique britannique. Le Premier ministre Gordon Brown a annoncé dans la foulée un prochain durcissement du contrôle des immigrants souhaitant travailler en Grande-Bretagne.

Vérifications approfondies
Le Daily Mail affirme notamment que la seconde voiture piégée trouvée à Londres le 29 juin avait été positionnée de manière à exploser à l’endroit précis où les gens seraient évacués et où les services de secours seraient positionnés après l’explosion de la première voiture. Ces deux voitures n’ont finalement pas explosé. Mais le quotidien s’interroge, à la lumière des informations sur l’infiltration d’islamistes dans la police, pour savoir si les terroristes ont pu bénéficier d’informations privilégiées sur l’organisation des procédures de secours. Interrogé sur cet article, une porte-parole de la police londonienne a indiqué que tous les employés de police faisaient l’objet de vérifications approfondies lors de leur recrutement et par la suite.

« Ces vérifications sont solides et plus ou moins longues en fonction du poste », a-t-elle indiqué. « Nous prenons ces mesures de sécurité très au sérieux et nous procédons à de nouvelles investigations si nécessaire », a-t-elle ajouté. (belga)

« J’ai soutenu le droit du Hamas à se présenter aux élections, mais ils se comportent comme des barbares »
6 juillet 2007 – Saadedine Ibrahim, intellectuel égyptien militant pour les Droits de l’Homme | MEMRI

Dans un article d’opinion affiché le 1er juillet 2007 sur le site réformiste arabe http://www.aafaq.org, Saadedine Ibrahim, sociologue égyptien et militant pour les Droits de l’Homme, ainsi que directeur du Centre Ibn Khaldun au Caire, a critiqué le recours à la violence par le Hamas, le Hezbollah et le Fath Al-Islam au sein de leurs propres sociétés.

Bien que partisan de l’intégration des mouvements islamistes au processus politique, Saadedine estime que face au tour pris par les événements, on peut comprendre que les gens en viennent à se demander s’il existe un lien entre islam et violence. Il encourage aussi les islamistes modérés à « se défendre et défendre leur religion » contre les extrémistes.

Lire des extraits de l’article traduits en anglais.

Quelques citations :
-  « J’ai soutenu la participation des islamistes aux élections, par dévotion pour les Droits de l’Homme et la démocratie »
-  « Les problèmes gouvernementaux du Hamas n’étaient pas uniquement d’ordre financier, mais également d’ordre politique, social et culturel. »
-  « Les combattants du Hamas se sont comportés de façon barbare, versant le sang tout en criant ’Allahu Akbar’ »
-  On peut comprendre que les gens se posent la question de l’existence d’un rapport entre islam et terrorisme.

Appel d’al-Zawahiri à viser les intérêts occidentaux dans le monde

Le numéro deux d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, appelle les moudjahidine à frapper les intérêts occidentaux partout dans le monde, dans une vidéo, la 8e cette année, qui comporte une diatribe véhémente contre les régimes saoudien et égyptien. « La lutte contre les régimes corrompus et corrupteurs comporte deux phases (…). A court terme, il faut viser les intérêts croisés et juifs », déclare Zawahiri dans un enregistrement de 95 minutes, réalisé par « al-Sahab », l’un des organes médiatiques du réseau d’Oussama ben Laden.

« Tous ceux qui ont agressé la nation (islamique) doivent payer le prix, dans nos pays et sur leurs territoires, en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Somalie et partout où on peut frapper leurs intérêts », ajoute Zawahiri, dont le long message est illustré de documents divers. « A long terme, il faut oeuvrer sérieusement à changer ces régimes corrompus et corrupteurs », poursuit Zawahiri qui consacre la plus grande partie de son discours à un procès virulent des régimes saoudien et égyptien.

A cet effet, « il faut veiller à gagner la sympathie populaire pour le changement islamique jihadiste », ajoute Zawahiri, en soulignant « la nécessité d’un recours à la force pour provoquer ce changement ». « A long terme aussi, il faut se diriger en masse vers les champs du jihad, comme l’Afghanistan, l’Irak ou la Somalie (…) pour se venger des ennemis de la nation et contrer la campagne croisée et sioniste », dit notamment le bras droit de ben Laden.

Dans son message –émaillé notamment d’extraits de conférences et de déclarations d’experts d’al-Qaïda, de journalistes et d’activistes islamistes– Zawahiri s’en prend violemment aux membres influents de la famille régnante des Al-Saoud qu’il traîte notamment de « rapaces qui veulent posséder la terre, ce qu’elle renferme (comme richesses) et les personnes qui la peuplent ».

Zawahiri réserve une bonne partie de son discours à l’affaire suscitée par le contrat d’armement Al-Yamamah, dans laquelle le prince Bandar ben Sultan, l’ancien ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington, est accusé d’avoir touché des commissions versées par le groupe britannique de défense BAE Systems.

http://www.youtube.com/watch?v=2A8KLHXLMl4

pour voir la video cliquer merci

Quand les yeux se dessillent. Des Bénévoles, abusés par la propagande palestinienne, témoignent.

Quand les yeux se dessillent. Des bénévoles, abusés par la propagande palestinienne, témoignent.

Parmi les témoignages-choc qui figurent dans la vidéo transcrite ci-après, on retiendra surtout celui de Daril Jones, « bénévole australienne, qui, trompée par la propagande palestinienne, était venue aider les Palestiniens, et comprit, par la suite, qu’ils étaient comme possédés d’un désir irrépressible de tuer, au point de détruire des vies d’enfants. Elle raconte, avec larmes, que des Palestiniens montraient [aux humanitaires] des photos de corps « mutilés, démembrés, déchiquetés », et affirmaient que c’était le résultat de « tortures perpétrées par les Israéliens ». Plus tard, quand elle vit un enfant palestinien se faire exploser devant elle, elle réalisa que [l’état des] cadavres mis en pièces [qu’elle avait vus sur les photos] était le résultat des corps bardés d’explosifs, que les Palestiniens utilisaient comme des bombes humaines contre les Israéliens. Daril Jones a figuré dans le film « The road to Jenin » [la route de Jénine], réalisé par le cinéaste français, Pierre Rehov » (Note de YouTube). Le chagrin émouvant de cette bénévole est à la mesure de l’horreur que lui ont causée la découverte de la culture, quasi mythique, de la haine, qui anime tant de Palestiniens, et l’immense déception qui fut la sienne de découvrir que les dirigeants de ce peuple non seulement ne font rien pour endiguer cette haine morbide, mais la célèbrent au contraire et la proposent en modèle à la jeune génération palestinienne. Il faut diffuser largement ce document, non pour inciter à la haine des Palestiniens, mais pour aider les politiques et tous les hommes et les femmes de bonne volonté du monde à comprendre à quel fléau est confronté le peuple israélien, et à faire pression sur les dirigeants politiques palestiniens pour qu’ils répudient cet état d’esprit mortel et éduquent leur peuple, et surtout leurs enfants, à la paix et à la cohabitation entre les deux peuples qui se partagent la même terre, puisque, de toute façon, l’un comme l’autre n’ont pas d’autre choix. (Menahem Macina).

 

 29/06/07

On peut voir la vidéo avec sous-titrage en français, sur le site YouTube.

(Source : pfict).

Transcription : Menahem Macina pour www.upjf.org (reproduction et diffusion autorisées, sous réserve de cette mention expresse.)

