You are currently browsing the category archive for the ‘culture israelienne’ category.

Europe-Israel is born! Rachel FrancoTo you, friends of truth Who tirelessly continue misinformation where it nestles, In the recesses of the falsification semantics In the crevices of hatred that lead hidden under the spotlight of journalistic good taste, in UN condemnations of good quality, In the selective indignation of NGOs, flagship of human rights, but on condition that they are neither Jewish nor Israeli, nor women living under the yoke of the Islamists or Christians in Islamic lands nor journalists free nor designers criticism in the Islamic world or elsewhere, or converted, nor homosexuals, nor lovers of Western music, or anything that is not subject to the threat of the sword Islamist To you, friends of truth, That does not rely on statements by the Council of Human Rights, composed of donor countries on every word free Who are not afraid of words that are uncomfortable thinking deadly ideology of right-minded conformist Who reject the Zionist paranoia, and do not lose the friendship between peoples, To you I speak; To you who hope for women and men of all backgrounds and all faiths, a real and profound fraternity, never try to impose your personal beliefs, To you, friends of a truth that is built together in respect and tolerance of our differences, this is Europe-Israel is born for us! Israel is a bulwark for the free world, it is not subject to criticism but the fact is that the obsession of the media eager to demonize this little game of democracy is anti-Jewish hatred of Islamist dictatorships. Israel is a small light in the darkness of the world and blind world wants to ignore it, too happy that Islamist hatred spills over Jews and non-democracies in their beautiful! But freedom in these democracies is already eroded, trampled by the Islamists who work by all means available to them to implant democracy in the heart of men, hatred of the Other, the rejection of the woman’s face and to impose Shari’a already running for all. The Association Europe Israel is not a political party but an organization with well defined objectives: • Provide honest information on Israel and the Middle East, • Promote measures for rapprochement and understanding of peoples, • Demonstrate active support for Israel • Fighting, by legal action, against hatred of Jews and against the boycott of Israel • Combating misinformation by all legal means. Europe Israel is necessary because the time of truth is approaching, that of fighting between Israel and the forces of evil. Yet this truth inside face of forces is not in heaven, in a place inaccessible to free men. Jewish Wisdom said that the truth should sprout from the earth, that made our contradictions, our hesitations, our mistakes but also of our life choices, our courage to say when the UN is silent, to act when men are hiding, to write and disseminate information that wants to be free from all dogma and all prejudices. Europe can help Israel the truth of our men to sprout inner earth to open the eyes of our souls! I wish long life and success in Europe, Israel! Rachel Franco Israel, September 29, 2010 Visit the site here EUROPE ISRAEL Europe-Israel is born! Rachel FrancoTo you, friends of truthWho tirelessly continue misinformation where it nestles,In the recesses of the falsification semanticsIn the crevices of hatred that lead hidden under the spotlight of journalistic good taste, in UN condemnations of good quality,In the selective indignation of NGOs, flagship of human rights, but on condition that they are neither Jewish nor Israeli, nor women living under the yoke of the Islamists or Christians in Islamic lands nor journalists free nor designers criticism in the Islamic world or elsewhere, or converted, nor homosexuals, nor lovers of Western music, or anything that is not subject to the threat of the sword IslamistTo you, friends of truth,That does not rely on statements by the Council of Human Rights, composed of donor countries on every word freeWho are not afraid of words that are uncomfortable thinking deadly ideology of right-minded conformistWho reject the Zionist paranoia, and do not lose the friendship between peoples,To you I speak;To you who hope for women and men of all backgrounds and all faiths, a real and profound fraternity, never try to impose your personal beliefs,To you, friends of a truth that is built together in respect and tolerance of our differences, this is Europe-Israel is born for us!Israel is a bulwark for the free world, it is not subject to criticism but the fact is that the obsession of the media eager to demonize this little game of democracy is anti-Jewish hatred of Islamist dictatorships.Israel is a small light in the darkness of the world and blind world wants to ignore it, too happy that Islamist hatred spills over Jews and non-democracies in their beautiful! But freedom in these democracies is already eroded, trampled by the Islamists who work by all means available to them to implant democracy in the heart of men, hatred of the Other, the rejection of the woman’s face and to impose Shari’a already running for all.The Association Europe Israel is not a political party but an organization with well defined objectives:• Provide honest information on Israel and the Middle East,• Promote measures for rapprochement and understanding of peoples,• Demonstrate active support for Israel• Fighting, by legal action, against hatred of Jews and against the boycott of Israel• Combating misinformation by all legal means.Europe Israel is necessary because the time of truth is approaching, that of fighting between Israel and the forces of evil. Yet this truth inside face of forces is not in heaven, in a place inaccessible to free men. Jewish Wisdom said that the truth should sprout from the earth, that made our contradictions, our hesitations, our mistakes but also of our life choices, our courage to say when the UN is silent, to act when men are hiding, to write and disseminate information that wants to be free from all dogma and all prejudices.Europe can help Israel the truth of our men to sprout inner earth to open the eyes of our souls!I wish long life and success in Europe, Israel!Rachel FrancoIsrael, September 29, 2010Visit the site here EUROPE ISRAEL Europe- Israël est née ! Par Rachel FrancoA vous, amis de la vérité Qui sans relâche, poursuivez l´information mensongère là où elle se niche, Dans les recoins de la falsification sémantique, Dans les crevasses de la haine qui avance masquée sous la lumière des projecteurs journalistiques de bon ton,Dans les condamnations Onusiennes de bon aloi, Dans les indignations sélectives des ONG, portes drapeaux des droits de l´homme, mais à la condition qu´ils ne soient ni juifs, ni israéliens, ni femmes vivant sous le joug des islamistes, ni chrétiens en terre d´Islam, ni journalistes libres, ni dessinateurs critiques en terre d´Islam ou ailleurs, ni convertis, ni homosexuels, ni amoureux de la musique occidentale, ni rien de ce qui ne se soumet pas à la menace de l´épée islamiste, A vous, amis de la vérité, Qui ne vous fiez pas aux déclarations du Conseil des Droits de l´Homme, composé des pays bailleurs de toute parole libre, Qui n´avez pas peur des mots qui mettent mal à l´aise la pensée mortifère de la bien pensante idéologie conformiste, Qui refusez la paranoïa antisioniste, et ne renoncez pas à l´amitié entre les peuples, C´est à vous que je m´adresse; A vous qui espérez pour les femmes et les hommes de tous horizons et de tous cultes, une fraternité réelle et profonde, sans jamais prétendre imposer vos croyances intimes, A vous, amis d´une vérité qui se construit ensemble dans le respect et la tolérance de nos différences, voici Europe- Israël est née pour nous ! Israël est un rempart pour le monde libre, non qu´il ne soit sujet à aucune critique mais le fait est que l´obsession des médias avide de diaboliser cette petite démocratie sert le jeu de la haine anti-juive des dictatures islamistes. Israël est une petite lumière dans la nuit du monde et le monde aveugle veut l´ignorer, trop heureux que la haine islamiste se déverse sur les juifs et non dans leurs belles démocraties! Mais la liberté dans ces démocraties est déjà grignotée, bafouée par les islamistes qui oeuvrent par tous les moyens que leur offre la démocratie pour implanter dans le cœur des hommes, la haine de l´Autre, le rejet du visage de la Femme et pour imposer une charia déjà en marche pour toutes et tous. L´Association Europe Israël n´est pas un parti politique, mais une organisation avec des objectifs bien définis : • Apporter une information honnête sur Israël et le Proche-Orient, • Promouvoir des actions pour le rapprochement et la meilleure compréhension des peuples, • Manifester activement son soutien à Israël, • Lutter, par des actions légales, contre la haine des juifs et contre le boycott d’Israël, • Combattre la désinformation par tous les moyens légaux. Europe Israël est nécessaire, car le temps de la vérité s´approche, celui du combat qui oppose Israël aux forces du Mal. Or cette vérité du visage intérieur des forces en présence ne se trouve pas au ciel, en un lieu inaccessible pour les hommes libres. La Sagesse juive dit que la vérité doit germer de la terre, de celle faite de nos contradictions, de nos hésitations, de nos erreurs mais aussi de nos choix de vie, de notre courage à dire quand les Nations se taisent, à agir quand les hommes se cachent, à écrire et diffuser une information qui se veut libre de tout dogme et de tous préjugés. Puisse Europe Israël aider la vérité des hommes à germer de notre terre intérieure pour ouvrir les yeux de nos âmes ! Mes vœux de longue vie et de réussite à Europe Israël ! Rachel Franco Israël, le 29 Septembre 2010 Visitez le site d’EUROPE ISRAEL en cliquant ici Europe- Israël est née ! Par Rachel FrancoA vous, amis de la véritéQui sans relâche, poursuivez l´information mensongère là où elle se niche,Dans les recoins de la falsification sémantique,Dans les crevasses de la haine qui avance masquée sous la lumière des projecteurs journalistiques de bon ton,Dans les condamnations Onusiennes de bon aloi,Dans les indignations sélectives des ONG, portes drapeaux des droits de l´homme, mais à la condition qu´ils ne soient ni juifs, ni israéliens, ni femmes vivant sous le joug des islamistes, ni chrétiens en terre d´Islam, ni journalistes libres, ni dessinateurs critiques en terre d´Islam ou ailleurs, ni convertis, ni homosexuels, ni amoureux de la musique occidentale, ni rien de ce qui ne se soumet pas à la menace de l´épée islamiste,A vous, amis de la vérité,Qui ne vous fiez pas aux déclarations du Conseil des Droits de l´Homme, composé des pays bailleurs de toute parole libre,Qui n´avez pas peur des mots qui mettent mal à l´aise la pensée mortifère de la bien pensante idéologie conformiste,Qui refusez la paranoïa antisioniste, et ne renoncez pas à l´amitié entre les peuples,C´est à vous que je m´adresse;A vous qui espérez pour les femmes et les hommes de tous horizons et de tous cultes, une fraternité réelle et profonde, sans jamais prétendre imposer vos croyances intimes,A vous, amis d´une vérité qui se construit ensemble dans le respect et la tolérance de nos différences, voici Europe- Israël est née pour nous !Israël est un rempart pour le monde libre, non qu´il ne soit sujet à aucune critique mais le fait est que l´obsession des médias avide de diaboliser cette petite démocratie sert le jeu de la haine anti-juive des dictatures islamistes.Israël est une petite lumière dans la nuit du monde et le monde aveugle veut l´ignorer, trop heureux que la haine islamiste se déverse sur les juifs et non dans leurs belles démocraties! Mais la liberté dans ces démocraties est déjà grignotée, bafouée par les islamistes qui oeuvrent par tous les moyens que leur offre la démocratie pour implanter dans le cœur des hommes, la haine de l´Autre, le rejet du visage de la Femme et pour imposer une charia déjà en marche pour toutes et tous.L´Association Europe Israël n´est pas un parti politique, mais une organisation avec des objectifs bien définis :• Apporter une information honnête sur Israël et le Proche-Orient,• Promouvoir des actions pour le rapprochement et la meilleure compréhension des peuples,• Manifester activement son soutien à Israël,• Lutter, par des actions légales, contre la haine des juifs et contre le boycott d’Israël,• Combattre la désinformation par tous les moyens légaux.Europe Israël est nécessaire, car le temps de la vérité s´approche, celui du combat qui oppose Israël aux forces du Mal. Or cette vérité du visage intérieur des forces en présence ne se trouve pas au ciel, en un lieu inaccessible pour les hommes libres. La Sagesse juive dit que la vérité doit germer de la terre, de celle faite de nos contradictions, de nos hésitations, de nos erreurs mais aussi de nos choix de vie, de notre courage à dire quand les Nations se taisent, à agir quand les hommes se cachent, à écrire et diffuser une information qui se veut libre de tout dogme et de tous préjugés.Puisse Europe Israël aider la vérité des hommes à germer de notre terre intérieure pour ouvrir les yeux de nos âmes !Mes vœux de longue vie et de réussite à Europe Israël !Rachel Franco Israël, le 29 Septembre 2010Visitez le site d’EUROPE ISRAEL en cliquant ici

