paracha

Posté le 09.02.2008 par israelsionisme

Paracha

Paracha Tétsavé

Aaron avait été le fidèle compagnon de Moise pendant toute la période où celui-ci était en pourparlers avec Pharaon pour obtenir l’affranchissement des Hébreux.

Dorénavant, il sera chargé plus spécialement du culte de l’Eternel dans le Tabernacle, lui et ses descendants après lui. Et pour permettre à Aaron d’accomplir convenablement ce service divin, l’Eternel demande à Moise de lui confectionner des vêtements et des ornements spéciaux, qu’il revêtira quand il se présentera devant D.ieu.
En lisant tous les détails que nous fournit la Torah sur ces habits, on peut se demander pourquoi Aaron n’aurait pas, tout aussi bien, pu exercer son ministère dans ses vêtements de tous les jours. Qu’ajoutent à un tel service les habits particuliers ?
Effectivement, nous savons que le vêtement que nous portons n’est pas d’une grande importance. On ne peut juger quelqu’un d’après ses habits. Ni l’intelligence, ni le cour, ni aucun des nobles sentiments ne se manifestent dans ce que nous revêtons.

Par contre, nous avons la possibilité de nous rendre compte si notre interlocuteur est un homme soigné et bien élevé d’après la manière dont il est vêtu, que ses vêtements soient riches ou non.
Par ailleurs, si nous avons du respect ou de la considération pour une personne, nous avons à cour de nous présenter devant elle avec une mise plus soignée que devant n’importe qui. En agissant ainsi, nous lui montrons que nous avons fait un effort pour elle, que nous l’aimons et que nous lui sommes tout dévoués.
II en est de même envers Dieu. Certes l’Eternel connaît les sentiments profonds de notre cour et n’a pas besoin, lui, de marques extérieures de respect et d’amour. II n’en faut pas moins que nous, de notre côté, pour nous-mêmes plus que pour Dieu, nous fassions un effort pour nous présenter devant lui convenablement et soigneusement vêtus.

Dans une certaine mesure, chacun de nous est au service de D.ieu, tout comme le grand prêtre l’était au Tabernacle. Chacun se doit donc de soigner sa mise en toute occasion et plus particulièrement quand il est reçu en audience par l’Eternel au moment de la prière.

l’e saviez vous

Posté le 09.02.2008 par israelsionisme

Le Saviez-Vous ????

D’aprés le Meam Loez ; Celui qui fait accomplir une bonne action est supérieur à ceux
qui l’accomplissent.

Dans la Paracha ‘ TETSAVE  » ; le nom de MOISE n’est pas cité; pourtant cette paracha est trés importante car D-
ordonne aux Hebreux d’apporter certains matériaux pour construire le « Tabernacle ».
La raison est que MOISE supplia D- de pardonner au Peuple d’ISRAEL la faute du veau d’or et il demanda à D-
« Pardonne au Peuple d’ISRAEL la faute du veau d’or ou sinon efface moi de TON LIVRE que tu as écrit  »

Le premier jour de Roche-Hachana ne peut jamais
tomber un dimanche, un mercredi ou un vendredi.

La Nouvelle Lune du mois de Tichri n’est ni annon-
cée ni bénie à la synagogue le jour du Sabbat précédant la
néoménie, contrairement a l’usage pratiqué pendant les
autres mois de l’année. C’est Dieu lui-même qui bénit ce
mois.

Adam fut créé à Roche-Hachanah et il affirma que D:ieu
est le Créateur de tout ce aui existe et le Maître de l’Univers.
C’est l’une des raisons que l’on sonne du Choffar à
Roche-Hachanah.

Le Choffar est un appel a la penitence. Le premier
homme qui se repentit fut CaIn qui tua ce jour-là son frère
Abel. II regretta son acte et fut sauvé. Ce fut de lui
qu’Adam apprit comment se repentir du péché d’avoir man-
gé de l’Arbre de la Connaissance.

A la fin de l’office de Yom-Kippour, le Chof far retentit
pour plusieurs raisons :
Pour nous rappeler l’usage qui existait de faire retentir
le Choffar le jour de Yom-Kippour pour annoncer le Jubilé
(Lévitique, 25).
Le son du Choffar symbolise la victoire de ceux qui
revenaient du champ de bataille en sonnant
la trompette.
C’est le son de notre victoire sur nos péchés.
Le son du choffar brouille Satan
Il nous rappelle que les Enfants d’Israel ont sonne du
choffar par joie quand Moise descendit du mont Sinai
avec les Secondes Tables de Loi, ce fut le jour de
Yom-Kippour .

Les Syriens interdirent I’enseignement et I’étude de Ia Torah sous
peine de mort ou d’emprisonnement.
Malgré tout, les enfants juifs persistérent; ils voulaient etudier.
On posta donc des guetteurs charges de prévenir de I’arrivée des patrouilles syriennes.
Des que I’une d’entre elles était signalee, les enfants cachaient leurs Iivres et jouaient a Ia toupie.

Du second soir de Pessah jusqu’a Chavouot, tout les soirs, a la tombee de la nuit on compte le OMER.
Si on a omis de compter pendant la nuit, on peut reparer en comptant toute la journee jusqu’au crepuscule,
mais SANS DIRE LA BENEDICTION, et reprendre normalement.

Mais si on a omis de compter toute une journee , le decompte est fausse, et on ne pourra plus reciter
la Benediction jusqu’a la fin des 49 jours .On continuera a compter quand meme directement

Sans les Asmonéens, il n’y aurait plus de peuple juif, et nous savons que nous nous trouvons
en presence d’un episode unique dans notre histoire, d’une épopée oü se révèlent des qualités
incomparables de courage et de dévouement.

Ce mois porte bonheur au peuple d’Israël, le signe du Zodiaque est celui des Poissons
(Mazal chel bsrakha) signe de bénédiction.

Publicités