PARACHA HAYE SARAH

Paris : Entrée 16h55  – Sortie 18h04

Lyon : Entrée 16h54 – Sortie 18h00

Marseille : Entrée 16h58 – Sortie 18h02

De quoi parle notre Paracha?

Les points principaux :

– Le décès de Sarah, à la suite de l’annonce de l’Aquedat Ytshak (ligotage d’Ytshak)

– Avraham fait l’acquisition de la caverne de Makhpelah pour y enterrer

Sarah

– Avraham charge Eliezer de trouver une épouse pour Ytshak

– Mariage d’Ytshak et Rivka

– Avraham se remarie avec Hagar, appelée désormais Kétoura

 

Notre parachah décrit la fin de l’époque d’Avraham, depuis la mort de Sara et le mariage d’Yitz’hak jusqu’à la mort d’Avraham. A la mort de Sara à ‘Hevron au pays de Canaan, Avraham a acheté un tombeau qui est le Ma’arat HaMakhpela. Dans sa vieillesse, il a fait jurer à son serviteur d’aller en mission dans le pays d’Avraham, d’où il a ramené Rivka comme épouse à Yitz’hak qui était installé dans le Néguev. Avraham a pris Ketoura comme épouse et a envoyé les enfants des concubines vers l’Orient. Il a eu une vieillesse heureuse et a été réuni à ses pères. A la fin de l’époque d’Avraham, on énumère les descendants d’Yichmaël et les lieux où ils se trouvent, avant de raconter la suite de l’histoire du peuple d’Israël par les descendants d’Yitz’hak.

 

Paracha HAYE SARAH en vidéo : http://www.espacetorah.com

 

LA HALAKHA DE LA SEMAINE ?

Dans la paracha, on fait allusion à la mitsva de prélever la halla. En effet, lorsque Rivka pénétra dans la tente de Sarah, la nuée, la fraicheur du pain et la longévité des nérot de Chabbat réapparurent.

Intéressons nous à la fraîcheur du pain ou plus précisément à la Mitsva de Halla.

De quoi s’agit-il ?

Lorsqu’on pétrit une pâte, il faut en prélever un petit morceau nommé halla, avant de l’enfourner. Si notre pâte contient au moins 1,680 kg de farine, on récitera la bérakha :

 « BAROU’H ATA ADO – NAÏ  ELO – HENOU MELE’H HAOLAM ACHER KIDECHANOU BEMITSVOTAV VETSIVANOU LEHAFRICH ‘HALLA»,

Puis on en séparera un morceau de la grosseur d’un oeuf.

Le morceau de halla prélevé doit être brûlé, ou enveloppé doublement dans un papier, (en signe de respect) avant de le jeter à la poubelle.

(Si notre pâte contient au moins 1,2 kg de farine, on prélèvera la halla sans réciter de bérakha.)

 

GARDE TA LANGUE

Faire attention et se garder

Il faut éviter le plus possible la question «Qu’est-ce qu’Untel a dit de moi ?» Et si quelqu’un nous demande «Qu’est-ce qu’Untel a dit de moi ?», si c’est possible, il faut lui répondre d’une façon qui ne soit pas vraiment un mensonge, tout en évitant la médisance. On lui répondra par exemple en citant certains de ses propos sans citer ceux qui sont contre la personne qui pose la question. Si l’on estime que l’autre n’acceptera pas cette réponse, il est permis de mentir à cause de la paix. Mais on ne doit pas jurer pour un mensonge, même si l’autre personne doit subir une grosse perte au cas où l’on refuserait de jurer. Si Chimon demande à Réouven «Qui m’a fait cela ?», même si Réouven comprend des paroles de Chimon qu’il le soupçonne, il lui est interdit de révéler qui a fait la chose. Même s’il a vu de ses yeux Lévi la faire, il doit dire «ce n’est pas moi qui l’ai fait».

 

LES CONSEILS DE LA SEMAINE

restons jeunes, restons zen!!!