 

Je Suis Israel
http://www.youtube.com/watch?v=9mVlH4H4MUM+
Vidéo originale en anglais, créée par PuttingltMildly et phoenixred999. I am Israel — Jeu suis Israel Je suis Israel – Je suis née des milliers d’années avant d’être rebaptisée Pales…tine par les conquérants Romains. Et avant que les Britanniques décident de faire de mes terres de l’Est la Jordanie. Mon peuple, les Juifs, ont maintenu des communautés ici depuis 3,000 ans. Jusqu’a ce que les Arabes décident de massacrer ces Juifs en 1920 et 1929. Des centaines de civils ont été assassines, la plupart d’entre eux des femmes et des enfants. Pendant ce temps, leurs frères les nations Arabes, ont exile 1 Million de Juifs Arabes. Effaçant leur histoire. Je suis Israel – En 60 ans j’ai été attaquée 4 fois par 5 armées Arabes. Je suis une survivante; J’ai gagne toutes les guerres qu’ils ont menées contre moi. J’ai dit aux Arabes qui vivaient sur mes terres qu’ils étaient les bienvenus. Mais leur frères ont dit « partez temporairement pendant qu’on s’occupe des Juifs ». J’ai offert un message de paix depuis le jour ou je suis née. Seulement, mes ennemis répondent avec des bombes, des balles et du sang… le notre et le leur. Réalisant qu’ils ne pouvaient pas me vaincre avec des armes, mes ennemis se sont tournes aux mensonges. Je m’appelle Israel – et a plusieurs reprises mon nom a été calomnie. Mais, comme le canular de Muhamad Al-Dura, chaque mensonge est éventuellement démenti. Mes ennemis continuent de prétendre que je commets le « génocide ». Dites moi, si donner de l’enseignement et des études aux Palestiniens s’appelle le génocide. 20% des étudiants de l’Université de Haifa sont des Arabes. Si j’ai expulse tous les Arabes en 1948, comment se fait il que 20% de mes électeurs soient Arabes? Pourquoi ai-je renonce a la totalité du Sinai et la bande de Gaza? Arrachant mon peuple de leurs maisons dans l’espoir de la paix. Je suis Israel – Dans les opérations de combat, je risque la vie de mes adolescents afin de minimiser les pertes civiles. Je fais tous les efforts d’atteindre seulement les combattants, souvent exposant mes soldats au péril. En temps de guerre, je laisse tomber des tracts sur des régions (ou zones) à attaquer, avertissant la population civile d’évacuer. Est-ce qu’une autre armée dans l’histoire de l’humanité a fait cela pour son ennemi? J’ai attendu 8 ans afin d’arrêter le Hamas de ses attaques de missiles quotidiennes. Quelques un sont tombes sur mes jardins d’enfants. Je suis patient, mais ma patience a des limites. Je suis Israel – Je découvre de nouveaux médicaments pour traiter des maladies dévastatrices. J’ai développé la technologie pour la création d’Intel, l’anti virus et les téléphones cellulaires. Je mène le monde en publications scientifiques par habitant. J’envoie des missions humanitaires aux pays en cours de développement, y compris les pays Musulmans. J’ai accueilli des centaines de refugies Musulmans qui faisaient face au génocide au Darfour. Refugies qu’aucun état Musulman n’acceptait. Je suis Israel – L’un des plus petits pays au monde. Et probablement le plus têtu. Je refuse de renoncer à l’espoir pour la paix. Mes amis me soutiennent, pas a cause de tout lobby, mais parce qu’ils voient la vérité. Je suis le cœur du Moyen-Orient et l’espoir de son avenir. Mon Prophète a dit, « Un peuple ne tirera pas l’épée contre un autre peuple », Et je vais essayer… et essayer… Et ESSAYER jusqu’a ce que ces paroles deviennent réalité. PARCE QUE JE SUIS ISRAEL
<!–/** L'image de sauvegarde de cette balise a été générée pour être utilisée sur une page * non-SSL. Ci cette balise doit être placée sur une page SSL, changez le * 'http://publicite-terredisrael.tmpds111.haisoft.net/publicite/www/delivery/…&#039; * par * 'https://publicite-terredisrael.tmpds111.haisoft.net/publicite/www/delivery/…&#039; * * This noscript section of this tag only shows image banners. There * is no width or height in these banners, so if you want these tags to * allocate space for the ad before it shows, you will need to add this * information to the tag. * * If you do not want to deal with the intricities of the noscript * section, delete the tag (from ). On * average, the noscript tag is called from less than 1% of internet * users. */–> Trouvez les meilleures offres de prix d'Air France

<!–/** L'image de sauvegarde de cette balise a été générée pour être utilisée sur une page * non-SSL. Ci cette balise doit être placée sur une page SSL, changez le * 'http://publicite-terredisrael.tmpds111.haisoft.net/publicite/www/delivery/…&#039; * par * 'https://publicite-terredisrael.tmpds111.haisoft.net/publicite/www/delivery/…&#039; * * This noscript section of this tag only shows image banners. There * is no width or height in these banners, so if you want these tags to * allocate space for the ad before it shows, you will need to add this * information to the tag. * * If you do not want to deal with the intricities of the noscript * section, delete the tag (from ). On * average, the noscript tag is called from less than 1% of internet * users. */–>

Written by Kodjo Epou – Thursday, 29 July 2010 22:48
Le magazine forbès a rendu public, le 14 juillet 2010, les résultats d’une recherche sur le bien-être humain dans le monde.
Le sondage a couvert 155 pays et a été mené par des chercheurs de « Gallup World Poll » entre 2005 et 2010.
Selon l’Institut américain, Israel, en matière de bien-être de la population (qualité de vie), occupe la 8ème position (avec le Canada, la Suisse et l’Australie) sur les 155 pays étudiés.
L’Institut américain de sondage d’opinion publique et de recherches combine ses 75 ans d’expérience, ses 2000 professionnels, ses 50 bureaux à travers le monde et sa bonne couverture des cinq continents pour fournir des indicateurs fiables dans divers domaines (économique, sociologique, psychologique, social et du management ) etc…
Il est difficile, parfois aléatoire de quantifier le bonheur. En choisissant ce créneau comme pierre angulaire de sa recherche, Gallup, naturellement, s’expose à des critiques, si l’on sait que le sondage sur le bonheur peut être biaisé par la culture de l’expert qui le conduit.

C’est quoi le bonheur ?
Pour définir quel serait le pays où les gens sont le plus heureux, les chercheurs ont distingué deux formes de bonheur. D’un côté, le bonheur général, celui qui dés le lever du soleil, même avec la tête dans les chaussettes, vous réjouit grâce à un environnement, une population, un climat, des services… donc qui dépend étroitement de l’argent. De l’autre, le bonheur relatif à des moments de joie, autrement dit purement subjectif qui se rattache aux émotions et au relationnel.