Daryl Jones, humanitaire australienne volontaire

Quand je suis arrivée à Jénine, je n’y connaissais rien. Puis, j’ai commencé à réfléchir à ce qu’on me montrait, à ce qu’on me disait, et [j’ai compris que] toutes les manifestations, tous les récits visaient à construire la victimisation des Palestiniens. La première fois que l’on m’a montré des cadavres qui semblaient avoir été déchiquetés, on m’a dit que c’était le résultat des tortures israéliennes. Mais, plus tard, dans la vieille ville, un garçon s’est fait exploser, et j’étais debout à côté de la table [à la morgue], pendant qu’on le nettoyait. [Elle a la voix étouffée par les sanglots] Et il avait les mêmes… les mêmes blessures que les morts des photos. Il était déchiqueté. Il est mort cette nuit-là. Et j’ai commencé à comprendre comment les activistes utilisaient les activistes [humanitaires].

Quelqu’un pose une question à une petite fille (on n’entend pas cette question), mais seulement la réponse de la gamine, qui semble apeurée

          Non je n’étais pas à la maison.

On entend la voix (criarde) d’un adulte (traducteur, guide, témoin ?) qui s’adresse à la petite fille

          Dis-lui que ton oncle Imad est devenu un martyr, et qu’il est au paradis. Où est ton oncle ?

La petite fille, intimidée, murmure, dans un souffle :

          Au paradis.

L’homme à la voix criarde :

          Où ?

La petite fille, toujours aussi intimidée, presque apeurée, comme si elle récitait une leçon en espérant ne pas avoir une mauvaise note, réitère sa réponse dans un souffle:

          Au paradis.

Daryl Jones (toujours avec autant d’émotion et de chagrin):

Je me promenais avec l’instituteur principal et son petit garçon. Il m’a dit : « Tous les enfants sont impliqués [participent]  (elle pleure et s’excuse) Je suis désolée. Oh ! C’est horrible. Tous les enfants de 8 à 16 ans sont impliqués: ce sont des combattants. Je lui ai demandé : « Et leurs études ? ». Il m’a répondu, quand ils sont à l’école, ils étudient, quand il y a des combats, ils combattent ».

[Un groupe d’enfants] :

1er enfant :

          …pour montrer comment nos combattants ont résisté, comme les ingénieurs Mohammad Sawaymih et Abby Jandal.

Une voix d’homme :

          Qu’est-ce qu’ils ont fait ?

1er enfant :

          Ils ont posé des pièges mortels, des bombes sur les tanks et ils ont tué des Juifs.

2ème enfant :

          On jetait des pierres sur les tanks. Les tanks voulaient nous empêcher d’enterrer nos martyrs… On a jeté des pierres, et les tanks sont partis, on est monté sur les tanks, on y a mis les drapeaux palestinien et irakien.

1er enfant à nouveau:

          C’est un petit pays, mais on a des ingénieurs qui fabriquent des bombes et font sauter des tanks et savent faire sauter les chaînes [des chars]

2ème enfant à nouveau (sur un ton hargneux et agressif) :

          On ne veut pas la paix. On ne veut pas la paix. On veut la guerre, pas la paix. On veut se venger des morts de Jénine.

Interviewer :

          Est-ce que tu peux oublier les martyrs ?

2ème enfant :

          Comment on peut les oublier ? On n’oublie pas le sang du martyr qui est avec Dieu. On continuera à se battre jusqu’à ce qu’on soit tous des martyrs.

Un humanitaire (la bonne cinquantaine) :

C’est quelque chose de tellement éloigné de ma mentalité, moi qui ai six enfants et qui me fais du souci dès qu’ils traversent la route. Je ne peux pas comprendre comment un être humain vivant sur cette planète peut être fier d’un enfant qui se met une ceinture d’explosifs, monte dans un bus et se fait exploser au milieu d’enfants et de femmes pour aller au paradis.

Un jeune adolescent palestinien :

– J’espère que j’aurai un avenir. J’espère que je serai comme Cheikh  Mahmoud, c’est mon rêve.

Interviewer :

– Qu’a fait Cheikh Mahmoud ?

L’adolescent :

– C’était un expert en explosifs. Il a fait sauter des tanks et a envoyé des martyrs se faire exploser dans des bus.

Interviewer :

– C’est ton seul rêve, devenir martyr ?

L’adolescent :

– Non, pas seulement

Interviewer :

– Alors, c’est quoi ?

L’adolescent :

– Mon seul rêve, c’est de voir disparaître Israël.

Un Israélien, la trentaine environ :

– Pendant 7 ans et demi, cet endroit n’a pas été sous occupation israélienne, et, selon les organisations internationales – pas selon les organisations israéliennes -, on y a trouvé 3 tonnes et demi d’explosifs. Mais aucune piscine, aucun terrain de jeux pour les enfants. Alors on se demande: « Ils ont de l’argent, pourquoi l’utiliser pour la haine ? Pourquoi faire ça ? Et ce n’est pas seulement l’argent qu’ils utilisent, mais aussi les êtres humains, les enfants, pour qu’ils se suicident. Quel genre de mythe est-ce là ?

Daryl Jones (l’humanitaire australienne) :

          C’est une mythologie, et l’énergie générée par cette mythologie est très puissante, tout particulièrement à cause des enfants. C’est un peu comme le sacrifice des vierges [dans l’Antiquité].

Vues d’enfants palestiniens faisant le V de la victoire avec leurs doigts, sur fond sonore d’appel du muezzin à la prière.

Une très jeune femme israélienne :

– Je ne pense pas que les Palestiniens veulent vraiment faire la paix avec nous. Nous leur avons donné trop de chances. Ils ne veulent rien. Ils ne veulent pas de nous ici.

Daryl Jones :

          Il n’ont jamais eu d’autre intention que celle d’éliminer l’Etat d’Israël.

© YouTube

 

[Merci à Victor Perez de m’avoir sensibilisé à cette vidéo.]

Mis en ligne le 29 juin 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

LA CAUSE ESSENTIELLE DU TERRORISME EST LA CULTURE DE LA HAINE

Un réformiste qatari : La cause essentielle du terrorisme est la culture de la haine

Le Dr Abdel Hamid Al-Ansari, ancien doyen du département de la sharia à l’université du Qatar, a dernièrement publié plusieurs articles sur le terrorisme et ses causes profondes dans les pays du Golfe. D’après Al-Ansari, le terrorisme découle de la culture de la haine et ne peut être vaincu que par la suppression de celle-ci.

 

Lire le rapport en anglais sur http://memri.org/bin/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP162507.

 

Titres du rapport:

Des excuses sans fondement au terrorisme

Le terrorisme: la conséquence de la culture de la haine

Il faut faire preuve de tolérance

TEXTE REPRIS DU SITE MEMRI

AFP – mercredi 20 juin 2007, 21h48

Gaza: cent jours de captivité pour le reporter de la BBC, nouvelle menace de mort

Manifestation de soutien au journaliste de la BBC Alan Johnston, à Bruxelles le 16 avril 2007

 

Le journaliste britannique de la BBC, Alan Johnston, passait mercredi son 100ème jour en captivité après avoir été enlevé à Gaza, et une nouvelle menace de mort a été proférée contre lui par ses ravisseurs.

L’Armée de l’islam a réitéré en soirée sa menace de tuer Alan Johnston, si elle n’obtient pas la libération d’un chef islamiste détenu en Grande-Bretagne, dans une vidéo obtenue par l’AFP auprès du SITE Institute, une organisation basée à Washington qui surveille les sites internet islamistes.

