Daniel
 Pipes

Page d’accueil    |    Articles    |    Annulation

Faire l’éloge de l’esclavage militaire

par Daniel Pipes
18 mai 2010

http://fr.danielpipes.org/blog/2010/05/faire-leloge-de-lesclavage-militaire

Version originale anglaise: Praising Military Slavery
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Si Saleh Al-Fawzan
, une figure emblématique religieuse saoudienne justifie l’esclavage en
Islam, pourquoi un écrivain égyptien ne ferait-il pas l’éloge de la
pratique musulmane de l’esclavage ?

Dans un article intitulé The Polity of Islam and the Treatment of Slaves ( le système politique de l’islam et le traitement des esclaves) figurant sur le site web populaire de nouvelles en langue arabe Moheet (traduction en anglais ici ) Mu’min ad-Dassuqi adoucit et chante les louanges du système musulman de traite d’esclaves

« En islam les esclaves étaient traités
correctement et de grandes figures sont issues de l’esclavage, surtout
à l’époque des Mamelouks qui gouvernaient le monde. En d’autres termes,
les esclaves ne furent pas traités d’une manière qui ne respectait pas
leur humanité et leur dignité. »

Les Mamelouks auxquels il est fait référence furent les
souverains-esclaves d’Egypte de 1250 à 1517 ap.J.C, certainement la
dynastie la plus bizarre dans l’histoire du monde. Dassuqi raconte
l’éducation d’un soldat esclave typique, sa progression dans le système
pour aboutir à la possibilité de devenir chef d’Etat- tout cela sans
jamais devenir libre.

Commentaires

1. Dassuqi utilise mon livre de 1981, Slave Soldiers and Islam (résumé ici ) comme repoussoir pour son riff.

2. Il déforme ce que j’ai écrit. Pour commencer, il prétend
que j’ai « attaqué la religion islamique », qui est quelque chose que
je n’ai jamais fait. Je le mets au défi d’apporter les preuves de cette
déclaration.

3. Comme on pouvait s’y attendre, Dassuqi se trompe dans
les faits historiques de base. Pour commencer, les Mamelouks n’ont
certainement pas « gouverné le monde » ; l’Egypte et la Syrie, oui, et
de temps en temps le Hijaz et la Libye, mais pas plus.

4. Il trompe [les gens] en comparant les esclaves
ordinaires en Occident aux esclaves d’élite dans le monde musulman.
Prodiguerait-il de semblables louanges pour la condition des misérables
Zanj
, les esclaves africains en Irak ou pour les esclaves de sexe féminin à
travers les siècles ? Même parmi les esclaves d’élite, il est ridicule
de prétendre qu’ils jouissaient du respect de « leur humanité et
dignité ». L’esclavage fut toujours inhumain et indigne.

5. Cette justification de l’esclavage militaire me choque.
Durant mes longues années de travail sur ce sujet dans les années 70,
j’avoue qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit que les musulmans
pourraient un jour adhérer à cette institution repoussante d’autrefois.

6. « Tout ce qui est musulman est bien » semblerait être la
mentalité de Dassuqi. Le fait qu’il défende l’indéfendable indique le
présent état de domination islamiste et l’appauvrissement moral
musulman.

Un aussi atroce article comme est celui de Dassuqi,
soutient la comparaison avec l’expérience que j’ai eue il y a juste une
décennie avec un diplomate égyptien. Voici une lettre que j’ai écrite
le 9 décembre 1999 à l’ambassadeur Ahmed Aboulgheit à la Mission
Permanente de la République arabe d’Egypte aux Nations-Unies à New-York.

Je vous écris pour protester à propos du comportement d’un membre de votre personnel, Mr Ahmed Darwish.

Mr Darwish, le 8 décembre, est venu en tant qu’invité à une
réunion sur l’esclavage au Moyen-Orient financée par mon organisation,
le Middle East Forum. A un moment, quand agissant comme
président (modérateur), j’ai mentionné que j’avais écrit un livre sur
l’esclavage et que j’ai commencé à parler du traitement de cette
question dans le saint Coran, Mr Darwish m’a interrompu bruyamment et
grossièrement. ; Il a demandé la parole et ne m’a pas laissé continuer
à parler. A plusieurs reprises je lui ai demandé de se taire de façon
que je puisse continuer à poursuivre mon analyse, lui offrant la
possibilité de s’exprimer par la suite. Il a maintes fois refusé de le
faire, au lieu de cela m’insultant et annonçant qu’il voulait « mourir
pour l’islam ».

Ce n’est que lorsque j’ai appelé les agents de sécurité
pour qu’ils viennent dans la pièce où notre réunion avait lieu, que Mr
Darwish a pris congé. Même alors, son comportement grossier a continué
en exigeant (et obtenant) de mon personnel la restitution de l’argent
qu’il avait payé pour le déjeuner.

Un certain nombre de personnes présentes, y compris
plusieurs femmes, ont, plus tard, exprimé leur crainte que Mr Darwish
fut armé et puisse avoir recours à la violence. Pour votre information
tout cet échange est enregistré sur cassette, si vous désirez
l’entendre.

Monsieur l’ambassadeur, j’ai eu le privilège de vivre trois
ans dans votre pays et ce n’est pas la manière d’agir des Egyptiens- et
surtout pas d’un diplomate qui représente son pays. Je souhaite que
vous fassiez une déclaration publique pour blâmer Mr Darwish et que
vous me présentiez des excuses à moi, et à travers moi , à tous ceux
qui assistaient à la réunion d’hier.

David Steinmann, qui assistait à cette manifestation, a aussi écrit à Aboulgheir le jour d’après

Je regrette d’avoir à vous écrire en rapport
avec un scandale fâcheux causé par un des membres de votre personnel,
Mr Ahmed Darwish, lors d’une récente manifestation parrainée par le
Forum à New York.

Le manque de modération et la capacité de violence perçue
dans la conduite de Mr Darwish ont alarmé et effrayé beaucoup de gens
présents à notre forum. Jamais avant nous avions eu à appeler la
sécurité pour les personnes venant à une de nos réunions et je suis
tout à fait désolé de dire que ce fut occasionné cette fois par un
diplomate égyptien.

Que Mr Darwish ait dit au Dr Pipes, notre directeur et un
érudit de renom, qu’il n’était pas qualifié ou autorisé à avoir une
opinion ou à parler de quoi que ce soit ayant trait au Saint Coran va à
l’encontre de tout ce que croient les Américains à propos d’une société
ouverte, de la libre expression et des travaux de recherche
universitaire. Je puis vous assurer qu’aux yeux des gens présents, son
éclat a causé beaucoup de tort à la fois à la perception de l’Egypte
aussi bien qu’à notre compréhension de la façon dont ces types de
sujets sont ou ne sont pas traités au Moyen-Orient.

J’espère que vous prendrez les mesures appropriées pour
faire amende honorable pour la conduite de M.Darwish et faire en sorte
que ce genre de comportement ne se répète pas de la part d’un
représentant de votre beau pays.

Thèmes connexes:  Esclavage, Histoire

Il est permis de
reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu’il soit présenté
dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies
à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son
URL originale.

Advertisements