Séparer antisionisme et antisémitisme ?

Par Dennis Prager – Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC

mardi 30 mai 2006

Imaginez
que quelqu’un déclare qu’il cherche à détruire l’Italie parce qu’il
considère l’identité nationale italienne comme raciste. Ensuite,
imaginez que cette personne nie de façon constante être anti-italienne,
parce qu’elle ne hait pas les italiens, mais seulement l’Italie et tous
ceux qui croient que l’Italie doit exister.

Maintenant, remplacez « Italien » par « Juif » et Italie » par
« Israël », et vous comprenez l’absurdité de l’argument posant que l’on
pourrait être à la fois antisioniste mais pas antijuif.

Parmi
les nombreux mensonges qui imprègnent le monde moderne, il n’y en n’a
pas de plus grand – ou de plus facile à réfuter – que la proclamation
que le sionisme ne fait pas intégralement partie du judaïsme, ou que
l’antisionisme n’est pas lié à l’antisémitisme.

De façon à comprendre pourquoi, il faut d’abord expliquer le sionisme et l’antisionisme.

Un mouvement séculaire moderne appelé sionisme a été
fondé au 19ème siècle, mais la croyance que les Juifs sont attachés à
Sion (le terme biblique pour Jérusalem) est aussi ancienne que le
Peuple juif (voir « Tant de types de Juifs, si peu de clarté ; URL = http://www.jewishworldreview.com/0306/prager031406.php3 pour une discussion sur la façon dont les Juifs sont un peuple et pas seulement une religion).

En remontant à la destruction du premier Etat juif, des
Juifs étaient déjà sionistes en ce sens qu’ils priaient avec ferveur
pour revenir à Sion. Bien que le mouvement connu sous le nom spécifique
de « sionisme » soit moderne, le mouvement des Juifs retournant à Sion
remonte à plus de 2500 ans. C’est pourquoi déclarer que le sionisme –
le retour du Peuple juif à Sion – n’est pas partie intégrante du
judaïsme est un mensonge théologique et historique.

Le judaïsme a toujours comporté trois composantes :
D.ieu, la Torah et Israël, transcrites en gros en tant que foi,
pratique et peuple. Et ce Peuple juif a été conçu comme celui vivant
dans le pays juif appelé Israël. On peut prétendre que l’Etat moderne
d’Israël a été fondé aux dépens des Arabes vivant dans la zone
géographique connue sous le nom de Palestine (il n’y a jamais eu de
pays ou de nation appelée Palestine) ; mais cela ne permet en aucune
manière de rejeter le fait indiscutable que le sionisme fait partie
intégrale du judaïsme. Pas plus le fait que certains Juifs ayant
abandonné le judaïsme sont opposés au sionisme, pas davantage que cette
minuscule secte de Juifs ultra orthodoxes [les « Neturei Karta »] qui
croient que seul le Messie pourra fonder un Etat juif en Palestine.

Quand des étudiants musulmans anti-israéliens
manifestent sur un campus en scandant : “Oui au judaïsme, Non au
sionisme », ils inventent un nouveau judaïsme tiré de leur haine
d’Israël. C’est comme si des anti-Musulmans scandaient en marchant :
« Oui à Allah, Non au Coran ». Exactement comme Allah, Mohammed et le
Coran sont inextricablement des composantes de l’islam, de même, D.ieu,
la Torah et Israël sont celles du judaïsme.

Mais, pourrait-on objecter, même si le sionisme fait
autant partie du judaïsme que toute autre part de la Bible hébraïque,
l’Etat juif moderne d’Israël n’a pas le droit d’exister parce qu’il a
chassé beaucoup d’Arabes indigènes, appelés plus tard Palestiniens.

Avant de répondre à cela, il est crucial de comprendre
que cet argument – que la fondation d’Israël serait illégitime – est
sans aucune relation avec l’antisionisme. Une personne honnête
intellectuellement qui croit que la fondation d’Israël est illégitime
devrait tout de même reconnaître que le sionisme est une part
inséparable du judaïsme.

Mais l’argument qu’Israël serait illégitime parce que
sa fondation a produit 600.000 à 700.000 réfugiés arabes est aussi
anti-juif que l’antisionisme. Pratiquement tous les pays du monde ont
été fondés en déplaçant quelque peuple ayant vécu là, et beaucoup de
ces pays ont fait bien pire, contre bien plus de gens qu’Israël. Donc,
celui qui appelle uniquement à la destruction d’Israël devrait plutôt
expliquer pourquoi, de tous les Etats sur terre dont la fondation fut
accompagnée par le déplacement de tiers, seul l’Etat juif est
illégitime.

Prenez par exemple le Pakistan. A l’opposé de l’Etat
juif d’Israël, qui a existé à deux reprises auparavant dans l’histoire,
il n’y a jamais eu de pays appelé Pakistan, pas plus qu’il n’y a eu un
pays musulman indépendant dans cette fraction de l’Inde d’où a été créé
le Pakistan. De plus, si l’Etat juif d’Israël était illégitime parce
qu’il a produit 600.000 à 700.000 réfugiés arabes, pourquoi n’est-ce
pas l’Etat musulman du Pakistan, qui a produit plus de huit millions de
réfugiés, qui serait illégitime ?

La réponse est évidente. Quand des gens mettent à part
le seul Etat juif dans le monde pour le sanctionner, le couvrir
d’opprobre, et le délégitimer, ils le font parce que c’est l’Etat juif.
Et cela, tout simplement, est la raison pour laquelle l’antisionisme
est une autre forme de haine antijuive.

Vous pouvez critiquer Israël autant que vous voulez.
Cela ne fait pas de vous un antisémite. Mais si vous êtes un
antisioniste, ou si vous défendez la destruction de l’Etat juif, alors
soyons bien clairs : vous êtes un ennemi des Juifs et du judaïsme, et
le mot désignant une telle personne est antisémite.


http://www.jewishworldreview.com/05…

Publicités