l’affaire sellam eclate au grnad jour

 Selection primo : Documents/Societe | L’antisémitisme, maladie mentale ?
Yaël König

L’antisémitisme est-il une maladie mentale en France ?

NDLR Primo : l’article  » L’antisémitisme est-il une maladie mentale en France ?  » mis en ligne le 9 novembre a été modifié. Cette remise à jour était nécessaire : la première version faisait état de propos tenus par la vice-procureure de la République de Paris, Madame Nathalie Becache. Madame Becache est fort courtoisement entré en contact avec nous pour infirmer avoir tenu pareil propos. Nous l’en remercions. Nous demandons à nos lecteurs de bien vouloir nous excuser. Comme le dit un fameux hebdomadaire satirique : pan sur le bec !

Voici le texte définitif qui exprime l’essentiel, et la question, toujours posée.

Sébastien Selam est disc jockey. « Di Jè », comme on dit dans les milieux branchés.

À 23 ans, Il jouit déjà d’une certaine notoriété. Il anime de nombreuses soirées, mixe dans les boîtes huppées de la capitale, comme les Bains Douches ou le Queen. Les journaux l’encensent, sa réputation dépasse les frontières, on le sollicite sur la Côte d’Azur, en Europe, et même au-delà.(lire le témoignage sur un site de référence des DJ)

Sébastien est heureux ; il vit sa passion et sa passion le fait vivre.

L’argent ne le rend pas arrogant et n’altère aucunement sa mémoire. Sébastien travaille d’arrache-pied pour devenir cette star naissante de la musique. Dans le privé c’est un garçon souriant, serviable, attentif.

Le jeune homme habite avec Juliette, sa mère, dans une cité de la rue Louis Blanc, dans le dixième arrondissement de Paris. Son père est mort depuis longtemps, laissant à sa femme deux garçons à élever.

Depuis qu’il a l’âge de raison, Sébastien s’est promis de prendre soin de Juliette, de la gâter, de lui rendre au centuple les soins et l’amour qu’elle ne cesse de lui prodiguer. Grâce au succès du DJ, la situation matérielle des Selam s’améliore.

Bientôt le frère de Sébastien se marie. La soirée que lui concocte Sébastien restera gravée dans les mémoires tant il a mis de cœur et de talent à l’animer. Du bonheur en myriades, des cascades de musiques dynamiques et joyeuses. Pour la dernière fois, mais nul ne le sait…

De quoi oublier la mine renfrognée et agressive d’Adel Amastaibou, son voisin. Adel a le même âge que Sébastien, ils se connaissent depuis toujours. Même génération, même lieu de vie : mais là s’arrêtent les ressemblances.

Adel Amastaibou ne connaît pas le sens du mot travail. Il est violent. Il a déjà été arrêté à plusieurs reprises. Il gagne, en dealant de la cocaïne, bien plus que le smic, ce qui lui laisse tout loisir pour traîner, regarder les autres avec haine et se laisser corrompre par les incitations islamistes nauséabondes et dangereuses.

Cela l’amène à se déchaîner, quelques mois avant « l’affaire Sellam » en agressant et injuriant un rabbin qui avait l’outrecuidance de passer dans « sa » rue : « T’es un rabbin toi, regarde ton gros nez de Juif, vous êtes tous des fils de p…, regarde ce gros berger allemand, il va te mordre les fesses, ça te rappelle quelque chose ? On va te faire la peau… ».

Le Procureur de la République requiert alors contre Adel Amastaibou. Au procès en Correctionnelle, les magistrats le déclarent coupable. Personne n’émet l’excuse fallacieuse de la folie, denrée de grand secours pour ceux qui veulent nier ou masquer les délits commis sous la bannière islamo-antijuive.

Le 19 novembre 2003 dans l’après-midi, Adel rencontre Sébastien dans l’escalier et lui lance : « Je vais te tuer, toi et ta famille. »

Qu’auriez-vous fait à la place du DJ ? Auriez-vous seulement cru à la menace ? Il est vrai qu’en 2003, et depuis des années, le racisme antijuif se déchaînait : des Juifs agressés, des synagogues brûlées, des bouffées de haine violemment exprimées… mais tout de même, c’était en France !

La France est un pays aimé des Juifs depuis toujours, malgré tout. Mais la France aime-t-elle encore ses Juifs, apeurée, influencée qu’elle est par les assertions racistes à flux tendu ?

Sébastien continue à vivre tranquillement le dernier après-midi de sa courte vie. Peut-être un peu inquiet ? Nul ne le saura. Il doit penser aux injures d’Amastaibou qui vont crescendo, aux poulets égorgés que sa mère trouve devant leur porte palière ; sinistres avertissements…

Mais Sébastien ne sait pas reconnaître le mal absolu. Son plaisir c’est la musique ; sa feuille de route c’est le bonheur.

