Ravioli di Purim
Raviolis de Pourim

Je suppose que la tradition de faire des raviolis aux épinard à l’occasion Pourim vient de ce que la fête de Pourim est célébrée pendant la saison à laquelle les épinards sont tendres, pleins de saveur et abondant, Maintenant il est possible de . faire des raviolis aux épinards toute l’année, mais leur saveur n’est jamais aussi bonne qu’à l’époque de Pourim.

1kg de petites feuilles d’épinards
Sel
2 cuillerées à soupe d’huile d’olive.
1 petit oginon coupé en quart.
1 petite carotte pelée et grossièrement hachée
1 1/2 blanc de poulet coupé en dés.
poivre noir fraîchement moulu
1 cuillerée à soupe de farine non blanchie
Päte fraîche faite à partir de 4 oeufs et 2 1/2 tasses de farine
6 litres d’eau
3 tasses de marinades ou de sauce de viande

Pour 6 à 8 personnes.

Otez les racines et les tiges des épinards et réservez pour un autre usage (voir la recette des testine). Lavez les épinards à l’eau froide pour en éliminer toute la terre. Mettez dans une casserole sans ajouter d’eau à celle que les épinards ont conservée des opérations de rinçage. Ajoutez une pincée de sel et cuire à couvert pendant 5 minutes. Mettez dans une passoire et laissez égoutter*

Mettez l’oignon, la carotte, l’huile et le blanc de poulet dans une grande poêle. Ajoutez 1 cuillerée à soupe de sel et 1/8 de cuillerée à thé de poivre et cuire à feu modéré pendant 4 à 5 minutes, en remuant fréquemment.
Ajoutez les épinards et faites cuire, en remuant, pendant 5 minutes ou plus, jusqu’à ce que l’eau soit presque complètement évaporée, Ajoutez la farine et cuire 1 minute encore en remuant.
Enlevez du feu et laissez refroidir pendant 5 à 6 minutes.
Emincez très finement.

Roulez la moitié de la pâte très finement et mettez-la sur une surface bien enfarinée. Avec un pinceau de plume trempé dans de l’eau froide, humectez la pâte pour en conserver l’humidité. Placez la farce d’épinards sur la pâte, en l’espaçant de 5 en 5 cm. En faire 8 à 9 douzaines. Roulez fin la deuxième portion de pâte et mettez-la sur la feuille avec la farce. Compressez la pâte autour de la farce avec vos doigts. Avec un rouleau italien à raviolis, passez 118 long des sillons, scellant et coupant les raviolis en une opération.

Faites bouillir les 6 litres d’eau. Ajoutez les raviolis et 3 cuillerées à soupe de sel. Remuez jusqu’à ce que l’eau Se rernette à bouillir. Faites cuire pendant 4 à 5 minutes à découvert. Egouttez et servez avec la marinade ou la sauce de viande.

dans la culture du Livre, sens étymologique du mot «Bible», le Dieu juif est l’Éternel, tant de l’histoire que de la nature. Ses développements sont d’essentielles et vivantes artères. Modèle du christianisme et de l’islam, le judaïsme se distingue par l’absence de clergé hiérarchique. Interprètes des textes, les rabbins ne sont pas des représentants de Dieu, et leur fonction n’est pas sacrée, car pour les juifs la relation avec Dieu est directe.

Religion: croyances et fondements

Le judaïsme fut la première religion à enseigner le monothéisme, croyance en un seul dieu transcendant, qu’exprime la prière récitée plusieurs fois par jour comme profession de foi, Shema Israël (premiers mots hébreux de la prière): «Écoute Israël! L’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est Un. Tu aimeras l’Éternel ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta force. Les paroles des commandements que je te donne aujourd’hui seront présentes à ton cœur; tu les répéteras à tes fils; tu les leur diras quand tu resteras chez toi et quand tu marcheras sur la route, quand tu seras debout; tu en feras un signe attaché à ta main, une marque placée entre tes yeux, tu les inscriras sur les montants de la porte de ta maison et à l’entrée de ta ville.» (Deutéronome VI, 4-9). Yahvé (qui signifie «il est» en hébreu) est le nom de Dieu le plus fréquent dans la Bible. Il s’écrit encore YHWH, forme consonantique imprononçable, car les Hébreux croyaient à l’interdiction de prononcer le nom sacré de Dieu. Ils évitaient aussi ce sacrilège en l’appelant Seigneur (Adonaï). Yahvé est plein de justice et de rigueur pour Israël, peuple élu de ses enfants.

