• Un appareil israélien utilisant des ultrasons guidés par imagerie permet d’éliminer des tumeurs, en particulier des fibromes utérins

    Un appareil israélien utilisant des ultrasons guidés par imagerie permet d’éliminer des tumeurs, en particulier des fibromes utérins, sans arrêt de travail et sans complications.

    Un appareil d’imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) couplé à des ultrasons est en train de révolutionner le traitement des fibromes utérins, ces tumeurs bénignes très fréquentes qui imposent une intervention à 70 000 femmes en France chaque année. Cette nouvelle technologie permet de détruire les fibromes, sans anesthésie, sans hospitalisation, sans chirurgie. Elle est d’ailleurs en train d’être évaluée pour d’autres pathologies, comme les métastases osseuses, les cancers du sein, du foie…

    En France, pour l’instant, seul le centre hospitalier universitaire de Tours s’est doté d’un tel appareil baptisé ExAblate. Des discussions sont en cours avec l’Assistance publique des hôpitaux de Paris qui envisage de s’équiper au vu des dernières évaluations. Le bilan de cette technologie a été présenté en marge du congrès de l’Association franco-israélienne d’imagerie médicale (Afiim) qui vient de se tenir à Tel-Aviv, à l’hôpital Tel HaShomer. Cette technique a été inventée par une jeune start-up israélienne InSightec basée à Haïfa, créée par des jeunes ingénieurs ayant travaillé dans l’armée sur les problématiques de géolocalisation et qui ont imaginé de coupler l’imagerie par IRM avec des ultrasons focalisés pour détruire les tumeurs sous contrôle permanent de la vision. «Ces scientifiques ont eu le culot de se lancer dans une technologie totalement innovante, ils ont pris de gros risques en terme d’investissement, avec des résultats vraiment intéressants», estime le professeur Frédéric Pata, chef du département ultrasons au CHU de Tours.


    —> Détruire des tumeurs bénignes sans chirurgie ni anesthésie

  • Publicités