Le soir de ce même jour le jeune homme descend dans le sous-sol de l’immeuble. Adel y est déjà, qui l’attend. Il a piégé Sébastien.

Il le torture, l’exécute. Nous avons vu des photos. L’horreur, indicible.

Amastaibou a-t-il eu des complices pour guetter, prévenir ? La question n’est encore pas résolue.

Après ce crime l’assassin déclare aux services de police : « Je suis content s’il est mort, cet enc… de bâtard, s’il est mort je suis trop content, ce p… de Juif, sale Juif… »

À ces mots terrifiants, le gardien de la paix qui a enregistré la déposition d’Amastaibou ajoute ce commentaire spontané : « Amastaibou, le sourire aux lèvres, se dit pleinement satisfait de son acte. »

En tout cas à nos yeux de citoyens confiants, l’affaire est entendue ; nous avons là des aveux ; le dossier est clair et solide. Justice va être faite. Justice, non vengeance.

Sauf que.

Sauf que la Justice française refuse d’entendre Adel le criminel, le considérant d’emblée comme fou. La messe est dite.
Madame le juge d’instruction Sonnois délivre une ordonnance de non-lieu dès le 24 novembre 2003, au vu d’une expertise psychiatrique.

Est-ce à dire qu’un antijuif assassin est automatiquement considéré par la justice de notre pays comme un fou ? Pratique… Pas de jugement, un peu de perlimpinpin pour alimenter cette thèse et bientôt on ressort libre…

Il est incroyable de constater que par la suite, pendant toute la durée de l’instruction, des médecins de l’unité psychiatrique abritant Amastaibou délivreront des certificats lui permettant de ne pas assister aux interrogatoires.

Et hop, circulez, y’a rien à voir ! Et rien à dire, même si l’indignation nous prend à constater que pendant toutes ces années d’instruction la famille Selam et ses anciens avocats n’ont jamais pu voir l’assassin, n’ont jamais pu constater son état de santé réel.

Ainsi donc il semble qu’il n’y aura pas de procès pénal pour l’assassin de Sébastien Selam.

Par ailleurs, Juliette Selam a sollicité de la ville de Paris l’octroi d’un logement social afin de ne pas rencontrer l’assassin de son fils dans l’immeuble, afin de ne plus avoir sous les yeux les auréoles sombres qu’a laissées sur le sol le sang de son enfant… A l’heure où paraît cet article, presque exactement quatre ans jour pour jour après la mise à mort de Sébastien, elle n’a toujours pas été relogée.

Et le pire n’étant jamais en reste, il est un fait lamentable dans les suites de cet assassinat monstrueux.

L’ordonnance de non-lieu du 8 août 2006 au bénéfice d’Amastaibou, (pour trouble mental sur le fondement de l’article 122-1 du Code pénal,) ordonnance rendue par la nouvelle juge d’instruction madame Isabelle Minguet, n’a jamais été délivrée à la famille Selam, la privant ainsi de tout appel possible.

Toutefois deux enveloppes cachetées non délivrées à Madame Selam au motif « Pas de destinataire à l’adresse indiquée » sont découvertes dans les archives du tribunal.

Qui a apporté ces enveloppes et s’en est retourné sans les livrer ? Qui aurait constaté que nul n’habitait à cette adresse, alors que les Selam y vivent depuis de nombreuses années et sont connus de tous ?

Ces courriers devaient porter à la connaissance de Juliette Selam que l’assassin de son fils bénéficiait d’un non-lieu. Elle aurait pu alors interjeter appel dans le délai légal. Mais ces enveloppes ne sont pas remises à sa destinataire et Juliette Selam n’avait plus d’autre choix que celui de se taire.

Depuis, la Poste a reconnu son erreur et s’en est excusée ; mais plainte a été déposée contre elle.

Madame Selam a enfin pu, en juin dernier, faire appel de l’ordonnance de non-lieu rendue à l’époque du meurtre de son fils.

En plein procès du jeune schizophrène meurtrier de deux infirmières paloises, on apprend des médias que les non-lieux accordés par la justice de notre pays pour maladie mentale deviennent de plus en plus rares. S’en réjouir ou le déplorer n’est pas ici notre propos. Mais s’étonner qu’un meurtrier antijuif soit soustrait à la justice sous cette fallacieuse raison, s’étonner et demander réparation, là oui, c’est ce que nous réclamons, ici, maintenant, plus fort que jamais.

Et la justice française vient de fixer une audience devant la chambre d’instruction du Tribunal de Grande instance de Paris le 22 novembre prochain.

Première étape, enfin, vers la réhabilitation d’une vérité malmenée ?