Sur l’échelle du bonheur, le rang qu’occupe un pays, de façon générale, a des liens étroits, entre autres, avec la répartition de ses ressources internes, sa capacité ou non à créer des richesses, le revenu et le pouvoir d’achat de ses citoyens…

israel valley

DERNIERES NEWS Permalink Voir toutes les news

déc01

ISRAELVALLEY SPECIAL – SARKOZY en ALGERIE – La famille juive sépharade de Mme Andrée Mallah, mère de Nicolas Sarkozy.

Par David RosenfeldActualité

Nicolas Sarkozy va se rendre en ALGERIE. Les origines du PRESIDENT sont au centre d’une polémique… Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL EMPLOI – Les experts de la Leumi constatent que l’économie se rapproche de son taux de plein-emploi

Par Jacuse BendelacEmploi

Les experts de la Leumi constatent que l’économie israélienne se rapproche de son taux de plein-e… Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL EMPLOI – Le taux de chômage est de 7,3% de la population active, soit le taux le plus faible depuis 11 ans

Par Jacques Bendelac, à JérusalemEmploi

Le rapport hebdomadaire de la Banque Leumi analyse les derniers chiffres du chômage que vient de … Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL FRANCE – RADIO SHALOM et le CSA – Incroyable mais vrai : Radio Shalom accusée pour « injure raciale » par le CSA

Par Daniel RouachOpinion

Les journalistes et animateurs de Radio Shalom sont sous le choc : le Conseil Supérieur de l’Audi… Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL MODE & FASHION – Estie Lifshitz, la styliste israélienne qui allient glamour et … pudeur

Par Israelvalley DeskMode

Estie Lifshitz – ce nom ne vous dit encore rien mais sonne déjà comme une grande marque. On pense… Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL TECHNION – Au cours des années, le Technion a directement créé plus de 80 entreprises.

Par Israelvalley DeskSciences

Au cours des années, le Technion a directement créé plus de 80 entreprises. Ces entreprises ont g… Permalink Lire la suite…


déc01

ISRAEL TECHNION – Les ventes de la Rasagiline dépassent les 100 millions $ : le Technion obtient 4% de redevance sur les ventes nettes

Par Israelvalley DeskMédical

La Rasagiline est un médicament contre la maladie de Parkinson qui a été développé par Teva Pharm… Permalink Lire la suite…


déc01

IsraelValley – Forum de la fondation arabe de science et de technologie : le capital-risque arabe existe en Jordanie

Par IsraelValley PresseArabes

Le forum annuel de la fondation arabe de science et de technologie (ASTF) aura lieu à Amman les 1… Permalink Lire la suite…


 

nov30

ISRAEL USA SCIENCES : Le Massachusetts Institute of Technology lance un programme d’échange avec Israël

Par Mickael FinkelsteinCoopération

Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) lance un programme d’échange avec Israël.

Le M… Permalink Lire la suite…


nov30

ISRAEL SEISMES – Le ministre des infrastructures demande un budget spécial pour les tremblements de terre

Par Mickael FinkelsteinActualité

Le Ministre Ben Eliezer demande un budget spécial pour les tremblements de terre. Les trois mini-… Permalink Lire la suite…


nov30

ISRAEL HIGH TECH – En 2007 : Les exportations de nouvelles technologies vont atteindre 4,9 milliards de dollars

Par P.A. IsraelValleyHi-tech & innovation

Pour le troisième trimestre 2007, les exportations high-tech ont augmenté de 0,5%, après avoir st… Permalink Lire la suite…


nov30

ISRAEL BANQUES – l’Israélien Superderivatives conquiert la Grèce

Par David RosenfeldBanque & finance

Superderivatives vient de signer plusieurs contrats avec les principales banques grecques pour se… Permalink Lire la suite…


nov30

ISRAEL – CHINE : Tel Aviv veut promouvoir la coopération avec la Shanghai dans l’industrie du diamant, et prendre la place du jade

Par David RosenfeldCoopération

L’Israel Diamond Institute (IDI), un des piliers de la joaillerie mondiale, veut renforcer les li… Permalink Lire la suite…


Également sur IsraelValley:

Festival du cinéma : ‘un oeil juif‘
par Raphael Aouate
jeudi 25 octobre 2007 – 11:02


Le Festival de cinéma « Un œil juif » déménage ! Créé initialement à la Cinémathèque de Tel Aviv, puis venu faire un tour du côté de Béer Shéva, il débarque cette année dans la ville d’Ashkelon. Dénominateur commun : mettre en images un regard juif. Beau projet.

Le Festival Eïn Yéhoudit (un œil juif) a vu le jour, en fanfare, il y a trois ans en 2004, dans la Cinémathèque de Tel Aviv. Mais du fait de certaines divergences de points de vue entre les organisateurs et la Cinémathèque (un Festival à caractère « juif » dérangeait-il la ville ?), il fut décidé de la transférer à Béer Shéva. Cette année, c’est le Collège universitaire d’Ashkelon qui accueillera, à partir du 14 novembre prochain, le Festival. Au programme également : des séminaires et des débats centrés autour de la question de l’histoire et de la culture juives.
Durant les 9 jours du Festival, plus de 80 films en avant première sur notre sol, seront projetés, notamment : « Monsieur Max » du réalisateur français Gabriel Aghion. La présence du cinéaste, ainsi que celle des producteurs du film, Daniel Leconte et Robert Cohen, est annoncée. La soirée d’ouverture sera d’ailleurs l’occasion d’un hommage à l’acteur Jean Claude Brialy, récemment disparu, et qui interprète le rôle principal de ce film. Il y compose un poète homosexuel, Max Jacob, ami de Pablo Picasso, juif converti au catholicisme, arrêté par la Gestapo en 1940 et envoyé à Drancy.
L’éventail des films proposés est très large et le choix des sujets se veut très éclectique. Ainsi en est-il avec le film « L’homme qui a vendu Eichmann et Mengele », du réalisateur hollandais, Rolf Van Thiel. Ce film évoque le destin d’un journaliste hollandais qui travailla au service des nazis pendant la seconde guerre mondiale, parvint à gagner la confiance de Adolf Eichmann, pour réussir à l’interroger dans son abri. Ces entretiens seront ultérieurement utilisés lors du procès du criminel nazi. Dans un autre registre encore, un film dramatique, avec le célèbre comédien israélien Israël (Sacha) Demidov : Yétsirat Aava (Création de l’amour) de Valerio Yargi. L’histoire se déroule dans un petit village russe d’avant la Révolution, et narre le destin d’un « marieur » juif dans un contexte d’antisémitisme ambiant.
En ce qui concerne la projection de Ghetto, adaptation d’une œuvre théâtrale majeure du dramaturge Yéoshoua Sobol la présence du réalisateur Audrius Yoznas est annoncée. L’antagonisme entre la préparation d’une création artistique, et le contexte dramatique du Ghetto de Varsovie, y est décrit. Des acteurs allemands et lituaniens participent à cette production.
D’autres invités importants seront présents à ce Festival, notamment le cinéaste français d’origine roumaine, Radu Mihaileanu, fils de Mordéhaï Buchman, journaliste juif communiste, déporté par les nazis, mais qui réussit à s’évader. Le cinéaste viendra présenter son documentaire tourné autour de la réalisation de son beau film : Va, vis et deviens, et de la question de l’identité des émigrants éthiopiens.

Des Etats-Unis, viendra le réalisateur Philippe Rottman, auteur d’un documentaire intitulé : « Kéïlat Yéoudi Saint Pétersbourg », sur la vie culturelle de la communauté juive dans cette ville. Des Pays Bas, le cinéaste Diégo Pos pour son film Sfékot (Doutes), qui raconte les origines de sa famille, l’une des fondatrices de la communauté juive, à partir d’un journal intime retrouvé en 1774 au Surinam.
D’autres événements très intéressants sont encore prévus, mais nous aurons le temps d’y revenir.

le sionisme et hertzl

Herzl et le sionisme

20 Jul 2004
« A Bâle, j’ai fondé l’Etat juif… Dans cinq ans peut-être, dans cinquante ans sûrement, tout le monde en conviendra. »
 
 
 
 
PDF         
 
 

 
Herzl à Bâle (1898)
(Archives sionistes centrales)

Théodore (Binyamin Zeev) Herzl, le père du sionisme politique moderne, est né à Budapest en 1860. Elevé dans l’esprit des Lumières judéo-allemandes de l’époque, il apprit à apprécier la culture laïque. En 1878, sa famille s’installa à Vienne et, en 1884, Herzl obtint son doctorat en droit, décerné par l’Université de Vienne. Il entama une carrière d’écrivain, d’auteur dramatique et de journaliste, et devint le correspondant à Paris du Neue Freie Presse, le journal libéral le plus influent de Vienne.

C’est à l’université de Vienne, en 1882, qu’Herzl rencontra pour la première fois l’antisémitisme qui allait déterminer sa vie, ainsi que le sort des Juifs au XXe siècle. Par la suite, pendant son séjour à Paris en tant que journaliste, il fut directement confronté à ce problème. A l’époque, il considérait le problème juif comme une question sociale et écrivit une pièce de théâtre intitulée Le ghetto (1894) dans laquelle les solutions de l’assimilation et de la conversion étaient l’une et l’autre rejetées. Il espérait que Le ghetto conduirait à un débat et, en fin de compte, à une solution fondée sur la tolérance et le respect mutuels entre chrétiens et juifs.

