MIGDAL s’est fixé comme objectif d’aider les jeunes soldats dans leur difficile quotidien en construisant des salles de repos, en envoyant des colis, et en rénovant les « bunkers froids et humides dont la seule décoration se résume à des trous dans les murs, dans lesquels ils font des haltes.
Le
  dimanche 13 janvier 2008, un grand gala de soutien à Magav sera destiné à financer la construction d’un Beth Ahayal – maison de soldats- regroupant un centre de réadaptation pour les soldats blessés, un centre de repos, un centre de formation et d’éducation sur l’histoire du peuple juif et la Shoa,  ainsi qu’un  centre du souvenir  des 485 soldats de Magav tombés pour la défense d’Israël.
Les soldats et les policiers israéliens ne font pas la guerre, ils tentent tout simplement de défendre les civils contre les innombrables ennemis qui ne nous laissent malheureusement aucun répit.
Ce combat obstiné, sans compromis, cette guerre anonyme, sans publicité et sans gloire sur le terrain mérite toute notre attention, et le 13 janvier, nous comptons bien leur prouver toute notre attention et tout notre amour.
L’Equipe MIGDAL

SOUS LE PARAINNAGE D’ENRICO MACIAS, L’ASSOCIATION MIGDAL A FÊTÉ LES 60 ANS D’ISRAËL ET LES 55 ANS DU MAGAV.

Soirée annuelle de Gala. Les soldats Magav à l’honneur pour recevoir un centre de réadaptation.

Venue spécialement d’Israël dimanche soir, puis ovationnée par plus d’un millier de donateurs, une unité de la troupe du Magav en entonnant son célèbre chant : « Michmar agvoul… zé yéhida chelly »,… a allumé le feu au Bataclan, pour la soirée annuelle du gala de l’association Migdal.

Depuis plusieurs années, l’oeuvre fondatrice de l’association Migdal s’articulait autour d’une aide financière améliorant le confort des soldats de ces unités de garde-frontières du Magav. Mais au cours de cette soirée, un signal clair et sans ambiguïté de mobilisation générale venait d’être émis. Et, ce signe affectif de solidarité avec le Magav s’est alors structuré par une grande collecte de dons, pour financer un centre de réadaptation des soldats blessés aux combats, sur les frontières d’Israël.

Intervenant dans ce cadre, le président de MIGDAL, tout en confiant à la salle son sincère attachement à cette unité d’élites, rappellera, avec émotion, que depuis la création de l’unité Magav : 437 soldats sont tombés et que beaucoup d’autres étaient blessés. Avant d’ajouter, je le cite : « notre plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque fois que nous tombons ».
Une haute personnalité présente dans la salle, le Général Avigdor KAHALANI, héros d’Israël, devenu président mondial de l’Agouda Léehané Hayayal a déclaré, non sans émotion : «  les guerres en Israël ne sont jamais finis et ne finiront jamais, aussi chaque juif doit considérer qu’il tient le drapeau d’Israël dans la main, et ouvrir sa main signifie qu’il n’aura plus de foyer ». Puis d’ajouter : « Un soldat combat, mais sait que tout un peuple est derrière lui. Ce que vous faites ce soir c’est de donner cette force morale à tous les soldats du Magav. Dans mon cœur j’éprouve de l’amour pour ces soldats car, ces soldats sont aussi nos enfants. Ils surveillent nos frontières, jour et nuit, ils luttent et combattent car, dans le camp d’en face : la haine est géante ». Par la force de ces mots qui vont droit au cœur, doit-on rappeler qu’il s’agit d’un combat discret de surveillance du Yamam, dont les enjeux sont : l’arrêt des attentats terroristes, et la survie du peuple d’Israël.

Divine surprise. La salle était comble, l’ambiance chaleureuse et la mobilisation totale. Tard le soir, « aba Migdal-Magav » avait rempli sa hôte annuelle de promesses de dons, via des sommets d’une générosité inattendue. On parle de 150.000 € !… Le succès des promesses de dons de cette belle soirée restera, sans aucun doute, le moteur d’un bonheur collectif et d’une organisation sans faille, programmée sur plusieurs mois. Tant de travail, honore les unités combattant le terrorisme aux frontières d’Israël mais met en exergue, l’action militante des migdalotes et des migdalim, et de tous ces bénévoles infatigables qui donnent dans un élan de générosité, une partie de leur temps. Ces quelques 150 bénévoles du SPCJ à l’extérieur, et plus de 50 à l’intérieur, vont rivaliser en dévouements pour créer l’euphorie d’une communion avec Israël et le Magav.
Une soirée finalement très réussie, nous confiera son président David BITTAN : malgré quelques inquiétudes assez vites oubliées, sur une baisse possible des effectifs du public. En cause : un changement tardif de la date du gala ; l’annonce d’incidents récurrents et attendus à l’entrée du Bataclan, ainsi que le risque de doublon avec des personnes sans scrupules, imposant un concert le 20 janvier alors que celui de MIGDAL était programmé depuis plusieurs mois !

