Abattage de Bétail

par le rabbin Nachum BRAVERMAN


D.ieu donne aux Enfants d’Israël les lois relatives aux sacrifices.

Les sacrifices sont essentiellement offerts pour expier les fautes graves.

Franchement, je ne marche pas. Des sacrifices d’animaux !!

Imaginez que vous fassiez une grosse faute et que vous vous sentiez éloigné de D.ieu.

Vous prenez une vache, bien grasse, une bête au sang chaud avec de grands yeux marron attendrissants et vous l’apportez au Temple. Vous posez vos mains sur sa tête et confessez la faute que vous avez faite ; puis, vous abattez la vache. Elle est dépecée devant vous et le sang est aspergé sur l’autel. On dispose la graisse sur l’autel et on la fait brûler.

Comment vous sentez vous ? (Ne dites pas que vous êtes dégoûté !) Je vais vous dire comment vous vous sentez : vous êtes submergés d’émotion, tremblant à l’idée que vous étiez si près de la mort et reconnaissant d’être encore en vie. Votre âme a été purifiée ; la vache sur l’autel est un sacrifice indirect de votre propre personne.

Cela sonne cruel ? Pas plus que la manière dont nous traitons les animaux d’ordinaire !

Nous avons l’habitude de consommer des animaux, de nous vêtir de leur peau, de les transformer en meubles, de les utiliser à des fins médicales et même, de les chasser, pour le sport.

D.ieu a créé les animaux pour notre usage (mais pas pour qu’on en abuse).

Le besoin qu’a une personne, accablée par la culpabilité, de restaurer ses relations avec D.ieu est aussi légitime qu’un repas de gourmet.

En fait, le mot hébreu pour sacrifice est Korban ; la racine de ce mot, karev signifie se rapprocher ; les sacrifices servent à nous rapprocher de D.ieu

Bien évidemment, n’essayez pas d’offrir un sacrifice dans votre synagogue de quartier !


Traduction et Adaptation de ‘Hanna Cohen

Publicités