   

Affiche du jubilée de 1947 de l’Organisation sioniste mondiale
(Archives sionistes centrales)

Le livre de Herzl, Der Judenstaat (L’Etat juif)
(Archives sionistes centrales)

En 1894, le capitaine Alfred Dreyfus, un officier juif de l’armée française, fut accusé à tort de trahison, suite à de fausses lettres compromettantes fomentées par un général antisémite protégé par sa hiérarchie. Observant les foules hurlant « Mort aux juifs ! », Herzl en déduisit qu’il n’existait qu’une seule solution aux agressions antisémites : l’immigration en masse des Juifs dans un pays à eux. L’Affaire Dreyfus devint ainsi l’un des éléments déterminants de la genèse du sionisme politique.Herzl arriva à la conclusion que l’antisémitisme était une donnée immuable, bien ancrée dans la société humaine et non résorbée par l’assimilation. Il réfléchit longuement à l’idée d’une souveraineté juive et, sans craindre de s’exposer au ridicule auprès des dirigeants juifs, publia, en 1896, Der Judenstaat (L’Etat juif). Il y soutenait que le problème juif n’était pas d’ordre individuel, mais national. Il déclara que les Juifs ne pourraient être acceptés dans le monde qu’en cessant d’être une anomalie nationale.

Les juifs constituent un peuple, et leur situation désespérée pourrait se transformer en une force constructrice par la création d’un Etat juif avec l’assentiment des grandes puissances. Il considérait la question juive comme une question politique internationale devant être traitée sur la scène politique internationale. Herzl proposa un programme concret de collecte de fonds auprès des Juifs du monde par un organisme qui œuvrerait en vue d’atteindre cet objectif. Lorsqu’il fut par la suite constitué, cet organisme prit le nom d’Organisation sioniste. Herzl envisageait le futur Etat sur le modèle européen de l’époque, c’est-à-dire une société moderne et éclairée. Par nature, cet Etat serait neutre, aspirant à la paix et laïc.

Les idées d’Herzl furent accueillies avec enthousiasme par les masses juives d’Europe orientale, mais les dirigeants juifs furent moins séduits. Herzl n’en réunit pas moins, à Bâle, du 29 au 31août 1897, le premier congrès sioniste, qu’il présida ; ce fut le premier rassemblement trans-national juif sur une base nationale et laïque. Les délégués adoptèrent le programme de Bâle, le programme du mouvement sioniste, et déclarèrent que « le sionisme aspire à établir en Palestine, pour le peuple juif, un foyer garanti par le droit public ». A cette occasion, fut créée l’Organisation sioniste, l’instance politique du peuple juif, et Herzl fut élu son premier président. La même année, Herzl fonda l’hebdomadaire sioniste Die Welt et entreprit des démarches pour obtenir une charte du peuplement juif dans le Pays d’Israël (Eretz Israël).

Herzl et la délégation sioniste en route pour Israël (1898)
(Office de presse du gouvernement d’Israël)

Après le premier congrès sioniste, le mouvement se réunit chaque année en forum international. En 1936, le siège du mouvement sioniste fut transféré à Jérusalem.

En 1902, Herzl écrivit le roman sioniste Altneuland (Pays ancien, pays nouveau) dans lequel il décrivait le futur Etat juif comme une utopie sociale. Il envisageait une nouvelle société qui allait s’établir dans le Pays d’Israël sur un mode coopératif, utilisant la science et la technologie pour sa mise en valeur. Il présentait des idées détaillées sur la structure politique de l’Etat, l’immigration, la collecte de fonds, les relations diplomatiques, les lois sociales et les relations entre la religion et l’Etat. Dans Altneuland, l’Etat juif était décrit comme une société pluraliste, avancée, une « lumière pour les nations. » Ce livre exerça un puissant impact sur les Juifs de l’époque et devint un symbole dela vision sioniste du Pays d’Israël.

Herzl et la délégation sioniste à Jérusalem (1900)
(Office de presse du gouvernement d’Israël)

Herzl estimait nécessaire aux objectifs nationaux du peuple juif de recevoir l’encouragement des grandes puissances. En 1898, il se rendit donc dans le Pays d’Israël et à Istanbul pour rencontrer le Kaiser Guillaume II d’Allemagne et le sultan de l’empire ottoman. Lorsque ces efforts s’avérèrent infructueux, il se tourna vers la Grande-Bretagne et eut des entretiens avec Joseph Chamberlain, le ministre britannique des Colonies, et d’autres personnalités. La seule offre concrète qu’il reçut émana des Britanniques qui proposaient de créer une région autonome juive en Afrique orientale, en Ouganda.

Le pogrom de Kichinev en 1903 et la pénible situation des Juifs russes, comme Herzl put le constater lui-même lors d’une visite en Russie, exercèrent sur lui une profonde influence. Lors du sixième congrès sioniste (1903), il proposa l’adoption du projet ougandais des Britanniques en tant que refuge temporaire à cause du danger imminent menaçant les Juifs russes. Alors qu’Herzl avait précisé que ce projet n’affectait pas les objectifs ultimes du sionisme, à savoir la création d’une entité juive dans le Pays d’Israël, la proposition suscita un tollé au congrès et faillit provoquer une scission du mouvement sioniste. Le programme ougandais fut définitivement rejeté par le mouvement sioniste au septième congrès, en 1905.

La tombe de Herzl sur le mont Herzl à Jérusalem
(Archives sionistes centrales)

Herzl mourut en 1904 d’une pneumonie et d’une faiblesse cardiaque causée par le surmenage et ses efforts incessants en faveur du sionisme. Mais, à ce moment-là, le mouvement avait trouvé sa place sur l’échiquier politique mondial. En 1949, la dépouille de Herzl fut amenée en Israël et réinhumée sur le mont qui porte son nom, à Jérusalem.

Herzl est l’auteur de la phrase célèbre « si vous le voulez, ce ne sera pas une légende » qui devint la devise du mouvement sioniste. Bien qu’à l’époque, personne n’eut pu l’imaginer, le mouvement sioniste, exactement cinquante ans après le premier congrès sioniste, conduisit à l’instauration d’un Etat d’Israël indépendant.


Le congrès sioniste : de la diaspora à Israël


Herzl au premier congrès sioniste (1897)
(Office de presse du gouvernement d’Israël)


Réunion du 27e congrès sioniste en Israël (1968)
(Archives sionistes centrales)
Le sionisme
(Le présent chapitre est emprunté au livre “Zionism”, du professeur Benyamin Neuberger, paru en 1995.)

Le sionisme est un mouvement national prônant le rapatriement des juifs dans leur patrie – le Pays d’Israël – et la réaffirmation de la souveraineté juive.

Après la conquête romaine et la destruction du Temple, en 70 de l’ère chrétienne, la nostalgie de Sion et l’immigration juive se poursuivirent tout au long de l’exil. Cette nostalgie prit une forme nouvelle au dix-neuvième siècle ; le nationalisme moderne, le libéralisme et l’émancipation confrontant les Juifs à de nouvelles questions auxquelles le mouvement sioniste tenta de répondre. Le mouvement Hibbat Zion, qui commença à prendre forme dans la seconde moitié du XIXe siècle, préconisait la renaissance de la vie juive dans le Pays d’Israël et entreprit d’y créer des localités agricoles. Par la suite, Herzl dynamisa et consolida le sionisme en un mouvement politique, réunissant le premier congrès sioniste en 1897. Herzl fut le premier à attirer l’attention du monde sur le problème juif et à faire du peuple juif un acteur sur la scène politique mondiale. Le mouvement sioniste qui se développa à son initiative créa également les instruments administratifs, politiques et économiques nécessaires à la mise en œuvre de sa vision et de son idéologie.

Le mouvement sioniste énonça ses objectifs – un foyer national pour le peuple juif dans le Pays d’Israël – dans le programme de Bâle. A part les mouvements qui rejetaient l’idée d’une renaissance nationale, le sionisme comprenait divers groupes, du sionisme religieux au sionisme socialiste. Tous œuvrèrent en vue de créer le foyer national juif, une entreprise qui aboutit à la création de l’Etat d’Israël en 1948.

La version moderne d’un motif ancien

L’origine du terme « sionisme » est le mot biblique « Sion », souvent utilisé comme synonyme de Jérusalem et de Pays d’Israël (Eretz Israël). Le sionisme est une idéologie qui exprime l’ardente aspiration des Juifs du monde entier à recouvrer leur patrie historique – Sion, le Pays d’Israël.

L’espoir du retour dans la patrie fut d’abord entretenu par les juifs exilés à Babylone, il y a 2 500 ans – un espoir qui devint par la suite une réalité. (« Sur les rives des fleuvesdeBabylone,là nous nous assîmes, et nous pleurâmes au souvenir de Sion. » Psaume CXXXVII, 1). Ainsi, le sionisme politique, qui s’est constitué au XIXe siècle, n’inventa ni le concept, ni la pratique du retour. Il s’est plutôt approprié une idée ancienne et un mouvement actif continu pour les adapter aux exigences de l’esprit du temps.

L’essentiel de l’idée sioniste apparaît dans la Déclaration d’Indépendance de l’Etat d’Israël (14 mai 1948) qui stipule, entre autres, que :

« Le Pays d’Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forgea son identité spirituelle, religieuse et politique. C’est là qu’il acquit son indépendance et créa des valeurs culturelles d’une portée à la fois nationale et universelle. C’est là qu’il fit don au monde entier de l’éternel Livre des Livres.
Contraint à l’exil, le peuple juif est resté fidèle à la terre d’Israël dans tous les pays où il s’est trouvé dispersé, ne cessant jamais de prier et d’espérer y revenir pour rétablir sa liberté nationale. »

L’idée du sionisme se fonde sur le lien entre le peuple juif et sa terre, une attache qui a commencé il y a près de 4 000 ans, lorsque Abraham s’installa en Canaan, appelé plus tard Pays d’Israël.

