Tanya :

Likouteï Amarim: chapitre 46
L’Admour Hazaken explique dans ce chapitre qu’il existe un moyen à la portée de tous afin d’éveiller en soi l’amour caché que chaque Juif possède, et de le dévoiler en un amour ardent pour D.ieu. Cet amour l’amènera à accomplir la Torah et les Mitsvot, et à vaincre tous les obstacles intérieurs et extérieurs qui constitueraient une gêne dans son service de D.ieu. Cet amour provient de la réflexion suivante: de la même façon que lorsqu’une personne témoigne de l’amour à une seconde personne cette dernière le lui rendra naturellement (en particulier si celui qui témoigne l’amour est un personnage important, un notable, et que celui à qui il témoigne son amour est un homme modeste), ainsi et dans une mesure encore bien plus grande, en prenant conscience de l’amour infini que D.ieu témoigna et témoigne au peuple juif (à commencer par le fait qu’il nous ait choisi comme son peuple, qu’il nous ait sorti d’Égypte et nous ait donné la Torah et les Mitsvot) cela éveillera automatiquement l’amour de chaque Juif pour Dieu. Et, de la même façon que Dieu retira tous les obstacles à la création du monde par amour pour son peuple, ainsi le peuple Juif retirera tous les obstacles au service de Dieu.

Rambam :

Mitsva négative N° 286 :
Il est interdit au juge d’accepter le témoignage d’un homme méchant et d’agir en tenant compte de son témoignage.

Hayom Yom :

On adopte, dans le Sidour, les lectures suivantes:
. "Menou Maamar" – le troisième Mêm s’écrit avec un Kamatz.
. "Kayom… Neemar" – le Mêm s’écrit avec un Pata’h (p.62).
. "Za’hour Ki Afar Ana’hnou" – Za’hour s’écrit avec un Chourouk (p.68).
. "Ounetaltani" – le Teth s’écrit avec un Pata’h, le Lamed avec un Cheva, le Tav avec un Daguech et un Pata’h (p.72).
. "Veahavate’ha Lo Tassour" et non "Al Tassir".
(Les indications de la veille portent sur le début de la prière jusqu’au Chemoné Essré. Celles de ce jour concernent le reste de la prière, depuis la fin du Chemoné Essré jusqu’à la fin du jour.)

Un jour – une hala’ha :

Les 39 travaux interdits le Chabbat : lier des gerbes (7)
Il est interdit d’enfiler des perles durant Chabbat car on contreviendrait en cela à l’interditction de "lier des gerbes". De plus, on transgresserait également l’interdit "d’arranger un ustensile", car, en enfilant ainsi des perles, on les rendrait apte à être portées.
En revanche, les jeux d’enfants qui consistent à faire et défaire constamment des colliers ou des bracelets de perles n’ont pas de caractère interdit car ces jouets n’ont pas vocation à rester en l’état et n’ont qu’un caractère éphémère.

Délivrance & Machia’h :

"Pessa’h Chéni délivre un enseignement. Comme l’explique mon beau-père, le Rabbi, chef d’Israël, Pessa’h Chéni indique que rien n’est jamais définitivement perdu, que l’on peut toujours réparer. Celui qui était impur, ou bien se trouvait sur un chemin lointain, même s’il en était ainsi ‘pour vous’, de son plein gré, peut également réparer ", s’il le désire réellement. Bien plus, les limites du temps disparaissent, en la matière, ce qui n’est pas le cas pour le premier Pessa’h, qui dure sept jours. En effet, la Techouva peut être réalisée en un seul instant, en une seconde. Il n’y a pas non plus de limitation dans l’action, à la différence, encore une fois, du premier Pessa’h, lorsqu’il est interdit de posséder du ‘Hamets. En effet, lorsque la Techouva est entière, les fautes intentionnellement commises, pour vous ", se transforment en bienfaits. De celui qui parvient à la Techouva, il est dit que : avant même qu’il bouge, on lui pardonnera ‘et il sera agréé devant D.ieu, agréable et chéri devant Lui’ "
(Extrait d’une lettre du Rabbi de Loubavitch)

La Question à un Rav (שאלות ותשובות) :

Question:
Est-il permis à un ‘Hatan et une Kala de travailler durant les 7 jours qui suivent le mariage (les 7 jours de Cheva Bra’hot)?
Réponse:
Un ‘Hatan ne pourra travailler durant les 7 jours de Cheva Bra’hot. Certains pensent que pour la Kala il sera permis de travailler après le premier jour suivant le mariage; cependant, concrètement on tranche en faveur de l’avis selon lequel le statut de la Kala est semblable à celui du ‘Hatan.

Source: שולחן ערוך אבן העזר סימן סד סעיף א, מנחת פיתים סימנים סב וסד, יפה ללב חלק ד סימן סד סעיף קטן ה
Réponse donnée par le Rav Barou’h Blizinski (chabad.org.il) – Traduction assurée par la rédaction du Toramel

Publicités