Il existe chez un homme quatre causes de vieillissement :

1) la peur. Ainsi David vieillit à cause de la peur : « il était effrayé par le glaive……David était vieux » (Divrei Hayamim(21,30) (23,1))

2) les soucis causés par les enfants. Ceci est illustré par Héli : « il est devenu vieux à cause des soucis que lui donnaient ses enfants » (Chmouel 2,22)

3) une mauvaise femme. Ainsi les femmes idolâtres de Shlomo précipitèrent sa vieillesse (Melakhim11, 4)

4) la guerre. Yehochoua vieillit à la suite de la guerre contre les trente et un rois. (Yehochoua(12,24) (13,1))

Bien que la Tora précise qu’Avraham devint vieux, aucune de ces causes ne s’applique à lui. Au contraire, sa vieillesse fut pour lui une couronne de gloire et un honneur.  (D’après Midrash Tanhouma)

 

Le dollar et le frère

Les Garbovski étaient des Juifs de Russie typiques. Ils habitaient à Kiev en Ukraine dans un modeste logement avec leurs deux fils Igor et Vladimir. Ils ignoraient tout du judaïsme sauf qu’ils étaient juifs et ils désiraient par-dessus tout s’installer en Israël.
Vladimir, l’idéaliste, ne voulait pas attendre : il était certain que son diplôme d’ingénieur serait validé et qu’il trouverait très vite un travail. Mais Igor et ses parents préféraient attendre jusqu’à ce qu’ils aient amassé un petit pécule pour ainsi émigrer tous ensemble.
Un jour Vladimir annonça qu’il avait acheté son billet et… s’en alla seul.
Au début, malgré les difficultés que cela impliquait, il téléphonait régulièrement chaque semaine pour donner de ses nouvelles : il était devenu citoyen israélien, il apprenait la langue, il était hébergé dans un centre d’intégration, tout allait bien. On lui avait promis un poste d’ingénieur dès que possible.
Mais quelques mois plus tard, il n’était plus aussi enthousiaste : il n’était pas redevenu ingénieur et, entre temps, se contentait d’un poste de… jardinier ; il avait trouvé un logement précaire à Ramleh, une ville poussiéreuse où l’idéalisme n’était pas récompensé… Il semblait déprimé. Ses parents suggérèrent qu’il revienne quelques mois «au pays», le temps que toute la famille émigre ensemble. Mais Vladimir ne voulait pas en entendre parler, il se mit en colère : non seulement le gouvernement israélien ne l’aidait pas mais, de plus, sa famille se liguait contre lui ?
Il se mit à téléphoner moins souvent, les conversations étaient tendues et se terminaient mal. Jusqu’à ce qu’il arrête complètement de téléphoner.
Igor s’affola. Il fit appel à la police israélienne pour retrouver son frère mais sans succès. Il se sentait coupable : peut-être était-ce de sa faute, il avait été trop négatif, il aurait dû l’encourager davantage… Pour apaiser ses remords, il n’avait plus qu’à se rendre lui-même en Israël et y rechercher son frère.
Il connaissait déjà un peu la langue et s’intégra très facilement: il trouva un bel appartement à Tel-Aviv, s’installa comme agent immobilier pour le public russophone et réussit.
Mais comment retrouver Vladimir ? Le centre pour nouveaux immigrants avait perdu sa trace. Son appartement de Ramleh était vide et, tout ce que ses anciens voisins savaient, c’est que la dernière fois qu’on l’avait vu, il semblait vraiment très déprimé et désemparé.
La firme qui l’avait employé comme jardinier n’avait pas eu à se plaindre de lui pendant un mois mais, par la suite, il s’était plaint : ce n’était pas normal qu’avec ses diplômes, il en soit réduit à cette profession et il avait démissionné. On ne l’avait plus revu.
Igor employa les grands moyens : il contacta les médias russophones, lança des appels dans les radios russes, publia la photo de son frère mais en vain.
Il craignait le pire.
Au bout d’un an de vaines recherches, Igor décida soudain d’aller enquêter… aux Etats-Unis ! Après tout, de nombreux immigrants russes qui ne s’étaient pas intégrés en Israël avaient tenté le rêve américain. Bien que réalisant l’énormité du paradoxe – s’il n’avait pas retrouvé Vladimir dans le petit état d’Israël, comment le localiserait-il dans l’immensité du continent américain ? – il s’envola pour Los Angeles où vivait une importante colonie israélo-russe. Encore une fois, ses recherches n’aboutirent pas.
Il se rendit alors à New York où, un vendredi – alors que son billet de retour était prévu pour le dimanche soir – quelqu’un lui suggéra : «Si j’étais vous, j’irais demander une bénédiction au Rabbi de Loubavitch !»
«De quoi parle-t-il ?» se demanda Igor qui n’avait jamais entendu ces mots étranges.
– Rabbi ? Loubavitch ? Non, mon frère n’était pas du tout pratiquant, jamais il ne se rendrait chez un Rabbi !
On lui expliqua que le Rabbi de Loubavitch aidait les gens de façons parfois miraculeuse ; on lui raconta plusieurs anecdotes, comment le Rabbi avait résolu bien des problèmes lorsque les gens défilaient devant lui le dimanche matin et qu’il distribuait des dollars à remettre à la Tsedaka (charité).
De toute manière, Igor n’avait rien à perdre, il n’avait rien prévu pour le dimanche matin et, de plus, le Rabbi parlait le russe !
Comme on le lui avait dit, le Rabbi n’était pas austère ; il était chaleureux et amical. Alors Igor demanda : «Depuis un an, je recherche mon frère. Pouvez-vous m’aider ?»
Le Rabbi sourit, lui remit deux billets d’un dollar en recommandant : «L’un est pour vous, l’autre est à remettre à la Tsedaka et vous retrouverez votre frère !»
Septique, Igor remercia poliment le Rabbi, fourra les billets dans sa poche et reprit le métro pour préparer ses bagages. Puis il reprit l’avion pour Israël, sans plus penser à son entrevue avec le Rabbi, très banale en somme.
A son arrivée, il prit un taxi pour Jérusalem et, dès qu’il en sortit, cinq mendiants l’entourèrent pour lui demander de contribuer à des causes charitables. D’habitude il les ignorait mais, soudain, il se souvint des paroles du Rabbi : il mit la main dans sa poche, et, avec un grognement énervé, tendit un dollar au premier mendiant tout en pensant : «On verra bien si cette bénédiction se réalise…»
Mais il n’eut pas à attendre longtemps. L’homme à qui il avait tendu le dollar avait les larmes aux yeux et le regardait intensément. Il le fixa également et faillit s’évanouir : c’était Vladimir !
Inutile de le préciser mais les deux frères ne se quittèrent plus et décidèrent – ensemble – d’en apprendre davantage sur le judaïsme…