Au centre de la pensée sioniste, on trouve l’idée que le Pays d’Israël est le berceau historique du peuple juif, et la conviction que, pour les Juifs, vivre ailleurs c’est se trouver en exil. Moses Hess, dans son livre Rome et Jérusalem (1844), exprime cette idée :

« Deux époques ont façonné l’évolution de la civilisation juive : la première, après la libération d’Egypte, et la seconde, le retour de Babylonie. La troisième surviendra avec la délivrance du troisième exil. »

Tout au long des siècles, dans la diaspora,les Juifs ont entretenu une relation intense et unique en son genre avec leur patrie historique et ont manifesté la nostalgie de Sion dans leurs rituels et dans leur littérature.

Le rôle de l’antisémitisme dans l’évolution du sionisme

Alors que le sionisme exprime le lien historique établi entre le peuple juif et le Pays d’Israël, le sionisme moderne ne serait peut-être pas devenu un mouvement national actif au XIXe siècle sans l’antisémitisme contemporain précédé par des siècles de persécutions.

Au cours des siècles, les Juifs furent expulsés de presque tous les pays européens – d’Allemagne et de France, du Portugal et d’Espagne, d’Angleterre et du Pays de Galles – une expérience dont la répétition exerça un profond impact, notamment au XIXe siècle alors que les juifs avaient abandonné l’espoir d’un changement radical de leur vie. C’est dans ce contexte que surgirent des dirigeants juifs qui se tournèrent vers le sionisme par suite de l’antisémitisme virulent prévalant dans les sociétés environnantes. Ainsi, Moses Hess, bouleversé par l’accusation de crime rituel à Damas (1840), devint le père du sionisme socialiste ; Léon Pinsker, choqué par les pogroms (1881-1882) qui suivirent l’assassinat du tsar Alexandre II, prit la direction du mouvement Hibbat Zion ; et Théodore Herzl, journaliste à Paris, prenant conscience de la venimeuse campagne antisémite de l’Affaire Dreyfus (1896), organisa le sionisme en un mouvement politique.

Le mouvement sioniste visait à résoudre « le problème juif », le problème d’une minorité éternelle, un peuple soumis à des pogroms et à des persécutions incessantes, une communauté sans patrie dont la spécificité était mise en relief par la discrimination, partout où s’installaient les Juifs. Le sionisme aspirait à régler cette situation par le retour à la patrie historique – le Pays d’Israël.

En fait, la majeure partie des vagues d’aliya (immigration en masse dans le Pays d’Israël) à l’époque moderne furent une réaction directe aux meurtres et à la discrimination subis par les Juifs. La Première Aliya suivit les pogroms perpétrés en Russie dans les années 1880. La Deuxième Aliya fut déclenchée par le pogrom de Kichinev et une série de massacres commis en Ukraine et en Biélorussie au tournant du siècle. La Troisième Aliya se produisit après les massacres de Juifs pendant la guerre civile russe. La Quatrième Aliya débuta en Pologne dans les années 1920 après que la législation Gravski eut entravé l’activité économique des juifs. La Cinquième Aliyah se composait de Juifs allemands et autrichiens fuyant le nazisme.

David Ben Gourion proclame l’Indépendance d’Israël (14 mai 1948)
(Office de presse du gouvernement d’Israël)

Après l’indépendance de l’Etat d’Israël en 1948, les immigrations en masse demeurèrent liées à la discrimination et à l’oppression : les survivants de la Shoah en Europe, les réfugiés des pays arabes échappant aux persécutions qui suivirent la création d’Israël, les derniers Juifs polonais qui fuyaient le pays où l’antisémitisme s’enflammait à nouveau à l’époque de Gomulka et Muzcar, et les Juifs de Russie et des autres ex-républiques soviétiques qui craignaient de nouveaux spasmes antisémites lors de l’effondrement de l’Union soviétique. L’histoire des vagues d’immigration confirme vigoureusement l’argument sioniste selon lequel, un Etat juif dans le pays d’Israël, doté d’une majorité juive, est l’unique solution au « problème juif ».

L’essor du sionisme politique

Le sionisme politique, mouvement de libération nationale du peuple juif, émergea au XIXe siècle dans le contexte du nationalisme libéral qui gagnait alors l’Europe.

En se fixant pour objectif de libérer les Juifs d’une domination étrangère hostile et tyrannique et de restaurer l’unité par le rassemblement des exilés des quatre coins du monde dans la patrie juive, le sionisme synthétisait les deux objectifs du nationalisme libéral – libération et unité.

L’essor du sionisme en tant que mouvement politique fut également une réaction à l’échec de la Haskalah (la version juive des Lumières) à résoudre le « problème juif ». Selon la doctrine sioniste, la raison de cet échec réside dans le fait que l’émancipation individuelle et l’égalité sont impossibles sans émancipation nationale et sans égalité, dans la mesure où les problèmes nationaux nécessitent des solutions nationales. La solution nationale sioniste consistait en l’établissement d’un Etat juif peuplé d’une majorité juive dans la patrie historique, réalisant ainsi le droit du peuple juif à l’autodétermination. Le sionisme ne considérait pas que la « normalisation » de la condition juive fût contraire aux visées et aux valeurs universelles. Il prônait le droit de tout peuple à sa propre patrie et affirmait que seul, un peuple souverain pouvait devenir un membre à parts égales de la famille des nations.

Le sionisme: un mouvement pluraliste

Mouvement politique aspirant au retour dans la patrie juive assurant la liberté, l’indépendance et la sécurité dans un Etat pour le peuple juif, le sionisme revendique également l’affirmationde la culture juive. Un élément important de ce réveil fut la renaissance de l’hébreu qui, longtemps limité à la liturgie et à la littérature, redevint la langue vivante de la nation, utilisée au gouvernement et dans l’armée, dans l’éducation et les sciences, au marché et dans la rue.

A l’instar de tout nationalisme, le sionisme est intimement lié à d’autres idéologies, ce qui aboutit à la formation de diverses tendances, dominantes ou non. L’association du nationalisme et du libéralisme a donné naissance au sionisme libéral ; et l’influencedunationalisme européen a inspiré le mouvement nationaliste de droite. A cet égard, le sionisme ne se distingue guère des autres nationalismes qui adoptent eux aussi diverses tendances, libérales, traditionnelles, socialistes (gauche) et conservatrices (droite).

Le sionisme et le nationalisme arabe

La plupart des fondateurs du sionisme savaient que la Palestine (le Pays d’Israël) était en partie peuplée d’Arabes (bien que certains aient ingénument parlé d’« une terre sans peuple pour un peuple sans terre »). Peu d’entre eux, cependant, considéraient la présence arabe comme un réel obstacle à l’accomplissement du sionisme. A cette époque, vers la fin du XIXe siècle, le nationalisme arabe n’existait encore sous aucune forme et la population arabe de Palestine, clairsemée, était apolitique. De nombreux dirigeants sionistes estimaient que, compte tenu de l’importance relativement réduite de la population locale, les heurts avec les Juifs revenant dans leur patrie pouvaient être évités ; ils étaient également convaincus que l’évolution ultérieure du pays s’avérerait bénéfiquepourles deux peuples, gagnant ainsi l’approbation et la coopération des Arabes. Ces espoirs, cependant, furent vains.

Alors que les idéologues sionistes affichaientleurs attentes et la volonté d’atteindre leurs objectifs par des moyens pacifiques et par la coopération, le renouveau de la présence juive dans le Pays se heurta à une opposition arabe militante. Pendant un certain temps, de nombreux sionistes éprouvèrent des difficultés à comprendre et à accepter la profondeur et l’intensité du conflit, qui devint en fait un affrontement entre deux peuples considérant le pays comme leur – les Juifs en vertu de leur lien historique et spirituel, et les Arabes, du fait de leur présence multiséculaire sur cette terre.

Au cours des années 1936-1947, la lutte pour le Pays d’Israël s’intensifia. L’opposition arabe se fit plus âpre devant la croissance et le développement de la communauté juive. En même temps, le mouvement sioniste ressentit le besoin d’augmenter l’immigration et de développer l’infrastructure du pays afin de sauver le plus grand nombre possible de Juifs de l’enfer nazi en Europe.

L’inévitable affrontement entre Juifs et Arabes conduisit l’ONU à recommander, le 29 novembre 1947, la création de deux Etats à l’ouest du Jourdain – l’un juif et l’autre arabe. Les Juifs acceptèrent la résolution ; les Arabes la rejetèrent.

Le 14 mai 1948, conformément à la résolution de l’ONU de novembre 1947, l’indépendance d’Israël fut proclamée.

L’Etat d’Israël : du rêve à la réalisation

Le sionisme au XXIe siècle

Herzl prenant la parole au congrès sioniste de Bâle
(Office de presse du gouvernement d’Israël)
La Knesset (parlement d’Israël) en séance (Yoav Loeff)

La création de l’Etat d’Israël marqua l’aboutissement de l’objectif sioniste : l’obtention, pour le peuple juif dans sa patrie historique d’un foyer internationalement reconnu, garanti par le droit, où les Juifs seraient à l’abri des persécutions et à même de gérer leur propre destin et leur identité.

Depuis 1948, le sionisme s’est fixé pour mission de continuer à encourager le « rassemblement des exilés », ce qui a parfois nécessité un effort exceptionnel pour sauver des communautés en danger (physiquement et spirituellement). Il s’efforce également de préserver l’unité et la continuité du peuple juif, ainsi que d’assurer la centralité d’Israël dans la vie juive, partout dans le monde.

