Bob Dylan et Dépêche Mode en Israël
Par Bella Rozenberg pour Guysen International News

Alors que les esprits sont encore envoûtés par le dernier concert de Paul McCartney à Tel-Aviv, c’est au tour du légendaire Bob Dylan et de l’incontournable groupe Dépêche Mode de venir se produire en Israël en mai et juin prochain. Une actualité musicale de dimension internationale qui s’épanouit dans un contexte qui ne lui est pourtant pas toujours propice…

Si la nouvelle fait du bruit, le lien qu’entretiennent ces célèbres artistes avec l’Etat hébreu ne date pas d’aujourd’hui : Bob Dylan, dont la carrière s’échelonne sur cinq décennies, s’était déjà rendu en Israël en septembre 1987 pour se produire à Tel-Aviv et Jérusalem.

La dernière visite du chanteur à la voix nasillarde et à la guitare cinglante remonte à 1993 : il avait alors joué à Haifa, Tel-Aviv et Beer-Sheva.
Dylan aurait donc déjà donné son accord de principe pour ce prochain concert, prévu en mai, dont la concrétisation ne dépend désormais que du démarrage, ou non ,d’une tournée européenne.

Le groupe britannique a quant à lui une histoire plus complexe avec le pays : il avait dû annuler son concert en août 2006 suite à l’éclatement du conflit israélo-libanais. Une annulation qui avait suscité la grande déception des fans israéliens.

Et voilà que deux ans plus tard, c’est symboliquement Israël que Dépêche Mode choisit pour débuter sa tournée mondiale.
L’occasion de remercier la patience du public :
« Nous tenions à souligner la grande patience du public israélien et c’est pour cela que nous débuterons notre tournée mondiale par ce pays » a déclaré le cofondateur du groupe, Fletcher.

Et d’ajouter : « Nous espérons que cette fois le destin sourira à nos fans israéliens pour qu’enfin, ils puissent voir Dépêche Mode se produire sur leur propre terre ». Cette tentative devrait donc être la bonne : si tout se passe comme prévu, le spectacle se tiendra début mai au Parc Hayarkon devant un public d’avance conquis.

Il faut saluer la détermination de ces artistes à venir se produire en Israël malgré la crainte que peut susciter un contexte politique pour le moins délicat.

De la détermination, Paul McCartney en a largement fait preuve lors de sa récente apparition dans le pays : l’ancien Beatles a maintenu sa prestation en Israël en dépit des menaces de mort qu’il avait reçues de fanatiques musulmans. Le chanteur a également résisté à la pression de ses enfants qui le priaient d’annuler son concert en Israël.

Une ténacité que l’ambassadeur d’Israël à Londres n’a d’ailleurs pas manquée de saluer : « L’insistance de McCartney à vouloir se produire en Israël, en dépit des appels d’organisations politiques et des menaces pour sa vie proférées par des éléments radicaux islamiques est digne d’admiration » avait-il estimé.

Plaçant son concert – produit par l’incontournable Shuki Weiss, lequel doit également produire Dylan et Dépêche Mode – sous le signe de l’amitié, le survivant du groupe légendaire s’est érigé en messager de la paix à destination d’Israël et des Palestiniens.
« Chana Tova. Ramadan Karim », a-t-il lancé aux 40 000 personnes venues assister à son concert, souhaitant en hébreu et en arabe une bonne année aux juifs et un bon ramadan aux musulmans avant de reprendre « Hello, Goodbye ».

Loin d’exacerber les tensions comme le prétendaient ses détracteurs, la musique de Paul McCartney a retenti comme un langage de paix. Un message que relaieront les voix de Bob Dylan et Dépêche Mode…

Publicités