« S’ils (les Britanniques) ne répondent pas à notre demande, il n’y aura pas d’issue pour le captif. Si les circonstances empirent, nous nous rapprocherons d’Allah pour voir ce que nous pourrons faire avec ce reporter, même s’il faut le tuer », a déclaré le porte-parole du groupe des ravisseurs.

L’Armée de l’islam, un groupe peu connu, exige du gouvernement britannique qu’il libère l’islamiste radical Abou Qatada, présenté comme le guide spirituel d’Al-Qaïda en Europe et détenu en Grande-Bretagne, ainsi que d’autres détenus musulmans.

Dimanche, le groupe avait déjà menacé de tuer Alan Johnston si aucun accord n’était conclu pour sa libération, démentant des informations du Hamas islamiste sur une libération imminente.

Correspondant de la BBC à Gaza depuis avril 2004, Alan Johnston, 45 ans, a été enlevé le 12 mars par des hommes armés alors qu’il rentrait à son domicile en voiture. Le rapt a été revendiqué par l’Armée de l’islam.

Ses parents, Margareth et Graham, et des amis, réunis dans leur village écossais de Lochgoilhead, ont lâché 100 ballons à 14h15 (13H15 GMT), l’heure exacte de l’enlèvement du journaliste.

La BBC, sur ses chaînes News 24 et BBC World, a ensuite diffusé en plan fixe les images de plusieurs de ses bureaux dans le monde, où les collègues d’Alan Johnston ont arrêté leur travail pour brandir en silence des affiches réclamant: « Libérez Alan Johnston ».

Les bureaux de Londres, Glasgow, Cardiff, Washington, New York, Bruxelles, Jérusalem et Kaboul notamment y ont pris part, ainsi que les équipes de la BBC déployées sur des événements spéciaux comme le rendez-vous hippique d’Ascot, ou le prochain festival rock de Glastonbury au Royaume-Uni.

Le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza le 15 juin, a affirmé mardi déployer d' »intenses efforts » pour obtenir sa libération, et a émis l’espoir d’un dénouement favorable « dans les prochains jours ».

« En ce qui concerne Alan Johnston, nous multiplions les efforts pour obtenir sa libération et nous espérons qu’ils aboutiront et qu’il sera libéré dans les prochains jours », a déclaré un haut responsable du Hamas, Khalil Al-Hayya, lors d’une conférence de presse.

« Nous voulons rassurer tout le monde et montrer que le Hamas oeuvre sérieusement à la libération de Johnston. D’intenses efforts sont déployés 24 heures sur 24 car nous sommes déterminés à aboutir », a renchéri lors de la même conférence de presse le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

Les autorités britanniques s’étaient en revanche dites « très inquiètes » sur le sort d’Alan Johnston, après la chute de la bande de Gaza aux mains des islamistes.

Le 1er juin, l’Armée de l’islam a diffusé la première vidéo du journaliste, dans laquelle il semblait en bonne santé et affirmait être bien traité.

« Mes ravisseurs m’ont très bien traité. Ils m’ont bien nourri, ils n’ont pas eu recours à la violence contre moi et je suis en bonne santé », disait le journaliste.

La période passée en captivité par Alan Johnston est la plus longue pour un ressortissant étranger enlevé à Gaza.

Plus de 170.000 personnes à travers le monde ont signé sur Internet une pétition réclamant sa libération.

Copenhague Un groupe islamique prend le contrôle d’une nursery

 Les membres de Hizb ut-Tahrir, organisation islamique fondamentaliste dont les enfants fréquentent le centre Salam de Copenhague ont pris le contrôle de son fonctionnement en obtenant la majorité à la commission parentale. En février, le groupe a pris le contrôle après que deux administrateurs femmes aient quitté le centre pour protester contre les difficultés causées par les parents du Hizb ut-Tahrir dans le fonctionnement de celui-ci. Le groupe islamique a refusé d’autoriser 25 enfants musulmans à participer aux activités de chant et de dance et ont demandé l’implémentation des codes vestimentaires islamiques et la séparation entre les garçons et les filles. Il a été révélé qu’après une sortie de Noël au zoo de Copenhague aucours duquel lequel on avait donné aux enfants des chapeaux de père Noël, les membres de la commission ont ordonné que les chapeaux soient jetés ou mis en pièces parce qu’ils « imposaient les traditions chrétiennes aux enfants ». Le groupe [islamique] aurait administré l’école selon les lois islamiques traditionnelles depuis la démission des deux administrateurs. […] « Ce cas démontre qu’il existe une société parallèle à Copenhague qui joue selon ses propres lois, et nous n’accepterons pas celà » a déclaré Martin Geertsen, député-maire pour les affires culturelles.

Copenhague: Un groupe islamique prend le contrôle d’une nursery

par mdias publié dans : Terrorisme
ajouter un commentaire recommander

Mercredi 20 juin 2007

ajouter un commentaire recommander

Mercredi 20 juin 2007

Charia appel pour faire appliquer 43 peines de mort ou d’amputation

Une organisation islamique a appelé mardi le nouveau gouverneur de l’Etat de Bauchi (nord du Nigeria) à faire appliquer trois peines de morts et 40 peines d’amputation prononcées depuis 2002 par des tribunaux au nom de la charia.

« Nous appelons le gouverneur (Isa Yuguda) à ratifier les sentences qui n’ont pas été validées par son prédécesseur afin de décourager les gens (qui voudraient) s’engager dans la voie de l’immoralité », indique la Commission de la charia (loi islamique) dans un communiqué transmis mardi.

Il s’agit de trois peines de mort par lapidation pour agression sexuelle et de 40 amputations en punition d’un vol ou en application du principe de la loi du talion.

Yunusa Rafin-Chiyawa, 36 ans, a été condamné à mort en 2002 pour avoir eu des relations sexuelles avec la femme d’un ami puis s’être enfui, un cas qui avait attiré l’attention des médias locaux et internationaux.

Umaru Tori, 45 ans, a été condamné à la peine capitale en 2004 pour avoir mis enceinte sa belle-fille de 15 ans, tandis que Jibrin Babaji, 22 ans, a été condamné à la même peine pour avoir sodomisé un mineur.

Parmi les 40 peines d’amputations prononcées, figure le cas d’un homme jugé pour avoir coupé une jambe de sa femme qu’il accusait d’infidélité. Il risque désormais d’être amputé lui aussi de la cuisse.

L’Etat de Bauchi applique la charia depuis 2002. Il fait partie de la douzaine d’Etats du nord du Nigeria qui ont réintroduit la loi islamique depuis 1999, malgré l’opposition du gouvernement fédéral.

Dans un Etat où la charia est appliquée, le gouverneur doit approuver toute peine de mort ou d’amputation prise par un tribunal islamique.

