teheran : mariage force et viol avant execution

Revue de presse
A Téhéran, les miliciens épousent de force et violent les jeunes filles vierges, avant de les exécuter
23/07/09 – – : Iran
Dans une interview inédite et extrêmement choquante qui montre l’inhumanité du régime du chef suprême Ali Khamenei en Iran, publiée jeudi 23 juillet 2009, dans le Jerusalem Post, un membre de la milice paramilitaire Basiji au service du régime, dévoile son rôle dans la répression des manifestations au cours des dernières semaines. Fondée par l’ayatollah Khomeini en 1979, la force des Basiji, est subordonnée aux Gardiens de la Révolution loyaux à Khamenei, le successeur de Khomeiny.

Le membre des Basiji interrogé par le quotidien israélien a été incarcéré pour le « crime » d’avoir libéré deux adolescents iraniens – un garçon de 13 ans et une jeune fille de 15 ans – qui avaient été arrêtés lors des troubles qui ont suivi l’élection présidentielle contestée en Juin dernier. « Il y a eu de nombreux autres policiers et membres des forces de sécurité arrêtés parce qu’ils ont montré de la clémence envers les manifestants, ou parce qu’ils en ont libéré de la garde à vue sans consulter nos supérieurs », dit-il. Il blâme ce qu’il appelle « les forces de sécurité importées par les autorités iraniennes » pour la majeure partie des violences brutales contre les manifestants. « De jeune recrues, âgées d’à peine 14 et 15 ans », dit-il, « qui ont été transportées des petits villages vers les grandes villes où les protestations étaient centrées ». « Tant de pouvoir donné à des garçons de quatorze et quinze ans, qui, je suis désolé de le dire, en ont abusé », a-t-il dit. « Ces jeunes peuvent faire ce qui leur plaît – forcer les gens à vider leur portefeuille, prendre ce qu’ils veulent dans les magasins sans payer, toucher les jeunes femmes de façon inappropriée. Les filles sont tellement effrayées qu’elles restent tranquilles et les laissent faire ce qu’ils veulent. » Ces jeunes, et d’autres milices en civil pour la plupart « ont commis des crimes au nom du régime », dit-il.

Interrogé sur son propre rôle dans la répression brutale des manifestants, à savoir s’il avait battu des manifestants et s’il a regretté ses actes, il a répondu évasivement. « Je n’ai attaqué aucun des émeutiers, et même si je l’ai fait, mon devoir est d’obéir aux ordres », a-t-il dit, avant d’ajouter : « Je n’ai pas de regrets, sauf quand je travaillais comme gardien de prison pendant mon adolescence. » Il raconte qu’il avait été un membre très considéré de la force, et avait tellement « impressionné ses supérieurs » qu’à 18 ans, « il a eu l’honneur » d’épouser à titre temporaire des jeunes filles condamnées à mort avant leur exécution. En République islamique, il est illégal d’exécuter une jeune femme, quel que soit son crime, si elle est vierge, explique-t-il. Par conséquent, une cérémonie de ”mariage” se passe la nuit, avant l’exécution : La jeune fille est forcée d’avoir des rapports sexuels avec un gardien de prison – autrement dit, elle est violée par son « mari ».

« Je regrette cela, même si le mariage était légal », dit-il. « Pourquoi ces regrets, alors que le mariage était légal ? » « Parce que », ajoute-t-il, « Je peux dire que les filles avaient plus peur de la nuit de leur mariage » que de l’exécution qui les attendait le lendemain matin. Et elles se débattaient toujours, de sorte que nous devions mettre des somnifères dans leur nourriture. Le lendemain matin les jeunes filles avaient un regard vide sans expression, on aurait dit qu’elles étaient prêtes, et même qu’elles désiraient la mort. » « Je me souviens les avoir entendues pleurer et crier une fois le viol terminé », dit-il . « Je n’oublierai jamais la façon dont cette jeune fille s’est elle même griffé le visage et le cou avec ses ongles. Elle avait des griffures profondes partout sur elle… »

Photo : D.R.

‘I wed Iranian girls before execution’ (jpost.com)

[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]
# Posté le vendredi 24 juillet 2009 11:23

tanya

Tanya :

Igueret Hatechouva: chapitre 11
L’Admour Hazaken explique dans ce chapitre, qu’il est tout à fait possible de ressentir à la fois «un coeur brisé» provenant du repentir inférieur, et, la joie de la prière, correspondant au repentir supérieur. En effet, puisque ces deux sentiments (coeur brisé et joie) proviennent de deux causes différentes, il est tout à fait possible qu’ils cohabitent ensemble bien qu’ils soient opposés.

Rambam :

Mitsva positive N° 153 :
Il s’agit du commandement que le Saint béni soit-Il nous a ordonné à propos du compte des mois et des années; c’est le commandement de la sanctification du mois.