Peuple élu et morale universelle

Selon la Tradition, la grâce divine s’étend à tous les peuples, mais Dieu a conclu une alliance particulière avec les Hébreux. Ce fait religieux est tout à fait inédit, car jusqu’alors seule l’alliance entre égaux était concevable, c’est-à-dire entre hommes, et non entre les hommes et Dieu. Aussi la vertu religieuse par excellence pour les juifs est-elle la loyauté envers leur allié. Les Hébreux n’ont cependant pas été élus en fonction d’un privilège particulier; ils doivent apporter la parole divine à l’humanité par leur exemple. L’alliance n’est pas pour autant conclue entre Dieu et des individus isolés, mais avec la collectivité entière. Dieu est généreux et supporte le crime, la rébellion et la faute, mais il est d’autant plus sévère avec Israël, et la responsabilité est, à l’origine, collective.

La croyance en la venue d’un Messie (nom signifiant «oint par le Seigneur» et traduit par «christ» en grec) est une source d’espoir pour les juifs: il établira l’ère de la justice et reconnaîtra les droits d’Israël. Mais, selon la croyance en une fin des temps, ce règne de Dieu sera précédé de temps tragiques et douloureux. C’est pourquoi les moments les plus dramatiques de l’histoire du peuple juif ont généralement avivé l’espoir messianique. Mais la foi juive n’a jamais été formulée en un dogme officiel, et ses fidèles ont une latitude considérable en matière de croyance, notamment quant au Messie, à l’attente de temps meilleurs et à l’immortalité.

Le judaïsme met en effet davantage l’accent sur la conduite que sur l’application précise d’un code religieux. Il est donc difficile de séparer le droit et la morale de la religion: toute faute est plus ou moins un péché. On comprend alors que les lois juives recouvrent tous les domaines de la vie. Le judaïsme est une religion d’ici-bas. Yahvé règne, et non les rois, et Israël est parfois dénommé «royaume de prêtres». L’objectif est la justice et la paix sur Terre.

Le Livre de la Loi

La principale source de la foi juive est la Bible hébraïque (l’Ancien Testament des chrétiens), qui se compose de 24 livres. La Torah («Loi»), ou Pentateuque, qui comprend les 5 premiers livres, est considérée comme la première révélation, éternellement valable, de Dieu et de sa Loi à l’humanité. Ce sont la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome.

Là, en effet, se trouve le Décalogue (les dix commandements, Exode XX, 2-14), base morale de toutes les autres lois juives et de la morale chrétienne. Les commandements ont été dictés à Moïse sur le mont Sinaï. Ils furent gravés sur deux tables et conservés dans l’«arche d’Alliance» (arche signifie «boîte») jusqu’à la destruction du premier Temple de Jérusalem en 70 après J.-C. Aux deux tables correspondent deux séries de commandements. Sur celle de droite, car l’hébreu se lit de droite à gauche, figurent les devoirs de l’homme à l’égard de Dieu: le monothéisme, le rejet des images et des idoles, l’interdiction des faux serments, l’obligation du sabbat et le respect de son père et de sa mère, conçu ici comme un corollaire de l’amour de Dieu. Sur la table de gauche sont inscrits les devoirs de l’homme envers son prochain: le très célèbre interdit «Tu ne tueras pas», puis «Tu ne commettras pas d’adultère», et l’interdiction du vol, du faux témoignage et de la convoitise. Ces commandements constituent la Loi écrite, fondement du judaïsme.

Moïse reçut aussi un commentaire avec cette loi écrite, son complément indispensable: la loi orale. Transmise de génération en génération et sans cesse enrichie de nouvelles interprétations, cette loi vivante constitue l’âme vigilante d’Israël, toujours capable de faire face aux situations et aux questions inédites. Au cours des siècles, ces commentaires reçurent toutefois une certaine forme de cristallisation écrite; ce furent successivement la Mishna, le Talmud, puis les Commentaires et les Codes. Ainsi le judaïsme n’a-t-il jamais cessé d’évoluer.

1 -[Page de présentation]
2 -[Pratiques religieuses]
3 -[Développements du judaïsme]
4 -[Religion et modernité]
5 -[La pensée juive]

Publicités