La charia prévoit la mort par lapidation pour les adultères et les actes de sodomie, ainsi que l’amputation pour les voleurs.   Charia: appel pour faire appliquer 43 peines de mort ou d’amputation

par mdias publié dans : Torture et de barbarie
ajouter un commentaire recommander

Mercredi 20 juin 2007

Les chrétiens doivent accepter la loi islamique

La petite communauté chrétienne de Gaza a des raisons de s’inquiéter. En effet, dans un entretien publié par le quotidien israélien Yediot Ahoronot, un chef islamiste fait savoir que les missionnaires seront « traités sans pitié ». Les chrétiens ne pourront continuer à vivre en toute sécurité dans la bande de Gaza que s’ils acceptent la loi islamique, qui prévoit d’interdire l’alcool et d’imposer le voile aux femmes dans la rue. C’est ce qui ressort des propos tenus lundi 18 juin par cheikh Abou Saqer, chef de file de la Djihadia Salafiya (Combat salafiste), lors d’un entretien exclusif. Il a ajouté que les chrétiens qui, à Gaza, se livreraient à des « activités missionnaires » seraient « traités sans pitié ».
Ces menaces sont proférées deux jours après des attaques perpétrées contre une église et une école chrétienne après la prise de contrôle du territoire par le Hamas. « J’attends de nos voisins chrétiens qu’ils comprennent que le nouveau pouvoir du Hamas sera synonyme de véritables changements. Ils doivent être prêts à accepter la loi islamique s’ils veulent vivre en paix à Gaza », a lancé le responsable de la Djihadia Salafiya, mouvement islamique influent qui a récemment annoncé la création d’une « branche militaire » pour imposer la loi musulmane à Gaza.
BANDE DE GAZA • « Les chrétiens doivent accepter la loi islamique« 

Illusions ? Quelles illusions ? – Albert Capino
18-06-2007
 Il n’y a aucune fatalité dans les événements qui secouent Gaza depuis quelques jours.
 
Juste le résultat d’une stratégie. Celle d’une machine bien huilée, financée et entraînée, qui a conduit irrémédiablement à franchir une nouvelle étape dans la consolidation de l’alliance pan-islamiste.
 
Alors que les soutiens palestiniens se plaignent de la dégradation de la situation humanitaire comme le résultat de « l’occupation » à Gaza, les commentateurs de nos media oublient de souligner qu’Israël a fait évacuer non seulement son armée, mais aussi tous les civils des implantations depuis 2005 afin de laisser une bande de Gaza « Judenrein » aux Palestiniens !
 
Ils omettent également de préciser que, malgré la suspension officielle de l’aide américaine et européenne en raison de la défiance vis à vis du Hamas, les fonds qui sont parvenus à l’Autorité palestinienne en provenance d’Europe sont près de trois fois supérieurs à ceux de l’année précédente : 900 millions de dollars en 2006 alors qu’elle était de 349 millions de dollars en 2005 !
 
Des officiels palestiniens déclarent qu’il ne s’agit que d’une estimation, car ils ne peuvent évaluer avec précision l’ampleur des fonds en provenance du monde arabe – mais surtout d’Iran – qui ont été introduits à Gaza dans des valises par les cadres du Hamas.
 
Bien loin de servir le but auquel ils étaient officiellement destinés – l’aide aux populations et le salaire des fonctionnaires en particulier – ces fonds ont été utilisés pour préparer le putsch de Gaza et ouvrir un nouveau front.
 
La chute du QG de la force de sécurité préventive du Fatah aux mains du Hamas ne fait qu’amplifier le processus, avec la saisie d’armes, de blindés et de documents sensibles.
 
Un membre du Hamas à Gaza city parle de 50.000 fusils d’assaut, d’armes de poing, de millions de munitions, de dizaines de véhicules et d’équipement militaire « important »… qui va se retrouver aux mains des 12.000 hommes du Hamas, entraînés par les bons soins de l’Iran.
À elle seule, cette déclaration permet de mesurer à quel point les Etats-Unis, l’Europe et le gouvernement Olmert se sont leurrés. Le financement, la fourniture d’armes aux forces de sécurité de Mahmoud Abbas ont directement profité au Hamas.
 
Entre les aveux de faiblesse de Mahmoud Abbas “par manque de moyens” et l’absence de résultats lorsqu’il les a, la messe est dite : remake d’un scénario déjà connu où il a fait la preuve de son incapacité à gérer une situation dans laquelle il se fait régulièrement déborder par ses extrêmes.
 
Nous sommes bien loin du “traité de paix explicite, dans lequel doivent clairement apparaître le renoncement à la violence, la reconnaissance de l’Etat d’Israël et l’engagement irrévocable à respecter les accords passés”. L’enchaînement des événements nous démontre, s’il en est besoin, la préparation minutieuse qui se déroule sous nos yeux. L’offensive du Hezbollah pendant l’été 2006, la prise de Gaza par le Hamas, le réarmement de la Syrie avec la dernière génération de missiles russes, la tentative de déstabilisation du Liban par les milices palestiniennes islamistes, les déclarations d’Ahmadinejad concernant la poursuite du programme nucléaire iranien et la pluie quotidienne de roquettes depuis Gaza sur Sdérot constituent une seule et même stratégie à plusieurs étages :
 
-tester les réactions du gouvernement israélien neutraliser les velléités d’intervention des Etats-Unis déjà bien embourbés en Irak -inciter l’Union européenne à considérer le Hamas comme un « interlocuteur valable » -tenter d’empêcher une offensive israélienne à grande échelle
De nombreux commentateurs – en particulier les anglais « très inquiets du sort de leur confrère Alan Johnston » et la gauche israélienne – sont déjà prompts à déclarer que cette situation est la conséquence de « l’isolement du mouvement radical islamiste » et appellent à « négocier avec lui ». Or, ce prétendu isolement ne se produit que dans leur imagination : jamais le Hamas n’a-t-il été aussi bien financé, armé et entraîné. On peut négocier avec un interlocuteur qui a des divergences sur les moyens d’atteindre la paix. En revanche, il n’existe pas d’arguments capables de convaincre un adversaire qui persiste et signe en affirmant haut et fort sa volonté de vous détruire. « Il est désormais évident que la bande de Gaza est devenue un poste de commandement de l’Iran contre nous », constate Tzahi Hanegbi, président de la commission de la défense et des affaires étrangères du Parlement israélien. « Les méthodes utilisées sont une parfaite imitation de celles du Hezbollah », souligne un commentateur militaire « L’Iran est dorénavant à cinq minutes d’Ashkelon ».
J’aimerais tant me tromper, mais je crains, une fois de plus, qu’Israël ne se retrouve aux premières loges d’une tentative d’annihilation voulue par ses ennemis. Cette fois pourtant, le danger est plus grand que jamais parce que des limites ont été franchies. Des missiles se sont abattus sur les populations civiles de centres urbains israéliens sans que la Communauté internationale ne juge utile de réagir autrement qu’en qualifiant la réaction israélienne de « disproportionnée ». Le Chef du gouvernement, le ministre de la Défense et le Chef d’Etat-major israéliens n’ont pas évalué la menace à sa juste valeur et ont observé, passifs, les progrès de l’axe Iran-Syrie-Hezbollah-Hamas.
L’arrivée de l’ancien Premier ministre et Chef d’Etat-major Ehud Barak au poste de nouveau ministre de la défense est peut-être un bon signe, mais elle est tardive. Le manque total de leadership à la tête de l’Etat reste préoccupant : Olmert zigzague péniblement à travers des déclarations contradictoires, tout en s’accrochant au pouvoir.
Une lacune dont pourrait bien profiter la nouvelle alliance pan-islamiste pour déclencher le feu cet été. Sans qu’il y ait besoin d’attendre l’avènement de la recherche nucléaire iranienne. Celle-ci se poursuit inexorablement, décourageant les velléités d’intervention occidentale en agitant le spectre d’un baril de pétrole à 120 $…
En 1967, Israël a pris les devants pour éviter la catastrophe, mais n’a pas su exploiter les fruits de sa victoire militaire pour construire une paix avec tous ses voisins sur des fondations solides.
En 2007, la menace est passée au cran supérieur. Le pan-arabisme a fait place au pan-islamisme, dont le radicalisme aveugle est sourd à toute raison. Les islamistes ne sont pas muets pour autant, ils se servent très bien de la propagande pour endormir l’Occident. Car il est clair qu’ils visent beaucoup plus loin qu’Israël, qui n’est pour eux qu’une première étape.
Israël est en première ligne et le choix auquel il se trouve cette fois confronté ne comporte qu’une marge de manœuvre très étroite. Elle ne laisse pas de place à l’erreur : faire le « sale boulot », devancer l’appel en frappant fort sur tous les fronts, ou faire comprendre, de manière très explicite, qu’il n’y aura pas de nouvel « été 2006 ». Un message adressé à ses adversaires potentiels mais aussi à ceux qui voudraient feindre d’ignorer les dangers de la fuite en avant d’une alliance d’irresponsables. Tant à l’extérieur de leurs frontières que chez eux. Il ne reste qu’à souhaiter que les messages qui ne manqueront pas de s’échanger de part et d’autre dans les semaines qui viennent seront clairement reçus car, jusqu’à présent, bien qu’ayant « condamné ses crimes », aucun des membres de la Ligue arabe n’a désavoué le Hamas ! Ce qui ne manquera pas d’être interprété comme un signe d’encouragement par Téhéran et Damas.
Pour l’heure, le Hamas parade dans les rues de Gaza et piétine pour les journalistes les oripeaux de l’Autorité palestinienne. Comme beaucoup de media contemporains, L’EXPRESS se contente de reprendre à son compte une dépêche de Reuters,dégoulinante de condescendance, intitulée “Gaza saisie par la peur de l’isolement”.
Ces manifestations d’opérette pour les media sont l’arbre qui cache la forêt et contribuent à démontrer qu’on ne doit jamais concéder quoi que ce soit sans contrepartie. La tournure des événements à l’Ouest comme au Nord nous conduit à mesurer les conséquences désastreuses résultant d’un « désengagement unilatéral » de Gaza sans aucun contrepoids, comme le caractère éphémère d’une victoire militaire sans aucune avancée politique durable.
Je rends hommage à Jacques DEROGY, grand reporter à l’EXPRESS aujourd’hui disparu. Dans un livre écrit avec son confrère Jean-Noël GURGAND, il parlait avec courage, dans un environnement qui ne partageait pas leurs idées, “de la remise en cause, par le jeu cynique des intérêts, du droit des Juifs à constituer une nation”. Il évoquait la “crise où, entre une victoire militaire et une défaite politique, le pays redécouvrait l’amère solitude du Juif dans un monde sans foi ni loi […]. Champs de bataille, tapis verts, missiles, otages, pétrole […], en plein coeur de l’imprévisible psychodrame qu’est l’Histoire d’aujourd’hui, Israël s’apprête, une fois de plus, l’âme déchiquetée, à regarder la mort en face”. C’était en 1975…

