Un Juif éthiopien rentre à la Knesset

Antoinette Brémond


Shlomo Mula, un Juif éthiopien arrivé en Israël à l’âge de 17 ans avec l’opération Moïse en 1984 (voir les Juifs d’Ethiopie – Beta Israel ou Falashas et l’intégration des Juifs d’Éthiopie) vient d’être nommé député à la Knesset ce lundi 4 février pour remplacer Avidgor Itzhaki ayant démissionné. C’est la seconde fois qu’un Israélien d’origine éthiopienne entre au parlement. Etant le trente troisième sur la liste électorale de Kadima, il n’avait pu être élu en 2006. Son entrée en 2008 est un événement important pour la communauté éthiopienne d’Israël.

42 ans, marié père de trois enfants Shlomo Mula habite Rishon Letsion. Quand il prend la parole, il aime raconter : « J’ai marché 800 kilomètres d’Ethiopie au Soudan avec d’autres. Puis, épuisés et affamés nous avons rencontré à Khartoum des combattants d’une unité d’élite israélienne venus nous chercher et nous transporter au pays. Bien sûr, à cette époque, je n’imaginais pas que je serai un jour député de l’Etat d’Israël ! »

Mula est titulaire d’une licence d’assistant social de l’université de Bar Ilan et possède également un diplôme en droit du collège universitaire de Kyriat Ono. Comme étudiant il était très engagé dans l’association des étudiants juifs éthiopiens. Il a occupé ces dernières années le poste de directeur du département responsable de l’Intégration des immigrants à l’Agence Juive.
Au niveau politique, il fut pendant des années membre du parti Israël BaAlya de Nathan Sharansky. Puis, influencé par Tsipi Livni, ministre de l’Intégration à cette époque, il entra au parti Kadima.

Lors de diverses interviews, Shlomo Mula fait comprendre combien il est honoré et fier de pouvoir représenter sa communauté au niveau national. Pour son projet politique, il est clair : « Je vais m’occuper avant tout de la communauté éthiopienne, très négligée au niveau gouvernemental. La connaissant de l’intérieur, je suis le mieux placé pour cela. Je vais tout d’abord m’efforcer de faire augmenter le budget qui lui est consacré pour permettre en particulier aux jeunes couples nécessiteux de louer des appartements « normaux », et de sortir ainsi du « ghetto » éthiopien où ils sont souvent bloqués. » En effet, la majorité des immigrants éthiopiens restent entre eux, dans un même quartier dont les appartements sont peu coûteux. « Un ghetto comme Harlem » dit-il. « Ceci, ajouté à un système éducatif qui parfois sépare les élèves éthiopiens des autres enfants, empêche une véritable intégration des Juifs d’origine éthiopienne avec la société israélienne. Je sais que nous pouvons être israéliens à part entière, utiles et créateurs dans la société. » En fait, cela est déjà vrai pour une minorité d’Ethiopiens engagés dans diverses professions de niveau universitaire. Mais Mula veut plus : lutter contre le racisme latent et changer ce qu’il faut changer. « Ce qui est merveilleux dans ce pays démocratique, c’est que, celui qui veut changer quelque chose peut se battre pour cela….et ça marche ! »

Shlomo Mula ne cache pas ses opinions politiques nettement de gauche. En tant que « colombe », il soutient le processus d’Annapolis « afin de donner de l’espoir aux deux peuples. »

Mis en ligne le 13 février 08

source un echo disrael

Publicités