Tout au long des siècles, l’installation dans le Pays d’Israël a constitué un fil directeur reliant le peuple juif ensemble. Les Juifs du monde entier acceptent le sionisme comme un principe fondamental du judaïsme, soutiennent l’Etat d’Israël en tant que réalisation fondamentale du sionisme et s’enrichissent sur les plans culturel, social et spirituel du fait qu’Israël – membre de la famille des nations – constitue l’accomplissement dynamique et créateur de l’esprit juif.

 

 

  E-mail to a friend
  Print the article
  Add to my bookmarks
 

 

function ShowLink(strOBJ){ obj = document.getElementById(strOBJ); if (obj.value!= » »){ var LinkAttributesArray = obj.value.split(‘;’); strHref = LinkAttributesArray[0]; strTitle=LinkAttributesArray[1]; strTarget=LinkAttributesArray[2]; strName=LinkAttributesArray[3]; window.open(strHref,strName); } else alert(‘There is no selected articel !’); } function DeleteLink(strOBJ){ obj = document.getElementById(strOBJ); obj.value= »; } /* function SelectLink(strOBJ){ obj = document.getElementById(strOBJ); var strHref var strTitle= »; var strTarget= »; var strName= »; if (obj.value!= » »){ var LinkAttributesArray = obj.value.split(‘;’); strHref = LinkAttributesArray[0]; strTitle=LinkAttributesArray[1]; strTarget=LinkAttributesArray[2]; strName=LinkAttributesArray[3]; } else strHref = « http:// &raquo;; var args = strHref + « ; » + strTitle + « ; » + strTarget + « ; » + strName; var strDlgRet = window.showModalDialog(« /MFA/CMS/WebAuthor/Dialogs/HLink/Hlink.aspx »,args, »dialogWidth:700px;dialogHeight:365px;status:no;help:no »); if (typeof(strDlgRet) == « undefined ») return false; if (strDlgRet == « Cancel ») return false; if ( strDlgRet != «  ») obj.value=strDlgRet; } */ function SelectLink1(obj){ alert(obj.id) var oTextBox = document.getElementById(‘FullArticleLink1_AuthoringModeControlsContainer_oLinkURL’); var oHiddenAttributes = document.getElementById(‘FullArticleLink1_AuthoringModeControlsContainer_hiddenAttributes’); var strHref var strTitle= »; var strTarget= »; var strName= »; if (oTextBox){ if (oHiddenAttributes.value!= » »){ var LinkAttributesArray = oHiddenAttributes.value.split(‘;’); strHref = LinkAttributesArray[0]; strTitle=LinkAttributesArray[1]; strTarget=LinkAttributesArray[2]; strName=LinkAttributesArray[3]; } else strHref = « http:// &raquo;; } var args = strHref + « ; » + strTitle + « ; » + strTarget + « ; » + strName; var strDlgRet = window.showModalDialog(« /MFA/CMS/WebAuthor/Dialogs/HLink/Hlink.aspx »,args, »dialogWidth:450px;dialogHeight:265px;status:no;help:no »); //alert(strDlgRet) if ( typeof(strDlgRet) == « undefined » ) return false; if (strDlgRet == « Cancel ») return false; if ( strDlgRet != «  »){ // split returned string « HRef;Title;Target;Name » var aAttributes = strDlgRet.split(« ; »); strHref = aAttributes[0]; strTitle = aAttributes[1]; strTarget = aAttributes[2]; strName = aAttributes[3]; if (oTextBox){ oTextBox.value=strHref; //oTextBox.mf_name1=strName; //oTextBox.mf_target=strTarget; //oTextBox.mf_title=strTitle; oHiddenAttributes.value= »; oHiddenAttributes.value=strHref+’;’+strTitle+’;’+strTarget+’;’+strName; } } return false; }

Also available in

  English
  German
  Spanish
 
 

 merci a l ‘ambassade d’israel
     
Un Echo d’Israël

Abonnez-vous à Un Echo d’Israel

le 14-09-2007

Un écho d’Israël 36 : juillet – août 07

Éditorial

 

Histoire : Il y a 30 ans, la droite arrivait au pouvoir

 

Culture : le Centre Menahem Begin

 

Vie quotidienne : les réfugiés du Soudan

 

Les Samaritains, petite communauté aux origines assez floues

 

Teddy Kollek, Jérusalem et la Fondation de Jérusalem

 

Racines juives : Isaac et la Terre d’Israël

 

« Un secret bien gardé ? »

 

Le chant du mois et humour en final

 

Imprimer le numéro du mois

 

 
 

Adresse email :
Format de la lettre : HTML TXT
Inscription
Désinscrip.
Changer de format

Vous êtes dans : Accueil >> Un écho d’Israël > > Un écho d’Israël 36 : juillet – août 07

function VerifForm(){ adresse = document.news_form.adresse.value; var place = adresse.indexOf(« @ »,1); var point = adresse.indexOf(« . »,place+1); from = document.news_form.from.value; var place2 = from.indexOf(« @ »,1); var point2 = from.indexOf(« . »,place+1); if (((place > -1)&&(adresse.length >2)&&(point > 1)) && (document.news_form.nom.value!= » ») && ((place2 > -1)&&(from.length >2)&&(point2 > 1))) { document.news_form.submit(); } else { var erreurMsg= »; if (!((place > -1)&&(adresse.length >2)&&(point > 1))) erreurMsg = ‘- Entrez l\’adresse e-mail du destinataire!\n’; if (document.news_form.nom.value== » ») erreurMsg = erreurMsg + ‘- Entrez votre nom!\n’; if (!((place2 > -1)&&(from.length >2)&&(point2 > 1))) erreurMsg = erreurMsg + ‘- Entrez votre adresse e-mail!’; alert(erreurMsg); } } <!– document.write(‘ ‘); //–> <img name=’triangle1′ src=’biopics/deplierbas.gif’ class=’iconelien’ alt= » width=’16’ height=’14’ border=’0′ /> Envoyer l’article à un ami <!– vis[‘1’] = ‘hide’; document.write(‘

‘); //–>

<div id=’Layer1′ style=’display: block;’>

Destinataire :
(entrez l’email du destinataire)
De la part de
(entrez votre nom)
(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l’article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF



Rosh Hashana 2007 : Israël en chiffres
A l’aube de l’année 5768, selon le calendrier hébraïque, la (…) >lire la suite

Les fêtes juives d’automne
Le mois de tishri (cette année, du 13 septembre au 12 octobre), considéré (…) >lire la suite

67 soldats israéliens blessés par une roquette
Aucune roquette palestinienne tirée depuis la Bande de Gaza n’avait (…) >lire la suite

Découverte d’un tunnel de l’époque du Second Temple
Pendant 2000 ans, tout le monde ignorait jusqu’à son existence. Des (…) >lire la suite

Arrestation de jeunes néo-nazis en Israël
L’annonce de l’arrestation de huit jeunes membres d’une (…) >lire la suite

Toutes les nouvelles


RECHERCHER :

Google


Web
un-echo-israel

Le chant du mois et humour en final

Le chant du mois : « Quelqu’un »

Nous avons déjà traduit à plusieurs reprises des chansons d’Ehud Manor, l’un des plus grands paroliers qu’est connu Israël. Comme presque toutes les chansons de Manor, il s’agit d’une hymne que tout Israélien connaît par cœur. Qui est ce quelqu’un ? Dieu ? Un proche disparu ?

Quelqu’un, quelqu’un s’inquiète
s’inquiète pour moi là-bas là-haut
il vient et allume des étoiles
et elles tombent les unes après les autres

Nous sommes, circulons sur deux chemins différents
Jour et nuit dans leur longueur
Fatigués et affamés nous attendons le signe
Sur les voies poussiéreuses du temps
Nous nous rencontrons au bout des chemins

Au terme de longs jours,
Au terme de longues nuits
Je sais que tu es proche maintenant
Le printemps s’en est allé, l’été disparaît
La pluie vient

Quelqu’un, quelqu’un s’inquiète
s’inquiète pour moi là-bas là-haut
il vient et allume des étoiles
et elles tombent les unes après les autres

Paroles : Ehud Manor
musique : Matti Caspi

(Traduction : Jean-Marie Allafort)


Vendredi 27 juillet 2007

david dor nouveau clip

Ronen Akerman
The stars are out
David D’Or is on the road again, launching the first single from a live show album. The hit « All of the Stars » and the song « Caruso » (originally performed by Italian …
Full story

Or Barnea  

 pour voir cliquer sur la camera

merci a ynet

Cinéma
Par
Fortunée DWEK pour la CCFI
Mots-clé
méduses meduzot

Sur la chanson française de « La vie en rose » le film décrit la difficulté de vivre de personnages traumatisés qui avancent dans la vie comme des méduses jetées à la mer.

Les meduses La jeune fille à la dérive à la recherche de son enfance perdue, la jeune mariée paralysée par ses angoisses, la vieille femme rescapée de l’holocauste incapable d’exprimer ses émotions, la Philippine coupée de sa famille pour travailler en Israël, l’écrivaine murée dans la solitude, ne sont que plusieurs facettes d’un même état d’âme fait de souffrance existentielle.

Les destins se croisent et se décroisent à la Lelouche dans une ville, Tel Aviv,où tout commence et finit à la mer dans laquelle chacun se ressource. Le thème de la mer est d’ailleurs omniprésent tout au long du film : le bateau, symbole de délivrance mais aussi de lien social entre différentes cultures, la bouée qui permet de garder la tête hors de l’eau, et bien sûr les méduses qui se déplacent au gré des courants.