SOURCE ISRANEWS

 

L’actualité en perspective

Palestine : la fin des illusions

La «Palestine» ne manque pas de faux alliés, ni les Palestiniens de faux amis.

À l’heure où le chaos gagne la bande de Gaza avant de s’étendre prochainement à la Cisjordanie, peu de voix, en France, s’élèvent pour pointer du doigt les vrais responsables de cette tragédie. Ceux qui se prétendent les alliés des Palestiniens préfèrent conforter leur sentiment de victimisation là où il faudrait, comme le font les vrais amis, leur dire la vérité.

C’est ainsi que refleurissent les expressions telles que «prison à ciel ouvert», «mur de l’apartheid», «désespoir» et autres «humiliation», censées donner les clés pour la compréhension de la situation actuelle. C’est en tout cas celles qu’utilisait René Backman, journaliste au Nouvel Observateur et auteur du livre «Un mur en Palestine», chez Frédéric Taddei, le 14 juin dernier sur France 3.

Quand Israël occupait Gaza jusqu’en août 2005, la pénurie et la pauvreté des Arabes étaient censées être dues à l’affront que représentaient les riches implantations israéliennes, label de l’arrogance juive toujours prête à écraser et à humilier le dénuement arabe.

Les Palestiniens étaient, de plus, «entassés», le dos à la mer, 1,2 millions d’habitants sur 360 kilomètres carré, ce qui fait quand même une densité huit fois moindre que celle de Paris.

Mais il ne faut surtout pas dire aux Parisiens que les Palestiniens ont huit fois plus d’espace qu’eux : on plaint tellement mieux des victimes qui vivent dans une fourmilière surpeuplée !

Après la dramatique évacuation de la population juive de Gaza et son cortège d’histoires personnelles déchirantes, Israël pouvait espérer avoir comblé les espérances des Gazaouis en les libérant de toute présence juive. De plus, en héritant de serres et d’implantations intactes, les paysans arabes avaient de quoi rebondir et commencer à amorcer la pompe de la prospérité.

C’était sans compter avec ce qui, malheureusement, constitue la vraie nature de la Palestine : elle n’existe tout simplement pas ! C’est un concept. Un concept ? Oui, prenez un couteau, retirez-en la lame et le manche, il vous reste le concept. La Palestine n’a pas d’Histoire autre que l’Histoire judéo-chrétienne, ni de peuple présent depuis plus d’un siècle autre que le peuple juif. C’est un concept.

Nous avons, à Primo-Europe, maintes fois expliqué pourquoi ce concept de «peuple palestinien» est une pure invention (1).

Même si, devant la situation dramatique d’aujourd’hui, certains médias évoquent le fait que les Gazaouis sont des Egyptiens et les Cisjordaniens des Jordaniens, avec la langue, l’accent et l’histoire correspondantes, ne pas considérer cet assemblage hétéroclite comme autre chose qu’un peuple est encore tabou. Un tabou issu d’un leurre dont l’unique vocation éminemment antisémite est de faire disparaître toute trace juive de la région.

Cette absence d’existence essentielle est au cœur de la problématique palestinienne. Elle seule permet de comprendre la corrélation entre les pics des courbes du terrorisme et des progrès du processus de paix. Elle seule permet de déchiffrer le paradoxe de l’accentuation de la violence palestinienne contre les villages du sud d’Israël après l’évacuation de Gaza.

Un peuple qui n’existe pas ne peut entrevoir qu’avec anxiété et panique la fin de ses «souffrances» car ce sont ces seules « souffrances » qui constituent son identité.

Retirez-lui son imagerie victimaire et il s’étiolera en quelques semaines. Alimentez-le en symboles douloureux (le «mur»), en récits d’afflictions (les paysans «spoliés»), en iconographie sanglante, et vous lui permettrez de poursuivre encore quelque temps son numéro d’illusion où le premier aveuglé sera lui-même.

Pour y parvenir, il lui faut aussi des émissaires, des idiots utiles et de faux amis.

Les émissaires comme Hind Khoury (2), Déléguée générale de la Palestine en France, ou Leila Shaid (3) désormais basée à Bruxelles sont là pour marteler les mêmes slogans qui, bien qu’énormes, finissent par se transformer en vérités à force d’être répétés. L’équation est simplissime : «l’occupation» israélienne depuis 40 ans est à l’origine de tous nos maux.

Tous ? Voire…

Quels étaient-ils donc alors ces maux lors de la création de l’OLP en 1964 ? Qu’est-ce que cette Organisation de Libération de la Palestine voulait libérer en 1964, trois ans avant la Guerre des six jours ? Haïfa ? Tel-Aviv ? Ces fameux maux concerneraient-ils donc autre chose que les territoires revendiqués en 2007 ?

Y aurait-il un rapport avec les manuels scolaires palestiniens qui ignorent avec superbe l’Etat d’Israël ? Avec l’écusson qu’arborait Arafat sur son bras gauche, représentant une Palestine sans Israël ?

