infoslive tv

Posté le 20.01.2008 par israelsionisme

le coran assassin

Posté le 19.01.2008 par israelsionisme

Mahomet, un prophète
mais aussi un chef de guerre.

Bien que nous lisions « Tu ne tueras point » dans la loi de Moïse1 (6ème commandement), Mahomet a mené en dix ans 75 guerres. « On peut dire qu’avant lui, le monde arabe vivait dans la tranquillité relative. Le record de Napoléon et de Hitler était battu. Heureusement, les armes n’étaient pas très meurtrières, à cette époque. Imaginons ce que cela donnerait de nos jours, où en 1914, avec les armes modernes… »2

Sourate 2 : »Tuez-les [les Juifs et les chrétiens] partout où vous les rencontrerez » (verset 190), « faites leurs la guerre jusqu’à ce que l’idolâtorie n’existe plus et la religion d’Allah règne universellement » (verset 193). Sourate 9 : « Tuez les infidèles où que vous les trouvez, capturez les et assiègez les et préparez pour eux chaque genre d’embuscade » (verset 5). « O Prophète! Combats les incrédules et les hypocrites; sois dur envers eux! » (verset 73). « Combattez les infidèles qui sont autour de vous et laissez les vous trouver sans pitiè » (verset 123). Voir aussi les versets des sourates 46:16, 4:89, 8:12, 8:17, 8:39, 9:14, 9:29-30, 9:111, 44:4-7, 47:35, 28:16

barbarie arabomusulmane

Posté le 19.01.2008 par israelsionisme

VOILA COMMENT ILS TRAITENT LES PRISIONNIERS ILS NE RESPECTENT MEME PAS LES ACCORDS INTERNATIONAUX A CE SUJET

LIBAN
Le Hezbollah affirme détenir des restes de soldats israéliens
NOUVELOBS.COM | 19.01.2008 | 14:11

« Nous avons des têtes, des mains, des pieds et nous avons un cadavre presque complet de la tête jusqu’au bassin », assure Hassan Nasrallah, le secrétaire général du mouvement islamiste. Les soldats auraient été tués lors du conflit avec l’Etat Hébreu à l’été 2006.

Hassan Nasrallah (AP)

Hassan Nasrallah (AP)
Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a affirmé samedi 19 janvier que son mouvement avait en sa possession « des têtes, des mains et des jambes de soldats israéliens », tués en 2006 durant le conflit avec Israël. « L’armée israélienne a laissé derrière elle les restes de corps d’un grand nombre de soldats », a déclaré fièrement Hassan Nasrallah, lors des commémorations de l’Achoura chiite dans la banlieue sud de Beyrouth, en allusion à la guerre dévastatrice de juillet-août 2006 entre le parti chiite et Israël. »Nous avons des têtes, des mains, des pieds et nous avons un cadavre presque complet de la tête jusqu’au bassin. Qu’a dit l’armée israélienne à la famille de ce soldat ? », a ajouté le chef chiite.

1360 morts en 2006

Le conflit entre Israël et le Hezbollah, déclenché le 12 juillet 2006 après la capture par les combattants chiites de deux soldats israéliens à la frontière israélo-libanaise, s’était achevé le 14 août après 34 jours de combats, par une trêve négociée sous les auspices de l’ONU. Le conflit a fait plus de 1.200 morts au Liban, en majorité des civils, et 160 en Israël, pour la plupart des soldats. Durant le conflit, le Hezbollah a tiré quelque 4.000 roquettes qui ont contraint un million d’Israéliens à se réfugier dans des abris ou à fuir vers le sud du pays.

Menaces d’un nouveau conflit

« Si Israël lance une nouvelle guerre contre le Liban, nous lui promettons une guerre qui changera la face de toute la région, avec l’aide de Dieu », a mis en garde le chef du Hezbollah. « Les Israéliens n’ont pas un commandement politique et militaire (efficace) pour lancer une guerre contre le Liban, mais s’ils le font, la résistance est prête » à y faire face, a-t-il ajouté.En octobre 2007, Israël avait remis un prisonnier et les dépouilles de deux militants du mouvement chiite libanais contre les restes d’un Israélien et des informations sur le pilote israélien disparu au Liban en 1986, Ron Arad. Le discours de cheikh Nasrallah intervient également alors que l’armée israélienne a intensifié ses raids meurtriers dans la bande de Gaza.

Première sortie publique depuis 1 an

Hassan Nasrallah assistait samedi matin aux commémorations de l’Achoura, dans la banlieue sud de Beyrouth, pour sa première sortie publique depuis plus d’un an.
Menacé de mort par l’Etat hébreu, il avait évité jusque là de participer à des commémorations religieuses ou des rassemblements politiques, préférant prononcer ses discours à la télévision d’un lieu tenu secret. Il est apparu samedi au milieu de mesures de sécurité renforcées et a pris la tête de la procession rassemblant des dizaines de milliers de fidèles qui sillonnaient les rues de la banlieue sud, fief du puissant parti chiite. Cette apparition du chef chiite intervient alors que le Liban est plongé dans une grave crise politique opposant la majorité parlementaire, soutenue par l’Occident, à l’opposition menée par le Hezbollah et appuyée par Damas et Téhéran.

Publicités