Aujourd’hui nous voulons savoir si Amastaibou a eu des complices, nous voulons savoir où il se trouve, nous voulons que justice soit faite, nous voulons retrouver notre fierté et notre confiance en la justice de notre pays.

Nous voulons aussi qu’enfin les pouvoirs publics attribuent à Juliette Selam le logement qu’elle espère depuis trop longtemps ; qu’elle puisse vivre son deuil sans frémir au moindre battement de la porte de l’immeuble en imaginant que c’est Adel, le voisin de toujours, celui qui a défiguré et assassiné son fils, qui rentre chez lui pour une soirée tranquille…

Pendant qu’au cimetière Sébastien a froid, si froid, et qu’il se désole de n’avoir pu empêcher le meurtre d’Ilan Halimi, son frère en souffrance…

Yaël König © Primo, 9 novembre 2007

 

 

paracha vayechev

Hityashvout (implantation)

<!– –>

Notre section hebdomadaire s’ouvre avec le premier verset du chapitre 37 : « Jacob s’implanta dans le pays des pérégrinations de ses pères, dans le pays de Canaan ». Suite…
<!–8 décembre 2006, par Yeshaya Dalsace –>

Le texte de la Parasha en français

Jacob demeura dans le pays des pérégrinations de son père, dans le pays de Canaan. Voici l’histoire de la descendance de Jacob. Suite..

source : site massorti

 

 

hanoukka

HANOUKKA FETE DES LUMIERES
envoyé par iisraelsionisme

 

 

LETTRE DU CONSISTOIRE

LA LETTRE DU CONSISTOIRE

23 novembre 2007

 n°30

13 kislev 5768

www.consistoire.org

S’abonner à la Newsletter

SOMMAIRE

Eliezer Ben Yehuda par Joël Mergui
Un enseignement par Pinhas Péli
La vie de l’ACIP
Lu dans la Presse
Culture
Mazaltov


Commerces

Infos pratiques

Synagogues

Contacts
ACIP

Le consistoire
a la parole

:: Eliezer Ben Yehuda, l’homme de la renaissance de l’hébreu

Jusque là, l’hébreu est la langue des prières et de l’étude, des synagogues et des yéchivot. Ben Yehouda veut en faire la langue de tous les jours. Quand les mots viennent à lui manquer, il les crée. Il adapte l’hébreu aux besoins de la vie moderne …

:: Un enseignement
. Un enseignement
. Lire la paracha de la semaine en français et en hébreu
:: La vie de L’ACIP 

. Visite de Madame Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur, au Consistoire
. Nomination d’un nouveau Secrétaire Général à l’ACIP

. Calendrier
. Le Consistoire partenaire de l’Appel National pour la Tsédaka

. L’agenda des communautés

. Les commerces
:: Lu dans la Presse

.La Shoah par balles (Paris Match)
. Un coup de maître ? (Le Figaro)
. Tzipi et les arabes (Jeune Afrique)
. Pourquoi il faut envier les israéliens ? (Courrier International)

:: Culture 

. Exposition : Le Temple de Jérusalem
.Le Block 15
. Mesures juives du temps, de Roger Stioui

 

 

lettre du crif

23 novembre 2007

Ne pas répondre à cet email. Pour tout contact avec le CRIF, veuillez écrire à l’adresse infocrif@crif.org 
Le Crif en action

Rachida Dati au dîner du CRIF Sud-Est : «Il n’est pas question de transiger sur la sécurité d’Israël et de ses citoyens» – 23/11/07

Plus de 500 personnes ont assisté à la nouvelle édition du dîner du CRIF de Nice Sud-Est. Dans la salle, on trouvait de nombreux élus, un conseiller du Président Nicolas Sarkozy, le Grand Orateur du Grand Orient de France, une représentante du Consistoire de Paris et le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubaker. Aux côtés de Richard Prasquier, Président du CRIF, et d’Isidore Aragones, le Président du CRIF Marseille-Provence, ou du Consul Général d’Israël, Mme Frankel,…

[lire la suite]

Un allumage de Hanouka pour les trois soldats israéliens otages du Hamas et du Hezbollah – 23/11/07

Le Comité international pour la libération des soldats, présidé par Roger Pinto, président de SIONA, fondé avec le soutien du CRIF, avait obtenu du Conseil de Paris que les photos des trois soldats israéliens Guilad Shalit, otage du Hamas, Eldad Regev et Ehoud Goldwasser, otages du Hezbollah depuis près d’un an et demi, soient apposées dans les jardins Itshak Rabin de Bercy, dans le XIIème arrondissement de Paris, le19 octobre dernier. A la suite de la dégradation par des…

[lire la suite]

Le CRIF reçoit Waffa Sultan – 23/11/07

Invitée à Paris par « Ni putes ni soumises » pour son université 2007, Waffa Sultan est venue présenter au CRIF son combat contre l’islamisme.

