Israël: découverte inédite de monnaies datant de l’ultime révolte contre Rome

[ 09/09/09  – 16H33 – AFP  ]

© AFP – Menahem Kahana

Des archéologues ont annoncé mercredi la découverte sans précédent d’un trésor de pièces d’argent frappées lors de la dernière révolte juive contre les Romains au 2e siècle après JC.

"C’est la première fois qu’une cache recelant des pièces d’argent en grande quantité a été découverte", a déclaré à l’AFP l’un des chercheurs, l’archéologue Boaz Zissu, de l’université Bar Ilan, près de Tel Aviv.

M. Zissu a souligné que les pièces de monnaie qui circulent actuellement sur le marché des antiquités provenaient en général de trafiquants se fournissant auprès de pilleurs de sites archéologiques.

La cache récemment découverte par une équipe d’archéologues et de spéléologues israéliens au fond d’une grotte située à l’ouest de Jérusalem consiste en 120 pièces de monnaie, dont 90 d’argent.

"La dernière découverte de ce genre remonte à 45 ans, elle consistait alors de pièces de monnaies de bronze", a précisé l’universaitaire.

Les pièces frappées lors de la révolte dite de Bar Kokhba (de 132 à 135 après JC) sont d’origine romaine. Elles portent en surimpression des symboles du Temple de Jérusalem et des inscriptions en hébreu "pour la libération de Jérusalem".

D’autres pièces en bronze, en argent ou en or ont été trouvées sur le site dont la localisation a été gardée secrète pour préserver les fouilles.

Un autre responsable de la fouille, le professeur Amos Frumkin, de l’Université hébraïque de Jérusalem, a noté l’importance de la découverte non loin du site de Betar, le dernier bastion de Bar Kokhba.

Initialement appelé Siméon Bar Kosiba, il avait pris le nom de Bar Kokhba, qui veut dire "fils de l’étoile" en référence à un oracle de la Bible.

Rabbi Akiba, l’un des grands rabbis de sa génération, avait vu en lui le Messie, contrairement à l’avis d’autres docteurs de la Loi.

L’échec de la révolte de Bar-Kokhba, et les morts et les destructions qui s’ensuivirent, devait transformer son rêve messianique en une tragique désillusion.

Publicités