Des chrétiens du monde entier se mobilisent pour Sdérot
 infos top chretien

A Sdérot, 32 abris publics, financés par un fonds chrétien, ont été inaugurés en présence de l’adjoint du ministre de la Défense, Matan Vilnaï, du maire de Sdérot Eli Moyal et du directeur du fonds « pour l’amitié » le rabbin Yhial Ekstein. La restauration de ces abris, inutilisables jusqu’alors, a été financée par un fonds chrétien évangélique qui soutient des projets en Israël. Les dons s’élevaient à 6,3 millions de shekels.

 


Ces abris pourront héberger les habitants de Sdérot, nuit et jour, lors de tirs continus. Pour les tirs de Kassan, les habitants, avertis 15 secondes avant, n’ont pas le temps d’aller dans les abris. C’est pourquoi des arrêts d’autobus blindés pouvant contenir une quinzaine de personnes ont été conçus.

En janvier, 6 arrêts d’autobus blindés dont la construction a été financée en grande partie par l’Ambassade Chrétienne de Jérusalem ont été inaugurés. Il y en avait déjà 12 installés auparavant, grâce au financement de l’opération Sauver la Vie. Cette opération est le fait d’une collaboration de l’Ambassade Chrétienne et d’ « Israël toujours ». Des Juifs et des chrétiens du monde entier s’unissent pour aider Israël.

L’Ambassade a aussi financé en grande partie l’agrandissement d’un centre pour jeunes en difficulté à Sdérot avec une grande salle conçue comme un abri.

Enfin, cette opération Sauver la Vie a aidé des petits kibboutz et villages de la porte du Néguev à construire des abris. Car, comme le disait le directeur du Conseil général du Néguev : « C’est une question de vie ou de mort. On vit une vie ordinaire dans une situation impossible. »

Ben Gourion, David

Article

Ben Gourion, David (1886-1973), homme politique israélien, Premier ministre d’Israël (1948-1953 et 1955-1963), considéré comme le fondateur de l’État hébreu. Né à Plonsk, en Pologne, David Grün, qui prit ensuite le nom de Ben Gourion, était le fils d’un avocat, partisan actif du sionisme. Lui-même créa, à l’âge de 14 ans, un mouvement de jeunesse sioniste. À la suite de pogroms, il quitta la Pologne en 1906 pour s’établir en Palestine, alors sous la domination de l’Empire ottoman. En 1910, il quitta l’exploitation agricole juive dans laquelle il travaillait pour se consacrer à la publication d’un journal, Achdut (« Unité »), écrit en hébreu et destiné aux travailleurs juifs. C’est à cette époque qu’il adopta le nom de Ben Gourion, qui signifie en hébreu « le fils du jeune lion ». Expulsé par les Turcs au début de la Première Guerre mondiale, il quitta la Palestine pour les États-Unis, où il se fit le porte-parole du sionisme.

Ben Gourion s’employa, après que le Royaume-Uni eut accepté le projet de création d’un foyer national juif en Palestine (par la déclaration Balfour de 1917), à rassembler les mouvements socialistes sionistes. Il allait créer à cette fin, en 1921, le syndicat Histadrout, puis le Mapaï (le futur Parti travailliste), dont il devint le secrétaire général. En avril 1918, il s’était enrôlé dans la Légion juive, à la création de laquelle il avait pris part, pour combattre les Turcs en Palestine. Mais avant même qu’il n’arrive au Proche-Orient, la guerre était terminée et les Britanniques avaient pris le contrôle du territoire palestinien. Devenu président du comité exécutif de l’Agence juive en Palestine, il favorisa l’immigration juive en dépit des limitations imposées par le Royaume-Uni, à la suite de violents affrontements entre communautés juives et communautés arabes.

Si durant la Seconde Guerre mondiale, Ben Gourion, devenu l’un des dirigeants de la Haganah, organisation militaire sioniste, encouragea la coopération avec les Britanniques, il combattit ensuite militairement la puissance mandataire afin d’obtenir l’indépendance d’Israël.

Le 14 mai 1948, après le retrait britannique et l’adoption par l’Organisation des Nations unies d’un plan de partage de la Palestine entre Juifs et Arabes palestiniens, Ben Gourion proclama l’établissement de l’État d’Israël , dont il fut le Premier ministre. Ayant réuni les différents mouvements de la résistance juive en une seule armée, il vainquit les pays arabes hostiles à la création d’Israël. Durant quinze ans, il dirigea presque sans discontinuer le pays, encourageant l’immigration juive, favorisant l’éducation et le développement économique. En 1963, Ben Gourion, en désaccord avec son parti, démissionna de son poste de Premier ministre. Il fonda l’année suivante un nouveau parti, le Rafi. Demeuré député à la Knesset, le Parlement israélien, il se retira, en 1970, de la vie politique.

Recette filmée de la pizza Tunisienne

DSC_0321

n’hesitez pas à l’essayer elle est vraiment trés simple à réaliser

ps: Laisser la pate reposser le temps de préparer la sauce mais pas plus, pas besoin de la laisser lever pendant 2 heures

Pour un plateau de pizza il vous faut:

Pour la pate

  • 500 gr de Farine

  • 2 sachet de levure instantané briochin

  • 1 cuillere à soupe bombée de sucre

  • 1 cuillere à café de sel

  • 1 petit verre à thé d’huile

  • 1 verre d’eau tiede (plus ou moins)

Pour la sauce

  • 1 gros oignon ou 2 petits

  • 1 gousse d’ail

  • 1 boite de concentré de tomate

  • 1 grosse boite de thon

  • Garniture: Anchois, Poivrons, Olives, de la mozzarella mais ne le dites jamais à un tune!!!

 

Recette filmée de la pizza tunisienne
envoyé par lolomad04

Publicités