 

Le Bureau exécutif du CRIF et la Commission « Femmes dans la Cité, la Transmission et l’Education », coprésidée par Nathalie Cohen-Beizerman et Edwige Elkaïm, ont reçu, lundi 12 novembre, lors d’une réunion commune Waffa Sultan, psychologue et psychiatre américaine d’origine syrienne.

 

Issue…

[lire la suite]

Lagrange et Viout récompensés par le CRIF de Grenoble – 23/11/07

Le CRIF Grenoble-Isère a remis, dimanche 11 novembre dernier, le Prix Louis Blum 2007 à Simone Lagrange, déportée et rescapée d’Auschwitz, et à Jean Olivier Viout, procureur général près la cour d’appel de Lyon, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au musée de Grenoble en présence de plus de 350 personnes, dont de nombreuses personnalités.

Le député-maire de Grenoble, Michel Destot, présent pour l’occasion, a remis la médaille d’or de la ville de Grenoble aux deux…

[lire la suite]

Le 150ème anniversaire de la Synagogue de Belfort – 23/11/07

A Belfort : la communauté juive a organisé, dimanche soir 19 novembre, la célébration du 150e anniversaire de sa synagogue. En présence des autorités civiles militaires et religieuses, le président de la communauté, Laurent Hofnung, a mis l’accent sur l’insertion ancestrale du judaïsme dans la nation française. Après une allocution du Rabbin Daltroff, le sénateur Dreyfus-Schmitt a rappelé quelques points d’histoire locale. La cérémonie s’est poursuivie par un remarquable…

[lire la suite]

Roger Benarrosh, vice-président d’honneur du CRIF – 23/11/07

Roger Benarrosh, vice-président sortant, réélu au bureau exécutif lors de l’élection du 5 novembre, n’a pas souhaité postuler pour un nouveau mandat de vice-président.

Sur proposition du président et du bureau exécutif, le comité directeur, réuni le 19 novembre, a nommé à l’unanimité Roger Benarrosh, vice-président d’honneur du CRIF.

Vice-président de l’alliance israélite universelle, Roger Benarrosh est le fondateur du mouvement juif libéral de France….

[lire la suite]
Revue de presse

Actes antisémites dans le Xe arrondissement de Paris – 23/11/07

Réagissant dans le Yedioth Aharonot, à la vague d’antisémitisme qui touche un quartier du Xe arrondissement de Paris, Ariel Goldman, vice-président du CRIF, a déclaré que l’organisation vise à remédier à la situation : « Nous sommes préoccupés par les incidents et nous feront le maximum pour rester en contact avec les autorités afin d’obtenir de meilleures informations sur ce qui se passe. » Les habitants du quartier Albert Camus sont de plus en plus préoccupés par leur…

[lire la suite]

Le meurtrier de Sébastien Sellam devrait être jugé – 23/11/07

Cette vague d’antisémitisme dans le X arrondissement inquiète d’autant plus la communauté juive du quartier qui se souvient du meurtre de Sébastien Sellam, qui habitait le quartier. Le 20 novembre 2003, ce jeune DJ, de confession juive, a été égorgé et défiguré par son ami Adel A., de confession musulmane. Ce dernier avait d’ailleurs confié à sa mère : « J’ai tué un Juif et j’irai au Paradis. »

Le Parisien revient sur la décision, jeudi 22 novembre, de la chambre…

[lire la suite]

Sarkozy : Je suis un inconditionnel de la sécurité d’Israël – 23/11/07

Lors de sa récente visite aux Etats-Unis, le président français Nicolas Sarkozy a rencontré les dirigeants de la communauté juive américaine, accompagné du Président du CRIF, Richard Prasquier et de son ministre Bernard Kouchner. Lors d’une cérémonie organisée par l’American Jewish Committee en l’honneur du nouveau locataire de l’Elysée, Nicolas Sarkozy a mis l’emphase sur l’importance du combat contre l’antisémitisme avant de réitérer son inconditionnalité à la sécurité de…

[lire la suite]

Une vie à traquer les acteurs impunis du génocide des Juifs – 23/11/07

La Croix dresse le portrait de Beate Klarsfeld qui doit être promue, vendredi 23 novembre, officier de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy tandis que son fils Arno sera décoré de l’ordre national du Mérite. Le quotidien rappelle le destin et l’engagement exceptionnels de cette femme battante. Issue d’une famille protestante allemande dont le père est mobilisé dans la Wehrmacht, elle rencontre Serge Klarsfeld, fils de déporté juif, en 1960. Tous les deux vont commencer…

[lire la suite]
Publicités