Autant d’informations dont ne disposent pas, en général, les idiots utiles, paresseux de l’Histoire mais amateurs d’événements festifs.

Quand Ingrid Betancourt est élevée au rang de citoyenne d’honneur, quoi de plus festif que d’en faire de même avec le terroriste Marwan Barghouti, responsable de la mort de dizaine de civils, femmes, enfants et vieillards ?

Cette initiative de la maire communiste de Pierrefitte, Catherine Henriot, a nécessité une explication de texte savoureuse de la Secrétaire générale du PCF, Marie-George Buffet. En substance, elle explique que dans un souci de «dialogue et de compréhension mutuelle», il faut favoriser la libération de Barghouti, ce qui constituerait un geste de bonne volonté pour avancer vers la paix.

Si on devine derrière ses propos une naïveté déguisée en pragmatisme, on comprend moins pourquoi il lui semble nécessaire d’aller jusqu’à élever un terroriste au rang de citoyen d’honneur ! Il y a quelque chose de profondément munichois dans l’attitude contrite de ceux qui sont prêts à de telles initiatives, tétanisés qu’ils sont par la menace terroriste qui pourrait venir lécher nos douces provinces. Mais quand on a affaire aux idiots utiles, on ne doit s’attendre ni à de la cohérence ni à du courage.

Les faux amis sont avant tout des antisémites. L’avenir de la Palestine est le cadet de leurs soucis. Seul leur importe le fait qu’il y ait des Juifs à fustiger dans les parages. En faire la liste serait risqué de notre part : les procédures judiciaires, après désignation de l’antisémitisme de certains, sont devenues à la mode.

Mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez parmi les nombreux artistes, chanteurs, comiques, écrivains et cinéastes qui squattent les plateaux de télévision avec la complicité d’animateurs jubilant dans cette ambiance de judéophobie.

Paradoxalement, c’est du monde arabe et de sa presse qu’émergent quelques velléités de parole libre, que nous parviennent quelques lueurs de clairvoyance. C’est là qu’on peut lire, depuis quelques semaines, les paroles les plus dures sur la stratégie arabe et palestinienne des soixante dernières années.

Il faut admettre que la vraie Nakba est cette mort annoncée de la Palestine en tant que mouvement national cohérent et légitime. Voir des jeunes Palestiniens se faire prendre volontairement avec de fausses ceintures d’explosifs, dans l’espoir de «croupir » dans une prison israélienne et d’accéder à l’éducation et à des études, n’est pas très encourageant quant au potentiel d’espoir que peut susciter la future Palestine.

Les exécutions sommaires, les assassinats sauvages de Palestiniens par d’autres Palestiniens que peu de choses devraient séparer puisqu’ils sont censés poursuivre le même but de «libération de la Palestine», sont le résultat des fissures originelles d’une société artificielle qui s’est cimentée avec la haine de l’Autre à défaut d’avoir pu le faire avec l’amour de soi-même.

Encore une fois, c’est de l’intérieur de cette société que vient le cri d’alarme le plus retentissant et le plus émouvant. Laissons la parole au psychiatre palestinien de Gaza, Eyad Al-Sarraj (4):

« Les Palestiniens n’ont tiré aucune leçon de leurs erreurs… Nous n’avons rien appris des autres peuples, ni de leurs victoires ni de leurs échecs. En Afrique du Sud, les Noirs ont réussi la révolution consistant à établir un Etat de droit et l’égalité des citoyens, mais nous n’avons pas étudié leur exemple. En Algérie, la population s’est entre-tuée au nom de « belles causes », mais nous n’avons tiré aucune leçon.

En Somalie, les dirigeants se sont comportés comme si les déchirements entre milices étaient leur idéal suprême, mais nous n’avons pas compris que nous étions guettés par le même drame. Dans le monde entier, le terrorisme d’Al-Qaida provoque des réactions de rejet, mais tout ce que nous avons su faire est de prêter le flanc aux mêmes accusations en tuant des civils. Non, nous n’avons rien appris et nos dirigeants persistent à nous mener à l’abîme. »

« … Nous n’avons rien appris des échecs qui ont suivi chacune de nos ingérences dans les affaires des pays voisins. En Jordanie, nous avons tenté de renverser le roi Hussein pour établir un régime révolutionnaire (1970), tentative qui s’est soldée par des centaines de morts et l’expulsion de nos chefs vers le Liban.

Au Liban, nous avons constitué un Etat dans l’Etat, ce qui nous a valu la haine des Libanais et l’expulsion de nos chefs vers la Tunisie (1982). En 1990, alors que nous savons ce qu’est une occupation, nos dirigeants ont acclamé Saddam Hussein qui venait d’envahir le Koweït, ce qui a abouti à l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens des pays du Golfe.

Et, après cela, nous n’avons toujours rien appris puisque aujourd’hui le Fatah Al-Islam provoque des troubles au Liban. Notre incapacité à comprendre notre propre Histoire, c’est l’arme de destruction massive que nous avons inventée et qui assurera la victoire d’Israël. »

Il manque juste, pour compléter l’analyse de ce courageux psychiatre, ce paramètre essentiel qu’il ne peut appréhender puisqu’il le subit de l’intérieur : il fait partie d’un peuple qui n’a jamais existé.

Que reste-t-il à Mahmoud Abbas comme latitude pour reprendre la main ?

L’approbation des chancelleries occidentales n’a pas, jusqu’à présent, prouvé son efficacité, tant s’en faut. S’il veut empêcher le Hamas de faire scission d’un Etat pas encore né, Abbas doit s’adresser à ses concitoyens. Il vient enfin d’admettre qu’on ne peut conduire un pays en satisfaisant chacun de ses habitants. Il lui a fallu une guerre civile pour en prendre acte…

En France, on aime faire suivre le nom du Hamas de la locution «légitimement élu». Certes. Ce qu’on entend par là, sous nos latitudes démocratiques, c’est qu’il faut nécessairement composer avec les élus du peuple, même si leurs objectifs sont ouvertement totalitaires et anti-démocratiques.

En réalité, le Hamas a obtenu 38% des suffrages aux dernières législatives. C’est énorme, mais ce n’est pas la majorité. Seuls, le découpage des circonscriptions et le mode de répartition des votes lui ont permis d’avoir la majorité des députés.

C’est parfaitement légitime, mais cela éclaire d’un jour nouveau la dissolution du gouvernement à laquelle vient de se livrer le Président de l’Autorité Palestinienne.

Par ailleurs, si les Gazaouis souffrent de la faim – à cause du blocus israélien, nous serine-t-on en France, en «oubliant» que Gaza possède une ouverture sur la mer et une frontière avec l’Egypte -, il n’en va pas de même pour les troupes du Hamas qui sont bien nourries, bien vêtues et surarmées. Ne subissent-elles pas le même blocus ? Il semblerait que non : les armes, les vivres et les dollars en provenance d’Iran et de Syrie n’attendent pas l’ouverture d’un corridor humanitaire pour parvenir à leurs destinataires. Tout le monde n’a pas les mêmes priorités !

Pour s’opposer à elles, Abbas n’a pas encore appelé la Brigade Bader, créée par Arafat en Jordanie et entraînée depuis plusieurs années par les Américains. Attend-il que les Gazaouis qui ne choisissent pas l’exil vers Israël, comme nombre d’entre eux le font depuis deux jours, soient à ce point exaspérés par la guerre civile qu’ils réclament des libérateurs ? L’économise-t-il en espérant que les chancelleries occidentales prendront l’initiative d’envoyer une force panarabe s’interposer entre les différentes factions palestiniennes ?