 

Urgent TEHILIMS POUR :

le grand rabbin d’Israel Rav Mordekhai Eliahou (Mordehai tsemah ben mazal)

et Rav Yossef Chalom ELIACHIV et le Rav OBADIA YOSSEF

CHIMONE BEN HANINA, Guilad ben Aviva SHALIT, Meir ben Messouda Brami, REPHAEL MOSHE ISRAEL BEN SHLOMIT ADINA, Ilana Lea Bat Sheindel Rahel, rephael saadia daniel Ben yardena, SOLIKA SARAH GUILA BAT MYRIAM, MEYER YORAM BAR HAVA, ODEL ROUTH BAT HAYA, AVRAHAM BEN DJOUAR ZERMATI, BEBE OZIEL BEN SARAH, MURIEL FRANCINE BAT LEONIE, ISAAC BEN REGINE, DVORA BAT FORTUNEE, HAYA BAT ESTHER, AVRAHAM BEN TANY, RAZ BAT CHLOMIT, AVRAHAM NISSIM BEN LOUISE, SALOME LELOUCHE

 

Des articles SYMPA sur le BLOG : http://salutmic.skyblog.com

KOTEL en direct : http://www.chiourim.com/clips_videos/clips_videos/le_kotel_en_direct.html

Excellent site avec des petits cours en vidéos : http://www.espacetorah.com/

Association Bnei TORAH : http://www.chiourim.com

Le site des Loubavitch : http://www.loubavitch.fr

Reçois la TORAH chaque jour par mail envoyer un mail à : torahmail26@gmail.com

Cours en Audio : http://www.torah-box.com

Cours en Vidéo de Rav RON CHAYA : http://www.leava.fr

Posez vos questions : http://www.universtorah.com ou http://www.cheela.org

Facebook : http://www.facebook.com/profile.php?id=686115041

CHABBAT CHALOM A VOUS AINSI QU’A TOUTE VOTRE FAMILLE

Publicités