Terminer l’écriture d’un Séfer Torah est toujours un événement joyeux. C’est pourquoi Rav Chalom Leverton et son épouse Aliza, de East Windsor dans le New Jersey, décidèrent d’organiser une grande fête, une semaine avant Roch Hachana. Ils contactèrent plusieurs médias ; un magazine, le Jewish State Newspaper, accepta avec enthousiasme de publier tout un article à ce sujet.
Rav Leverton était ravi et proposa de donner plus tard tous les renseignements nécessaires quant à la date et au lieu de la cérémonie. Mais la rédaction du journal avait d’autres plans : «Nous allons publier l’article maintenant !»
– Maintenant ? En plein mois d’août ? s’étonna Rav Leverton. La plupart des gens sont en vacances, qui lira l’article maintenant ? Il vaudrait mieux faire la publicité plus près de la date prévue mais d’un autre côté, tout un article valait mieux qu’un simple entrefilet.
Rav Leverton contacta la famille qui avait offert la plus grande partie des fonds nécessaires et demanda si elle acceptait d’être interviewée.
– Nous sommes très touchés mais nous préférons rester dans les coulisses. Nous ne cherchons pas les honneurs.
Entre-temps, la rédaction du journal se faisait plus pressante : «Donnez-nous davantage de renseignements sur la valeur d’un Séfer Torah, sur d’autres cérémonies similaires ; procurez-nous des photos !»
D’après leur insistance, Rav Leverton comprit que l’événement ferait la une du magazine.
«J’ai recherché dans notre documentation et j’ai retrouvé les fascicules que nous avions imprimés l’année précédente quand nous avions commencé la rédaction du Séfer Torah. Sans trop réfléchir, j’ai choisi quelques photos prises à cette occasion et les ai envoyées à la rédaction du journal».
Effectivement, en plein mois d’août, le journal publia un long article avec une photo en première page. La photo choisie représentait un membre fidèle de la synagogue, M. Zwi Pomper qui avait été honoré lors de la cérémonie.
«M. Pomper est un homme âgé, extrêmement agréable. C’est un survivant de la Shoah qui avait perdu toute sa famille. Malgré les difficultés qu’il a rencontrées dans sa vie, il irradie de joie et d’amour pour le judaïsme. C’était une belle photo, un article intéressant et, après tout, j’étais satisfait bien qu’il s’agisse d’une histoire de l’année précédente».
Le lendemain de la parution du journal, Rav Leverton reçut un appel téléphonique d’un avocat juif qui habitait à une demi-heure d’ici.
– Monsieur le rabbin ! (On le sentait très excité et ému). J’ai lu l’article qui faisait la une du journal. Je vous appelle à propos de ce vieux monsieur sur la photo, un de vos fidèles. C’est son nom dans la légende qui a attiré mon attention. Je porte le même nom que lui et tout laisse croire que nous sommes en famille !
– Je suis désolé de vous décevoir, maître Pomper mais notre ami Zwi Pomper est l’unique survivant de sa famille. Il a survécu au ghetto de Varsovie et au camp d’extermination. Il ne s’est jamais marié. Il est certain que toute sa famille a péri dans la Shoah et qu’il n’a plus aucun parent !
– Attendez ! Mon grand-père est arrivé aux Etats-Unis en 1935, en laissant ses parents et sa famille à Varsovie. Durant toutes ces années, nous avons espéré que quelqu’un aurait survécu, insista l’avocat. Nous avons fait des recherches mais sans résultat. Et maintenant je tombe «par hasard» sur la photo d’un survivant du ghetto qui porte notre nom de famille !
Rav Leverton promit de s’occuper de l’affaire et téléphona à M. Pomper. Avec tact, il lui demanda des détails supplémentaires sur sa famille : peut-être certaines personnes avaient-elles quitté Varsovie avant la guerre ?
«Oh oui ! Je me souviens que, quand j’étais un petit garçon, il y avait eu une fois une fête d’adieu pour des cousins qui partaient s’installer aux Etats-Unis. Quand moi-même je suis arrivé aux Etats-Unis après la guerre, j’ai cherché à les contacter mais en vain, je ne les ai jamais retrouvés. Au bout d’un certain temps, j’ai décidé d’oublier tout cela et d’aller de l’avant, de me reconstruire. Pourquoi me demandez-vous cela ?»
Quelques jours plus tard, les deux M. Pomper étaient réunis : ils étaient effectivement apparentés ! Ensemble ils dansèrent avec le nouveau Séfer Torah au Beth ‘Habad, une semaine avant Roch Hachana.
«Quand je pense que pour moi, c’était une histoire de l’année dernière…»

Malka Touger
(«Excuse-me, are you Jewish ?") – (Emet)
traduit par Feiga Lubecki

Publicités