A travers ce film c’est la société israélienne moderne qui est décrite : elle n’échappe pas aux problématiques de la société occidentale : racisme, violence, solitude, sans-abri, chômage, vieillesse, divorce et familles recomposées, boulimie-anorexie. Mais il aborde aussi le traumatisme de la guerre avec ses voisins et celui de la Shoah, dépeint le cosmopolitisme propre à ce peuple confronté à la barrière de la langue, certes, mais surmontée par un langage universel qui s’appelle la solidarité, la générosité, le partage qui guérit de tout…. ou presque.

Le tout filmé de main de maître qui lui a valu le prix de Caméra d’Or au Festival de Cannes 2007. Bien mérité.

Par Fortunée DWEK, enseignante à l’ORT et écrivain
Pour en savoir plus sur l’auteur

MEDUZOT (LES MEDUSES) un film de Etgar Keret et Shira Geffen, durée 1h18, sortie le 5 septembre 2007. Un film PYRAMIDE DISTRIBUTION

En savoir plus sur sa sortie

L’histoire de trois femmes à Tel-Aviv aujourd’hui. Trois récits de quête solitaire du bonheur, qui s’entrecroisent et tournent autour de la plage de Tel-Aviv, décor central qui inspire et aspire les personnages. Satire pleine d’humour, allégorie d’une génération perdue, Les Méduses brosse le portrait actuel, tendre et féroce, des jeunes Israéliens.

Commentaires en vidéo

                                                                                         

                                                                                                                                                                Israël , Etat refuge ?
Editorial de la semaine di 14/07/2007

Par Guy Senbel pour Guysen International News

Vendredi 13 juillet 2007 à 00:26

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur la question des réfugiés en provenance du Soudan qui, depuis des mois, et par centaines, trouvent asile en Israël. Dans la nuit de mercredi à jeudi, des dizaines d’entre eux se sont introduits en Israël via l’Egypte. Les gardes-frontières de Tsahal ont accueilli d’un « Bienvenue en Israël » ces ressortissants d’un pays ennemi d’Israël.

Ces mots d’accueil, auraient pu être prononcés par le sergent chef de la brigade des Guivati, Arbel Reich (Z.’L.), agé de 21 ans. Arbel a été tué à Gaza, jeudi 12 juillet 2007, dans une attaque revendiquée par la branche armée du Hamas.

Les réfugiés soudanais ne souhaitent pas rester dans l’Egypte qu’ils traversent. Misérables, traqués, battus, ils ne cherchent pas à se refugier dans un autre pays qu’Israël. 5000 personnes auraient franchi la frontière égypto-israélienne depuis le début de l’année.
Certains immigrants clandestins sont des rescapés de l’enfer, ils ont fui les massacres perpétrés au Darfour par les milices islamistes proches du régime d’Omar Al-Bachi. D’autres espèrent tout simplement trouver un avenir meilleur, dans un pays libre.

Les villes d’Eilat ou de Beer Sheva proposent à ces réfugiés une aide sociale d’urgence tandis que plusieurs kibboutzim du Néguev offrent le gîte et le couvert. En échange de petits travaux, ils gagnent leurs premiers Shekels.
Mardi 10 juillet, encouragés par des associations humanitaires israéliennes qui considèrent que l’Etat ne s’est pas suffisamment mobilisé, des dizaines de réfugiés du Darfour ont campé devant la Knesset à Jérusalem, en guise de protestation… Le lendemain matin, le ministre de la Sécurité intérieure, Avi Dichter, a promis de mettre en place une structure qui permettrait d’accueillir près de mille réfugiés soudanais, dans le Néguev.

Israël, qui a participé à l’aide d’urgence pour le Darfour, à hauteur de cinq millions de dollars, n’expulsera pas les réfugiés soudanais vers leur pays d’origine. Le ministre soudanais de l’Intérieur, Zubari Bachir Taha, a déclaré qu’il voulait « régler le compte des réfugiés soudanais qui avaient osé émigrer en Israël », expliquant qu’ils seraient sévèrement punis s’ils décidaient un jour de rentrer dans leur pays…

Israël et les Israéliens se disent prêts à continuer d’accueillir les réfugiés du Darfour, comme Menahem Begin avait accueilli les « boat people » que le monde entier laissait périr en mer. C’est l’honneur d’Israël, et des régimes démocratiques en général, que de sauver des vies ; l’accueil, l’hospitalité, le partage sont des valeurs fondatrices de nos sociétés. Elles doivent s’appliquer à tous, sans idéologie, ni préjugé.

Depuis deux ans, depuis le désengagement israélien de Gaza, Israël compte 8 000 réfugiés de l’intérieur, qui n’ont pas encore trouvé de solution définitive à leur problème de logement, de travail, d’avenir. Ceux que la presse internationale n’hésitait pas à appeler les « colons de Gaza », expulsés de chez eux au nom de la paix, dans les larmes et sans violence, portés par leurs frères, devront au cours de cet été quitter les habitations provisoires sans que l’Etat ne soit en mesure de leur apporter la solution promise, la compensation attendue, la dignité retrouvée.

Ces Israéliens qui furent installés dans le Goush Katif puis expulsés de ce même Goush Katif sont aujourd’hui dans la misère et la crainte d’un lendemain sans toit, et eux, ce ne sont pas les organisations humanitaires internationales, qui viendront les assister. Avec la libération des soldats kidnappés, c’est une des missions d’urgence du gouvernement.

Ce soir, nos pensées vont vers Ehoud Goldwasser, Eldad Reguev, Guilad Shalit, les trois soldats de Tsahal enlevés il y a un an par le Hamas et le Hezbollah. Ce soir nos pensées vont vers les parents et les proches de Arbel Reich (Z.’L.), le premier soldat de Tsahal tué à Gaza depuis le début de l’année. Arbel sera enterré au cimetière de Misgav vendredi 13 juillet, à 11H00.

Nos pensées vont aussi vers Judith Weber (Z.’L.), la doyenne des journalistes de Guysen. La romancière bien aimée de nos plus fidèles lecteurs, s’est éteinte. Grâce lui soit rendue. Pour son humour, son talent, sa générosité.

Chabbat Shalom,

le cine israelien grand succes (ou sont les cineastes du hamas du fatah et du hezbollah)

INTERVIEW diasporablogj de… GAD ABITAN, Critiqu…

5 Juillet 2007

INTERVIEW
diasporablogj
de…

GAD ABITAN,
Critique de cinéma
à L’ARCHE

Le cinéma israélien est en plein essor. Un public de plus en plus nombreux et une critique internationale entièrement acquis à sa cause. Etrange paradoxe. Israël est à la fois la cible de tous les maux de la terre sur le plan politique et salué pour la force de sa démocratie, la vitalité de sa culture, le dynamisme de son cinéma.
Du jamais vu. Les salles de cinéma française ont mis en circulation pas moins de trois films estampillés ISRAEL en l’espace d’un mois. Rappelons-les pour mémoire et pour vous inviter à remplir les salles où ces films sont programmés : « THEHILIM » de Raphaël Nedjar, « LA PETITE AMIE D’EMILE » de Nadav Lapid et le dernier qui vient de sortir et qui fait un tabac dans la presse « THE BUBBLE » d’Eytan Fox (le réalisateur de l’excellent »TU MARCHERAS SUR L’EAU »). La distribution de la Caméra d’Or du Festival de Cannes cette année « LES MEDUSES » d’Etgar Keret et Shira Geffen est annoncée pour le 5 septembre.

Une telle efferscense autour du cinéma israélien méritait des explications. Nous les avons demandées à l’un des meilleurs spécialistes du cinéma israélien, Gad Abitan.
Gad Abitan est connu des lecteurs du mensuel de la communauté juive L’ARCHE où il signe chaque mois les critiques de films. Il se consacre actuellement à l’écriture de scénarios et au développement de projets de films documentaires. Il vient de se voir attribuer une bourse par le Centre National du Livre pour l’écriture d’un livre sur le cinéma israélien. Cet ouvrage attend d’être édité.

Une caméra d’Or cette année au Festival de Cannes. Trois films en l’espace d’un mois à l’assaut du public français, dont le dernier THE BUBBLE d’Eytan Fox (« TU MARCHERAS SUR L’EAU ») qui sort ce mercredi. On n’a jamais vu un cinéma israélien aussi présent. sur les écrans. Comment expliquez-vous l’intérêt du public pour ce cinéma ? Selon vous qu’est-ce qui fait son succès ?

Gad Abitan : C’est la seconde fois qu’un film israélien est récompensé par la Caméra d’Or à Cannes. Le premier, « MON TRESOR » de Kener Yedaya en 2004 a été un évènement marquant pour le cinéma israélien encouragé à plus d’audace et de rigueur dans ses choix artistiques. Les Méduses confirme l’impressionnant succès que remporte le cinéma à l’étranger. En effet, l’intérêt du public pour le cinéma israélien a pour épicentre les Festivals où ils sont depuis plusieurs années invités et souvent primés, que ce soit à Cannes, Berlin , Sundance , Montreal ou, pour les moins connus, Montpellier !. C’est d’abord l’engouement des distributeurs qui entraîne l’intérêt du public. Rappelons les succès des films comme « La vie selon Agfa » de Assi Dayan, kadosh de amos gitai ou « Mariage tardif » de dover kosashvilli. . Ces films pour la plupart soutenus POUR LEUR DISTRIBUTION en France, par le Centre National du Cinéma, ont un public de base, un public acquis. Les distributeurs le savent bien. Il s’agit du public juif avide de films parlant en hébreu, avide de tout produit provenant d’Israël et qui souvent sort déçu de la projection. Comme se pourrait être le cas du film de eytan fox relatant une relation amoureuse entre un israélien et un palestinien futur kamikaz.Autre explication à ce phénomène, c’est ce regard qu’ont les cinéastes israéliens sur lEUR société QUI donne d’Israël une image inhabituelle, différente de ce que nous montre les médias audio-visuels. On découvre un autre visage d’Israël, PLUS COMPLEXE PLUS HUMAIN ET moins stéréotypé. C’est ce que recherche les professionnels du cinéma, mais aussi une partie du public qui fait le succès de ce cinéma.

