Un traitement du cancer plus précieux que l’or !

[Mercredi 18/11/2009 16:37]

L’institut
de technologie du Technion à Haïfa a inauguré un laboratoire proposant
un traitement du cancer tout à fait novateur, utilisant des particules
d’or et des rayons lasers.

Ce traitement n’est pas agressif, n’entraîne aucun effet secondaire
et n’attaque que les cellules cancéreuses, épargnant les cellules
saines voisines.

Le laboratoire lui-même se trouve au Centre interdisciplinaire pour
les sciences naturelles et l’ingénierie Laurie I. Lokey, construit en
2006 avec le soutien non négligeable – 30 millions de dollars – du
philanthrope Laurie Lokey.

Ce projet à la pointe de la recherche scientifique a éveillé
l’intérêt de la communauté médicale sur le plan tant local
qu’international, gagnant ainsi plusieurs prix permettant
l’intensification de la recherche. L’Union européenne a octroyé deux
million d’euros et la Fondation israélienne des sciences un million de
dollars à ce projet novateur.

Dans la lutte contre le cancer, l’argent est en effet le nerf de la
guerre : d’après un communiqué publié par le centre dirigé par le
Professeur Aaron Ciechanover, lauréat du prix Nobel, des millions de
dollars ont été investis pour équiper le nouveau laboratoire inauguré
la semaine dernière.

Dans le laboratoire multidisciplinaire sont effectuées des
recherches dans les domaines de la physique, l’optique, la biologie,
l’ingénierie et la nanotechnologie biomédicale. Le laboratoire est
actuellement engagé dans plusieurs projets novateurs, tous liés aux
diagnostics avancés et aux traitements médicaux.

« Nous illuminons la tumeur grâce à une fibre optique laser miniature endoscopique », explique le Dr
Dvir Yelin, un chercheur du centre. Et d’ajouter : « Le laser a deux
avantages. Premièrement, il est constitué de très courtes pulsions, de
millions de milliardièmes de secondes pouvant briser la cellule sans
chaleur. Et deuxièmement, le laser a une longueur d’onde correspondant
précisément à la fréquence sonore des nanoparticules, ce qui permet
d’augmenter fortement l’efficacité du laser. »

Dans ces conditions, le laser opère à une distance de quelques
nanomètres (un millionième de millimètre) de la nanoparticule et crée
une illumination laser suffisamment intense pour démanteler, par
ionisation, la matière se trouvant dans la cellule. Celle-ci meurt sans
porter atteinte aux cellules saines voisines.

Le traitement est lié à un nouveau diagnostic récemment développé
par un groupe de recherche dirigé par Hossam Haick, également du
Technion, dans lequel le médecin fait usage d’un test de respiration
utilisant une batterie de capteurs basés sur des nanoparticules d’or.
Ce test permet de distinguer la respiration d’une personne atteinte
d’un cancer du poumon d’un individu sain dans une atmosphère fortement
humide. L’équipe espère développer un test non agressif et bon marché
permettant de diagnostiquer le cancer du poumon, basé sur cette étude,
qui a fait la une des journaux scientifiques dans le monde après avoir
été publiée en août dernier dans le magazine        Nature Nanotechnology.

(Cf. : Les scientifiques israéliens écrivent de nombreux articles)

par
Yael Ancri

Publicités