Hayom Yom :

La qualité du Machia’h sera son humilité. Bien qu’il possèdera la plus haute élévation, qu’il enseignera la Torah aux Patriarches et à Moché notre maître, il n’en aura pas moins une très profonde humilité et une immense soumission. Il l’enseignera également aux gens simples.
(Ce jour est la Hilloula d’Aharon, dont le comportement était basé sur le principe «aime les créatures et rapproche-les de la Torah».)

Un jour – une hala’ha :

Règles relatives à la veille de Ticha Beav: cette année mercredi 29 juillet (3)
Etude de ‘la Torah
– Après ‘Hatsot, c’est-à-dire le milieu de la journée (soit 13h57 pour Paris et sa région), il conviendra de n’étudier que des sujets autorisés à l’étude lors de Ticha Beav comme le Livre de Job, les sujets tristes du Livre de Jérémie, le Midrach E’ha (sur le Livre des Lamentations)…
– A priori on étudiera ‘Hitat, Rambam et les sujets liés à la construction du Beth Hamikdach avant ‘Hatsot. A posteriori, on pourra les étudier jusqu’à la Chekia (soit 21h35 -également heure du début du jeûne- pour Paris et sa région)
– En ce jour, on fait un Siyoum (conclusion d’un traité du Talmud, qui permet d’ajouter de la joie en ces jours difficiles)
Min’ha
– On priera Min’ha plus tôt qu’à l’accoutumée afin de pouvoir manger le repas de clôture (Séouda Hamafséket) qui précède le début du jeûne.

Délivrance & Machia’h :

Lorsque Yaacov voulut dévoiler la fin des temps à ses enfants, la Présence divine s’éloigna de lui. La Hassidout explique: notre père Yaacov nous a pourtant révélé la fin des temps. Non pas, bien sûr, qu’il nous ait clairement indiqué quand viendrait le Machia’h. De cela, D.ieu l’en a empêché pour que nous demeurions vraiment Ses "partenaires" dans l’oeuvre qui conduit au monde parfait d’après la rédemption.
Mais, le seul fait que Yaacov ait désiré que nous sachions, exerce un effet. Et, d’autant plus que Yaacov est l’un des trois patriarches et, en cette qualité, n’a donc jamais agi que comme le véhicule de la Volonté divine.
L’obscurité de l’exil ne concerne que la surface de nos vies (mais c’est à ce niveau que nous préparons le monde à la rédemption). A un plan bien plus profond, notre âme est en éveil. Elle pressent un calendrier qui n’est pas celui d’une succession indifférenciée de jours, une Histoire qui n’est pas celle des historiens. Ce savoir même nous inspire au long du chemin qui mène à l’ultime libération.

La Question à un Rav (שאלות ותשובות) :

Question:
Les lois du deuil observées pour une personne disparue s’appliquent-elles à un Juif s’étant converti?
Réponse:

Lorsqu’un Juif converti quitte ce monde d’une mort naturelle, on n’observe pas pour lui les lois du deuil. S’il meurt d’une mort qui n’est pas naturelle, les lois du deuil seront observées pour lui.
Source:שולחן ערוך יורה דעה סימן שמה סעיף ה ובש"ך וברמ"א שם
Réponse donnée par le Rav Barou’h Blizinski (chabad.org.il) – Traduction assurée par la rédaction du Toramel

Etude spéciale "Trois semaines": Lois sur le Beth Hamikdach :

Chapitre 3
6 – Les pinces, les curettes et les fioles d’huile ne sont pas comprises dans le poids d’un kikar, car il est dit à propos de la Ménorah "en or pur", et le texte poursuit "ses pinces et ses curettes seront en or pur". Il n’est pas dit "ses godets seront en or pur", car ses godets sont une partie fixe du Candélabre et sont inclus dans le poids d’un kikar.
7 – Les sept branches du Candélabre sont indispensables, et les sept godets également, que le Candélabre soit en or ou en un autre métal. Tous les godets font partie du corps même des branches.
8 – Les six godets fixés aux six branches latérales du Candélabre sont tous tournés vers le godet du milieu sur la tige centrale, lui-même tourné vers le Saint des Saints, et appelé pour cela " la lampe de l’Ouest ".

Bibliographie des rubriques :
‘Houmach – Rambam – Hayom Yom – Le récit de Chabbat: http://www.loubavitch.fr
Délivrance & Machia’h: http://www.loubavitch.fr, http://www.daf-hagueoula.org, le Messianisme et la Rédemption (Editions du Beth Loubavitch)
La Question à un Rav: http://www.chabad.org.il
Tanya – Tehilim – Un jour une Hala’ha: Rédaction du Toramel

Publicités