Tania:

Chapitre 42 (suite):

Toute
personne appartenant au peuple d’Israël a la capacité de faire naitre
en lui la crainte de D.ieu lorsqu’elle contemplera et méditera durant
un long instant sur le fait que D.ieu rempli tous les mondes de sa
présence a’ chaque endroit et sur le fait que D.ieu regarde chacun de
nos geste, sonde nos pensées, écoute chacune de nos paroles et compte
chacun de nos pas. Et ceci même si nous ne méditons sur cela qu’un
instant court plusieurs fois dans la journée. Alors nous réveillons en
nous la crainte nécessaire pour nous éloigner de la faute et nous
rapprocher des bonnes actions. Ce qui peut paraitre une ta^che
difficile a première vue est rendu accessible voir simple par le fait
que D.ieu a créé chaque juif avec un attribut propre a’ Moshe Rabenou
,c’est sa capacité de révéler a’ notre intellect la crainte de D.ieu
inscrite dans nos cœur pour qu’elle puisse (la crainte) s’exprimer de
façon claire.

Rambam :

Mitsva positive N° 248 :
C’est le commandement nous incombant au sujet des règles d’héritage.
Hayom Yom :

Ce
qui est permis mais n’est accompli que pour son plaisir est totalement
mauvais, comme l’explique l’Admour Hazaken (Tanya Chapitre 7). Car il
est dit «sanctifie-toi dans ce qui t’est permis».
Il faut donc
pénétrer de Sainteté les choses permises en en faisant des instruments
de renforcement de la Torah, des Mitsvot, de la crainte de D.ieu et des
traits de caractère positifs.

Un jour – une hala’ha :

La période du Omer (4)

Durant les Chabbat entre Pessa’h et Chavouot, après la prière de
Min’ha, on a coutume de dire un chapitre des "Pirké Avot" (les Maximes
des Pères). Certains ont coutume de continuer à les dire tous les
Chabbat de l’été jusqu’à Roch Hachana.
– Il sera bon, en plus de la
lecture des Pirké Avot, d’en étudier au moins une Michna avec quelques
explications et commentaires.

Délivrance & Machia’h :

"Quand
vous serez arrivés au pays de Canaan… je ferai mettre une altération
de Tsaraath dans la maison du pays que vous posséderez."
Nos sages
affirment que les versets qui traitent des plaies apparaissant sur les
murs d’une maison font allusion à la destruction du Temple:
"La maison": c’est le Beth-Hamikdach, ainsi qu’il est écrit: "Je vais profaner Mon Sanctuaire, votre orgueil et votre force…"
"Le propriétaire": c’est D-ieu, ainsi qu’il est écrit: " …c’est à cause de Ma Maison qui est en ruine… "
"Le Cohen" : c’est Yirmiya – le prophète Jérémie, ainsi qu’il est écrit: "paroles de Jérémie…prêtre demeurant à Anatoth."
"La
plaie" : c’est l’idolâtrie, ainsi qu’il est écrit: "Je levai les yeux
dans la direction du Nord, et voici que du côté du Nord, à la porte de
l’autel, il y avait cette statue de la jalousie…"
"Le Cohen ordonnera de vider la maison" : ainsi qu’il est écrit: "Il s’empara des trésors de la maison de D-ieu."
Puis
la Maison sera abattue et le peuple exilé. Mais cela ne durera pas
indéfiniment, car le verset dit que l’on reconstruira la maison. Aussi
le Temple sera reconstruit, ainsi qu’il est dit: "Voici Je vais, dans
Tsion, ériger une pierre de fondation, une pierre éprouvée, une
précieuse pierre d’angle solidement fixée ; quiconque s’y appuiera ne
sera pas réduit à fuir."

La Question à un Rav (שאלות ותשובות) :

Question:
L’interdiction
de Yi’houd (isolement d’un homme et d’une femme) concerne-t-elle
également une femme et son beau-père (ou un homme et sa belle-mère)?
Réponse:
Certains
décisionnaires permettent un tel isolement de façon occasionnelle.
Cependant, la majorité des décisionnaires se montrent plus strictes et
interdisent complètement un tel isolement.
Source: חקרי לב אבן העזר סימן י"ז, ציץ אליעזר חלק ו סימן מ
Réponse donnée par le Rav Barou’h Blizinski de Kfar ‘Habad – Traduction assurée par la rédaction du Toramel

Publicités