Bref, pour quand l’entente stratégique, entre associations oeuvrant pour aider Israël ? Au premier rang d’honneur du Bataclan, le grand Général du MAGAV, Israel ITSHAK , présent pour la première fois en France et enchanté de l’intérêt que MIGDAL à  suscité auprès de la communauté française pour les Michmar Agvoul, inconnus encore il y a peine 4 ans. Le Ministère israélien de la défense était représenté par l’attaché militaire Yossi ADIRI.
D’autres personnalités étaient présentes ; Joël MERGUI, Président du Consistoire de Paris, Pierre BESNAINOU, du Congrès juif, David ROCHE et Amir LAPID, de l’agence juive. Les politiques Nicole GUEDJ, Linda ASMANI, Jack-Yves BOHBOT. Radio-J, Actualité Juive, Israël ACTUALITE. Toutes et tous, ont honoré de leur présence ce vibrant hommage aux Magav qui s’achèvera, main dans la main, et à l’unissons sur un émouvant « yossé chalom mim homar », repris en solo par Enrico MACIAS, parrain de cette magnifique soirée .

La nation israélienne vit entourée d’ennemis acharnés à vouloir la détruire. La diaspora juive de France, en  manifestant, quelques signes d’allégeances avec Israël, doit-elle subir le même sort ?
Car, dans l’après-midi du 12 janvier 08, sur le boulevard Voltaire, face au Bataclan, une charge violente de quelques dizaines de manifestants attachés les uns aux autres, a bien tenté de faire annuler la soirée. Ces manifestants haineux, n’ont jamais réussi à décourager le fervent enthousiasme des supporters du Magav.
Des associations d’extrême gauche comme l’AFPS, UJPF, les Femmes en noirs, CAPJPO, les Indigènes de la République, etc…, tentent chaque année, intentionnellement et par la violence, d’empêcher certaines associations juives de France de collecter des fonds, destinés à la protection du peuple d’Israël, de ses jeunes soldats, de sa terre immémoriale et de ses frontières, sûres et reconnues. 

Contenue, fort heureusement par un cordon de CRS impressionnant en nombre, une foule constituée de plusieurs dizaines de militants et postée derrière de solides barrières métalliques, vociférait au son d’une sirène factice :  leur intolérance de l’autre : «Israël assassin, policiers complices » ; « les feuj au Bataclan, le feu au Bataclan » ;  ou encore   « ils ramassent de l’argent pour tuer des arabes »…
Il apparaît nettement que la ligne politique de ces associations d’essence françaises, extrémistes, alter mondialistes et pro palestiniennes, en imposant leur dicta idéologique, dénient toute tolérance à nos droits civiques et à notre liberté d’action. Lorsque sont dénoncés, les milliers d’euros détournés par les autorités palestiniennes pour soutenir les lanceurs de roquettes kassam, sur les habitants de Sdérot, le silence médiatique semble presque total. Que pèsent alors, 150.000 euros devant 7,2 milliards d’euros accordés par les donateurs internationaux réunis à Paris le 17 décembre 2007 ? …

Des manifestations ont-elles empêché de verser ces 7,2 milliards à l’autorité palestinienne ? NON ! Face à une telle disproportion, on ne s’étonnera pas alors que le soutien de l’ensemble de la communauté juive de la Diaspora vers Israël et le Magav devienne encore plus fort.
Ne pas avoir peur, vivre son judaïsme sans se cacher résume pour le président de Migdal, toute la fierté des membres de son association. Cette dernière envisage même d’organiser un voyage exceptionnel de solidarité à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’État d’Israël, avec au programme cette année un « yom Haasmaout » pas comme les autres et un accueil chez les Magav inoubliable !…

Réservez vite vos places et à l’année prochaine SDV.
Joseph Hattab pour Migdal.org 

Publicités