Israël fait entrer des marchandises et équipements dans la Bande de Gaza par tonnes. Mais les tunnels de contrebande avec l’Égypte continuent à fonctionner. L’Égypte en a trouvé 580 depuis le début de l’année…

Des mitraillettes, des mines,… du TNT ou une voiture dans le panier

On se demandait comment les forces égyptiennes pouvaient ne pas voir les centaines de tunnels gazaouis aboutissant en Égypte. La corruption couplée à de bas salaires des fonctionnaires égyptiens étant l’une des réponses, et sans doute une certaine mollesse politique. Mais Le Caire s’est peut-être rendu compte qu’avoir un voisin islamiste n’était pas une bonne idée et s’efforce donc de freiner les trafics. Des tunnels sont découverts. 580 depuis le début 2010, dont 16 suffisamment grands pour faire passer des voitures…

L’agence de presse Maan nous apprend que ce lundi des mitraillettes, munitions, grenades, gilets pare-balles, mines et 150 kilos de TNT ont été saisis à Rafah, ville frontalière Des tunnels ont été trouvés. L’un d’entre eux assez grand pour faire passer une voiture. Ce que ne dit pas l’agence c’est que des missiles ou autre armement important peuvent également y passer… On pense aux missiles anti-aériens qui menacent potentiellement les vols passant près de la Bande de Gaza et qui contraignent les forces de sécurité à prendre des mesures dissuasives rigoureuses.

Pas de crise humanitaire en vue mais peintures, Mercedes et pisciculture

Une vidéo postée sur le site de cette même agence de presse montre de jeunes femmes dûment voilées en train de peindre une fresque sur le mur d’un complexe de l’UNRWA. Une première nous dit-on car hommes et femmes ont participé à ce même projet…se tenant néanmoins à distance. Rien ne manque : ni les jolies couleurs pastel, ni les pinceaux, ni même le maquillage de ces femmes artistes apparemment bien dans leurs baskets. Il y a même un parasol pour les abriter du soleil. Dans la rue de ce quartier tranquille aux trottoirs bordés d’arbres on voit circuler des Mercedes parmi les voitures. On est bien loin de la caricature d’une crise humanitaire ou d’une prison à ciel ouvert…Il est à noter que ce reportage est l’un de ceux de la série « Voici notre pays, » qui montre « les défis et réussites de Palestiniens » et ont été tournés aussi dans « des villes qui sont maintenant en Israël. » Seule la journaliste n’est pas voilée.

Un autre reportage montre un élevage de poissons qui semble très moderne et disposer de tous les équipements nécessaires. Mais là, pas de femme en vue, même voilée. Les pêcheurs de Gaza ne peuvent pêcher en mer nous dit-on à cause des Israéliens qui n’acceptent pas que les bateaux s’éloignent trop du rivage – ils ont raison d’être prudents car qui sait ce qui pourrait être pêché alors…- . Et l’eau qui en est proche est polluée car les égouts ne peuvent être réparés – toujours à cause des Israéliens…-. Vrai ou faux. Quoi qu’il en soit il y a de la pisciculture même là où il y a accès à la mer, cela étant très productif. Dans ce reportage les piscines sont pleines et il y a là de quoi nourrir pas mal de Gazaouis…

Publicités