En tout état de cause, il a intérêt à faire vite : ce n’est pas parce que la presse française ne détaille pas l’âge et le sexe des victimes palestiniennes de trois mois de guerre civile qu’elles n’ont pas déjà largement dépassé le nombre de celles dues aux Israéliens en trente ans d’occupation !

La calculette de l’AFP ne sait plus où donner de la tête…

Liliane Messika & Jean-Paul de Belmont © Primo-Europe, 16 juin 2007

(1) Historique d’un mensonge LIRE
(2) «En quarante ans, l’occupation israélienne nous a asphyxiés». Le Figaro, 14 juin 2007.
(3) «La communauté internationale fuit ses responsabilités». L’Humanité, 15 juin 2007.
(4) Article publié par le quotidien palestinien Al-Quds, reproduit par Courrier International, n° 865, du 31 mai au 6 juin 2007, p. 37.

Etat d’urgence à Gaza

Le président de l’Autorité palestinienne a décrété jeudi soir l’état d’urgence et limogé le Premier ministre Ismaïl Haniyeh.
 
La prise de contrôle quasi totale du Hamas sur la bande de Gaza a amené Mahmoud Abbas à prendre des mesures dramatiques. La constitution palestinienne le lui autorisant, il s’est adjugé tous les pouvoirs, et a dissous le gouvernement d’union nationale dirigé par le Premier ministre islamiste Ismaïl Haniyeh, qui est en place depuis le mois de mars après l’accord signé en Arabie saoudite destiné à mettre fin aux violences inter-palestiniennes.
Durant la journée de jeudi, les hommes du Hamas ont pris par les armes le contrôle des bureaux de l’Autorité Palestinienne encore tenus  par le Fatah à Gaza.   Le quartier général de la sécurité préventive a également été conquis par le parti d’Haniyeh dans des combats qui ont duré plusieurs heures, et à l’issue desquels les hommes du Premier ministre ont occupé le bâtiment sur lequel ils ont hissé le drapeau vert de leur mouvement. Dans un communiqué, la branche armée du Hamas a affirmé y avoir saisi des documents « prouvant que ce service complote avec l’ennemi sioniste pour assassiner les chefs de la résistance ».  L’offensive générale du mouvement islamiste a également touché les services d’informations, radios et télévisions, qui ont  ensuite diffusé en boucle des messages de leur parti. Dans la soirée, les membres de la branche armée du Hamas attaquaient les derniers postes militaires dépendant du Fatah à Gaza, afin de prendre le contrôle total de ce territoire.        
Les violences ont aussi atteint la ville de Shekhem (Naplouse) où des membres du Fatah ont incendié un bureau qui sert de siège aux députés du Hamas, et des dizaines de militants islamistes ont également été arrêtés par le Fatah dans plusieurs villes de Judée-Samarie.
Dans une conférence de presse spéciale tenue dans la nuit par le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh a proclamé que le gouvernement ne serait pas dissous et que les mesures prises par le Président étaient sans valeur, déclarant notamment que la présence du Hamas au gouvernement était  » une décision du Peuple palestinien qu’il représente à 96% ». Il a ensuite qualifié la résolution de Mahmoud Abbas « d’impétueuse » indiquant que l’entourage du Président n’avait pas réfléchi à toutes ses implications. Appelant au retour au calme, Haniyeh a demandé à ses hommes de libérer les prisonniers du Fatah et s’est engagé à faire revenir la paix dans les territoires, et à créer un nouveau ministère de la sécurité regroupant tous les services d’ordre.
On compte plus d’une centaine de morts dans les affrontements qui opposent depuis une semaine les factions rivales palestiniennes.
Dans ce contexte, les ministres des Affaires étrangères arabes tiendront vendredi au Caire une réunion extraordinaire pour examiner la situation dans la bande de Gaza. Israel
infos.net

 

 

 cliquer sur le titre souligne pour voir  la video

Dimanche 10 juin 2007

 

Christians Terrorized in Muslim Indonesia

 

 

 

 

Dimanche 10 juin 2007

 

Persecution of Christians Indonisia

 

 

 

Dimanche 10 juin 2007

 

Iran’s Fashion Police

 

 

 

Attentats de Casablanca de 2003

8 prévenus devant la justice

Huit personnes sont jugées à partir de lundi et jusqu’au 20 juin devant

le tribunal correctionnel de Paris pour leur participation présumée à une

cellule de soutien aux terroristes impliqués dans les attentats de Casablanca,

qui ont fait 45 morts et une centaine de blessés le 16 mai 2003 Les huit prévenus

(un Turc, des Marocains ou Français d’origine marocaine), dont cinq sont aujourd’hui

détenus en France et les trois autres sous contrôle judiciaire, sont suspectés d’appartenir

à une cellule implantée en France du Groupe islamiste combattant marocain (GICM).

Les qualifications criminelles n’ont pas été retenues par les juges français qui n’ont pu

établir de lien direct entre les prévenus et la préparation des attentats eux-mêmes

Attentats de Casablanca de 2003: 8 prévenus devant la justice

par mdias 

 

 

Vendredi 8 juin 2007

 

Arrestation d’islamistes soupçonnés

de terrorisme en Italie

La police de Milan (nord) a arrêté jeudi une dizaine d’islamistes

accusés de soutien logistique et financier à une cellule de l’organisation

algérienne « Groupe salafiste pour la… Arrestation d’islamistes soupçonnés

de terrorisme en Italie

 

arrestation de 79 membres des Frères musulmans

Les militants islamistes ont été arrêtés dans huit gouvernorats du pays

pour « utilisation de slogans à caractère religieux lors de la campagne

électorale » des sénatoriales en cours, ce qui est contraire à la Constitution,

précise-t-on de mêmes sources. Parmi eux figurent deux candidats,

El-Dessouki Kleib et Yasser Adli, qui se présentent respectivement

dans les gouvernorats de Gharbiyah (delta du Nil) et de Fayyoum

(sud du Caire) et qui ont été arrêtés mardi

Egypte: arrestation de 79 membres des Frères musulmans


 

Vendredi 8 juin 2007

 

Bombardement intensif des positions du Fatah al-Islam au Liban

L’armée libanaise bombardait intensément jeudi matin les positions du Fatah al-Islam,

assiégé dans le camp de réfugiés de Nahr al-Bared au Liban nord, après de violents

accrochages nocturnes.

Les bombardements à l’arme lourde ont repris après une accalmie de

près de deux heures consécutive à de violents accrochages dans la nuit

entre l’armée et le groupe islamiste, au cours desquels les hélicoptères

Gazelle sont de nouveau intervenus en ouvrant le feu.
Les autorités libanaises, qui veulent obtenir la reddition des islamistes,

accusent le Fatah al-Islam d’avoir pris l’initiative des combats en tuant,

le 20 mai, 27 soldats alors qu’ils dormaient dans leurs positions autour

de Nahr al-Bared et dans les environs. Les combats ont déjà fait 104 morts

la flambée de violence la plus meurtrière au Liban depuis la fin de la guerre

civile en 1990. Nahr al-Bared à nouveau bombardé

La région de Baalbek un camion du Hezbollah

L’armée régulière libanaise a intercepté mercredi soir dans la région de Baalbek un camion du Hezbollah qui transportait un grand nombre de missiles de type Grad, ainsi que des munitions pour armes automatiques. L’armée a confisqué cet armement mais les 6 miliciens qui l’accompagnaient ont été libérés. En février dernier un convoi d’armes avait déjà été intercepté par les militaires libanais, et le gouvernement de Beyrouth avait refusé la demande faite par la milice chiite que lui soient restituées les armes saisies http://www.israelinfos.net/

par mdias publié dans : A la Une
ajouter un commentaire recommander

Jeudi 7 juin 2007

Hezbollah, Iran et Hamas

Ces trois axes font l’objet d’une nouvelle rencontre entre hauts responsables sécuritaires américains et israéliens aux Etats-Unis.
 