D’un côté l’image d’un pays fort contesté, de l’autre un cinéma en plein essor qui attire un public de plus en plus large. N’y a-t-il pas là un paradoxe ?

G. A : C’est tout le contraire du paradoxe justement. Un pays fortement contesté par les images plates, uniformes que projEte la Télé à travers le monde révèle subitement un cinéma tourné vers les réalités d’une société ATTACHANTE, multiple, et donne de cette société une vraie dimension humaine dans toute sa complexité. Le public de ces films est attiré par tout ce que les médias ne veulent pas montrer ou ne peuvent leur donner, c’est-à-dire l’image tridimensionnelle profonde de l’individu israélien.

Le conflit israélo-palestinien a été longtemps au cour même de nombreux films israéliens, Cette fois, comme l’attestent les réalisations les plus récentes, on observe un certain recul de la part des cinéastes israéliens sur ce sujet. Le conflit ne passe plus qu’en arrière-plan. Quelle signification donnez-vous à cette évolution ? Faut-il voir là une rupture entre l’intellectuel israélien et le politique ? Chacun sa sphère de compétence en somme.

G. A : Le thème du conflit israélo-palestinien n’est pas abandonné. Il taraude toujours autant les cinéaste israéliens qu toute la société. La preuve THE BUBBLE. La preuve : les films d’Amos Gitaï, son dernier film Free Zone ainsi que son court métrage participant AU FILM au film hommage du 60éme anniversaire de Cannes diffusé également sur ARTE. On peut voir BEAUFORT où le conflit avec le Liban est abordé ou LA VISITE DE LA FANFARE en ce qui concerne la paix un peu froide ou hésitante avec l’Egypte. En compétition au festival de jérusaleme, LES ETRANGERS, film franco-israélien de Erez Padmor et GuY Nattiv, qui se déroule à Berlin et à Paris sur la relation entre une palestinienne et un israélien, s’inscrit aussi dans ce courant-là. Même si on note dU recul, ce thème reste encore très présent dans le cinéma israélien actuel. Par contre, Non, on ne peut pas dire qu’il y rupture entre les intellectuels israéliens et le politique. Plus que partout ailleurs ils sont complètement engagés, impliqués dans la sphère politique. Et d’ailleurs, l’israélien est, par essence, politique. L’un est indissociable de l’autre. Il ne peut pas se satisfaire de la neutralité.

Comment définiriez-vous ce cinéma ? Y a-t-il une école israélienne du cinéma ? Une marque particulière reconnaissable comme on reconnaît le cinéma américain ou français ?

G. A. : C’est difficile de définir le cinéma israélien. On pourrait dire qu’il y a autant d’écoles de cinéma que de cinéastes en Israël où les vraies écoles de cinéma se sont multipliées ces dernières années comme des champignons après la pluie, chacune avec son influence et sa conception du cinéma. Mais on ne peut parler de quelque courant ou vision cinématographique typiquement israélien, le cinéma israélien étant, en réalité, le reflet de celui qui le fait. C’est un cinéma individuel, qui évolue selon ses envies, ses habitudes, ses cultures. IL peut aussi se définir par la simplicité des scénarii qu’il traite avec des moyens limités et une technicité sans esbroufe et sans jamais essayer de concurrencer les grosses productions américaines ou européennes. On réalise des films avec les moyens du bord, certains tournés en vidéo.En ce qui concerne les références des cinéastes, elles sont peu visibles. En tout état de causes, ils y font peu d’allusions. On commence à peine à reconnaître l’influence du cinéma israélien de divertissement des années 60 – 70 sur la nouvelle génération des réalisateurs israéliens à travers clins d’oil et hommages comme dans le film de R. Alexandrovitz « Le Voyage e James à Jérusalem, ironique rappel du Salah Shabati d’Ephraim Kishon.

Vous qui connaissez bien et le cinéma israélien et le public israélien, quel lien existe-t-il entre ces deux axes ? Le public israélien aime-t-il son cinéma ? Le public israélien le défend-il ?

G. A. : Longtemps le cinéma israélien a été boudé par son public qui est l’un des plus cinéphiles au monde (en 64, le film de Kishon est vu par 2000 000 spectateurs, ce qui correspond à près de la moitié de la population de l’époque !). Malheureusement, le spectateur est plutôt attiré vers le cinéma hollywoodien. Le conflit israélo-palestinien ou israélo-arabe a tendance à le faire fuir des salles, surtout à la fin des années 80′ lorsque ce thème était devenu presque une sorte d’obsession des cinéastes.Aujourd’hui, le public semble repris confiance en son cinéma car il se reconnaît mieux dans les films qui lui sont proposés : Au bout du monde à gauche de Avi Nesher vend plus de 650000 BILLETS ALORS QUE SA distribution en France il y a deux ans est un flagrant echec. En Israël, les meilleurs comédiens deviennent vite des stars, ce qui ajoute à la popularité des films nationaux et améliore leur diffusion. On peut aussi mettre cette évolution sur le compte du FILM FUND, l’équivalent du CNC, qui a beaucoup fait pour la promotion du cinéma israélien, à l’intérieur du pays (projections et débats dans les écoles ou dans les bases militaires) comme à l’extérieur dans les festivals et l’encouragement des coproductions, beaucoup avec la France. Et là il faut rendre un hommage particulier à Katriel Schrory et à David Lipkind, son adjoint, pour le travail de fond qu’ils ont accompli depuis de nombreuses années. Les graines qu’ils ont semées commencent à porter leurs fruits. Un juste hommage sera consacré à Katriel Shory au prochain Festival de Jérusalem.

Le cinéma israélien vous paraît-il être le meilleur ambassadeur pour l’image d’Israël à travers le monde ?

Très certainement ! Les Israéliens ont compris cela récemment, notamment grâce à l’avènement d’Amos Gitaï et à son cinéma critique des institutions et vis-à-vis de la politique gouvernementale dans les territoires.Les Israéliens ont su donner libre cours à l’esprit d’indépendance de ce cinéma. Il y a dans ce cinéma une vérité qui ne trompe pas. C’est la raison pour laquelle le cinéma israélien d’aujourd’hui est le garant le plus sûr pour l’image d’Israël (même si certains cinéastes donnent l’impression d’exagérer volontairement leurs revendications). Son meilleur ambassadeur, plus que certains dont c’est le métier et qui sont trop bien payés pour, très souvent, le mal faire.Le cinéma israélien a su montrer avec force son sens du courage, son authenticité, sa liberté de ton. Surpris, les gens à l’extérieur en ont été, par contre coup, fort impressionnés.

Propos recueillis
par Bernard Koch

Lien : http://diasporablogj.blogspot.com/2007/07/interview-diasporablogj-de.ht

« The Bubble » d’Eytan Fox – Film, sortie nationale 4 juillet

Trois jeunes israéliens : Noam, disquaire, Yali, gérant de café et Lulu, vendeuse dans une boutique de produits de beauté, partagent un appartement dans un quartier branché de Tel-Aviv, symbole de cette « bulle », surnom donné à la ville.

Dans ce cocon quasi déconnecté de la réalité des territoires et des conflits politiques qui agitent le pays, ils mènent une existence tout à fait ordinaire, préférant se concentrer sur leur vie amoureuse, jusqu’à l’arrivée d’Ashraf, un Palestinien dont Noam tombe amoureux lors d’un incident au Check Point de Naplouse …

Prix CICAE, Festival de Berlin 2007 Prix du public, Festival de Berlin 2007, après le succès de son précédent film : « Tu marcheras sur l’eau ».

Renseignements : www.advitamdistribution.com/

the Bubble

word pdf télécharger le dossier de presse

the Bubble 1 the Bubble 2 the Bubble 3 the Bubble 4 the Bubble 6 Eytan Foxpour télécharger l’image en grande taille, faites un click-droit…

pour toute autre information, contactez nous par mel

a voir absolument super film

ambiance juive garantie du film


Raphael Nadjari

TEHILIM (RAPHAEL NADJARI)
Qui c’est ? Cinéaste qui ne connaît pas de frontières
Pour ceux qui ne le sauraient pas, les Tehilims sont les psaumes de David. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, Raphael Nadjari, talent singulier, est un cinéaste inspiré tantôt de la nouvelle vague (Shade), tantôt du film noir (Avanim), toujours stimulant pour l’œil et l’esprit. Sa présence en compet fait plaisir.

presentation

ce blog est un blog sioniste a 200 % il montre l'autre verite celle que l'on ne veut pas voir, aussi bien d' eretz israel. (il parlera du peuple juif , d'eretz israel et de leurs contributions dans le monde, de judaisme, de musique israelienne et juive ect... ) que du monde islamique, (dhimminitudes, charia, integrisme, coran en toute liberte ect..) il n'est pas raciste ou xenophobe et ne veut froisser ou humilier personne bien au contraire, il veut ouvrir les yeux de certains c'est simplement une autre information, un autre point de vue, une autre verite, une autre ouverture sur eretz israel, le peuple juif et le monde islamique

Blog Stats

  • 99,971 hits

Articles les plus consultés