Daniel
 Pipes

Page d’accueil    |    Articles    |    Annulation

Au Moyen-Orient, on mise sur le cheval fort

par Daniel Pipes
National Review Online
16 février 2010

http://fr.danielpipes.org/7975/moyen-orient-cheval-fort

Version originale anglaise: In Mideast, Bet on a Strong Horse
Adaptation française: Johan Bourlard

La violence et la cruauté des Arabes troublent souvent les Occidentaux.

Ce n’est pas seulement le leader du Hezbollah qui proclame « Nous aimons la mort », mais également, pour ne prendre qu’un exemple, un homme de 24 ans
qui, le mois dernier, hurlait « Nous aimons la mort plus que vous
n’aimez la vie » quand il a percuté avec sa voiture le Bronx-Whitestone
Bridge, un pont de New York. Quand, dans la ville de Saint-Louis, deux parents
ont commis un crime d’honneur sur leur fille adolescente en la
poignardant à treize reprises au moyen d’un couteau de boucher, le père
palestinien criait : « Meurs ! Meurs vite ! Meurs vite !… Silence,
petite ! Meurs, ma fille, meurs ! » et la communauté arabe locale de le
soutenir ensuite face aux accusations d’assassinat. Récemment, un prince d’Abu Dhabi
a torturé un marchand de grain qu’il accusait de fraude ; en dépit de
la vidéo atroce diffusée sur les chaînes de télévision du monde entier,
le prince a été acquitté tandis que ses accusateurs ont été condamnés.

Sur une échelle plus large, on a dénombré 15 000 attaques terroristes
depuis le 11 Septembre. Dans l’ensemble du monde arabophone, les
gouvernements s’appuient davantage sur la brutalité que sur l’autorité
de la loi. Le désir ardent d’éliminer Israël persiste encore et
toujours même quand sévissent les insurrections, dont la dernière en
date a éclaté au Yémen.

À propos de la pathologie qui touche la politique arabe, il
existe plusieurs excellents essais d’explication dont certains ont ma
préférence : les études réalisées par David Pryce-Jones et Philip Salzman auxquelles il faut désormais ajouter The Strong Horse : Power, Politics and the Clash of Arab Civilizations (Le cheval fort : le pouvoir, la politique et le choc des civilisations arabes), une analyse captivante et néanmoins fouillée et remarquable de Lee Smith, correspondant au Moyen-Orient pour le Weekly Standard.

Smith s’inspire d’une parole prononcée par Oussama Ben Laden
en 2001 : « Quand les gens voient un cheval fort et un cheval faible,
par nature, ils aimeront le cheval fort. » Ce que Smith appelle le
principe du cheval fort consiste en deux éléments simples : la prise du
pouvoir et la conservation de celui-ci. Ce principe est prédominant
car, dans le monde arabe, la vie publique n’a « aucun mécanisme de
transition pacifique ni de partage du pouvoir, raison pour laquelle les
conflits politiques sont vus comme un combat à mort entre des chevaux
forts ». La violence, constate Smith, est « au cœur de la vie
politique, sociale et culturelle du Moyen-Orient arabophone ». Plus
subtilement cela implique de garder un œil vigilant sur le prochain
cheval fort par rapport auquel il faut se positionner et peser le pour
et le contre.

Selon Smith, c’est ce principe du cheval fort, et non
l’impérialisme occidental ou le sionisme, « qui a déterminé le
caractère fondamental du Moyen-Orient arabophone ». La religion
islamique elle-même s’est coulée dans le moule ancien de
l’autoritarisme, celui du cheval fort, qu’elle a promu. Mahomet, le
prophète de l’islam, était un homme fort en plus d’être une
personnalité religieuse. Les musulmans sunnites ont régné pendant des
siècles « par la violence, la répression et la contrainte ». La célèbre
théorie de l’histoire
formulée par Ibn Khaldun se résume à un cycle de violence dans lequel
les chevaux forts remplacent les chevaux faibles. L’humiliation subie
par les dhimmis rappelle chaque jour aux non-musulmans que ce n’est pas eux qui font la loi.

L’angle d’approche adopté par Smith donne des éclairages
sur l’histoire moderne du Moyen-Orient. Il présente d’une part le
nationalisme panarabe comme un effort de transformation des petits
chevaux constitués par les États nationaux en un seul grand cheval et
d’autre part l’islamisme comme un effort destiné à faire retrouver aux
musulmans leur puissance. Quant à Israël, il fait office de « cheval
fort par procuration » à la fois pour les États-Unis et le bloc
égypto-saoudien dans le bras de fer, véritable guerre froide,
qui oppose ce dernier au bloc iranien. Dans un univers marqué par le
principe du cheval fort, la loi des armes séduit davantage que celle
des urnes. Dépourvus de cheval fort, les Arabes libéraux avancent peu.
En tant qu’État non arabe et non musulman le plus puissant, les
Etats-Unis rendent l’anti-américanisme à la fois inévitable et
endémique.

Ceci nous amène aux politiques menées par les pays non
arabes : ceux-ci, malgré leur puissance et leur réelle endurance,
échouent, souligne Smith. Être gentil – c’est-à-dire, se retirer
unilatéralement du Sud-Liban et de Gaza – conduit inévitablement à
l’échec. L’administration de George W. Bush a lancé, à juste titre, un
projet de démocratisation porteur de grands espoirs, pour ensuite
trahir les Arabes libéraux en ne menant pas ce projet à bien. En Irak,
l’administration a négligé la recommandation d’installer au pouvoir un homme fort favorable à la démocratie.

Le Druze Walid Joumblatt, chef politique libanais, avance l’idée d’attaques américaines à la voiture piégée à Damas.

Plus largement, quand le gouvernement américain recule,
d’autres (par exemple les dirigeants iraniens) ont l’opportunité «
d’imposer leur loi dans la région ». Walid Joumblatt,
un leader politique libanais, a suggéré, plus ou moins sérieusement,
que Washington « fasse sauter des voitures piégées à Damas » de façon à
faire passer son message et à montrer que l’Amérique a compris comment
les Arabes s’y prennent.

Le principe élémentaire et quasi-universel formulé par
Smith constitue un outil pour comprendre bien des aspects du monde
arabe, notamment le culte de la mort, les crimes d’honneur, les
attaques terroristes, le despotisme, la guerre… Tout en admettant que
le principe du cheval fort peut choquer les Occidentaux et leur
apparaître comme terriblement cruel, Smith insiste très justement sur
l’existence de cette froide réalité que ceux qui ne sont pas avertis
doivent reconnaître, prendre en compte et face à laquelle ils doivent
réagir.

Thèmes connexes:  Histoire, Politique étrangère américaine, Société moyen-orientale

Publicités