Le ministre des transports, Shaoul Mofaz, préside à Washington une session de débats entre Israël et les Etats-Unis portant sur des questions stratégiques de sécurité. Il a également rencontré la Secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, et son adjoint Nick Burns, chargé dans l’administration Bush de la question iranienne, à qui il a notamment affirmé que le Hezbollah n’avait jamais quitté le sud Liban même si ses hommes ne se trouvaient plus actuellement à la frontière avec Israël. Selon Mofaz, la milice chiite poursuit intensivement ses efforts de réarmement et s’est même doté de nouveaux missiles capables d’atteindre le centre et le sud du pays. Israël a proposé une série de mesures pour que l’embargo sur les armes au Liban décidé par la résolution 1701 des Nations Unies soit respecté, et particulièrement par la fermeture de la frontière de ce pays avec la Syrie.
De nouveaux débats stratégiques auront lieu jeudi entre américains et israéliens, qui porteront sur les moyens d’arrêter l’Iran dans sa course à l’armement atomique, la lutte contre le Hezbollah, et la mainmise militaire et politique du Hamas au sein de l’Autorité Palestinienne.
Le rythme de ces rencontres entre les plus hauts responsables sécuritaires des deux pays s’est accéléré cette dernière année suite aux efforts engagées par les iraniens pour l’obtention de l’arme nucléaire dans un contexte où le Président Mahmoud Ahmedinejad avait déclaré la semaine passée que le «compte à rebours de la destruction d’Israël» était lancé.
Mofaz a également précisé qu’il était impératif de voir des résultats diplomatiques concrets sur cette question d’ici la fin de l’année, précisant que pour l’heure, l’option militaire contre Téhéran n’était pas à l’étude. « Il conviendra d’étudier l’efficacité absolue d’une attaque contre l’Iran et de sa possibilité de créer une situation irréversible, ainsi que de considérer globalement l’influence d’une telle action sur tout le Moyen Orient. Pour l’instant la voie diplomatique n’a pas encore été complètement exploitée » a déclaré le ministre israélien à la presse. http://www.israelinfos.net/

 

 

Mercredi 6 juin 2007

 

Un nouvel attentat meurtrier en Algérie

Un colis piégé a explosé devant la gare routière de Tizi Ouzou, dans l’est du pays.

par mdias

 

 

Mercredi 6 juin 2007

 

Tarik Ramadan condamné à 2.500 euros

L’intellectuel musulman Tarik Ramadan a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Bobigny à 2.500 euros d’amende pour « outrage » pour avoir insulté deux agents de la police aux frontières (PAF) en mars à l’aéroport de Roissy.

Ayant reconnu d’emblée les faits, M. Ramadan, 44 ans, était jugé dans le cadre de la procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (dite « plaider coupable »).

Il s’est présenté accompagné de son avocat. Sa condamnation ne sera pas inscrite au bulletin N.2 (communiqué aux administrations) de son casier judiciaire. La décision a été conforme à la proposition du procureur.

Les deux policiers insultés n’étaient pas présents à l’audience. Ils n’ont pas fait de demande de dommages et intérêts, selon la présidente du tribunal.

L’intellectuel de nationalité suisse avait été placé en garde à vue plusieurs heures le 11 mars après avoir insulté par deux fois une fonctionnaire de la PAF qui lui aurait reproché d’emprunter un itinéraire non autorisé, ainsi qu’un autre agent, dans l’aéroport de Roissy où il était en transit pour Londres.

Tarik Ramadan condamné à 2.500 euros d’amende pour outrage à agent
L’intellectuel musulman Tarik Ramadan a été condamné mercredi par le tribunal…

par mdias

 

 

Mercredi 6 juin 2007

 

Le Fatah al Islam menace d’étendre son combat au Liban

Les affrontements entre l’armée libanaise et les combattants islamistes du Fatah al Islam ont repris de manière sporadique dans la nuit de mardi à mercredi autour du camp de réfugiés palestiniens de Nahr al Bared, dans le nord du Liban. Les soldats libanais ont resserré leur étau autour des positions des combattants islamistes retranchés dans le camp palestinien en procédant à des tirs d’artillerie et de blindés.

Au moins 114 personnes, dont 46 soldats libanais, ont été tuées depuis le début des affrontements le 20 mai. L’armée libanaise accuse les combattants proches des idées d’Al Qaïda d’avoir déclenché ces affrontements et exige leur reddition.

Dans le sud du Liban, une force palestinienne de 40 membres issus du Fatah et de factions islamistes s’est déployée à l’entrée nord du camp de Aïn al Hiloueh, afin de désamorcer les tensions entre l’armée libanaise et les miliciens de Djound al Cham, organisation sunnite armée.

L’ouverture d’un deuxième front autour d’Aïn al Hiloueh, principal camp de réfugiés palestiniens au Liban, avait suscité la crainte d’une généralisation du conflit à l’ensemble du pays, après la mort lundi de deux soldats et de deux miliciens. Le Fatah al Islam menace d’étendre son combat au Liban

par mdias

 

 

Mercredi 6 juin 2007

 

Une journaliste afghane abattue chez elle

Une journaliste afghane connue pour ses critiques envers les chefs de guerre a été abattue dans la nuit de mardi à mercredi dans sa résidence près de Kaboul, une semaine après le meurtre d’une présentatrice de télévision, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Zakia Zaki, qui dirigeait depuis six ans une radio privée locale, Radio de la paix, a été tuée par balles par des inconnus dans sa demeure de Jabal Seraj (province de Parwan), à une soixantaine de kilomètres au nord de Kaboul, a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère Zemarai Bashary.
Une journaliste afghane abattue chez elle

par mdias

 

Mardi 5 juin 2007

 

Les réponses à certaines de vos interrogations sur Messaoud Bouras

Peut-on encore faire confiance à quelqu’un de nos jours ? L’histoire qui nous lie à Messaoud Bouras tendrait à nous prouver que non. Cet homme est venu vers nous, nous avons relayé son histoire, apporté notre soutien tant psychologique que financier, d’autre se sont liés d’amitié au point de l’héberger… pour découvrir finalement que nous avons été trompés.

C’est pour expliquer à tous les dessous de cette histoire, mais surtout pour rétablir une vérité tronquée par nos adversaires que nous avons décidé de publier cette mise au point. http://www.messaoud-bouras.com/index.php/mise-au-point

presentation

ce blog est un blog sioniste a 200 % il montre l'autre verite celle que l'on ne veut pas voir, aussi bien d' eretz israel. (il parlera du peuple juif , d'eretz israel et de leurs contributions dans le monde, de judaisme, de musique israelienne et juive ect... ) que du monde islamique, (dhimminitudes, charia, integrisme, coran en toute liberte ect..) il n'est pas raciste ou xenophobe et ne veut froisser ou humilier personne bien au contraire, il veut ouvrir les yeux de certains c'est simplement une autre information, un autre point de vue, une autre verite, une autre ouverture sur eretz israel, le peuple juif et le monde islamique

Blog Stats

  • 100,216 hits