lundi 18 février 2008

SHOAH : hypocrisie.


Shoah

Le mémorial de 11000 enfants juifs :

quelle hypocrisie dans les refus !

Miguel Garroté, Journaliste
http://www.monde-info.blogspot.com

Il est proposé, de faire le mémorial, sous forme de parrainage, de 11000 enfants juifs français, déportés, dans les camps d’extermination nationaux-socialistes. Je ne déplore pas, évidemment, le principe même du débat, sur cette proposition. D’ailleurs, ce débat a lieu, également, au sein des communautés juives. Ce que je déplore, en revanche, c’est la précipitation et la mauvaise foi, avec lesquelles, certaines personnes non juives, emploient, dans le cadre de ce débat, des termes, qui à mon sens, sont excessifs et déplacés. La proposition de Sarkozy va, soi-disant, « traumatiser » les enfants, nous dit-on. C’est qu’on se préoccupe, soudain, des traumatismes infantiles. La belle affaire.

Car on se mobilise beaucoup moins, contre ce qui réellement, traumatise ces mêmes enfants : pédocriminalité, pornographie, violences, profs anarcho-gauchistes, drogues, alcool, racket, télévision, consoles, x-box, wargame, intégrations foireuses, guerres de clans etc. Non, non, ce qui « traumatise » les enfants, c’est le mémorial de la shoah. C’est sans doute pour cela, que certains, proposent, déjà, que les petits français, parrainent, des enfants palestiniens, actuellement emprisonnés en Israël. J’ai lu ça ces derniers jours. Merci pour la comparaison.

Des enfants sont morts gazés à Auschwitz parce qu’ils étaient juifs. Des enfants palestiniens sont en prison parce qu’ils ont lancé des blocs de pierre de plusieurs kilos sur les pares brises de véhicules transportant des familles juives (ne comptez pas sur les télévisions pour vous montrer cela). Oui, vraiment, merci pour la comparaison. Un enfant juif, gazé, n’a pas droit à la compassion. Un enfant délinquant, élevé dans la haine des Juifs, a droit à la compassion.

La précipitation et la mauvaise foi, avec lesquelles, certaines personnes non juives, emploient, dans le cadre de ce débat, des termes excessifs et déplacés ; la précipitation et la mauvaise foi, avec lesquelles, certaines personnes non juives, dans le cadre de ce débat, effectuent des amalgames et formulent des objections à ce point hypocrites ; tout cela en dit long, sur la judéophobie, à peine voilée, qui l’air de rien, sévit sous nos latitudes.

Le fait que la proposition vienne, non pas de la gauche mais de la droite ; le fait que la France souffre de palestinnite aiguë ; et le fait qu’il y ait, aussi, des enfants musulmans, dans l’enseignement public, ne seraient-ils pas, les trois réels motifs, de la levée de boucliers anti-parrainage ?

Laissons les communautés juives s’entendre sur la proposition de Sarkozy. Et cessons de donner à des non juifs, l’occasion de pontifier, dans la presse, à la radio et à la télévision, contre cette proposition. Si vraiment nous avons peur, de « traumatiser » les enfants, avec cette proposition, alors laissons aux fils et petits-fils de déportés, le soin de faire, des contre-propositions en la matière. Les fils et petits-fils de déportés, sont les premiers, en droit d’approuver ou de désapprouver, la proposition de parrainage de Sarkozy.

Nous, non juifs, nous sommes concernés. Eux, Juifs, ils sont impliqués. Ce qui n’est pas du tout la même chose. Si vraiment la Shoah, est, pour nous, non juifs, une abomination, alors, pourquoi s’exprime-t-on, à la place des communautés juives, contre la proposition de Sarkozy ? J’ai écrit, il y a trois jour, et je persiste et signe aujourd’hui, que je suis favorable, à la proposition de Sarkozy.

Je n’imaginais pas, que cette proposition, allait déclencher, une telle avalanche, de refus hypocrites, chez mes coreligionnaires non-juifs. J’aimerais bien que maintenant ils se taisent. Et moi aussi, je vais tâcher de me taire. Oui je sais. Ce ne sera pas facile.

Publicités